07 novembre 2007

Mauvaise foi ?

- Pauvre gosse, on lui a volé son âme*!- Comme tu y vas !- Oui, je maintiens ! Pauvre gosse ! Tu as vu ses parents ?- Ben qu’est-ce qu’ils ont ?- Tu appelles ça des parents ?- …- Oh, toi, de toutes façons, tu te poses jamais de questions !- Alors c’est quoi, selon toi, être un parent ?- C’est justement se poser les questions que tu ne te poses pas !- Alors, selon tes critères, je suis pas un parent ?- Tu en es un par la force des choses, mais tu n’étais pas fait pour ça !- Mais toi oui, forcément !- Effectivement, moi oui ! Et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 novembre 2007

Le dégoût

Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison* ! C’est ce que je lui ai dit la dernière fois qu’il m’a convoquée dans son infâme bureau du vingtième étage de la Tour Breteuil. A ce moment précis – et rien ne l’avait vraiment laissé prévoir - il m’a coincée contre l’armoire en fer tout en me chuchotant que ce qui lui plaisait, chez moi, c’était mon côté rebelle. Sa chemise était  bleu pâle et il sentait la sueur. J’ai gardé son odeur acre sur moi pendant toute la journée. Je me demande pourquoi je n’ai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2007

« Le bonheur est dans la vérité »

« Le bonheur est dans la vérité », c’était écrit sur le papier que le représentant du Ministère de l’Information avait sèchement déposé devant lui ! Il le lut une fois, deux fois, trois fois… ces yeux ne pouvaient plus se détacher de la feuille officielle qui signait son arrêt de mort. Il  savait qu’il repartirait les pieds devant, même – et surtout -  s’il disait la vérité ! Pour le pouvoir en place, l’ « objecteur de  vérité » qu’il était devenu, par la force des choses, était une "ordure" que des gardiens... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2007

Oublie-moi !

« Oublie-moi dès demain, oublie ce que je t’ai dit, oublie ce que je suis et ce que je ne suis plus, oublie que je t’ai aimé, mais n’oublie pas que je ne t’aime plus. » Voilà le mot qu’elle lui avait laissé sur la table de la cuisine ce matin-là et, alors qu’il le contemplait perplexe, il se dit que finalement… il l’oublierait peut-être le jour même. « La lumière chasse toujours l’ombre » murmura-t-il en froissant la feuille dans ses mains…
Posté par gballand à 06:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 octobre 2007

On n’est jamais tout seul dans sa peau…

On n’est jamais tout seul dans sa peau ! Je suis multiple et me multiplie depuis des années à ne plus savoir que faire de mes « Moi s » qui s’entassent. Je n’ai jamais su combien on était au juste, mais on vit à l’étroit, on se gêne, on s’encombre… Quand l’un veut parler, l’autre prend la parole, et on ne s’entend plus. Quand l’un veut bouger, l’autre ne veut pas, et on se marche sur les pieds. Je crois que je vais déménager ; cette fois, c’est décidé, mais qui vais-je habiter ? Et comment  ? On ne peut pas arriver dans la peau... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 octobre 2007

Le Bol d’Or… tous les soirs...

Tous les soirs, avec mon mari, c’est le Bol d’Or ! Mais mon mari, lui, il fait le Bol D’Or à l’envers !! ! D’abord les tours de pistes, ça, c’est quand il baille. On se croirait vraiment sur le circuit, quand les motos hurlent autour de la  piste « Ouaaan, Ouaaan , Ouaaan …. », et il y a rarement moins de six tours avec lui… Puis après, il me fait le ronflement des moteurs avant le départ …. Et ça, ça peut durer toute la nuit ! Ça ne m’étonne pas qu’au travail, on me dise systématiquement que j’ai l’air fatiguée ! Comprenez que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2007

Joyeux anniversaire !!!

(chanter joyeusement) « Joyeux anniversaire, tan tan, joyeux anniversaire, tan tan, joyeux anniversaire, tan tan »…Hier, c’était l’anniversaire de mon mari : 50 ans, tout rond ! Joyeux anniversaire mon chéri ! C’est beau les comptes ronds, hein ? Quoiqu’à 50 ans, on accuse… D’ailleurs, le médecin, il lui a dit la dernière fois qu’il l’a vu « A 50 ans,  faut faire attention à soi, parce qu’on est plus près du cercueil que du berceau ! ». Il sait de quoi il parle le médecin ! Moi, les anniversaires, j’aime pas ça ! Je vois pas le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 octobre 2007

Pour être franc...

- Pour être franc, je n’ai pas vraiment de questions à vous poser * mais …Et à ce moment-là, il la dévisagea d’une façon étrange. Gênée par son regard, elle fit mine de chercher quelque chose dans son sac. Allait-il lui demander si elle avait l’expérience de…- En fait, je me demandais si vous aviez déjà fait ça auparavant, vous me paraissez bien jeune pour ce genre de métier.Devrait-elle lui dire la vérité ou lui débiter la phrase toute faite qu’elle avait apprise par cœur le matin-même ? Elle se décida pour le mensonge.- J’ai déjà eu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 septembre 2007

Le dernier voyage

Je l’ai laissé réciter son catéchisme*, rien de tel pour mieux comprendre un type, mais quand même, pour qui il se prenait ce vieux con… 30 ans de plus que moi, une bedaine confortable, des joues qui s’affaissaient, un look de presque retraité et il se mettait à me susurrer des choses bizarres  et à me mettre sa main sur le genoux alors que j’étais dans sa voiture depuis à peine une demi-heure. « Connard ! » Ça c’est ce que j’ai pensé, mais je ne le lui ai pas dit …- Vous êtes mariée ? Je lui ai demandé, l’air de rien, en lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 septembre 2007

Les mains moites

L’amour me tombe toujours des mains. Peut-être qu’il faudrait tenir l’amour avec des gants mais moi, je l’ai  toujours pris à mains nues et j’ai les mains moites. Enfin, c’est le dernier homme que j’ai aimé qui me l’a dit, parce qu’avant, je ne me rendais même pas compte qu’elles suaient mes mains.Lui, il m’a chanté son amour sur tous les toits : il m’aimait, il m’aimait, il m’aimerait toujours. Et pourtant, maintenant, c’est fini entre nous. Il y en a qui disent que n’importe qui peut assassiner, que c’est une question de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]