28 juin 2015

La petite soeur

Sa soeur était née. Horreur ! Comment supporter ce bébé tout rouge qui couinait à la moindre occasion, juste pour se faire remarquer ? Un lundi, en rentrant de l’école, elle avait frappé de porte en porte pour que les voisins l'adoptent, mais personne n’avait accepté. Le soir même, sa mère – avertie par de bonnes âmes  -  lui avait donné une gifle mémorable. Elle s’était donc forcée à aimer sa soeur mais, à 70 ans passés, elle n’y arrivait toujours pas…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

30 mai 2015

Sweet little angel

  Parfois il lui disait « Sweet little angel » ou « Rock me baby », mais souvent, il lui cognait dessus.  « Pour me soulager » s’excusait-il, mais ça ne durait jamais très longtemps. Un jour elle est morte, plus de sweet little angel, plus personne pour le bercer, plus rien, juste lui et le déni dans l’enfer d’une cellule de trois mètres sur trois.      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
26 mai 2015

Censure

Dans ce pays, toute œuvre artistique, avant d’être exposée dans le seul et unique musée de la capitale, doit être soumise à une commission de censure. Sont interdites de musée les œuvres faisant l’apologie de toute religion ou parti non officiels, du corps, de la joie, de la liberté, de la solidarité, de la réflexion, de la paix, etc. Confronté à l’imaginaire déviant des artistes nationaux et internationaux, le gouvernement a pris l’initiative de transformer ce musée, vide depuis 5 ans, en un centre de rééducation pour artistes.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
22 mai 2015

La confession

Elle ne s’était jamais confessée mais elle en rêvait. Elle s’imaginait agenouillée, déversant dans un murmure toute la noirceur de son âme à travers un grillage dont les jours lui permettraient de voir l’homme de Dieu agenouillé lui-même. Le jour où elle sauta le pas, le curé fut si surpris de la teneur de ses confessions qu’il s’évanouit. Affolée, elle rentra dans sa loge, lui bascula la tête en arrière et lui souffla dans la bouche à plusieurs reprises. Cette expérience lui laissa une culpabilité  telle que jamais plus elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
30 avril 2015

Mitoyenneté

Sa voisine avait commencé le violon en avril 2013 et sa connaissance de l’instrument ne s’améliorait pas avec le temps. Seule différence,  elle jouait de plus en plus fort, persuadée du son mélodieux qu’elle tirait de l’instrument maltraité. Comme il ne supportait plus les boules quies, il avait fini par se mettre au violoncelle. Peut-être finiraient-ils par former  un duo ?   Arioso - Bach - Stringspace - Violin & Cello duo      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
20 avril 2015

Le kamikaze

C’est près du marché qu’ils furent attirés par des cris terrifiants. Ils se précipitèrent ; en arrière-plan, des flammes voraces, et devant eux, un kamikaze bardé de bombes qui  hurlait comme un fou : « j’arrive pas à me faire exploser, ça marche pas, qu’est-ce que je fais ? ».  
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 avril 2015

Absurdité

Il attendait que sa femme meure pour se mettre avec Madame P. En fin de compte, c’est lui qui est mort avant elle.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
08 avril 2015

La phrase

Ce matin, en passant devant la salle de bain, j’ai surpris mon père devant le miroir. Il se regardait fixement et répétait en boucle la même phrase sans se douter le moins du monde que je le  regardais. Quand je  suis partie, au bout de deux minutes, il répétait toujours cette même phrase : « Je suis le capitaine à bord, je suis le capitaine à bord, je suis le capitaine à bord… » De quel capitaine parlait-il ? Et de quel bateau ? C’est au déjeuner que j’ai eu l’explication, quand il a dit à ma mère... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 mars 2015

La brigade orthographique

A la nuit tombée, armés d’une bombe et revêtus d’un tee-shirt rouge où l’on pouvait lire l’inscription « brigade orthographique »,  ils arpentaient la ville d’Est en Ouest. Leur objectif : libérer les graffitis d’erreurs qui bafouaient la langue française !   PS : voir le blog langue sauce piquante au sujet du pluriel du mot graffiti.    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
13 mars 2015

Le prénom

Elle avait appelé sa chienne « Pubis », et elle n’était pas mécontente du  petit effet que cela produisait quand elle l’appelait dans les lieux publics…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]