17 juin 2013

Les prénoms

Leurs enfants étaient nés le même jour et, si l'un avait appelé son fils Heinrich, l'autre avait opté pour Benito. Tous deux pensaient qu’ainsi, les enfants pourraient construire leur vie sur des " bases saines ". PS : Cette brève m’a été inspirée par cet article de libération : « Ayoub, nazi qui s’en dédit »
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2013

L’enfant

Sa première réaction, quand elle avait vu le bébé de son amie, fut : Mon dieu qu’il est moche ! Aussi, quand son amie - extasiée devant cet être laid et vulnérable qui avait mis tellement de temps à être conçu  - lui demanda comment elle le trouvait, elle ne put que répondre : Je ne vois vraiment pas à qui il ressemble ! Et elle ne rajouta rien. Elle se demanda tout de même si elle n’avait pas fait une grimace. - Il est quand même mignon, tu ne trouves pas ? Insista son amie. Et elle concéda. - C’est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2012

Le cheval à bascule

La famille était à la décharge pour l’opération nettoyage : le père, la mère et les deux enfants, deux petites filles d’environ 6 et 12 ans. Le père demanda à la plus âgée de prendre le cheval à bascule pour le jeter dans la benne. Elle s’approcha de la grande bouche, serra le cheval contre elle, regarda ses parents qui s’activaient pour débarrasser le coffre,  fit une dernière caresse au cheval, et puis elle le fit glisser sur le mini-toboggan en fer. Elle crut l’entendre hennir, mais elle ne se retourna pas ; on lui avait dit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2012

On a marché sur la lune

On a marché sur la lune ! Le monde entier pouvait s’écrouler, peu lui importait, il y avait Tintin, Milou, et lui. Onze ans plus tard, Tintin et Milou avaient disparu. Dans la lune, par contre, il y était souvent, même si parfois il cherchait un endroit où il pourrait poser pied… PS : texte écrit à partir de cette photo prise par C. V.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
27 décembre 2011

Un psychotrope, sinon rien

A l’école, les enseignants se plaignaient de lui, les parents des autres enfants aussi, et la solution avait été trouvée rapidement : soit on l’excluait, soit on le médicamentait. Les parents avaient choisi les médicaments et il était maintenant sous méthylphénidate ; au moins, on était sûr qu’il arrêterait de bouger. 10 % des parents de la population de ce pays « civilisé » avaient opté pour la même solution. Sans doute les enfants grossissaient-ils – un inoffensif dégât collatéral – mais l’hyperactivité était désormais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2011

Le droit au bonheur

Tous les soirs c’était la même « farce », il lui déchirait les tympans avec ses solos de guitare électrique. Qu’il se prenne pour Jimmy Page, soit, mais pas à 20 heures, quand il rentrait du travail harassé ! Il lui avait dit de baisser sa sono sur tous les tons, mais rien à faire. S’il avait parlé à un chimpanzé, les résultats se seraient certainement moins fait attendre. Quand il frappait à la porte de la chambre, un grognement lui répondait, et quand il entrait, il voyait  la longue tignasse de son fils, agitée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2009

Les enfants (gballand)

Quand son fils rentra avec trois heures de retard, il ne lui dit rien mais il éructa à l’adresse de sa femme : - Les enfants ? Qu’est-ce que ça t’apporte les enfants, hein ? Que des emmerdes, c’est simple ! Je te le dis, moi, vaut mieux élever des chiens, ils connaissent pas leur bonheur ceux qui ont des chiens !
Posté par gballand à 07:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :