14 septembre 2015

Duo de septembre

Pour notre duo de septembre avec Caro, nous devions utiliser cette phrase  - « Il y a des choses qui sont trop grandes pour nous, êtres humains » - tirée du livre de Pascal Mercier,  " train de nuit pour Lisbonne ". Après le texte de Caro, voici le mien :   Le père   Dans sa vie, tout allait bien. Elle avait 30 ans, elle était agréable à regarder, elle  possédait un certain sens de l’humour, ne se laissait jamais totalement gagner par la morosité, et elle avait quelques amis sur qui elle pouvait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

12 septembre 2015

Duo de septembre

Pour notre duo de septembre avec Caro, nous devions utiliser cette phrase  - « Il y a des choses qui sont trop grandes pour nous, êtres humains » - tirée du livre de Pascal Mercier,  " train de nuit pour Lisbonne ". Un livre que je prends le risque de vous conseiller. L'auteur connait particulièrement bien Lisbonne, la période de la dictature, la "saudade" et Fernando Pessoa. Le premier texte est celui de Caro, le mien paraîtra lundi à 7 heures. Bonne lecture.   Les humanités « Il y a des choses... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
31 juillet 2015

le costume

Ce texte marque la fermeture estivale de mon blog. Retour prévu dans la blogosphère : le lundi 24 aout                                                              ________________________________________ Voici une histoire lue dans le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
25 juillet 2015

Duo de juillet

Voici notre duo de juillet avec Caro. Nous avons fait le grand écart entre ces deux musiques dont nous nous sommes inspirées :  Nothing compares to you  et Le petit bonheur  Aujourd’hui, vous pouvez lire le texte de Caro. Le mien paraîtra lundi. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 juin 2015

Duo de juin

Voici notre Duo de juin avec Caro. Nous avons laissé libre court à notre imagination en écoutant  le rondeau de l’opéra-ballet les indes galantes de Rameau. Ce rondeau fait partie de la quatrième entrée : les sauvages. Aujourd’hui, vous pouvez lire le texte de Caro. Le mien paraîtra mercredi.     Trac Je me réveille ce matin au moment où le chœur entre dans mon rêve. Non pas vêtu de noir et de blanc mais avec les vêtements de ville de la répétition de 17 h. Une goutte de sueur glisse le long de ma tempe, trace... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
18 mai 2015

L’ange gardien

En contemplant Antoine - l’homme dont il avait la responsabilité -  l’ange se disait que le déni avait du bon. En tout cas, c’était tout ce qu’il avait trouvé d’efficace pour son protégé et il n’en était pas peu fier quand il en parlait au GPA  -  Groupe de Parole des Anges -  du dimanche soir.  « L'illusion » renouvelée du déni  permettait à Antoine de vivre en aveugle. Si par malheur il avait ouvert les yeux, il aurait remarqué que la plupart de ses élèves  étaient plus "chiants" qu’ «... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

14 avril 2015

Duo printanier

Duo d'écriture avec Caro. Toujours sur le thème de " l'Ecrivain unique " Aujourd'hui, vous pouvez lire mon texte.   Le Fantasme     Son premier livre avait tellement bien marché que, l’espace d’un semestre peut-être, il avait adopté la posture de l’Ecrivain Unique ; vous savez, ce genre de fantasme qui menace ceux qui se laissent prendre au jeu du succès et des flatteries. Sa femme, qu’il appelait dans l’intimité « ma petite cellule de dégrisement », n’avait pas tardé à tirer le signal d’alarme. Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
12 avril 2015

Duo printanier

Nouveau duo d'écriture avec Caro. Cette fois-ci, notre source d'inspiration est " l'écrivain unique ". Et pour Caro, ce parc. Aujourd'hui, vous pouvez lire le texte de Caro. Le mien paraîtra mardi 14 avril.   Allée des écrivains uniques Un peu plus loin, il y a la statue en pied de mon père. À droite, allée J, emplacement 38, le buste de mon parrain, brisé par le milieu : F. W., créateur du Théâtre du peuple. Un géant dont les mains recouvertes d’encre noire et d’un épais poil roux faisaient battre le goût de terre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
06 avril 2015

Le chien

Hier matin, j’étais tranquillement installée dans le fond du café, en train de lire mon journal, quand  un couple âgé est entré avec un chien en laisse de la taille d’un veau -  sans mentir -  mais avec des poils longs. Pour comble de malchance, ils ont pris place à ma gauche et le veau s’est assis devant la porte des toilettes. Je n’en croyais pas mes yeux, jamais vu un chien de cette taille. On se demande comment on choisit son chien, des phénomènes de compensation sont-ils à l’œuvre ? Evidemment, un type ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2015

Le patron

Quand j’ai dit à mon patron que j’étais en retard à cause du décalage horaire,  il m’a asséné un  « Vous vous fichez de moi madame Dupont, vous étiez dans la Creuse !» Je lui ai expliqué que si la Creuse était sur le même fuseau horaire que Paris, je devais néanmoins me réadapter au rythme parisien. Et j’ai conclu énervée. - C’est pas parce que j’arrive avec une malheureuse demi-heure  de retard que la terre va s’arrêter de tourner ! Bien sûr il n’a rien voulu entendre. Mon patron fait partie de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]