Quand elle est arrivée dans le cabinet de la dentiste, celle-ci écoutait un air de salsa, aussitôt suivi d’une cumbia. En l’attendant, tranquillement assise sur le fauteuil de torture, elle a osé.

-          J’espère que vous ne suivez pas le rythme de la musique avec votre turbine.

La dentiste a souri et lui a dit de n’avoir aucune crainte, elle savait se contrôler !

Une heure plus tard, elle sortait la mâchoire meurtrie, non par les coups de turbine, mais par la piqûre anesthésiante qui l’empêchait d’ânnoner quoi que ce fût…