13 juillet 2008

L'impasse

Ils avaient roulé  pendant quatre heures puis s’étaient arrêtés sur une petite route départementale pour se dégourdir les jambes.- Oh regarde, avait-elle dit mi-émerveillée, mi-amusée, en lui montrant le pré.Et il avait vu le cul des vaches. Vision d’horreur, ça lui rappelait ses grands-parents et ses séjours longue durée à la ferme. Lui, on l’avait toujours laissé à la ferme avec les grands-parents. Pour s’en débarrasser, sûrement. Il ne put s’empêcher de faire un geste d’impatience et il lui dit- J’ai toujours détesté les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11 juillet 2008

Angoisse

« Putain, j’aurais jamais dû donner un coup de poing dans cette vitre », se dit-il soudain perdu, en regardant sa main ensanglantée et les petits  bouts de verre plantés dans sa chair comme autant de stigmates de sa vie de merde, comme il avait coutume de l’appeler. Il voulut les enlever mais il ne savait pas par où commencer.Elle était partie. Et alors ?  Mais c’était la seule qui comptait, les autres, il avait tout juste sucé leur chair un soir d’angoisse, pas elle ! Avec elle c’était autre chose. Mais elle, elle ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
09 juillet 2008

Suis-je bien née ?

« Suis-je bien née ? Cherche témoins. » , c’était l’annonce qu’il avait lue dans Libération, la veille ;  suivait un numéro de téléphone. Et depuis ce matin, il ne pensait qu’à ça. Il allait appeler, c’était irraisonné, stupide, mais il devait appeler ce numéro avant ce soir, pour avoir une réponse.Il marchait à pas rapides dans la rue des écoles. Son cours s’était bien déroulé, les étudiants avaient semblé plus attentifs qu’à l’accoutumé, à peine deux portables avaient sonné dans l’amphithéâtre et ce soir il devait aller chez sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
07 juillet 2008

Le professeur de piano

Sa fille était maintenant installée au piano. Comment pouvaient-elles être aussi différentes ? Elle la voyait empruntée, hésitante, les doigts raides, appliquée comme souvent l’étaient les élèves sans disposition aucune pour la musique, alors qu’elle, au même âge, enchaînait les valses de Chopin sous le regard admiratif de son père. L’échec de sa fille était un peu le sien, et elle lui en voulait. Les petites phrases qu’elle lui glissait à la fin du cours en était la preuve « Ma pauvre chérie, tu l’as bien martyrisé, cette valse ! »... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 juillet 2008

Le départ à la retraite

NB : ce texte est une fiction Quelle merveilleuse représentation ses collègues lui avaient faite pour son départ à la retraite. Elle s’était donnée corps et âme à son métier et maintenant elle était devant ses collègues – ceux qu’elle avait aimés mais aussi ceux qu’elle avait détestés -  pour les remerciements rituels.  Elle avait bien préparé quelque chose, mais comment le lire après ce spectacle-là ? Elle s’était vue croquée, caricaturée et elle ne pouvait plus se permettre de rejouer tout à fait la même partition. Et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juillet 2008

On n’est jamais tout seul dans sa peau

On n’est jamais tout seul dans sa peau* ! Je suis multiple et me multiplie depuis des années à ne plus savoir que faire de mes « moi » qui s'empilent. Je n’ai jamais su combien on était au juste, mais on vit à l’étroit, on se gêne, on s’encombre, on se déteste… Quand l’un veut parler, l’autre prend la parole, et on ne s’entend plus. Quand l’un veut bouger, l’autre ne veut pas, et on se marche sur les pieds. Je crois que je vais déménager ; cette fois, c’est décidé, mais qui vais-je habiter ? Et comment  ? On ne peut pas arriver... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

03 juillet 2008

La petite pièce à écriture

« Avant tu me refusais ton corps, maintenant tu me refuses tes mots. Je ne peux même pas dire que je sois triste. J’entends le bruit des vagues qui se brisent sur la grève… »- Tu écris ?Elle lève la tête, surprise de le voir de si bon matin dans « sa pièce à écriture »  ; mais après tout, cette maison est la sienne, c’est lui qui l’a achetée. Elle ne supporte pas qu’il pénètre dans cette pièce dont la fenêtre s’ouvre sur l’océan. S’il reste, son inspiration la quittera, comme à chaque fois.- Tu m’excuses mais il faut absolument... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:43 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 juillet 2008

Le chien est l’avenir de l’homme

Plus je connais les humains, plus j'admire les chiens.* Les humains  je peux pas les encadrer, surtout ceux qui se réjouissent de la vie, avec leur bonne conscience poisseuse. Franchement, merde, donnez-moi une raison d’être heureux dans la vie, une seule ? Je bave sur ceux qui me gonflent avec leurs « Mais  ya pire que toi, quand même, regarde en Afrique ! » et j’emmerde ceux qui insistent avec leurs « Et puis toi, tu peux décemment pas te plaindre, t’as un travail ! » C’est vrai que j’ai un travail et qu’est-ce qu’il me... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 juin 2008

Moins je le vois, plus je l’aime !

Moins je le vois, plus je l’aime, ça a toujours été comme ça avec Jordan. Bon, évidemment,  faudrait pas qu’il fasse comme le mari de Cindy qui est parti acheter un pack de bière et qui est jamais revenu ! Moi le mien, il revient toujours. Il a toujours été fidèle à sa maison.  Et puis d’ailleurs, de mon côté, je suis pas Pénélope, hein ? La dernière fois qu’il est parti à Paris, Jordan, je sortais à peine de la gare que je suis tombée sur Momo, un  mec du temps de Renault, à Cléon. On a causé un peu, il m’a tendu une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 juin 2008

Faire des listes

C’est à cause de cette putain d’histoire que je me suis mis à faire des listes. Non, ne partez-pas, restez, j’ai peur. Si vous  restez avec moi, je vous promets que je suivrai vos conseils. Je me suis aperçu par hasard que faire la liste des courses stabilisait mes humeurs : Thé, café, sel, moutarde, lait, fromage, pâtes soja, thon etc… je pouvais enfin avoir  des certitudes dans ce foutu merdier.  Très vite, la liste des courses m’a plus suffi, j’ai dû en trouver une autre. Alors j’ai fait la liste de mes défauts,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]