Presquevoix...

La chevelure

20150416_142802Pourquoi avait-elle pris la photo de cette chevelure de branches dénudées ?

Sans doute parce que le sang des tulipes versé sur l’herbe lui rappelait un autre sang, celui de la méchante fée qu’elle avait fait disparaître au prix de mille subterfuges…

 

 

 

PS : photo prise par G.B.

 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Le cinéma

Lorsqu’il l’avait invitée à aller voir le film « Une belle fin », elle n’avait pas eu l’air  vraiment enthousiaste, mais elle avait dit oui. C’était le genre de fille qui disait oui à tout le monde.

Au cinéma, il avait choisi l’avant-dernière rangée sur les ailes, celle où l’on peut agir en toute discrétion lorsque la salle est plongée dans  le noir.

Au moment de la pub, il lui avait caressé le bras avec un doigt, ensuite il s’était enhardi et lui avait mis la main sur la cuisse. C’est à ce moment-là qu’elle s’était excusée pour aller aux toilettes.  Elle n’était pas revenue.

Après le film, il avait marché au hasard dans les rues de la vieille ville et s’était retrouvé devant la cathédrale. C’est là qu’il eut la surprise de la voir au bras d’un homme plutôt beau qu’elle regardait avec des yeux tendres. Il ne put s’empêcher de les fixer.

Quand ils eurent disparu, il resta seul sur le parvis, l’air perdu, prêt à attraper n’importe quel nuage passant dans le ciel pour fuir l’odieuse réalité.

 

 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

Mitoyenneté

Sa voisine avait commencé le violon en avril 2013 et sa connaissance de l’instrument ne s’améliorait pas avec le temps. Seule différence,  elle jouait de plus en plus fort, persuadée du son mélodieux qu’elle tirait de l’instrument maltraité.

Comme il ne supportait plus les boules quies, il avait fini par se mettre au violoncelle. Peut-être finiraient-ils par former  un duo ?

 

Arioso - Bach - Stringspace - Violin & Cello duo

 

 

 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

La petite soeur

Sa soeur était née il y a un mois. Horreur ! Comment supporter ce bébé tout rouge qui couinait à la moindre occasion ? Un lundi, en rentrant de l’école, elle avait frappé à toutes les portes de l'immeuble pour  proposer aux voisins de la prendre chez eux. Et à chaque fois, elle concluait par : " Vous savez, c'est mignon un bébé ! "

Hélas, aucun n’avait accepté. Le soir même, en rentrant, sa mère lui avait donné une gifle monumentale avec l'assentiment de son père : pourquoi ?

Quant à elle, pendant trente ans, elle s'était efforcée d' aimer sa soeur, sans jamais y parvenir... sauf le jour de son enterrement.

 

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]

Disparition

20150414_111902C’est tout ce qu’on avait retrouvé d’elle : ce sac à dos  noir et ce blouson rose jeté sur l’herbe parsemé de larmes de magnolia.

L’ombre des branches menaçait les espoirs nourris par certains optimistes qui croyaient qu’à l’âge qui était le sien – 52 ans - on ne décidait pas de mourir pour un oui ou pour un non. D’ailleurs, s'était-elle déjà plainte de quelque chose ?

Quand on lui demandait : " Tu vas bien ? "

Elle répondait immanquablement  : " Oui, très bien, merci, et toi ? "

 

 

PS : photo prise par GBalland

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [25] - Permalien [#]



Le cours de théâtre

Marc Brault – employé  à la SNCF  -  faisait du théâtre depuis 5 ans. Au grand désespoir de son professeur, il  ne connaissait jamais ses textes par cœur. Quand on croyait le voir jouer du Feydeau, du Guitry ou du Ribes, il faisait encore et toujours du Marc Brault. Comment lui faire comprendre, à lui qui ne comprenait rien, qu’un auteur qui avait écrit une pièce s’était attaché, au mot près, à chacune des répliques de ses personnages  ? A bout d’argument, le professeur lui dit un jour :

-          Ecoute Marc, là tu joues la pièce d’un auteur vivant. S’il assistait à la répétition, il faudrait te sous titrer pour qu’il reconnaisse sa pièce !

Impavide, Marc répondit.

-          Si je change  un peu les répliques, je crois pas que ça change beaucoup la pièce.

Le professeur soupira mais n’ajouta rien. Marc faisait partie de la catégorie 4, celle des « mal-comprenant »,  la pire, celle qui plombe le texte d’un auteur sans lui laisser aucune chance de salut.

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]

Le vélo

Elle a attaché son vélo au seul arceau disponible  puis, constatant l’heure tardive, elle a couru vers le  cinéma. Une fois dans l’obscurité de la salle, elle s’est laissée aller mollement dans le fauteuil et a apprécié d’entrée le petit son jazzy qui accompagnait les premiers plans du film.

En sortant, transportée par l’ambiance du film, elle a esquissé un petit pas de danse et a rejoint l’endroit où elle avait laissé sa monture. Hélas, à l’arceau, point de vélo. Seul l’antivol, coupé en deux, était resté sur le lieu du crime, avec un mot attaché par un élastique.

Elle l’enleva et lut : «  très chère cycliste, j’ai dû prendre votre vélo car je n’en avais pas. Ne me dites pas que vous êtes de ces femmes accrochées aux biens matériels. Si oui, dites-vous que je vous aurais aidée à apprendre le détachement. PB »

PB, Putain de Branleur, hurla-t-elle aussitôt, peut-être dans l’espoir de le voir revenir…

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [25] - Permalien [#]

Le kamikaze

C’est près du marché qu’ils furent attirés par des cris terrifiants. Ils se précipitèrent ; en arrière-plan, des flammes voraces, et devant eux, un kamikaze bardé de bombes qui  hurlait comme un fou : « j’arrive pas à me faire exploser, ça marche pas, qu’est-ce que je fais ? ».

 

Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

Le parc de l'hôpital

20150414_111747

Lassé de son travail de professeur-garde chiourme, il se demandait ce qu’il pouvait faire pour se mettre en arrêt longue maladie. Après quelques jours de réflexion, il eut une idée épatante, lumineuse, géniale. Les faits se déroulèrent un mardi et on en parla encore des mois plus tard. Il arriva, ponctuel, à 8 h 25, fit entrer les élèves et s’assit à son bureau après avoir fait l’appel, comme à son habitude. Les élèves attendaient, les yeux embués de sommeil et des bâillements accrochés aux lèvres.

Soudain, il se leva et commença à se déshabiller, les chaussures, les chaussettes, la veste, le pull, le tee shirt, le pantalon… La classe était médusée, le silence régnait comme jamais il n’avait régné en cours de philosophie. Il était maintenant en slip et son corps laiteux lui donnait l’air maladif. Il monta d’un bond sur le bureau et c’est à ce moment-là que Kevin cria, suivi par toute la classe, à l'unisson.

-    Le slip, le slip, le slip, le slip...

Les élèves n'eurent pas longtemps à attendre. Il enleva son slip puis le fit ensuite tourner au-dessus de sa tête

Son séjour de trois mois en hôpital psychiatrique lui fit un bien fou. Les arbres, le calme, des repas à heure fixe, une chambre individuelle, une profusion de livres, quelques visites d’amis, et même celle du proviseur qui l'assura de prendre le temps qu’il lui faudrait pour se retaper. L’hypocrite, il n’avait certainement pas envie de le revoir avant les grandes vacances !

Trois mois plus tard, il regretta de partir, un problème de place, lui dit-on. Mais le psychiatre le rassura, il allait bien mieux…

 

PS : photo prise par gballand dans le parc du lycée

Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]

Absurdité

Il attendait que sa femme meure pour se mettre avec Madame P. En fin de compte, c’est lui qui est mort avant elle.

 

Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]