05 octobre 2016

La retraite

Depuis quelque temps, on n’arrêtait pas de lui demander : " Alors ? Bientôt la retraite ? "  Ce qu’elle trouvait fort désobligeant. « Vous trouvez  que j’ai une si sale gueule que ça ? » se retenait-elle de leur dire. D’autant plus que pour elle, la retraite se laisserait désirer.  Elle savait qu’ayant commencé à travailler tardivement, elle devrait attendre jusqu’à 67 ans pour toucher le « pactole ». Quand cette question émanait de retraités – voulaient-ils la narguer ? –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

23 septembre 2016

La photo

Quand elle avait vu sa photo dans le journal, elle s’était exclamée. -  Quelle horreur, on dirait une catcheuse ! Voulant être sympathique avec son amie, Léa lui avait dit. -  T’inquiète pas, on  te reconnaît absolument pas ! Par contre, le lendemain, Clémentine lui avait asséné. -  Pour une fois qu’un journaliste prend une photo ressemblante !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
19 septembre 2016

Cynisme

Amoureux transi, abandonné par sa « fiancée », il avait voulu se suicider au gaz. Tous les voisins étaient morts, sauf lui ; au dernier moment, pris de peur, il avait sauté par la fenêtre de son appartement situé au rez-de-chaussée. Mais maintenant, rongé par le remords,  saurait-il saisir sa deuxième chance ?
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2016

La vache rock

Elle  avait dit à son amie que sa « vache rock » était en stock et que l’histoire était en cours  ; mais quelle histoire allait-elle pouvoir écrire sur une vache ? Les vaches ne l’avaient jamais inspirée, à part les peaux de vache, mais celle-ci n’en était  pas une, c’était une vache au sens propre, elle semblait même très propre, et fière de sa robe claire. A n’en pas douter, c’était une danseuse, elle imaginait que son amie  s’en était aperçue quand elle s'était approchée d'elle. La vache avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:50 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :
15 septembre 2016

Souvenir

Il lui manquait un couteau et il l’avait pris sur la table d’à côté. Quand le garçon l’a vu, il lui a dit d’une voix coupante. -          Ah non ! Vous me perturbez mon service. Cette remarque l’avait tétanisé. Comment ce garçon pouvait-il lui parler sur ce ton, à lui, client régulier de ce restaurant ! En faisant un rapide calcul, il se souvint qu’il y avait au moins laissé 400 euros depuis quatre mois. Quel goujat ! Ce qu’il avait oublié, c’est que cette  réprimande... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
06 septembre 2016

La moustache

Lorsqu'il était revenu, après trois jours d'absence, elle ne l’avait  pas  reconnu. Il avait fallu qu'il lui dise " C'est moi, ton mari " pour qu'elle le resitue dans un cadre familier. Une impression de malaise l’avait alors submergée et n'avait pas cessé depuis.  Pour quelles raisons s'était-il rasé la moustache ? Et comment allait-elle faire pour composer avec ce visage étranger qui, pourtant, n'était pas tout à fait un autre ?
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2016

Le paradoxe

Au bout de deux ans de rencontres épisodiques, elle lui avait offert le livre « Eloge de l’amour », dont elle avait orné  la page de garde d’une dédicace digne des plus grandes amoureuses. Pourtant, une semaine après cette « déclaration », elle partait en vacances sans lui, prétextant un profond désir de solitude. Ce n’était pas la première fois qu’elle le plaçait face à un paradoxe : que devait-il en penser ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2016

L’escalier

C’était sa fierté, sa création, son coup de folie. Quatre ans de travaux, mais le résultat le comblait. A l’origine, une idée de sa femme, une preuve d’amour, leur lien qu’il avait voulu concrétiser dans cet escalier, mais elle n’était plus là pour le voir.  « Elle est partie », disait-il toujours pudiquement, comme si le mot « morte » ravivait sa douleur et scellait le tombeau de la perte. Chaque fois qu’il le montait ou le descendait, il pensait à elle. Et quand il passait sa main sur la pierre lisse,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2016

L’emprise

La première carte-lettre qu’elle lui avait envoyée, sous une enveloppe rouge sang, commençait par « cher Paul », s’achevait par « grosses bises » et un prénom - « Corinne » - dont le « i » s’ornait d’un soleil aux rayons prometteurs. La deuxième, quatre mois plus tard, toujours sous enveloppe rouge, était légèrement différente : un simple « Bonjour »  en introduction, en  conclusion « Une belle année pour toi » et le soleil avait disparu du « i » de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
10 août 2016

La salade

Elle a donné à sa mère une salade de son jardin. Au préalable, elle en avait soigneusement lavé et essoré les feuilles avant de les placer dans un sac en plastique. - Surtout mets-la bien au frigo, lui a-t-elle précisé, car elle a voyagé trois heures dans mon sac de voyage. - Ne t’inquiète pas, je vais m’en occuper tout de suite. Le lendemain matin, sa mère lui a donné des nouvelles fraîches de sa salade qui elle,  ne l’était plus. - Tu m’excuseras, mais ta salade je l’ai oubliée sur la table de la cuisine et ce matin, toutes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [21] - Permalien [#]