12 mars 2019

Disparition

C’est en passant devant le palais de justice que j’ai entendu parler la bête ; elle m’a terrifiée. De ces lèvres entrouvertes sortait cette phrase d'Eduardo Galeano : « Pourquoi écrit-on si ce n’est pour rassembler les morceaux ».   Soudain j’ai pleuré. Et si l’explication était là, tout simplement : je n’écrivais plus rien car les morceaux avait disparu de mon cerveau !   * gargouille muette photographiée à Rouen
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

06 mars 2019

Rossini

Après le texte de Mado, voici le mien. Toujours Rossini, et toujours le duo des chats.     Duo or not duo   En quittant la fête à laquelle ils avaient été invités, il lui avait dit. -          J’en ai marre de ce duo de cons ! -          Lequel ? -          Le nôtre. Elle se tut. -          Pas grave, murmura-t-elle,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
04 mars 2019

Rossini

 Mado est de retour chez Presquevoix et, toutes deux, nous avons planché sur le Duo des chats de Rossini que vous pourrez écouter ci-dessous. Aujourd'hui vous pouvez lire son texte, le mien sera en piste  mercredi 6 mars.   Montserrat Caballé e Montserrat Martì - Duetto buffo di due gatti (Rossini)     (Cha) ba da ba da… Tout le long du chemin  elle avait  eu l’impression qu’on la suivait. Et quand il eut  franchi le seuil de la maison, elle n’avait pas eu le courage de le renvoyer.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
02 mars 2019

stage

Elle se demandait si la grossièreté n’était pas devenue sa seconde nature. Aucune agressivité  physique  de sa part, certes, mais il ne se passait pas un jour où elle n’avait pas envie de dire « merde », « connard », « la ferme » quand certains  se comportaient d’une façon qui frisait  l'égocentrisme.  Elle se dit qu’il était peut-être temps pour elle de participer à un stage de méditation de pleine conscience…    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
28 février 2019

L’énigme

-          Tu l’as vue ? Mais elle se prend pour un sphinx ?  Elle savait parfaitement que cette fille était cinglée, mais à ce point ! Se prenait-elle pour un oiseau de proie, une muse, un monstre peut-être ?  Sans doute l’enviait-elle un peu, comme on envie ce que l’on souhaiterait être soi-même sans jamais y parvenir. Elle aussi aurait voulu, en plein désert, poser à chaque voyageur l’énigme à laquelle personne ne saurait répondre, sauf Œdipe ; mais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
26 février 2019

Fin

Souvent elle se demandait pourquoi il haïssait les autres. Quand un jour elle lui a posé la question, il s’est contenté de lui dire que c’était les autres qui le haïssaient. L’affaire en est restée là, jusqu’au jour où il a  assassiné sa mère. Quand elle lui a rendu visite en prison, elle lui a demandé. -          Pourquoi ta mère ? Il l’a regardée le visage fermé. -          Elle l’a cherché. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

24 février 2019

Le Christ

    La première fois qu’elle l’avait vu, c’était au-dessus d’un vase de fleurs. Elle lui avait demandé qui l’avait assigné à résidence les mains ligotées et il lui avait répondu. -          Les fidèles. -          Mon Dieu. Mais pourquoi ? Pourquoi ? Le Christ lui avait dit que la coupe était pleine chez les fidèles et que les affaires de pédophilie avaient déchiré leur croyance. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
22 février 2019

La haine

Les gilets jaunes créaient chez sa voisine des flux de haine. Pourquoi une telle pulsion ? Etait-ce du à son âge - très avancé -   ou  aux informations - les fameuses "fake news" - en boucle dans les médias ? Elle aurait aimé lui dire ce qu'elle pensait du sujet mais non, elle se taisait. Après observation, elle constata qu' une fois ce flot de haine passée, sa voisine revenait à un état quasi normale. Etonnant. Sans doute devrait-elle relire le principe du plaisir, de Freud, afin de comprendre les raisons de son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
20 février 2019

L’ange

  Il lui avait dit, l’air curieux. -          Mais cet ange, tu le connais ? Elle n’avait rien répondu, parfois la vie doit glisser dans le royaume du silence. Cet ange paraissait si doux, et il faisait partie de sa vie. Il lui était apparu après la mort de son père, quand elle avait 12 ans.  Dès qu’il surgissait -  où que ce fût  -  il lui disait d’ouvrir les yeux et de ne plus les fermer pendant 12 secondes. Toute fermeture aurait entraîné une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
17 février 2019

duo de février

  Nouveau duo du mois de février avec Caro. Cette fois-ci, j’ai choisi une photo gentiment prêtée par Pastelle.  Aujourd’hui vous pouvez lire mon texte.   L’homme au complet noir   Elle l’avait suivi à distance et l’avait entendu répéter une presque lamentation « Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi.». Suivre quelqu'un dans un musée n’est pas chose facile ; seulement cet homme-là, elle croyait l'avoir aimé un jour, et l'observer se taper la tête dans les murs d’une galerie... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]