30 décembre 2015

Bonne année

On l’appelle « bonne année », parce que quand il a commencé  à travailler il ne savait dire que ça. Il est posté à la sortie de la boulangerie, tous les dimanches, et Il tend la main, debout, un  sourire inaltérable accroché aux lèvres. Chaque client a droit à un bonjour et une bonne journée, avec une intonation propre à celle de sa langue maternelle. Je me demande combien il gagne. Les gens sont-ils plus généreux à la sortie de la boulangerie qu’à la sortie de la messe ? Un homme qui faisait la manche ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

26 décembre 2015

Les harengs

Après avoir acheté des harengs au marché, elle était revenue sur le parvis de l’église et en avait lancé quelques-uns aux goélands dont les cris déchiraient l’espace. Ceux-ci ne s’étaient pas fait prier et avaient fondu sur les poissons. Un passant l’avait hélée, agacé. -          Plutôt que de donner à bouffer aux goélands, vous feriez mieux de donner votre fric aux restos du cœur. Elle répliqua. -          Les gens n’ont qu’à aller... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
21 décembre 2015

Noël

Depuis 10 jours, tout le monde lui demandait ce qu'elle ferait à Noël. Mais qu'est-ce que ça pouvait  bien leur faire à tous ? Pourquoi lui demandaient-ils ça alors qu'ils s'en fichaient complètement, que la seule chose dont ils se souciaient, c'était d'eux ? A la quinzième question identique - avait-elle choisi inconsciemment sa victime ? -  elle répondit énervée. - Ecoute, à Noël, comme tous les ans, je vais rester chez moi. Pas de  famille, pas d'amis, pas de sortie, télé et au lit. Tu vois,  si c’est ça que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
19 décembre 2015

Le vieux prof

Il expliquait aux élèves les fonctions continues quand il les a tous vus ranger leurs affaires. Il restait pourtant une demi-heure de cours. Jamais une telle chose ne lui était arrivée de toute sa carrière. Affolé, il leur a demandé la voix tremblante : mais qu’est-ce que vous faites ? Et, en cœur, les élèves lui ont répondu. -          C’est l’alarme incendie M’sieur ! -          Hein ? Quoi ? Bredouilla-t-il,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - Commentaires [16] - Permalien [#]
17 décembre 2015

Le grand saut

Il essayait de faire un rapide calcul : est-ce qu’en sautant de la nacelle il pourrait atteindre la croix pour rejoindre le Sauveur et quitter définitivement la grande roue de la vie ? S’il en avait parlé à quelqu’un, on lui aurait dit qu’il manquait de perspective et qu’il valait mieux attendre. Mais il ne trouva personne à qui  parler…     PS : photo  de la grande roue installée sur la place du vieux marché à Rouen.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
15 décembre 2015

L'élève

Elle entre en traînant les pieds, le visage fermé, bougonne, s’assied, sort son cahier parce que j’insiste vraiment et laisse son sac sur les genoux – c’est mieux pour consulter son portable. Quand je lui demande si son travail est fait, elle déclare ostensiblement  que non et s’étonne que je m’étonne, puisque je n’ai soit disant rien donné le cours précédent. Elle répond aux questions de façon renfrognée - quand elle daigne répondre - sinon elle bavarde avec son voisin ou regarde par la fenêtre. « Il faut les faire... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

13 décembre 2015

Le prince charmant

Il était tellement fade que lorsqu’il lui avait proposé d’aller voir les tambours du Bronx, plutôt que de dîner au restaurant, elle avait sauté sur l’occasion. Pour une fois qu’il avait une idée qui sortait des plaines de l’ennui. -          Ensuite on pourrait aller… avait-il tenté. -          Impossible, répondit-elle immédiatement, je dois me coucher tôt. Le lendemain j’ai un train à 8 heures. Mais quand arrêterait-elle de lui mentir ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
11 décembre 2015

Le banc

Elle était restée 15 minutes sur le banc, 15 minutes de trop et on ne l’y reprendrait plus. Pourquoi attendre les retardataires de la vie ? Elle se leva à 12 h 30, exactement, et elle disparut au coin de la rue des martyrs. Seulement, au fur et à mesure qu’elle marchait, une petite musique tournoyait dans sa tête jusqu’à l’obsession : « Avec le temps, avec le temps va tout s'en va, on oublie le visage et l'on oublie la voix… » Arriverait-elle à oublier son visage et sa voix ? Non, impossible. Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
09 décembre 2015

Le retour

Il sonne au portail. Personne ne répond, alors il passe par-dessus le mur de pierre. Un chien l’ accueille d’aboiements joyeux. « Viens là Titoune, viens ! ». Le verger regorge de fruits et au loin, des balles de foin donnent du relief aux champs nus. La maison dresse ses murs épais aux pierres inégales. Il avance jusqu’au perron. Le chien l’accompagne de ses jappements amicaux. Il croit voir une ombre derrière les rideaux du premier étage, mais n’a-t-il pas rêvé ? Il monte les marches et frappe à la porte.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
07 décembre 2015

spectacle

  Quel meilleur spectacle pour l'homme                             que celui                                      ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - Commentaires [18] - Permalien [#]