22 mars 2016

Le magicien Ose

Quand le magicien lui était apparu en rêve, il lui avait murmuré. -          Fais un souhait et je l’exaucerai. Prise au dépourvu, Marie lui demanda d’attendre son prochain rêve afin qu’elle puisse y réfléchir. L’homme s’évanouit aussi rapidement qu’un désir assouvi. Quand il lui apparut pour la deuxième fois, elle ne put s’empêcher d’observer son corps dessiné parfaitement par un  justaucorps bleu saupoudré d’étoiles. -          Alors... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

02 mars 2016

Duo

Lundi et mardi, vous avez pu lire le texte de Caro, du blog les heures de coton.  Je vous rappelle la consigne : il  s'agissait d'utiliser une citation de Tourgueniev  - « Comment savoir ce qu’on ne sait pas ? » - en l'insérant dans une histoire qui devait ressembler à un conte. Aujourd'hui, voici mon texte.   _________________________________ La fée   La fée lui apparaissait tous les premiers samedis du mois, à 23 heures, et à chaque fois, elle lui posait une nouvelle question. La réponse... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 février 2016

Duo

Voici un nouveau duo avec Caro, du blog les heures de coton.  Il s'agissait d'utiliser une citation de Tourgueniev  - « Comment savoir ce qu’on ne sait pas ? » - en l'insérant dans une histoire qui devait ressembler à un conte. Ci-dessous, vous pourrez lire le texte de Caro, le mien paraîtra mercredi deux mars.   ___________________________   Conte de Berry  « Comment savoir ce qu’on ne sait pas ? » Laurent souligna en vert la phrase de Tourgueniev.  Assis sur ce banc... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
09 décembre 2015

Le retour

Il sonne au portail. Personne ne répond, alors il passe par-dessus le mur de pierre. Un chien l’ accueille d’aboiements joyeux. « Viens là Titoune, viens ! ». Le verger regorge de fruits et au loin, des balles de foin donnent du relief aux champs nus. La maison dresse ses murs épais aux pierres inégales. Il avance jusqu’au perron. Le chien l’accompagne de ses jappements amicaux. Il croit voir une ombre derrière les rideaux du premier étage, mais n’a-t-il pas rêvé ? Il monte les marches et frappe à la porte.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
27 novembre 2015

Duo de Novembre

Sur cette même photo de Lola Alvarez Bravo, voici mon texte :   Impuissance   " Assise dans son fauteuil roulant, Madame Delaitre les regardait passer. Des journées à épier ces hommes qui montaient et descendaient les escaliers aux heures les plus lumineuses comme aux heures les plus sombres. Elle imaginait leur histoire. Des histoires d’amour, de haine  ou d’indifférence qu’elle consignait dans un « livre ». Elle avait parlé de ce « livre » à sa voisine qui elle-même  rapporta son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
01 novembre 2015

Le patron

Quand j’ai dit à mon patron que j’étais en retard à cause du décalage horaire,  il m’a asséné un  « Vous vous fichez de moi madame Dupont, vous étiez dans la Creuse !» Je lui ai expliqué que si la Creuse était sur le même fuseau horaire que Paris, je devais néanmoins me réadapter au rythme parisien. Et j’ai conclu énervée. - C’est pas parce que j’arrive avec une malheureuse demi-heure  de retard que la terre va s’arrêter de tourner ! Bien sûr il n’a rien voulu entendre. Mon patron fait partie de ces hommes qui ont... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

20 octobre 2015

Les hommes

Il pleut. Impossible d’aller à mon rendez-vous : je suis phobique. Une seule goutte d’eau me met dans un état indescriptible. Ma première crise date de l’époque où j’étais mariée. Nous étions au mois de juillet et nous venions de fêter notre première semaine de mariage. Nous avions décidé de célébrer les semaines et non les années car nous étions convaincus que cela fortifierait notre amour. Lorsque nous sommes sortis du restaurant - moi dans la robe rouge qui lui avait plu lorsqu’il m’avait vue pour la première fois, et lui en jeans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
28 septembre 2015

Dieu

Elle avait rencontré Dieu sous l’horloge de la cathédrale de Beauvais, elle qui avait toujours clamé haut et fort que Dieu était une création de l’homme et qu’il fallait être stupide pour se laisser prendre  aux manipulations d’églises qui ne recherchaient que profit et pouvoir afin d’asseoir la domination de quelques-uns sur la foule. Mais ce jour-là, sous l’horloge, elle avait changé d’avis ; et il avait suffi de deux  minutes. Elle contemplait la beauté de l’horloge quand « il » lui était apparu. Son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
14 septembre 2015

Duo de septembre

Pour notre duo de septembre avec Caro, nous devions utiliser cette phrase  - « Il y a des choses qui sont trop grandes pour nous, êtres humains » - tirée du livre de Pascal Mercier,  " train de nuit pour Lisbonne ". Après le texte de Caro, voici le mien :   Le père   Dans sa vie, tout allait bien. Elle avait 30 ans, elle était agréable à regarder, elle  possédait un certain sens de l’humour, ne se laissait jamais totalement gagner par la morosité, et elle avait quelques amis sur qui elle pouvait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
12 septembre 2015

Duo de septembre

Pour notre duo de septembre avec Caro, nous devions utiliser cette phrase  - « Il y a des choses qui sont trop grandes pour nous, êtres humains » - tirée du livre de Pascal Mercier,  " train de nuit pour Lisbonne ". Un livre que je prends le risque de vous conseiller. L'auteur connait particulièrement bien Lisbonne, la période de la dictature, la "saudade" et Fernando Pessoa. Le premier texte est celui de Caro, le mien paraîtra lundi à 7 heures. Bonne lecture.   Les humanités « Il y a des choses... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [12] - Permalien [#]