03 septembre 2009

Les vœux (gballand)

Je n'obéis aux vœux de chasteté que lorsque je porte la soutane*, voilà comment je me suis justifié, mais ma hiérarchie n’a rien voulu entendre. On m'a demandé des comptes. J'ai répondu que tout homme avait des besoins et j’ai ajouté que Dieu, dans sa grande bonté, ne souhaitait certainement pas soumettre ses serviteurs à la torture de l'abstinence  24 heures sur 24. L'évêque m'a signifié que je péchais par vanité.- Avec combien de femmes avez-vous forniqué mon fils ? m'a-t-il demandé.J'ai refusé de répondre. L'évêque s'est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:24 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

01 septembre 2009

La décision (gballand)

Il avait contemplé les falaises pendant cinq jours. C’est en contre plongée qu’elles étaient le plus impressionnantes. Ce petit séjour à Etretat l’avait apaisé ; savoir qu’il y avait si peu de la vie à la mort était un baume sur sa plaie.En haut de la falaise, à plusieurs reprises, il avait senti qu’il pourrait se laisser porter, comme ces oiseaux qui tournoyaient au large. Il lui suffirait d’ouvrir son imperméable, de laisser s’envoler les  pans de tissus qui lui tailleraient deux ailes grises et de penser à la mer qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:23 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
30 août 2009

La pilule euphorisante (gballand)

Pour la rentrée scolaire je me suis achetée une boite de pilules euphorisantes. C’est une amie qui, connaissant mon syndrome de pré rentrée,  me les a conseillées. Il me faudra au moins ça pour supporter le discours-fleuve - souvent déprimant - du proviseur, les collègues, les élèves, l’emploi du temps aux mailles souvent lâches  et j’en passe… Mon amie m’a certifiée qu’il me suffira de prendre une pilule par jour pour nager dans la bonne humeur. « Tu ne le regretteras pas, et c’est complètement inoffensif. » a-t-elle cru... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:21 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
02 août 2009

Toi et moi (gballand)

Le temps que tu perds, ma pauvre fille, à te détester*! Il y en a eu d'autres avant toi des disgracieux, des malheureux… d'ailleurs toi, tu ne devrais même pas te plaindre, tu ne fais pas partie de ces catégories-là, tu es juste dans la moyenne. C'est la moyenne qui te porte au cerveau ? Mais qu'est-ce que tu veux ? Te rendre malade de toi ? C'est déjà fait. C'est quoi l'étape suivante ? Te suicider ? Mais qui va s'intéresser à ton suicide à part toi ? Tu t'intéresses aux autres, toi ? Je sais ce que tu vas me répliquer : on ne peut... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 juillet 2009

La messe d’enterrement (gballand)

( texte largement inspiré d’une conversation que j'ai eue, il y a quelque temps, avec ma voisine ) Madame B : Ah c’était un bel enterrement, je vous jure. Quand je pense que sa sœur de 94 ans est allée toute seule jusqu’à l’autel, raide comme un piquet, si c’est pas beau ça, quelle santé ! Ah elles s’entendaient bien  les deux sœurs, toujours ensemble, mais c’est celle de 97 ans qui est partie d’abord. Normal, elle était plus âgée. Et  la musique, vous auriez dû entendre ça, c’était beau comme un oiseau qui vole dans une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
25 juillet 2009

Une demande inattendue (MBBS)

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 415 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-520092929 1073786111 9 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par MBBS à 19:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 juillet 2009

La feuille (gballand)

Quand il  vit la feuille, il ne put s’empêcher de s’arrêter au risque de se faire bousculer par les passants. Il n’entendit  même pas le type qui  marmonna, énervé  « Rien de mieux à foutre que de rester planté au milieu du trottoir ! ». Seule cette feuille minuscule existait. Elle vivait envers et contre tout dans un univers hostile. N’était-ce pas elle, cette fragile pousse tendre, qui avait creusé le mur de sa grâce persuasive ? La feuille lui donnait du courage, comme un petit remontant qu’on s’enfile à la hâte... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2009

Le fils du père (gballand)

- Je te dis qu’il m’a mordu ! c’est ce qu’elle répétait en boucle. Je ne pouvais pas le croire. Lui si doux, si calme, comment était-ce possible ? Au comble de l’énervement, j’ai fini par crier.- Mais bon sang, qu’est-ce que tu lui as dit pour qu’il te morde ?- Rien, m’assura-t-elle, rien du tout.Je savais que chez elle, "rien" voulait dire beaucoup. Elle avait cette habitude étrange de dire l’inverse de ce qu’elle voulait exprimer. Il fallait que j’en aie le cœur net. Je l’appelai et il arriva aussitôt :- Ta grand-mère m’a... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 juillet 2009

La bande dessinée (gballand)

Sa mère l’appelait pour la troisième fois.- Marie ! Cette fois-ci elle répondit.- Non !- Comment ça, non ? renchérit sa mère d’une voix qui lui paraissait si lointaine.La petite fille continuait de lire sa bande dessinée, sourde aux appels de sa mère, Tintin ne pouvait plus l’attendre, il allait bientôt connaître le secret du message codé, peut-être partirait-elle avec lui et avec le capitaine Haddock pour une  aventure sur la Licorne et…- Marie, viens goûter, cria à nouveau la voix de l’intérieur de la cuisine.Tintin décida... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 juillet 2009

Le boudoir (gballand)

Dans le petit boudoir de Mademoiselle, elle s’était souvent endormie de fatigue,  mais c’était il y a longtemps, quand elle jouait les chaperons à la demande de sa mère. Maintenant, elle a 17 ans et elle se tient très droite dans le petit boudoir de Mademoiselle, car Mademoiselle l’observe sous toutes les coutures et lui dit d’une voix cérémonieuse. - Ma petite, l’heure est venue. Ne bouge pas ! et elle s’éclipse dans un envol de frou-frou étourdissant Elle aurait voulu l’interroger, mais Mademoiselle est pressée. Dix... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:36 - - Commentaires [8] - Permalien [#]