Textes écrits à partir d'une phrase inductrice (ou incipit) empruntée ou non à un livre
10 janvier 2020

L’anniversaire

Un an, de presque sérénité. Aujourd’hui c’est l’anniversaire de sa mort. J’ai fait les choses simplement. J’ai commandé un gâteau au chocolat où j’ai fait écrire « à notre regrettée maman » ; ça, ce sera après la messe qui sera dite en sa mémoire. Pour l’occasion, je me suis acheté un complet sombre. Je pourrai toujours le remettre pour un enterrement ; les gens qui meurent ne manquent pas. Il suffit de lire la rubrique nécrologique du journal local. J’ai voulu inviter ses trois frères et sœurs mais un seul... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

29 décembre 2019

Une odeur de mort

Depuis cinq ans, il tirait pour se faire la main. La dernière de ses victimes, ce serait sa mère, et là, il savait qu’il atteindrait la perfection. La seule qu'il n'avait jamais voulu tuer, c'était Muriel, une jeune femme fragile qui supportait sa colère, comme elle avait supporté celle de son père. Un 29 décembre, il lui avait dit en criant. - J’aime pas ton odeur, tu sens ma mère. Elle essaya vainement de lui expliquer que ce parfum lui avait couté cher, très cher, mais il n’en démordait  pas : «  Cette odeur est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 décembre 2019

Les forces de l’ordre

Il y a bien longtemps – et cela n’a pas dû changer, bien au contraire -  j’avais entendu deux policiers dire  que lorsqu’ils voyaient des jeunes de banlieue qui détalaient à leur approche, c’était certainement parce qu’ils avaient quelque chose à se reprocher… Mouais, je veux bien ! Mais qu’est-ce qu’ils voudraient qu’ils fassent les jeunes de banlieue ? Qu’ils les attendent pour leur donner l’accolade et leur parler de leurs problèmes avec leurs parents ? Je dois dire que moi-même  – alors que je pense... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 novembre 2019

Isabela

Tous les jours, elle avait l’angoisse d’être angoissée, surtout depuis qu'elle avait quitté son pays natal, le Mexique. Il aurait fallu qu’elle apprenne à se désangoisser. Mais elle n’avait jamais trouvé de stage pour ça. Un de ses amis français lui avait dit. -          Tu sais, Isabela, ces stages là, ça n’existe pas. Il n’y a qu’un truc à faire : changer d’ennemi. -          Tu te moques de moi ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
27 octobre 2019

Rencontre

A chaque fois que quelqu’un lui manquait de respect, elle se contentait de dire : « Mais qui vous a appris à vivre ? » Personne ne lui répondait certes, sauf dans le bus numéro 2, ce matin-là. Elle demanda à un jeune homme, casque dans les oreilles, de lui céder sa place, mais il fit semblant de rien. Elle lui tapa sur le bras et répéta. -          Vous pouvez me céder votre place s'il vous plaît ? -          Pourquoi ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
29 août 2019

Ressemblance

Il m’écrasait sous sa générosité et son extrême prévenance provoquait chez moi des allergies inexpliquées. Je ne supportais plus ses cadeaux, ni même ses mots. Son dernier cadeau en date : un pot à tabac africain. Je dois dire que je m'étais étonné de ce cadeau qui venait comme un cheveu sur la soupe, d’autant plus que je ne fume pas, que je n'ai jamais fumé et que l'Afrique ne m'interesse pas. Par la suite, en observant ce pot, je me suis rendu compte de la ressemblance entre lui… et moi. Vous penserez sans doute que je suis atteint... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

13 juin 2019

Duo

Voici notre Duo de juin avec Caro. La citation choisie par mes bons soins est la suivante :   "Je suis trop honnête pour être poli", de Scutenaire   Aujourd’hui vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera mis en ligne samedi.   Le bal des masques Ce sept mots, bien plus que sa voix, familière et oubliée, me font brusquement sursauter. Et aussi cette inflexion particulière, à peine mordante, et pourtant assassine. Un tremblement glacé me saisit aussitôt, la pogne du passé me vrille le corps, le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
27 mai 2019

Se foutre la paix

Plutôt seul que mal accompagné, j’en ai fait ma devise depuis 4 ans, et cela semblait me réussir, jusqu’à ce que je rencontre mon ex-belle mère. Ça faisait 4 ans que nous ne nous étions pas vus, forcément j’ai divorcé il y a quatre ans. J'ai toujours détesté mon ex-belle-mère, elle aussi. J’étais à la caisse du Monoprix, boulevard St Michel, quand elle m’a mis le grappin dessus. J’ai tout de suite pensé qu’elle m’avait abordé pour me dire une vacherie et ça n’a pas manqué. - Alors mon petit Adrien, toujours dans le quartier ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
01 mai 2019

Duo d'avril

 Duo de la fin avril avec Caro qui a décidé de choisir la photo ci-dessous qu'elle a prise à St Malo. La citation suivante, que j’ai choisie, doit   influencer notre texte : " J’ai en moi tous les rêves du monde " ( Fernando Pessoa ) Aujourd'hui, voici mon texte.       Rencontre D’une voix blanche, dans la chambre où ils se retrouvaient depuis un mois, elle avait dit à son amant. -          Je voudrais tuer les gens pour les protéger. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
23 avril 2019

Mado et moi

Nouveau duo avec Mado, à partir d'une figure poétique de Gaspar lieb prise en photo par moi-même près du conservatoire de Rouen. Nous pouvions aussi nous servir d'une citation, si besoin était :  "Soyez humain si vous voulez être original, plus personne ne l'est." Max jacob.   Aujourd'hui, voici mon texte :     L’inconnu   Le jour où elle l’avait regardé pour la première fois, son large corps nu était penché vers la mer ; lui ne l’avait pas vue, ses yeux étaient tournés vers l’horizon. Ce... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]