09 novembre 2015

L’amanite

Il comparait souvent sa mère à une amanite phalloïde mais il ajoutait toujours, non sans humour,  qu'elle n'avait pas le teint verdâtre  et que ses lames étaient invisibles.    
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2015

Narcisse

Elle ne savait que parler d’elle et toute tentative d’aborder un autre sujet était vouée à l’échec. Epuisé par ses ressassements perpétuels, son fils prit une sage décision qu’il mit en application la fois suivante. Ce jour-là, alors qu’elle se gorgeait d'elle tout en buvant un verre de mousseux auquel elle avait donné l’appellation « champagne »,  il sortit un miroir de son sac à dos et le cala devant son visage. Sa mère s’étonna de cette « guignolade » De derrière le miroir, son fils articula. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2012

La mère d’élève

Quand son fils lui avait montré le mot du professeur dans son carnet de liaison, elle avait vu rouge et d’une plume rageuse elle avait écrit :Monsieur,Demander à mon fils d’éteindre son portable alors que celui-ci est en vibreur et ne gêne personne, n’est-ce pas abuser de votre autorité ? De plus, si vous continuez à  stigmatiser mon fils et à le considérer comme un ignare – croyez-vous qu’il n’a que vos devoir à faire en rentrant à la maison ?  -  vous ne manquerez pas d’avoir de mes nouvelles par l’intermédiaire de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :
09 octobre 2012

La mère

Elle était assise en face de moi et triturait une boucle de ses cheveux, la mine boudeuse. Soudain, elle s’est animée et sa voix s’est faite dure. « Ma mère cette salope », a-t-elle commencé, et elle m’a décrit sa sorcière de mère. Au fur et à mesure qu’elle déployait des trésors de détails, je me suis rendue compte qu’elle me décrivait, moi : petite, les cheveux blonds, des lunettes aux montures carrées, un nez en trompette, une peau blanche, un grain de beauté sous la lèvre inférieure, des taches de rousseur … oui, c’était bien... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
21 mai 2012

La liste

Avant qu’elle ne parte chez sa mère, il lui avait dit : -  Je peux te faire la liste complète de ce qu’elle va te dire. D’ailleurs, tiens, je te la fais  et tu cocheras au fur et à mesure. Elle n’avait pas pris la liste, mais quand elle l’avait consultée, au retour, elle avait constaté que tous les thèmes y était rigoureusement passé, du début jusqu’à la fin. Finalement il connaissait sa mère aussi bien qu’elle
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2012

Le lifting

Hier, ma mère m’a dit que j’avais l’air fatiguée et que j’aurais vraiment besoin d’un lifting. J’avais très envie de lui tendre un miroir, mais je ne l’ai pas fait : c’est ce qu’on appelle l’amour filial.
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

05 février 2012

La mémoire

La dernière fois qu’elle était allée voir sa mère en maison de retraite, celle-ci ne l’avait pas reconnue et  l’avait appelée Maurice à plusieurs reprises. Elle en avait été fort troublée. Maurice ! Se masculinisait-elle à ce point ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2011

Entre deux

Quand il téléphonait à sa mère, c’était enfermé dans les toilettes,  en cachette de sa femme.  Il parlait toujours à voix  basse, et sa mère – malgré son ouïe fine -  lui disait  souvent de sa voie suraiguë :   « Parle plus fort Jean Mi, je n’entends rien ! ».  A ces moments-là, il la détestait  autant que sa femme.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2009

Sa mère (gballand)

- Si je redevenais enfant, je ferais tout le temps des fugues. C’est ce que mon mari m’a dit hier, je ne sais plus à quelle occasion. Il est vrai que sachant tout ce qu’il sait, aujourd’hui, sur sa mère – un précieux savoir accumulé depuis 50 longues années - comment pourrait-il rester chez elle sans faire de fugues ? L’instinct de survie, en somme…
Posté par gballand à 06:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2008

La gélule ( gballand )

Il était dans le train et se laissait bercer par la douceur du compartiment de première quand soudain il se rendit compte qu’il l'avait oubliée ! Le drame ! Sans elle, il ne pourrait pas la supporter 7 heures, impossible ! Comment faire ? Trop tard pour lui téléphoner et se décommander, trop tard pour inventer une excuse que, de toutes façons, elle ne croirait pas car elle avait toujours deviné quand il mentait ! Trop tard ! Il devrait boire ces 420 minutes, non-stop, en tête-à-tête avec elle, jusqu’à la lie ! Il était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,