24 janvier 2016

« Ensaigner »

8 heures, il est affalé sur la table, sa capuche sur la tête. Le cours commence. Premier remarque. Je passe quelques photos sur Lisbonne, il est toujours affalé sur la table, sa capuche sur la tête. Deuxième remarque. Il daigne lever la tête et émettre un borborygme. Je lui redis le plus aimablement du monde d’enlever sa capuche – ce qu’il fait – et de regarder les documents visionnés car nous sommes en cours, non dans sa chambre à coucher où d’ailleurs il aurait avantageusement pu  rester. Il garde sa tête levée une minute et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

20 janvier 2016

Le zoo

Mais pourquoi tu t’énerves comme ça ? Lui disait-il souvent. Fais  comme si tu étais au  zoo en train d’observer des animaux dans leur élément naturel. Une fois que la visite sera terminée,  tu rentreras chez toi, dans ta petite cage à toi, là où personne ne viendra te déranger, à part peut-être quelques visiteurs…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
12 janvier 2016

L’identité

Marilyn travaillait au service accueil de l’hôpital psychiatrique depuis trois ans et son œil aiguisé était capable de détecter en un clin d’œil qui était malade et qui ne l’était pas. L’hôpital étant un lieu ouvert – des esprits malveillants disaient même un moulin à vent – elle devait se montrer vigilante, au cas où. Ce jour-là, à 16 heures, elle vit sortir un type revêtu d’une drôle de  tunique longue et chaussant des tongs. Après un rapide coup d’œil, elle décida d’intervenir. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
08 janvier 2016

Le matelas

Ils ont rencontré Pierre par hasard à Conforama, en contemplation devant le rayon matelas. La conversation s’est engagée sur les avantages et les  inconvénients des tailles de matelas. Sa théorie de l’évolution du matelas dans la vie d’un couple les a fait réfléchir, d’autant plus qu’ils ne vivaient ensemble que depuis un an : « Les premières nuits, on couche à deux sur un matelas de 90, sans problème aucun, ensuite, très rapidement, on passe au matelas de 140,  puis à celui de 160, et on finit par opter pour celui de 180,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
02 janvier 2016

L’autre

De temps en temps, il lui parlait de son « ex », devenue son amie grâce à facebook. Et un beau jour, curieux de voir les effets du temps sur cette femme dont il s’était séparé dix ans plus tôt, il a décidé de la revoir. Ce n’était pas une rencontre que sa femme trouvait très « saine », mais que pouvait-elle dire ? Quand il est revenu, elle lui a dit. -          Alors ? Tout s’est bien passé ? Il a répondu, avec une pointe d'admiration. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2015

Bonne année

On l’appelle « bonne année », parce que quand il a commencé  à travailler il ne savait dire que ça. Il est posté à la sortie de la boulangerie, tous les dimanches, et Il tend la main, debout, un  sourire inaltérable accroché aux lèvres. Chaque client a droit à un bonjour et une bonne journée, avec une intonation propre à celle de sa langue maternelle. Je me demande combien il gagne. Les gens sont-ils plus généreux à la sortie de la boulangerie qu’à la sortie de la messe ? Un homme qui faisait la manche ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

26 décembre 2015

Les harengs

Après avoir acheté des harengs au marché, elle était revenue sur le parvis de l’église et en avait lancé quelques-uns aux goélands dont les cris déchiraient l’espace. Ceux-ci ne s’étaient pas fait prier et avaient fondu sur les poissons. Un passant l’avait hélée, agacé. -          Plutôt que de donner à bouffer aux goélands, vous feriez mieux de donner votre fric aux restos du cœur. Elle répliqua. -          Les gens n’ont qu’à aller... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
15 décembre 2015

L'élève

Elle entre en traînant les pieds, le visage fermé, bougonne, s’assied, sort son cahier parce que j’insiste vraiment et laisse son sac sur les genoux – c’est mieux pour consulter son portable. Quand je lui demande si son travail est fait, elle déclare ostensiblement  que non et s’étonne que je m’étonne, puisque je n’ai soit disant rien donné le cours précédent. Elle répond aux questions de façon renfrognée - quand elle daigne répondre - sinon elle bavarde avec son voisin ou regarde par la fenêtre. « Il faut les faire... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
13 décembre 2015

Le prince charmant

Il était tellement fade que lorsqu’il lui avait proposé d’aller voir les tambours du Bronx, plutôt que de dîner au restaurant, elle avait sauté sur l’occasion. Pour une fois qu’il avait une idée qui sortait des plaines de l’ennui. -          Ensuite on pourrait aller… avait-il tenté. -          Impossible, répondit-elle immédiatement, je dois me coucher tôt. Le lendemain j’ai un train à 8 heures. Mais quand arrêterait-elle de lui mentir ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Les ossements

Mardi dernier, dans l’église  Notre Dame du St sacrement, elle a volé des ossements de saints dans deux reliquaires du XVIIIème. Pourquoi ? C’est la question que lui pose et repose le commissaire qui l’interroge depuis maintenant une heure. -          Je ne sais pas, répond-elle invariablement. -          Cherchez ! Répond le commissaire impitoyable. Soudain, elle a une révélation. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]