29 avril 2012

Pause

Petite pause : retour le vendredi 4 mai, à 7 heures. Une citation d'Erri de Luca* sur l'écriture : " Parler c'est parcourir un fil. Ecrire, c'est au contraire le posséder, le démêler. " * citation extraite du livre Pas ici, pas maintenant      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 février 2012

Les phrases

C’était un collectionneur de phrases, des plus belles aux plus étranges. Il les accumulait dans des carnets qui garnissaient ses étagères. Voilà 40 ans qu’il s’adonnait à cette passion. Il ne voulait pas qu'elles tombent dans l’oubli. Bien sûr, quand il mourrait – parce que la mort ne l’oublierait pas, elle avait une excellente mémoire – il était sûr que d’autres prendraient soin de ses phrases. La dernière phrase qu’il avait notée dans son carnet vert, juste avant de mourir,  c’était une pensée personnelle : «  La mort... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
02 janvier 2012

Les mots

Les mots ampoulés lui tenaient lieu de pensée. Il les prononçait en gardant chaque syllabe longuement en bouche. Le dernier mot dont il se gargarisait était "amphigourique",  l'avant-dernier anosognosie.   PS ( à ne pas mettre entre toutes les mains ) : à propos d'amhigourique, un article de Libé qui peut vous intéresser : "Sarkozy ne parle pas mal, il refuse le style amphigourique".
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2011

Comment faire disparaître un homme ?

Chaque jour, elle déposait un mot – ou deux -  dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle désossait son souvenir. Comme il ne lui avait écrit que 4  courtes lettres, elle en aurait  assez vite fini avec lui. Le précédent, par contre, il lui avait fallu  douze longs mois pour le faire mourir, c’était un amoureux des mots. Il l’avait aimée un mois, à raison d’une lettre tous les deux  jours, et pas n’importe quelles... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
28 juin 2010

Les deux manuscrits

Il avait écrit un roman et l’avait envoyé à 30 éditeurs. Un seul lui avait laissé un petit espoir tout en lui  conseillant de  revoir son manuscrit de fond en comble. Cette nouvelle le terrassa : comment pouvait-on entièrement retravailler la chair de sa chair ? Il enferma jalousement son « oeuvre » dans un tiroir. Elle y sommeilla  deux ans. Quand il  relut le manuscrit, sa déception fut telle qu’il le détruisit immédiatement. Un an plus tard, il écrivit un deuxième roman qui  plut à un petit éditeur normand... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2009

L’écriture et le temps

Jacques Lacarrière disait que l’écriture tentait de « capturer l’éphémère pour l’enfermer dans la durée. »Ecrire, donc,  pour « passer » moins vite que le temps… et puis écrire pour repasser le temps, lui ôter les faux-plis qui marquent notre chair et notre âme… écrire pour inspirer, expirer et aspirer à être. PS : "J'écris pour pouvoir lire ce que je ne savais pas que j'allais écrire." (Claude ROY)
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 septembre 2009

Pourquoi écrit-on ? (gballand)

« On écrit pour laisser la parole à ce qui ne s’est jamais dit, à ce qu’on n’était pas à même de dire. » (J.B. Pontalis, dans une interview accordée à l’hebdomadaire Télérama)Une citation à méditer sans modération…
Posté par gballand à 08:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
16 avril 2009

Vous écrivez ? (gballand)

Vous écrivez tous les jours, vous remplissez des pages et des pages virtuels, vous faites de la navigation côtière, au fil de vous, les personnages se mêlent et se démêlent, vous plongez au cœur de l’inconscient, vous vous lisez, vous vous relisez, vous posez des questions au narrateur, il vous répond, vous lui répondez…   parfois des proches croient se reconnaître dans vos textes, vous  souriez ; comme si votre imaginaire se limitait à eux !
Posté par gballand à 06:43 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2009

Coups de langue ( gballand )

Si vous aimez lire et écrire, je vous conseille l’achat de ce livre « coups de langue » de Michel Volkovitch, parce qu’il y a des coups de langue qui en  valent largement d’autres… Cet amoureux de la lecture et de l’écriture a l’art de vous ouvrir les yeux avec intelligence et drôlerie. Vous croyiez bien voir mais vous vérifierez que vous viviez encore dans l’obscurité. Comme j’aime faire du vélo, je ne résiste pas à la tentation de vous citer ce passage à l’association savoureuse :  « On est blasé bien sûr, mais le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
08 octobre 2008

Le chef de service (texte de gballand)

Quand elle l’avait vu pour la première fois, elle s’était dit qu’il avait l’air caractériel, mais elle avait quand même accepté le poste. Au bout du deuxième jour, elle regrettait déjà d’avoir signé un contrat de six mois. Le premier matin où le chef de service traversa son bureau pour aller dans le sien, il ne lui dit même pas bonjour. C’est à l’heure du café qu’il se souvint d’elle : « Un café sans sucre », lui cria-t-il de son bureau. Elle alla de mauvaise grâce à la machine à café. Quand elle revint, le café à la main, il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:31 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,