21 juin 2010

Faire de l’exercice

Hier, mon fils révisait son bac français  sur le canapé. Le pauvre  avait l’air harassé. Soudain il m’a dit :- Il faut que je fasse de l’exercice !Et aussitôt il a pris la télécommande de la télévision.
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

20 juin 2010

L’oiseau blessé

Difficile d’oublier un monstre... Pour lire le texte, c'est ici. Le montage est de Patrick Cassagnes et le texte de gballand
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2010

Les rêves

Dans ses rêves elle passait son temps à rater des trains... Elle finit par ne plus sortir de chez elle ; la peur de ne pas arriver à l’heure à ses rendez-vous.
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 juin 2010

Les hommes...

"Les hommes, elle  les avait toujours voulus à la coque, brûlants, avec du jaune onctueux et une toute petite pointe de noir dans le lait de leur âme..." Pour lire le texte, c'est ici. Le montage est de Patrick Cassagnes et le texte de gballand
Posté par gballand à 06:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2010

L’autopsie

- Si je meurs, demande une autopsie.C’est ce que m’a dit mon mari dimanche dernier,  au réveil. Je me demande pourquoi ? Depuis, je ne peux m’empêcher de le surveiller, j’ai peur qu’il ne fasse une bêtise...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 juin 2010

Les aiguilles à tricoter

Il faut toujours se méfier des femmes qui tricotent, surtout quand elles veulent vous donner leurs aiguilles...Pour lire le texte, c'est ici.Le texte est de gballand et le montage  de Patrick Cassagnes.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

05 juin 2010

Indifférence

Le soir tombait et vous buviez comme il pleuvait sur la ville. Les vitres dégoulinaient et vous aussi ; vous dégouliniez de cette mélancolie qui colle à la peau et au goulot. Vous  sanglotiez à perdre l’âme assis sous un abribus, seul, et de temps à autre, vous maudissiez ces cons qui passaient sans vous voir en brandissant votre litron. Moi non plus je ne me suis pas arrêtée.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
04 juin 2010

Le cochon d’inde

Aujourd'hui, j’ai dit à mon père que le cochon dinde était mort. C'est bien la première fois que je  vois mon père pleurer comme une madeleine. Même quand maman est morte, il n’a pas pleuré ; pas une seule larme. Quand je lui ai demandé pourquoi il pleurait, il m’a répondu en sanglotant :-    Tu ne vois pas que ce cochon d'inde c’était ta mère réincarnée !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
01 juin 2010

L’invitation

Avant-hier, on a invité ma mère à déjeuner. Elle est venue en voiture avec son gros chien noir qui saute tout le temps et met des poils partout. Il ne la quitte jamais, dommage. Heureusement qu’elle n’a pas de vache sinon il lui faudrait  une bétaillère et notre  jardin ridicule ne suffirait pas à la bête...
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
30 mai 2010

L'oiseau

Saviez-vous qu’il y a des oiseaux qui peuvent séduire les femmes ? Pour  lire le texte, c'est ici.Le montage est de Patrick Cassagnes et le texte de gballand.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :