26 mars 2016

Le Christ

  -          Allez - la supplia-t-il – explique moi la fin ! Elle lui répondit agacée qu’expliquer ne servait à rien, que ce n’était pas en expliquant quoi que ce soit qu’on arrivait à ses fins. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de vivre, aucune explication ne remplacerait jamais la vie. Et elle ajouta. -          D’ailleurs, regarde le Christ, tu as vu ce qui lui est arrivé à force de s’expliquer par paraboles ? Il est mort à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

08 mars 2016

Les pensées

Elle aurait aimé avoir des pensées sauvages mais les siennes n’étaient qu’apprivoisées. Les bouquets de mots arc-en-ciel qui ouvraient les esprits étaient loin  de son univers. Ces mots à elle avaient des cols sages, et l’innocence de ses idées avait la vertu des chemins balisés qui ne fatiguent jamais ceux qui les parcourent. C’est pour cette raison qu’elle était devenue actrice, juste pour feindre ce qu’elle n’était pas et essayer d'oublier ce qu’elle était…   PS : photo prise à Trouville en février 2016
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2016

La transformation

Ils avaient bien tenté de  dissuader Eve mais rien n’avait pu y faire, elle avait souhaité passer de l’autre côté. Cinq minutes plus tard, des tirs avaient retenti, puis le silence s’était installé, à peine troublé par le bruit du vent dans les branches nues. Personne ne bougeait, tous fixaient le chemin, espérant la voir revenir. Soudain un énorme sanglier apparut, les flancs rougis de sang frais. La bête semblait épuisée. Quelqu’un – peut-être une femme -  prononça  le nom de la disparue. Aussitôt, des flancs de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
13 février 2016

Le tableau

Son fils n’aimait pas ce tableau et elle pouvait le comprendre. Pourtant, elle avait tenu à le suspendre dans la cage d’escalier du deuxième parce qu’il l’intriguait. Cette  petite fille au visage angélique qui se détachait sur la forêt sombre faisait presque peur.  La pureté de sa robe claire était-elle une défense suffisante contre les esprits troublants qui habitaient la forêt de son inconscient ? Elle se demandait si le « peintre amateur » - une vieille dame qu’elle connaissait bien -  ne s’était pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
09 février 2016

Les fleurs

Elle sanglotait devant les fleurs et il semblait que rien ne pouvait l’arrêter. -          Vous avez besoin d’aide ? lui dit un vieux monsieur barbu qu’elle avait vu à plusieurs reprises dans la serre. Furieuse d’être interrompue dans son épanchement lacrymal, elle faillit lui répondre vertement, mais l’homme lui présenta ses excuses. -          Désolée d’être aussi brusque, je ne me suis pas présenté : Sigmund Freud. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
05 février 2016

Rencontre

Cela faisait une demi-heure qu’elle était en contemplation devant les cartes quand il est arrivé. Toujours discret, comme à son habitude, il a murmuré. -           Alors, tu vas où cette année ? -          Nulle part. -          Alors pourquoi tu restes ici ? -          Pour me rendre compte de tout ce que je vais rater. Il ne lui a pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

03 février 2016

Le comportementaliste

Alors ? Lui avait-il dit. Elle s’était penchée au-dessus de la rampe et avait répondu. -          J’ai le vertige ! -          Normal, rien que de très normal car on vient de commencer, il faudra vous entraîner au minimum 7 fois par semaine. Elle s’éloigna de la rampe, rouge écarlate, et n’osa pas lui dire que sa méthode lui paraissait d’un crétinisme absolu. Comment allait-elle se guérir de ses vertiges en se penchant une fois par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
26 janvier 2016

Le regard

Si le regard est franc, lui avait dit son ami, le reste suit. Ah oui ? Et comment jugeait-il si un regard était franc ou non ? Il y avait un test ? La naïveté de ce type était déconcertante. Il se souvenait encore de cette fille dont les yeux avaient la couleur troublante des vitraux de Georges Braque. Ne lui disait-elle pas qu’elle l’aimait, les yeux dans les yeux, avec des accents de sincérité à nuls autres pareils ? Cela ne l’avait pas empêchée de partir avec son meilleur ami sans explication aucune. Ou plutôt... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
22 janvier 2016

Les chauves

Elle avait une tendresse particulière pour les chauves, elle les voyait si nus, si démunis face aux intempéries de la vie. Alors quand ces deux chauves s’assirent juste devant elle au théâtre des arts, elle ne put s’empêcher de les photographier. Encore une fois le proverbe se vérifiait : qui se ressemble, s’assemble. Mais qui étaient-ils ? Lui serait-il possible, en n’observant que leur crâne dégarni, d’imaginer leur histoire ? En tout cas, s’ils étaient ensemble, ils se parlaient peu. S’étaient-ils disputés juste... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 janvier 2016

L’attente

En voyant son collage, il lui avait demandé pour quand c’était. Elle n’avait pas su lui répondre ; elle n’était pas Dieu. Il avait insisté. -          Tu pourrais t’informer ? -          Auprès de qui ? -          Je ne sais pas moi, il y a bien un service pour ça. Elle avait souri et l’avait laissé parler. Incroyable comme ce type parlait toujours pour ne rien dire. De toutes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [18] - Permalien [#]