Depuis une semaine, un nombre grandissant d’hommes et de femmes du réseau social Hook découvrait que leur profil signalait leur décès ; leur compte était irréversiblement transformé en compte de commémoration avec un message de souvenir accompagné d’une couronne mortuaire. De nombreux abonnés ne survivaient pas au choc de leur disparition virtuelle.

M. W W Chew, le Président de Hook, avait multiplié les messages rassurants, mais rien encore n’avait pu enrayer l’épidémie qui touchait déjà plus de 1000 abonnés  en France.

 Certains accusaient les réseaux russes, d’autres les réseaux terroristes, jusqu’à ce qu’un message viral  fasse surgir le nom d’une mystérieuse organisation - le FLM ( Front de Libération des Médias ) qui aurait des ramifications dans le monde entier...