10 juillet 2017

Duo de juillet

Voici le temps venu de notre Duo de juillet pour lequel, Caro et moi-même, avons choisi d' utiliser une phrase vue sur le blog  diffractions  - " longtemps je me suis douchée de bonne heure " - qui, bien sûr, vous en rappellera une autre... Aujourd'hui, voici le texte de Caro, le mien paraîtra mercredi 12 juillet.   Extrait du journal de bord de Xilos Népomucène   Longtemps je me suis douchée de bonne heure. C’est la voix de ma mère que j’entends. Lointaine, désincarnée. Inexistante. J’effleure l’écran.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

08 juillet 2017

Le passé

Nous parcourions le rayon « homme » du printemps, quand soudain, il s’immobilisa devant un enfant tétant tranquillement sa sucette dans sa poussette, étranger à l’agitation du rayon. - Ah le bienheureux  - s’extasia-t-il  – j’aimerais bien revenir à ce temps béni ! Mais immédiatement il se ravisa, l’air inquiet, comme s’il avait oublié un détail important. -          Il y a un problème ? lui demandai-je. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
06 juillet 2017

Only you

 Une femme seule dans une pièce chante  à tue-tête. Un homme arrive.    H : Par pitié, tais-toi Muriel ! F (continue à chanter à tue tête) : Only you/ can make the darkness bright H ( crie) : Tais-toi, tu me casses les oreilles ! F : Quoi ? Je te casse les oreilles ? Et moi qui  m’entraîne pour ton anniversaire ! H : Tu ne vas quand même pas chanter ça dimanche devant ma mère, mon frère, sa femme et l’oncle Michel ! F :  Ben si pourquoi pas ? Quand tu fais hurler Maria Callas,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
04 juillet 2017

L’hypocondriaque

Il venait d’avoir les résultats de son analyse de sang, tout était parfait. A désespérer. Même pas un peu de cholestérol, rien ! Il avait pourtant insisté auprès du médecin - « Vous êtes sûr, vraiment, je n’ai rien ? » - qui l’avait regardé d’un air suspicieux. Il lui avait même suggéré une nouvelle analyse, une toute dernière : son  taux de PSA.  Pour se débarrasser de son patient, le médecin avait cédé. En rentrant chez lui sa femme lui avait demandé.  ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
02 juillet 2017

filature

Elle l'avait suivie à cause de son pantalon trop court qui lui faisait penser à " Mon oncle ". En l'abordant, hélas, elle se rendit compte que ses idées étaient à l'image de son pantalon. Avant de l'abandonner à son triste sort - ou qu'elle pensait tel -  elle lui conseilla tout de même de défaire son ourlet afin que les idées suivent. Il lui répondit qu'il n'était pas à court d'idées et n'avait certes pas besoin des siennes...   PS : photo prise " à la volée " à Paris, en mai.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
30 juin 2017

Dialogue

Deux hommes parlent dans la salle d’attente d'un psychiatre   -          J’ai fait un « burnes out », dit l’exhibitionniste. -          Et moi un « burn out », répondit son vis-à-vis. -          Qu’est-ce que ça vous a fait ? -          Arrêt maladie pendant deux mois, et vous ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

28 juin 2017

Les fées

La  voix au téléphone lui avait dit “Descendez à l’arrêt  «  Les Fées » et au stop, tournez à droite. C’est au numéro 7.” Une semaine plus tard, à l’heure dite, elle s’arrêtait devant le numéro 7, une maison aux volets bleus  que la vigne vierge envahissait dangereusement. Elle sonna. Une femme ouvrit et lui dit qu’on l’attendait à l’étage, la troisième porte à droite. Elle monta les marches. Une odeur d’encens flottait dans l’air et, accrochés  aux murs  jaunes pâles, plusieurs toiles... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
26 juin 2017

Grande gueule

Il fallait bien que ça arrive, cette  imbécile n’avait pas pu se taire. J’étais sûre qu’un jour elle me tirerait dans les pattes, j’en étais sûre. J’en étais là de mes réflexions quand le chef de service m’a téléphoné pour me dire qu’il m’attendait dans son bureau à 12 h 30. Ce type était un sadique, il allait me faire rater mon repas. A 12 h 30 pile, l’estomac dans les talons, j’ai frappé à sa porte. Une fois à l’intérieur, je l’ai salué la tête haute. « Ne jamais se soumettre », telle est ma devise. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
24 juin 2017

L’effet papillon

 Cette robe bleue à pois rouges, c’était celle qu’Hélène portait le jour de l’enterrement de son père. Il y avait eu l’église, la messe,  le cimetière, et le déjeuner où elle  avait rencontré un vague cousin avec qui elle jouait, enfant. Il lui avait raconté des souvenirs qu’elle avait rangés dans des tiroirs fermés à clef. Quand elle s’était étonnée de sa mémoire il lui avait répondu qu’à cette époque il était fou amoureux d’elle. Le rouge lui était monté aux joues et seule une pirouette l’avait sauvée de son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
22 juin 2017

Le hasard fait-il bien les choses ?

  Un homme est assis dans un café, il n’arrive pas se concentrer sur son journal et décide de parler à sa voisine H : Bonjour, vous m’excuserez d’interrompre votre lecture mais en vous regardant je me suis dit… F : Vous vous êtes dit : « Tiens je m’emmerde ! Et si j’allais me distraire un peu en tapant la discut avec la fille qui lit au lieu de rester seul dans mon coin. Elle est pas canon mais faut pas être difficile par les temps qui courent. » H : Je l’aurais plus joliment dit. F :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]