06 décembre 2011

La lettre au père Noël

Quand je suis arrivée dans sa chambre, il était assis à son bureau et écrivait avec application. Un moment rare… je lui ai demandé s’il écrivait une lettre.  Il m’a dit que oui, que c’était sa lettre au père Noël et que je ne devais pas le déranger. Quand j’ai voulu savoir s’il me la montrerait, il a fait non de la tête, en ajoutant que c’était secret, le tout avec un air mystérieux qui ne m’a pas plu du tout. Après son départ, je suis allée dans sa chambre. La lettre était toujours sur le bureau, pliée en deux. Après l’avoir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2011

Confessions intimes

Il y a dix  ans, il s'était pris pour Johnny, cinq ans plutôt pour Cloclo et maintenant c'était Elvis. Pourtant, il n'avait de "King" que la taille, et encore, pas pour tout, se plaignait sa femme qui trouvait qu'Elvis lui volait  leur intimité. Il s’habillait comme Elvis - mais son salaire de manutentionnaire était loin de couvrir  ses frais de représentation – marchait comme Elvis, chantait comme Elvis – dans un pidgin qui ressemblait à tout sauf de l’anglais – et  il avait décidé que sa fille s’appellerait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 décembre 2011

La maison de retraite

A chaque fois qu’il allait voir sa mère en maison de retraite, cette même sensation d'écoeurement :  les odeurs d’urine se mêlaient aux odeurs de soupe et aux souvenirs qu’il n’avait toujours pas digérés. Deux mois plus tôt, en montant le dernier étage qui le menait à la chambre 114, il avait  murmuré : « C’est la dernière fois que je viens te voir, mais tu ne sauras rien, tout comme je n’ai jamais rien su de mon père ». Et il n’était pas retourné la voir, jusqu’à ce fameux coup de fil…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
01 décembre 2011

L’homme au cartable

Tous les jours, même le dimanche, il se promenait avec son cartable rongé par le temps. Pourtant, il ne travaillait plus ; j’en étais sûre, parce que je l’avais déjà suivi plusieurs fois. Oui, parfois je suis les hommes, ceux que le temps a usés. J’aime m’émouvoir. Avait-il été fonctionnaire des impôts ? Enseignant ? Agent d’une compagnie d’assurance ? Peut-être n’avait-il jamais travaillé ? Il avançait à pas précautionneux, s’arrêtait en pleine rue pour consulter le ciel ou bien il regardait la foule de l’air de celui qui ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
27 novembre 2011

Les alexandrins

Elle faisait partie d’un atelier théâtre, un défi ; non pas à cause de son âge – elle avait 50 ans tout rond – mais à cause de sa difficulté à AR-TI-CU-LER. Quand elle avait demandé au professeur si elle pouvait dire des textes en alexandrins, celui-ci n’avait pas eu le courage de répondre par un simple non. Il s’en mordit les doigts. Pendant deux mois, tous les mardis soirs, elle déclama la même scène d’Iphigénie. A la fin du deuxième mois, le professeur se fit porter pâle. Il ne supportait plus ces alexandrins passés à la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2011

Les bonnets

Elle venait d’être embauchée au rayon lingerie d’un magasin à l’enseigne encore peu connue, mais qui promettait de l’être, vu l’innovation dont il faisait preuve en matière de recrutement. Sur son CV, elle avait dû décliner, outre ses diplômes, la taille de ses bonnets. Le 95 E avait dû leur plaire car on l’avait embauchée sur le champ, malgré sa relative incompétence dans le domaine de la vente. Lors de l’entretien, le directeur s’était contenté de jeter un coup d’œil prolongé sur sa poitrine afin de vérifier que le E  n’était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

25 novembre 2011

La mochophobie

Depuis deux semaines, il souffrait de   « mochophobie », une maladie diabolique qui l’avait terrassé du jour au lendemain, sans que rien ne puisse l’expliquer.  Il a tout de suite pris des mesures radicales. La première, supprimer tous les miroirs de la maison ;  la deuxième, prendre rendez-vous avec un chirurgien plasticien. Et pourquoi pas Ivo Pitanguy, grand ami de Carla Bruni ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
24 novembre 2011

Salle des pas-perdus

Il lui avait dit : -    Rendez-vous salle des pas perdus. Et elle l’attendait encore, perdant ses pas sur le dallage arpenté inlassablement. Au matin du troisième jour, un homme l’a obligée à s'arrêter. -    Vous n’êtes pas fatiguée de l’attendre ? Lui a-t-il dit d’une voix douce. Elle a fait signe que non. -     Et vous comptez l’attendre encore longtemps ? La jeune femme n'a pas répondu. L’homme a soudain changé de ton. -    Il ne viendra plus, il faut... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2011

La crise

Depuis que, trois semaines plus tôt, il  était devenu ministre de l'économie de ce petit pays membre des PIGS,  les voisins le battaient froid. Dimanche dernier, après la messe,  une mini-manifestation avait été improvisée sous ses fenêtres. Il avait clairement vu et entendu une trentaine d’hommes et de femmes, brandissant le poing et scandant des slogans hostiles : « Ce n’est pas une crise, c’est une escroquerie ! Dehors, dehors, les ministres et les banquiers ! ». Quelqu'un avait même cogné à sa porte d'un geste... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:50 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2011

L’américain

Hier matin, je suis allé m'acheter un croissant à la boulangerie : " the french touch " comme on dit chez nous. La vendeuse avait des gants, ça lui donnait un air de " serial killer ". Elle a pris le croissant avec ses gants, a rendu la monnaie avec ces mêmes gants puis, toujours gantée, elle a continué à vaquer à l'organisation des gâteaux dans la vitrine, sans se poser de questions. Etrange pays, me suis-je dit. Que font-ils d’autre avec leurs gants ?
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]