22 juillet 2008

Le train couchette

Elle revenait de l’enterrement de sa grand-mère et devait prendre le train qui partait de Toulouse à 22 h 35. En entrant dans le wagon couchette numéro 50, des odeurs d’encens  lui brouillaient encore la tête. Elle chercha la couchette 82 tout en pensant que sa nuit dans le train allait l’achever. Le lendemain, si tout allait bien, elle serait à la gare d’Austerlitz à 7 h 00. En glissant sa valise sous la couchette du bas, elle revit le cercueil en bois brun devant lequel elle avait fait un signe de croix machinal. La cérémonie... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 juillet 2008

Le compteur à gaz

- Vous venez pour le gaz ? Lui cria-t-elle alors qu’il faisait juste les cent pas devant chez elle. - Euh…oui. - Eh bien entrez ! Et il était entré chez elle alors qu’il n’était pas employé du gaz et ne l’avait jamais été. Faire semblant jusqu’au bout, voilà ce qu’il devait faire. Il avait refermé la porte derrière lui et observait l’intérieur modeste de cette petite maison où il avait pénétré sans en avoir vraiment eu l’intention. - Tenez, mettez les patins, lui dit-elle, c’est mieux. Il chaussa deux patins qui lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 17:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
15 juillet 2008

Le Chapeau noir

Elle resta un instant devant la vitrine puis  se décida à entrer. J’essayai de l’en dissuader – on m’attendait à la maison pour me présenter le cousin d’un ami de la famille et j’espérais beaucoup de cette rencontre – mais rien n’y fit. Je lui dis qu’elle avait déjà acheté un chapeau le mois dernier, mais elle insista - Celui-là, je sens qu’il est fait pour moi, regarde cette couleur, cette forme, cette légère ondulation, il m’ira à merveille.  Je suis sûre qu’avec lui tous les regards se tourneront vers moi, je serai la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 juillet 2008

L'impasse

Ils avaient roulé  pendant quatre heures puis s’étaient arrêtés sur une petite route départementale pour se dégourdir les jambes.- Oh regarde, avait-elle dit mi-émerveillée, mi-amusée, en lui montrant le pré.Et il avait vu le cul des vaches. Vision d’horreur, ça lui rappelait ses grands-parents et ses séjours longue durée à la ferme. Lui, on l’avait toujours laissé à la ferme avec les grands-parents. Pour s’en débarrasser, sûrement. Il ne put s’empêcher de faire un geste d’impatience et il lui dit- J’ai toujours détesté les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 juillet 2008

Angoisse

« Putain, j’aurais jamais dû donner un coup de poing dans cette vitre », se dit-il soudain perdu, en regardant sa main ensanglantée et les petits  bouts de verre plantés dans sa chair comme autant de stigmates de sa vie de merde, comme il avait coutume de l’appeler. Il voulut les enlever mais il ne savait pas par où commencer.Elle était partie. Et alors ?  Mais c’était la seule qui comptait, les autres, il avait tout juste sucé leur chair un soir d’angoisse, pas elle ! Avec elle c’était autre chose. Mais elle, elle ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
09 juillet 2008

Suis-je bien née ?

« Suis-je bien née ? Cherche témoins. » , c’était l’annonce qu’il avait lue dans Libération, la veille ;  suivait un numéro de téléphone. Et depuis ce matin, il ne pensait qu’à ça. Il allait appeler, c’était irraisonné, stupide, mais il devait appeler ce numéro avant ce soir, pour avoir une réponse.Il marchait à pas rapides dans la rue des écoles. Son cours s’était bien déroulé, les étudiants avaient semblé plus attentifs qu’à l’accoutumé, à peine deux portables avaient sonné dans l’amphithéâtre et ce soir il devait aller chez sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

07 juillet 2008

Le professeur de piano

Sa fille était maintenant installée au piano. Comment pouvaient-elles être aussi différentes ? Elle la voyait empruntée, hésitante, les doigts raides, appliquée comme souvent l’étaient les élèves sans disposition aucune pour la musique, alors qu’elle, au même âge, enchaînait les valses de Chopin sous le regard admiratif de son père. L’échec de sa fille était un peu le sien, et elle lui en voulait. Les petites phrases qu’elle lui glissait à la fin du cours en était la preuve « Ma pauvre chérie, tu l’as bien martyrisé, cette valse ! »... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 juillet 2008

Le départ à la retraite

NB : ce texte est une fiction Quelle merveilleuse représentation ses collègues lui avaient faite pour son départ à la retraite. Elle s’était donnée corps et âme à son métier et maintenant elle était devant ses collègues – ceux qu’elle avait aimés mais aussi ceux qu’elle avait détestés -  pour les remerciements rituels.  Elle avait bien préparé quelque chose, mais comment le lire après ce spectacle-là ? Elle s’était vue croquée, caricaturée et elle ne pouvait plus se permettre de rejouer tout à fait la même partition. Et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juillet 2008

On n’est jamais tout seul dans sa peau

On n’est jamais tout seul dans sa peau* ! Je suis multiple et me multiplie depuis des années à ne plus savoir que faire de mes « moi » qui s'empilent. Je n’ai jamais su combien on était au juste, mais on vit à l’étroit, on se gêne, on s’encombre, on se déteste… Quand l’un veut parler, l’autre prend la parole, et on ne s’entend plus. Quand l’un veut bouger, l’autre ne veut pas, et on se marche sur les pieds. Je crois que je vais déménager ; cette fois, c’est décidé, mais qui vais-je habiter ? Et comment  ? On ne peut pas arriver... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
03 juillet 2008

La petite pièce à écriture

« Avant tu me refusais ton corps, maintenant tu me refuses tes mots. Je ne peux même pas dire que je sois triste. J’entends le bruit des vagues qui se brisent sur la grève… »- Tu écris ?Elle lève la tête, surprise de le voir de si bon matin dans « sa pièce à écriture »  ; mais après tout, cette maison est la sienne, c’est lui qui l’a achetée. Elle ne supporte pas qu’il pénètre dans cette pièce dont la fenêtre s’ouvre sur l’océan. S’il reste, son inspiration la quittera, comme à chaque fois.- Tu m’excuses mais il faut absolument... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:43 - - Commentaires [7] - Permalien [#]