04 juillet 2008

On n’est jamais tout seul dans sa peau

On n’est jamais tout seul dans sa peau* ! Je suis multiple et me multiplie depuis des années à ne plus savoir que faire de mes « moi » qui s'empilent. Je n’ai jamais su combien on était au juste, mais on vit à l’étroit, on se gêne, on s’encombre, on se déteste… Quand l’un veut parler, l’autre prend la parole, et on ne s’entend plus. Quand l’un veut bouger, l’autre ne veut pas, et on se marche sur les pieds. Je crois que je vais déménager ; cette fois, c’est décidé, mais qui vais-je habiter ? Et comment  ? On ne peut pas arriver... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

03 juillet 2008

La petite pièce à écriture

« Avant tu me refusais ton corps, maintenant tu me refuses tes mots. Je ne peux même pas dire que je sois triste. J’entends le bruit des vagues qui se brisent sur la grève… »- Tu écris ?Elle lève la tête, surprise de le voir de si bon matin dans « sa pièce à écriture »  ; mais après tout, cette maison est la sienne, c’est lui qui l’a achetée. Elle ne supporte pas qu’il pénètre dans cette pièce dont la fenêtre s’ouvre sur l’océan. S’il reste, son inspiration la quittera, comme à chaque fois.- Tu m’excuses mais il faut absolument... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:43 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 juillet 2008

Le chien est l’avenir de l’homme

Plus je connais les humains, plus j'admire les chiens.* Les humains  je peux pas les encadrer, surtout ceux qui se réjouissent de la vie, avec leur bonne conscience poisseuse. Franchement, merde, donnez-moi une raison d’être heureux dans la vie, une seule ? Je bave sur ceux qui me gonflent avec leurs « Mais  ya pire que toi, quand même, regarde en Afrique ! » et j’emmerde ceux qui insistent avec leurs « Et puis toi, tu peux décemment pas te plaindre, t’as un travail ! » C’est vrai que j’ai un travail et qu’est-ce qu’il me... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 juin 2008

Moins je le vois, plus je l’aime !

Moins je le vois, plus je l’aime, ça a toujours été comme ça avec Jordan. Bon, évidemment,  faudrait pas qu’il fasse comme le mari de Cindy qui est parti acheter un pack de bière et qui est jamais revenu ! Moi le mien, il revient toujours. Il a toujours été fidèle à sa maison.  Et puis d’ailleurs, de mon côté, je suis pas Pénélope, hein ? La dernière fois qu’il est parti à Paris, Jordan, je sortais à peine de la gare que je suis tombée sur Momo, un  mec du temps de Renault, à Cléon. On a causé un peu, il m’a tendu une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 juin 2008

Faire des listes

C’est à cause de cette putain d’histoire que je me suis mis à faire des listes. Non, ne partez-pas, restez, j’ai peur. Si vous  restez avec moi, je vous promets que je suivrai vos conseils. Je me suis aperçu par hasard que faire la liste des courses stabilisait mes humeurs : Thé, café, sel, moutarde, lait, fromage, pâtes soja, thon etc… je pouvais enfin avoir  des certitudes dans ce foutu merdier.  Très vite, la liste des courses m’a plus suffi, j’ai dû en trouver une autre. Alors j’ai fait la liste de mes défauts,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 juin 2008

La photo déchirée

Elle passait sa vie à attendre des signes. Par exemple le jour où elle découvrit la photo sans visage… Au départ, une simple photo déchirée sur le bord d’un banc où elle s’était assise par hasard. La journée était  belle, mais elle savait que le beau temps n’était pas fait pour durer, alors elle s’était accordée une pause. C’est au moment où elle posa son sac sur le banc qu’elle l’aperçut ; elle en saisit délicatement les morceaux, les observa et décida immédiatement de reconstituer le puzzle sur son carton à dessin. La photo... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

17 juin 2008

La messe d’enterrement *

- Ah c’était un bel enterrement, je vous jure. Quand je pense que sa sœur de 94 ans est allée toute seule jusqu’à l’autel, raide comme un piquet, si c’est pas beau ça, quelle santé ! Ah elles s’entendaient bien  les deux sœurs, toujours ensemble, mais c’est celle de 97 ans qui est partie d’abord, normal, elle était plus âgée. Et  la musique, vous auriez dû entendre ça, c’était beau comme un oiseau qui vole dans une église, je crois bien que c’était un opéra grégorien, j’avais encore les notes qui résonnaient dans ma tête en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 juin 2008

Le train de Venise

Une pluie battante, un froid glacé, un automne de chien, une vie lacérée où le seul chemin qui s’offre est la fuite… Son sac en bandoulière, il s’engouffre dans le hall de la gare. Le panneau d’affichage indique  la voie numéro 4. Encore trois quarts d’heure avant le départ. Il décide d’aller sur le quai et constate que le train de Venise semble s’être endormi sous un nuage de poussière. A Venise, personne ne l’attend, personne ne l’attend nulle part. Il va à Venise pour faire semblant. Une voix troublante annonce les départs :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 juin 2008

Il y a mesure et mesure

- Sur le rythme j'impulse* un retour vers un univers plus jazz et ensuite on reprend sur un rythme de blues !- Je comprends pas !C’était la quatrième fois qu’il lui disait qu’il ne comprenait pas en 20 minutes, avec le même air buté, et il n’en pouvait plus. S’il ne comprenait rien, il fallait qu’il arrête de jouer de la guitare ! Depuis le début de l’année, non seulement il le battait froid, mais il se trompait en permanence en mettant le groupe en danger, non ce n’était plus possible ! Il essaya malgré tout de lui répondre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 juin 2008

Peut-on juste aimer une nuque ?

Je l'observais depuis un bon moment car le discours du conférencier me plongeait dans une somnolence sans nom ; il faut dire que ma soirée de la veille dans un bar du port avait été un peu trop arrosée et que je ressentais encore dans ma tête le ressac du pastis.Elle était assise devant moi et  tapait frénétiquement sur son clavier afin de prendre en note les moindres mots de l'intervenant ; tant d’application faisait bonheur à voir ! Joli profil, nuque gracieuse, des cheveux courts et châtains... Pourquoi ne l'inviterais-je pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]