21 septembre 2016

La chaise

Tous les après-midi il s’installe au pied de l’escalier, la chaise tournée vers la Seine et il attend. Il a passé sa vie à attendre un signe qui n’est jamais venu. Mais  à 65 ans, il sait maintenant ce qu’il attend : la mort. Non pas cette mort effrayante qui vous  oblige à rester les yeux ouverts toute une nuit au détour d’un cauchemar, mais celle qui vous enveloppe dans un linceul de douceur, celle qui vous berce en vous promettant que jamais plus ce ne sera comme avant. Ce jour-là, assis sur sa chaise, il fredonne une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:50 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2016

Marie

Quand elle le vit se précipiter sur elle, elle eut un moment de recul, voulut l’éviter, mais il s’accrocha à son bras et la retint, haletant…  - Ne pars pas, tu ne te souviens pas de moi ?  Elle essaya de lui dire qu’elle ne le connaissait pas – ce qui était vrai – qu’elle n’habitait pas à Rouen – ce qui était également vrai - et qu’elle ne s’appelait pas Marie – ce qui était faux -, peut-être flaira-t-il le mensonge parce qu’il lui dit très haut, presque exalté -         ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
12 août 2016

Louise

Ça faisait quatre mois que Louise allait mal.  Je n’en pouvais plus.  J’ai fini par prendre une décision. -          Si tu veux, je te paie une psychothérapie de soutien ; avec 10 séances tu devrais aller mieux. Elle a accepté. A la fin de la dixième séance je lui ai dit. -          On dirait que ça va mieux, non ? Tu vois ! Louise  m’a répondu l’air un peu gênée. -         ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:40 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
06 août 2016

Maman

Aujourd’hui maman est morte* et je suis soulagée. Maman s’est suicidée en se jetant du troisième étage. Bizarre, parce que maman était parfaite. Papa, lui, dit que maman est tombée en faisant les carreaux. Papa a toujours vu la vie comme ça l’arrangeait. Comment peut-il croire que maman faisait les carreaux ? Elle  détestait les faire ! Inutile de discuter avec papa, papa préfère voir maman comme elle n’était pas. J’ai toujours cru que maman avait droit de vie ou de mort sur moi, mais ce n’est pas moi qui suis morte,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
25 juillet 2016

L’annonce (4)

17.40 : Il s’installe le plus loin possible de la porte d’entrée du café pour avoir une vue d’ensemble. 18.05 : Une femme entre, l’humanité à la main. Loin d’être « ordinaire » comme le signalait l'annonce. Sa silhouette est élancée et son visage ouvert.  Que faire ? L’honnêteté devrait le conduire à se lever et se présenter, mais il reste immobile. Comment réagira-t-elle en le voyant ? Il se décide  mais quand elle l’aperçoit enfin, elle détourne les yeux. Il continue à avancer malgré sa peur. -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 juillet 2016

Il y a quelqu’un…

Ce matin, j'ai téléphoné chez moi par erreur et au moment où j'allais raccrocher quelqu'un a décroché et a dit - Allô ! Sur le moment je n'ai rien répondu, l'effet de surprise, sans doute. Puis j'ai fini par dire. - Qui êtes-vous ? - C’est plutôt à moi de vous le demander ! A enchaîné cette voix que je ne connaissais pas. - Qu’est-ce que vous faites chez moi ? - Ecoutez, j’ai autre chose à faire qu’écouter des hystériques… J'ai raccroché le combiné d’une main tremblante. Puis, j'ai appelé mon mari, au comble de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

09 juillet 2016

Une vie de chien

Hier, ma mère a encadré une photo de son chien et elle l’a mise sur la cheminée ; ça m’a fait un choc,  parce que sur la cheminée, il n’y a aucune photo de moi. Moi, son chien, je ne peux pas l’encadrer. Enfin si je ne peux pas l’encadrer, ce n’est pas à cause de lui – pauvre bête ! - c’est à cause d’elle. Si j’étais le chien de ma mère, je l’aurais déjà mordue jusqu'au sang et elle m’aurait collé une muselière ou elle m’aurait renvoyée à la case SPA, sans état d’âme. Enfin, un à qui le chien a rendu service, c’est ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 juillet 2016

L’entretien

Il allait accueillir un nouveau « client » et la nouveauté le mettait toujours dans un certain état de fébrilité. Comment était-il ? Pourquoi venait-il ? Pourrait-il le conduire vers une issue positive ? Quand il ouvrit la porte de la salle d’attente, il vit un homme d’une trentaine d’année au physique banal mais à l’apparence soignée. Il le fit entrer dans son cabinet et lui posa la question habituelle : Qu’est-ce qui vous amène… ? Le jeune homme répondit aussitôt. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
17 juin 2016

Duo de Juin

Pour ce nouveau Duo, avec Caro, il s'agissait d'écrire un texte lié de près ou de loin à  la chanson de Alain Souchon :  Foule sentimentale. Après le texte de Caro, voici le mien :   Les paroles   Sa hantise d’être un jour atteinte de la maladie d’Alzeimer avait conduit Maud à placer dans la conversation des paroles de chansons afin de mettre sa mémoire à l’épreuve. Elle suivait la courbe de température de ses humeurs et de ses goûts qui allaient de Alain Souchon à Léo Ferré , en passant par Patricia... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 juin 2016

Duo de Juin

Pour ce nouveau Duo, avec Caro, Il s'agissait d'écrire un texte lié de près ou de loin à  la chanson de Alain Souchon :  Foule sentimentale. Aujourd'hui vous pouvez lire le texte de Caro. Le mien sera publié jeudi.     Nulle part ailleurs   Jocelyne le connaît bien. Elle prend un pot en grès, choisit un large pinceau. Un peu de poudre sur une peau jeune et dorée. Florian se laisse faire et regarde au bout de la vaste salle les paravents et les rideaux sombres derrière lesquels se dissimulent les caméras... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]