30 avril 2015

Mitoyenneté

Sa voisine avait commencé le violon en avril 2013 et sa connaissance de l’instrument ne s’améliorait pas avec le temps. Seule différence,  elle jouait de plus en plus fort, persuadée du son mélodieux qu’elle tirait de l’instrument maltraité. Comme il ne supportait plus les boules quies, il avait fini par se mettre au violoncelle. Peut-être finiraient-ils par former  un duo ?   Arioso - Bach - Stringspace - Violin & Cello duo      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

20 avril 2015

Le kamikaze

C’est près du marché qu’ils furent attirés par des cris terrifiants. Ils se précipitèrent ; en arrière-plan, des flammes voraces, et devant eux, un kamikaze bardé de bombes qui  hurlait comme un fou : « j’arrive pas à me faire exploser, ça marche pas, qu’est-ce que je fais ? ».  
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 avril 2015

Absurdité

Il attendait que sa femme meure pour se mettre avec Madame P. En fin de compte, c’est lui qui est mort avant elle.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
08 avril 2015

La phrase

Ce matin, en passant devant la salle de bain, j’ai surpris mon père devant le miroir. Il se regardait fixement et répétait en boucle la même phrase sans se douter le moins du monde que je le  regardais. Quand je  suis partie, au bout de deux minutes, il répétait toujours cette même phrase : « Je suis le capitaine à bord, je suis le capitaine à bord, je suis le capitaine à bord… » De quel capitaine parlait-il ? Et de quel bateau ? C’est au déjeuner que j’ai eu l’explication, quand il a dit à ma mère... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 mars 2015

La brigade orthographique

A la nuit tombée, armés d’une bombe et revêtus d’un tee-shirt rouge où l’on pouvait lire l’inscription « brigade orthographique »,  ils arpentaient la ville d’Est en Ouest. Leur objectif : libérer les graffitis d’erreurs qui bafouaient la langue française !   PS : voir le blog langue sauce piquante au sujet du pluriel du mot graffiti.    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
13 mars 2015

Le prénom

Elle avait appelé sa chienne « Pubis », et elle n’était pas mécontente du  petit effet que cela produisait quand elle l’appelait dans les lieux publics…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

05 mars 2015

Le frère

Son frère était son miroir grossissant et il lui en était reconnaissant. Quand il prenait 1 kilo, son frère en prenait 3, et quand il en prenait 2, celui-ci en prenait immanquablement  6. Comme il ne  voyait son frère qu’une fois par semestre, l’effet loupe n’en était que plus saisissant. Il se mettait alors au régime avec pesée chaque jour et une mise à jour  de sa  courbe de poids sur son carnet de santé en ligne…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
14 janvier 2015

Le virus

Il passait son temps à éviter sa mère. Le dérangeait-elle ? Au petit-déjeuner, elle n’a pu s’empêcher de lui dire. -          Tu sais la vieillesse, ce n’est pas une maladie, ça ne s’attrape pas ! Son regard lointain s’est arrêté sur sa mère et ses yeux vides et transparents ont balayé le visage de celle qui l’avait mise au monde, contre son gré. Fatigué de cet effort, il a baissé la tête et a continué de tremper sa tartine dans sa tasse de café au lait, sans mot dire…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
10 janvier 2015

Les journaux

Jeudi dernier, j’ai arpenté tous les kiosques possibles pour trouver un quotidien, impossible. D’habitude pourtant, à la même heure, les journaux attendent sagement sur leur présentoir. Il suffit donc que deux cinglés tuent douze personnes pour que la vente de journaux batte  des niveaux record.  Méfions-nous, en cette époque troublée cela pourrait donner de mauvaises idées aux patrons de presse…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
04 janvier 2015

Le cireur

En arpentant les rues du marché de Noël, quelle ne fut pas sa surprise de voir un cireur de chaussures.  Elle s’arrêta, demanda combien il prenait puis, conquise par l'homme, elle lui abandonna ses chaussures noires.  Au fil de la conversation elle lui confia qu’à son âge, elle avait hâte de vieillir puis, confortée par sa présence rassurante, elle osa ajouter. -  Moi, vous savez, jamais aucun homme ne s’est mis à mes pieds. C’était l’occasion ou jamais. C’est pour ça que je vous ai confié mes chaussures. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]