Duo de la fin avril avec Caro qui a décidé de choisir la photo ci-dessous qu'elle a prise à St Malo. La citation suivante, que j’ai choisie, doit   influencer notre texte :

" J’ai en moi tous les rêves du monde " ( Fernando Pessoa )

Aujourd'hui, voici mon texte.

 

saint malo (1)

 

 

Rencontre

D’une voix blanche, dans la chambre où ils se retrouvaient depuis un mois, elle avait dit à son amant.

-          Je voudrais tuer les gens pour les protéger.

Calme et non dénoué d’humour, Il lui avait conseillé  d’aller « rue du pourquoi-pas »

-          Pourquoi ? avait-elle dit.

-          Pourquoi pas ? avait-il répondu

Rue du pourquoi-pas, l’air était raréfié et elle sentit immédiatement des maux de ventre qui l’obligèrent à s’arrêter. Elle observa une suite de maisons toutes aussi sombres les unes que les autres pourtant, des fleurs rouges décoraient les balcons. Etaient-ce elles qui avalaient l’air et le gardaient dans leur pistil ?

Soudain un homme vêtu de noir s’approcha d’elle. Elle le salua poliment ; sa bonne éducation l’obligeait à garder le sourire aux lèvres. L’homme lui adressa la parole.

-          Pourquoi avez-vous choisi cette rue ?

-          Désolé monsieur, Je ne peux pas vous répondre car je ne vous connais pas.

-          Vous ne me connaissez pas, mais moi je vous connais.

-          D’où ?

-          Je préfère rester silencieux afin de ne pas faire couler en vous des flots de larmes.

-          Que risque-t-on à dire une vérité ? lui demanda-t-elle.

-          On risque de perdre l'autre, répondit-il, et il plongea ses yeux dans les siens, comme s’il était à la recherche d’un paysage étrange.

-          Pourquoi m’observez-vous ?

-          Je suis de ceux qui observent et parlent peu. Dites-moi, jeune demoiselle, pourquoi ne pas vouloir vous tuer vous-même, plutôt que tuer les autres ? Moi c’est ce que j’ai fait et voyez le résultat.

Elle le dévisagea attentivement. Ce type était-il fou ou était-ce elle ?

-          Dites-moi quelle vie serait la mienne si moi aussi je me tuais ?

-          Vous auriez une vie sans rêve aucun et vous rentreriez au cœur de l’angoisse de ceux qui sont restés vivants. Certains acceptent qu’on les aide, mais ils sont rares.

-          Et comment les aide-t-on ?

-          En désenvoutant la maison hantée où ils survivent.

-          Croyez-vous que moi aussi je vis dans une maison hantée ?

-          Bien sûr.

-          Comment vivre ailleurs ?

-          Commencez à voir la plainte qui hante votre cœur et surtout, ne demandez jamais réparation, ce n’est pas possible. Vous devrez accepter l’inguérissable, c’est à cette seule condition que vous pourrez avoir en vous les rêves du monde.

Avant de continuer son long chemin, l’homme lui avait dit en souriant.

-          Essayez, que risquez-vous ?

-          Pourquoi pas ?  fut sa seule réponse. 

Jamais il ne lui reparla mais de temps à autre il l’observait. Quand il comprit qu’elle ne vivait plus dans un écran de fumée et ouvrait ses yeux à la vie, il eut presque envie de pleurer, mais lui n’était plus vivant.