27 décembre 2016

Aimer

Le désordre, elle n’aimait pas, et surtout pas le désordre amoureux. Alors, quand elle vit le verbe « aimer » conjugué à la première personne, dans toutes les langues possibles et imaginables, elle resta sans voix.  Puis, touchée par la grâce du verbe, elle s’essaya à lire certaines de ces déclarations d’amour à la première personne. Quand elle en vint à «  ti amo », un homme lui dit. -          Bravo pour la prononciation. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]

25 décembre 2016

L’oratorio de Noël

A peine le chœur a-t-il entamé la cantate numéro 1 que la tête de son voisin a dodeliné pour finalement se pencher vers l’avant dans une attitude de recueillement. Quand elle a constaté qu’à la cantate numéro 2 sa tête n’avait toujours pas bougé, elle a su qu’il était profondément endormi.  A la fin de l’oratorio – alors qu’il avait dormi les trois-quarts du temps -  il a applaudi à tout rompre, bloquant l'accès à la sortie, sans doute pour faire taire la culpabilité qui était la sienne. Résultat, elle a dû  attendre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
23 décembre 2016

Les éoliennes

On avait installé deux énormes éoliennes derrière chez elle et chaque soir, avant de fermer ses volets, elle se racontait cette même histoire qui perturbait immanquablement  son sommeil : deux monstres gigantesques passeraient leurs bras par la fenêtre pour lui  voler ses économies cachées sous son matelas…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
21 décembre 2016

Dégonflé !

Quel dégonflé, ce père Noël ! Fastoche de déposer des cadeaux au pied des sapins sagement installés dans nos petites maisons occidentales. Quand je pense aux pauvres « serfs » qu’il exploite depuis la nuit des temps afin que nos croyances perdurent ! Pourtant, les croyances, on devrait leur faire la peau. J’en vois deux qu’on aurait tort de ne pas trucider : celle des "méchants dictateurs"*  que les "gentils pays occidentaux" contribuent à abattre afin que les pauvres peuples opprimés puissent respirer un air... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
19 décembre 2016

l'écoute

Parce que sa vie était devenue un enfer, il s’était décidé à aller voir un thérapeute. A la quatrième séance, il se rendit compte que le thérapeute était sourd, il y a des signes qui ne trompent pas. Pourtant,  cela ne l’empêcha pas de continuer ses séances. Après tout, pensa-t-il, l’essentiel n’était-il pas que quelqu’un l’écoute, même sans l’entendre ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
17 décembre 2016

Le jour où…

Le jour où la lune a disparu, ce fut la nuit la plus longue que l’on n’eut jamais connue. Les bêtes hurlèrent, les femmes pleurèrent agrippées à leurs enfants et les hommes oublièrent l’héroïsme qu’on leur prêtait. Certains disent que cette nuit-là, la lune n'avait éclairé qu'une seule maison : celle  où l’Humanité allait naître. Sa naissance  fut célébrée avec force prières et offrandes, et la lune l'avait berçée de sa  lumière pâle. Hélas,  l’Humanité était morte sept jours après sa naissance. Nombreux... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

15 décembre 2016

Le trombinoscope

Quand elle a vu Madame R sortir de la salle 8, le visage livide, elle lui a dit. -          Un problème ? -          Je ne peux plus supporter ce morveux. J’en ai ras le bol de ses provocations. Elle a hoché la tête, compatissante. -          Tu sais, j’ai un truc qui te permettra de retrouver ton calme : la technique du trombinoscope. -         ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
13 décembre 2016

Le chien

Il l’attendait tous les jours au même endroit, et l’attente pouvait durer des heures. La fidélité des chiens n’a d’égal que l’indifférence des hommes. La dernière fois qu’il avait vu Rosy, c’était à cet endroit. Elle était sortie ivre d'un bar de la troisième avenue avec un type à son bras, un pauvre type qui se baladait avec des santiags et un pistolet à la ceinture. En voyant le drôle de petit chien, le type avait dit : « Regarde honey, d’ici, je l’ai dans le mille, à tous les coups. » Et il avait tué le chien.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
11 décembre 2016

Le sapin de Noël

C’était jour de grève, le quai était noir de monde et la foule commençait à s’impatienter quand elle  vit la tête d’un sapin émerger de la  marée humaine. L’arbre avançait envers et contre tout. Il fallait vraiment être givré pour circuler avec un sapin de Noël un jour pareil. Le sapin s’arrêta non loin d’elle ; il appartenait à un jeune homme, la trentaine environ, revêtu d’un pardessus gris. Elle entendit quelqu’un crier « Il manque plus que les boules et ce sera complet », un autre enchaîna « Les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
09 décembre 2016

mourir de rire ?

Avec toi, la vie est un éclat de rire, lui avait-elle dit cinq ans plus tôt. Et c’était vrai, à l’époque il était aussi drôle qu’attentionné. Cinq ans plus tard, elle avait peine à le reconnaître ; ses « saillies » humoristiques se faisaient aussi rares que ses attentions. N’était-il pas temps qu’elle le fasse disparaître ? Elle profita du Festival du nouveau rire à Trouville. Ce fut son cadeau d’anniversaire, le dernier. Il rit tant et si bien qu’il fit un arrêt cardiaque ; il faut dire qu’elle avait un peu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]