20180501_164804Je me souviens de mes non-cours de piano. J’avais 9 ans et, le jeudi matin – jour des enfants – j’allais  chez mon professeur qui habitait une grande maison au fond d’un parc. Au milieu du parc,  un cèdre singulier étendait ses branches  jusqu’au deuxième étage de la maison. Je rêvais d’y élire domicile.

J’aurais voulu savoir jouer sans travailler. Mon professeur - une dame  dotée d’un certain humour  - sans doute lassée de me répéter les mêmes choses, finit par se plier aux règles que ma « paresse » lui avait fixées : elle jouait et je l’écoutais.

50 ans plus tard, j’ai repris le piano, c'est moi qui paie les cours, et je ne demande plus au professeur  - qui a 20 ans de moins que moi - de jouer à ma place…

 

PS : photo du lieu en question, prise aujourd'hui même.