Presquevoix...

Histoire

 

-   Mais cette histoire est invraisemblable !

-   C’est justement là le problème*.

 Elle  regardait l’inspecteur attendant qu’il manifeste un désir, une volonté, un ordre ; mais non, rien.

Le livre laissé ouvert à la page 199, juste à côté du cadavre, laissait à penser que l’assassin avait suivi la voix du narrateur à la virgule près. La fiction rejoignait la réalité, et l’inspecteur était troublé.

-    Un fou ? Suggéra-t-elle pour le faire sortir de son silence.

-    Non, un malade de l’écriture, un type qui n’a jamais pu publier, répondit l’inspecteur dans un souffle.

Puis son regard erra tristement sur le corps lacéré  qui avait servi de page d’écriture…

 

* Phrase Lue sur le blog interférence

 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


La mer

cielElle n’aimait pas la mer, elle en avait peur, et elle savait pourquoi.

A 10 ans, elle avait été réveillée par des éclats de voix. Quand elle était descendue, son père était dans la cuisine, en pleurs, et sa mère avait disparu. Elle n’avait su que dire ; lui non plus.

Leur silence avait duré neuf mois. C’est lui qui avait fait le premier pas, un matin, alors qu’elle était devant son bol de céréales, absorbée par sa leçon d'anglais qu’elle se passait et repassait dans sa tête pour avoir une bonne note.

Son père avait remarqué.

-          Tiens, tu as mis le sweat que je t’ai acheté.

Elle avait répondu.

-          Oui, il est beau.

Rien de plus, mais cela avait suffi  à dévider l'écheveau des mots.

 

PS : Merci à R.B. pour sa photo.

Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

Education

Plus les années passaient, moins les élèves étudiaient, moins ils étudiaient, moins on leur donnait de travail à la maison et, implacablement, moins on leur donnait de travail à la maison, moins ils étudiaient.

Cette année-là, le ministère de l’Education Nationale décida que, désormais, les élèves seraient notés avec des couleurs,  juste trois couleurs, car trop de couleurs tuent l’évaluation !

Tous les élèves étaient heureux – les parents aussi – quant aux professeurs, leur frustration croissante enfla de telle façon qu’ils  refusèrent de faire cours pendant de longues semaines.

Etrangement, cette année-là le taux de réussite au bac creva le plafond : 95 % d’élèves l’obtinrent et 75 % dès le premier tour, ce dont le ministère se félicita.

Le ministre en conclut que moins les élèves avaient  cours, plus ils réussissaient, ce qui le conduisit immédiatement à diviser le nombre de professeurs par deux et à poursuivre la pédagogie des couleurs…  

 

PS : prochain texte, lundi 15 décembre.

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]

Justine

Elle salua Madame Barrabé, propriétaire du salon, puis passa en cabine. Elle attendait avec impatience le moment privilégié, l’instant délicieux où, une fois son visage enduit d’un masque fleurant l’eucalyptus, elle pourrait se laisser aller au sommeil dans la demi-pénombre.

Elle déchanta très vite, car lorsque l’esthéticienne arriva, elle découvrit  qu’en lieu et place de la jeune femme habituelle, elle aurait Justine, une ancienne élève que, deux ans plus  tôt, elle renvoyait en permanence un cours sur trois car soit elle n’avait pas ses affaires, soit elle se montrait insolente.

Et s’il prenait l’envie  à Justine de se venger alors qu’elle serait allongée, sans défense, les yeux clos ?

 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

Disparition

louC’est derrière la croix qu’il l’avait enterrée. Personne n’avait jamais rien soupçonné. Pour tous elle avait disparu, un coup de tête, une folie, un amant peut-être…

 

Pour lui rendre visite, il attendait que  les nuages laissent leur traîne de nuit dans le ciel et, la bouche collée contre terre, il murmurait lamentations et demandes de pardon avant de   s’éclipser dans les ténèbres.  Le même rituel s’opérait chaque vendredi, sauf ce vendredi-là, celui où la terre s’ouvrit et le précipita dans l’abîme.

 

 

PS : photo prêtée par Lou Du blog « la maison des marguerites »

Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [23] - Permalien [#]



Duo de décembre

Toujours à partir de la même photo, après le texte de Caro, voici le mien.

 

La rencontre

 

quijoteElle s’était assise sur le bord de la route et avait couché son vélo à côté d’elle. Avaler des kilomètres en ligne droite sans autre perspective qu’un ciel aux couleurs grisâtres l’avait épuisée. C’est alors qu’elle le vit, perché sur sa monture, comme échappé du roman de Cervantès.

Elle se frotta les yeux. Mais oui, il existait,  et il avait planté son ridicule canasson juste devant elle.

-     Gente demoiselle, je cherche un moulin, lui dit-il sans aucune autre forme de politesse.

-       Je n’ai vu aucun moulin et Dieu sait si j’en ai abattu des kilomètres, répondit-elle aimable.

L’homme  la fixa d’un air étrange.

-         Me dites-vous la vérité ?

-         Pourquoi vous mentirais-je ?

Elle le considérait maintenant avec méfiance. Son visage émacié d’où émergeaient deux billes brillantes  ne lui disait rien de bon. Et pourquoi arborait-il cette barbiche ridicule et cet accoutrement venu d’un autre âge ?

-          Il y a longtemps que vous êtes sur les routes ? lui demanda-t-elle pour cacher son malaise.

-          Quatre siècles, répondit-il, et je risque de cheminer encore longtemps.

-          Et ce moulin, pourquoi le cherchez-vous ?

Il répondit d’un ton presque méprisant.

-          Ne me dites pas que vous l’ignorez ?

Il lui raconta alors sa foi et sa croisade pour la justice. Cinq heures sonnait au clocher de l’église quand il s’arrêta. Trois heures durant, il lui avait relaté l’épopée de sa vie. Et elle ? Combien de temps mettrait-elle  pour raconter sa vie ? Un quart d’heure ? Une demi-heure ? Et quels étaient ses rêves ? Quels étaient ses combats ? Elle dut se rendre à l’évidence : de rêves nulle trace et de combats encore moins. Rien, le vide, zéro. C’est alors que celui qu’elle nomma plus tard «  le  chevalier » lui dit.

-          Prenez votre monture gente demoiselle et suivez-moi.

-          Moi ? Mais…

Son ton autoritaire ne lui laissait aucun choix.

-          Pour combattre le mal, nous ne serons pas trop de deux.

Deux minutes plus tard, ils cheminaient côte à côte. Elle sur sa monture de fer,  lui sur sa monture de poils. Il lui expliqua qu’une fois le moulin trouvé, le mal disparaîtrait de la terre, pour la simple et bonne raison qu’à cet endroit vivait celui qui en connaissait l’origine.

-          Celui que vous cherchez depuis quatre siècles ?

-          Exactement.

Soudain il lança son cri de guerre : « Allez Rossinante, on va leur montrer de quel bois on se chauffe ! ». La bête partit au galop et elle changea de plateau pour ne pas se faire semer.

Assurément, cet homme était atteint d’une douce folie, mais elle, n’était-elle pas atteinte de la même démence pour  le suivre ainsi, dans ce voyage qui pourrait encore durer quatre siècles ?

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]

Duo de décembre

Nous poursuivons, avec Caro, nos duos d'écriture.

Pour le mois de décembre, place à l'aventure avec Don quichotte. La photo qui nous inspire a été vue sur facebook.

Le texte de ce jour est de Caro, le mien paraîtra samedi, sur presquevoix.

 

 

 

quijoteToute ressemblance avec la situation actuelle d’une ville de province moyenne relativement endormie n’est pas fortuite.

Une guignolade.

Il régla ses jumelles. Parfait. La fière silhouette semblait être à deux pas ; rien encore ne dérangeait l’après-midi paisible.

Louis vérifia si sa besace était bien amarrée à son vélo. Il attrapa la bouteille de bière, encore fraîche d’avoir séjourné dans le ruisseau. La première gorgée était la plus amère. Il s’installa à couvert. Il n’y avait plus qu’à attendre l’arrivée des flics.

Car ils viendraient.

Quinze ans qu’il militait, Louis. Il avait commencé l’année du bac français. D’abord contre ce maire, tyranneau de campagne avec maîtresse officielle, abus de pouvoir et mépris de la valetaille. On avait planté yourtes de protestation et manifesté. Baptisé des arbres pour les sauver. À l’époque, chaque profession avait encore son pardon trimestriel : jours de paralysie, jours de lisier, jour sans courrier. Le ton s’était peu à peu durci. Jusqu'à ce jour des morts.

Des années de lutte où battait à plein la propagande des politiques. Où une presse locale, parfois nationale, maniait une plume servile et appliquée. De grands noms secourant « leurs amis » menacés, des intimidations et des procès. Les leçons de communication des années populistes n’avaient pas été vaines pour tous.

Louis rangea la bouteille vide dans son sac. Une vraie tête brûlée, c’est ce que rapportaient encore les camarades. El Quijote ! Un surnom tiré de ses racines espagnoles qu’il apposait en tags rageurs au bas des coups de poing, des coups de gueule, des coups de sang.

La situation du pays avait fini par virer à l’aigre. Les organisations de lutte avaient pris le mauvais pli de leurs adversaires. Négociations où l’on retournait sa veste, instauration d’une ligne de conduite à laquelle il ne fallait pas déroger. La dissension n’était pas autorisée, la liberté devenait amère. L’esprit humain a des dérives qu’aucune famille politique, aucun idéal n’effacent : veulerie, flagornerie, cupidité, orgueil. Une palette insatiable.

El Quijote avait enfourché son vélo et s’était perdu sur les routes de France, Loire ou canal de Berry, plus loin encore. Une carte postale écrite à deux pas du viaduc de Millau avait annoncé qu’il se désolidarisait du mouvement. Là sa jeunesse de croisé s’était envolée et il avait pédalé. Longtemps. De toutes ses forces.

Louis savait : bloc contre bloc, de terre, de fer ou de granit, l’affrontement ne menait à rien. Il fallait investir les fêlures, les failles, les fractures et laissait pousser un peu d’humour, de tendresse, de poésie. Garder le rêve. Se déprendre des illusions du collectif.

Hier, en début de soirée, il avait planté ce panneau qu’il avait confectionné en douce, grâce à une responsable à l’âme et au corps de satin. Louis reprit ses jumelles, scruta un mouvement en contrebas : la presse et ses dents longues, prête à mettre dans la boîte à images du 20 h un scoop, était sur les lieux.

Une ombre bleu marine approchait sur la D 49, une deuxième suivait. Il était temps de plier bagage. Ce soir, un Guignol à l’accent espagnol moquerait encore le gendarme. L’uniforme ne supportait plus le moindre accroc à l’ordre. Susceptible, tatillon, apoplectique, les spectateurs aimaient le voir battu. Et le public s’esclafferait, confortablement installé dans son salon. Quand il s’en extirpera, il se rappellera qu’il aime l’ordre. Louis, lui, gardait l’héritage des zannis, parsemant ses coups d’éclat de drôlerie et de poésie.

Le moulin était loin. Louis pédalait plus tranquillement et observait la frange rousse des champs où une alouette riait sous cape. Là-bas les marionnettes devaient démonter le décor ; le spectacle était dans la boîte pour le prochain JT. On applaudirait. Louis chantonnait en longeant la coque vide d’une usine qui s’était envolée en Chine. Sur les murs brisés, des arbres s’élançaient. Oui. Il fallait envahir les fêlures, les failles, les fractures et déposer un peu d’humour, de tendresse, de poésie. Caresser le rêve. Élever des châteaux en Espagne. Garder l’âme du Quijote.

 

El Quijote : surnom de Don Quichotte en espagnol.

Zannis : (altération de Giovanni en dialecte vénitien) Personnage de serviteur bouffon dans la commedia dell'arte

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

Voir ou pas

Il était assis au fond de la classe, comme à son habitude, son grand corps avachi sur sa chaise. Le week-end avait dû être difficile ! Au moment où le professeur commença à écrire au tableau l’élève leva le doigt.

-          Monsieur, je vois rien.

Le professeur lui répondit.

-          Viens devant, Charles, il y a de la place au premier rang.

Charles réfléchit un instant puis conclut.

-          Ca y’est monsieur, je vois.

-          Quand je pense qu’il y en a qui recouvrent la vue avec moi ! Je vais finir par me prendre pour Jésus Christ…

Les élèves sourirent, Charles resta assis au dernier rang, avachi sur sa chaise, et le cours continua.

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

Les scratchs

A 17 ans, il ne savait toujours pas attacher ses lacets ; forcément, il mettait des chaussures à scratch depuis sa naissance… 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

Bonheur

Il  pensait qu’il était plus facile de rendre heureux la femme d’un autre que la sienne. Il aurait facilement pu le vérifier, mais au dernier moment, il n’avait jamais réussi à sauter le pas : question d’éthique,  de culpabilité, de peur ou de confort, allez savoir !

PS : la liste n’est pas exhaustive

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]



Fin »