28 mai 2017

Le plongeon

Elle était trop près du bord, bien trop près. Ne tentait-elle pas le diable ? Etait-ce un test ? Il fut réussi : un petit coup et hop, la Seine accueillit le fauteuil et son occupante qui ne savait pas nager. Un lamentable accident, conclut la famille un peu tôt. Qui aurait pu penser que cet homme si altruiste, si dévoué à sa compagne, avait commis cet acte barbare ? Et qui plus est, par un si beau jour de printemps !   PS : photo prise sur les quais de Rouen
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

22 mai 2017

Les têtes

La nuit, tous les visages s’animaient et les conversations allaient bon train. La plus perfide, c’était Maeva, à l’extrême gauche et sa tête de turc préférée, c’était Madame Julia, la propriétaire du magasin. Elle adorait l’imiter, surtout quand elle flattait les clientes en quête d’une chevelure de substitution. Elle disait souvent « Cela vous va à ravir », « On ne pourrait pas mieux choisir » ou « C’est exactement le ton qu’il vous faut », et Maeva n’avait pas son pareil pour colorer chaque mot de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 mai 2017

Les jambes

Les jambes de femmes le fascinaient. La dernière en date, il l’avait volée à la devanture d’une boutique de mode, passage de l’horloge. Maintenant sa collection totalisait 30 jambes, toutes aussi colorées les unes que les autres. Vous me direz : «  A quoi servaient toutes ces jambes ? » Lui l’ignorait – il n’obéissait qu’à une pulsion -  mais son inconscient avait déjà archivé un dossier conséquent sur le sujet…  
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 mai 2017

Le heurtoir

Elle avait hésité à frapper -  les portes provoquaient toujours chez elle le même effroi - et cette main lui semblait de mauvaise augure. Le battant s’ouvrit. Dans la cour intérieure – classique en apparence  - elle vit un puits dont la  margelle usée était rongée par la mousse. Elle s’approcha, se pencha et du fond de l’obscurité surgit une voix : Si tu veux te jeter dans le puits, mes bras t’accueilleront avec douceur. Elle s’éloigna d’un bond. Elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir et un géant – ou ce qui en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
18 avril 2017

Le mug (suite et fin)

Elle regrettait d’être partie de chez lui sur un coup de tête. Si elle s'était raisonnée, peut-être aurait-elle eu matière suffisante à écrire une nouvelle ? Cette frustration signait la fin de ses illusions. Comment ce type avait-il pu se retenir jusqu’au dessert ? Elle lui téléphona le lendemain pour tenter d’expliquer son départ. -          Bonjour Pierre, je tenais à m’excuser. -          De quoi ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
16 avril 2017

Le mug

Tout s’était admirablement passé. Un repas raffiné, des vins délicieux, une conversation  agréable, un humour discret. Aucune allusion déplacée, aucun regard trop soutenu, aucun laisser-aller. Seul point noir, le « mug » où, à la fin du repas, il lui servit une tisane dont le nom – « ce que racontent les étoiles » - rappelait la finesse de certains contes japonais. Elle ne supporta pas cette rupture et rien de ce qu’il bafouilla ne la fit changer d’avis. Elle partit, laissant la tisane infuser dans son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

12 avril 2017

Le livre

Il lui avait acheté ce livre-là pour son anniversaire. La connaissait-il  par cœur ? Elle aurait tout de même préféré autre chose que ce clin d’œil confortant  un « travers ».   La question méritait d'être posée : ferait-elle un jour son bonheur ? Finirait-elle par voir la vie comme un jardin d’Eden où elle cueillerait, chaque jour,  une fleur dont elle ornerait sa robe ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
08 avril 2017

Esmeralda

Alors ? Elle a mangé la pomme ? Demandèrent les nains réunis autour d’elle. Tous attendaient sa réponse avec une impatience grandissante. Elle dût même réfréner leur désir. -          Voyons messieurs les nains, du calme, une pomme n’est qu’une pomme. -          Peut-être, répliqua un nain, mais est-ce qu’elle s’appelait Eve, la dame ? -          Non, elle s’appelait Esmeralda et elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 avril 2017

Le banc

Tous les jours il était installé au même endroit, face à la mer. Que faisait-il ? Lisait-il ? Pensait-il ? Peut-être se forçait-il à voir l’éternité ? Elle attendit un mois avant de lui adresser la parole. Le mieux, s’asseoir à côté de lui. Ce jeudi après-midi, à 17 heures, elle prit place sur le banc. Il l’ignora superbement. Elle sortit un livre de son sac et se mit à lire ou  faire semblant. Rien. Elle ferma son livre et le bruit sec le fit tressaillir, mais point de visage tourné vers elle. Elle allait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 mars 2017

La culbute

Elle lui avait demandé s’il voulait s’envoyer en l’air. Pourquoi pas ? Avait-il répondu ; et ils avaient opéré une petite culbute. Hélas,  le retour à l’équilibre s’était avéré impossible…       PS : photo prise à Mont Saint Aignan  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]