21 décembre 2017

Duo de décembre

Pour ce Duo de décembre, deux accroches, l'une étant le baise-en-ville, la deuxième étant ce site Après le texte de Caro, voici le mien.   Confusion   On était le 5 janvier et l’année commençait bien mal. Dans l’entrée, posés sur le guéridon, son sac d’écrivain  et son kit de survie, qu’elle répugnait à appeler baise-en-ville. -          Tu vas chez ton éditeur ou à l’hôpital ? a-t-elle demandé à son mari. Il a continué ses préparatifs sans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

19 décembre 2017

Duo de Décembre

  Pour ce Duo de décembre, deux accroches, l'une étant le baise-en-ville, la deuxième étant ce site. Aujourd'hui vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera en ligne le mercredi 21 décembre.   BAISENVILLE Depuis plus de 25 ans, il vient tous les ans à la même période, souvent le samedi avant Noël. Je venais d’être embauchée quand je l’ai servi pour la première fois. Il a demandé un baisenville. J’ai rougi ; il a sans doute cru, à raison, que j’étais une oie blanche. Surtout, je trouvais le mot tellement... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 décembre 2017

Le confessionnal

Elle avait décidé d’ouvrir un confessionnal, une idée un peu folle, mais qui  marchait. Au début, un ou deux clients par jour, mais depuis un mois, elle pouvait recevoir jusqu’à 10 personnes par jour. Son approche était simple : chacun pouvait déposer ses souffrances pendant la demi-heure qui lui était accordée et recevait une écoute inconditionnelle accompagnée d’une boisson au choix et d’un gâteau fait maison, pour la modique somme de 15 euros. Seulement, au jeu de l’écoute, elle fut rapidement prise au piège, et ce... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Changement

Pourquoi la vie désenchante-t-elle ce qu’elle a enchanté ? Il l’avait trouvée belle, très belle, puis moins belle, nettement moins belle et maintenant, non seulement  il la trouvait quelconque, mais bête. Il s’en voulait mais c’était ainsi, la vie avait transformé la soie en tissu grossier. Tout ce qui chez elle l’avait attiré, l’éloignait ; et tout ce qui l’avait ému, l’agaçait. L'heure était venue de s'envoler à tire d'ailes...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
13 décembre 2017

Le piano

Tout  chez Barbara le fascinait : sa voix, ses intonations,  son phrasé, ses attitudes.  C'est pour elle qu'il s'était mis au piano, seul d'abord, puis accompagné, mais son enthousiasme du départ était tombé aussitôt. Le professeur - pourtant soigneusement choisi -  l’avait découragé, et un seul cours avait suffi. Certains enseignants ont des dons stupéfiants…       PS1 : photo prise dans un café à St Martin de Boscherville où l’abbaye vaut le détour. PS2 : A voir sur Arte : ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:25 - Commentaires [23] - Permalien [#]
11 décembre 2017

Les origines

Le taxi nous ramène des urgences. Le chauffeur est noir et nous enjoint de nous préparer au gendarme couché. Le passager à la vertèbre fracturée demande. -          C’est une expression qu’on utilise beaucoup aux Antilles. Vous êtes antillais ? -          Non. -          Mais alors vous êtes de quelle origine ? insiste le même passager ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

09 décembre 2017

Les soucoupes volantes

Le jour de l’arrivée des soucoupes volantes en France, le ciel tirait sur l’orange et la ville se réveillait à peine d’une gueule de bois due à l’explosion sociale qui couvait depuis des mois et s’était propagée à l’échelle du pays. Certains parlaient de révolution, mais il était encore trop tôt pour utiliser ce mot dont la puissance ne pouvait se résumer à des manifestations, certes importantes, mais qui étaient encore contrôlées. La veille au soir, le chef d’Etat s’était accordé un droit d’antenne d’une demi-heure. Son discours... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
07 décembre 2017

Le professeur et l'élève

Elle était au fond de la classe et bavardait avec sa voisine, sans prêter la moindre attention au cours. Le professeur s’est interrompu pour lui demander d’être attentive à l’exercice sur le livre. Elle a répondu. -          J’ai pas de livre. Patiemment, le professeur a rétorqué. -          Très bien. Je le rétro projette et tu te mets au travail. Une fois le livre rétro projeté, le professeur a remarqué qu’elle continuait ostensiblement à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :
05 décembre 2017

Rêve

Il suffit de peu pour rêver, surtout si on file la femme qu’on aime. La dernière fenêtre au deuxième étage, c’est là qu’elle habite. Que fait-elle ? Il se prend un pêcheur qui jette ses filets ; le poisson, c’est elle, mais elle ne l’aime pas. Elle se refuse à lui. Il est obsédé par cette femme qui pourrait s’appeler Fantasme. L’arbre tend ses branches vers la fenêtre. Aura-t-il le courage de monter et de frapper au carreau ? Mais si elle n’est pas seule ? Soudain il entend qu'on l'appelle et il se retourne. Elle est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
03 décembre 2017

la part d'ombre

Le jour où je suis arrivé chez ce psychanalyste, choisi au hasard dans l’annuaire, en  disant « Je voudrais connaître ma part d’ombre » ; il a ri. Quand il s’est arrêté, il m’a regardé droit dans les yeux et m’a répondu. -        Ça va vous coûter cher. J’ai rétorqué. -        Je suis prêt à payer le prix qu’il faudra. Alors il a ajouté avec un petit rictus étrange. -        Si ce n’était  qu’une question de prix… et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]