27 juin 2016

Le départ

Des goélands affolés tournoyaient dans ses rêves diurnes et rien ne la consolait, pas même le sifflement de merles qui conversaient sur la branche de cerisier que, de son lit, elle pouvait entrevoir. Elle se cognait à l’Impossible. La porte de l’avenir lui était fermée ; elle avait beau frapper chaque jour, personne,   jamais, ne répondait. Elle s’en retournait alors dans le couloir désert,  puis elle se  recouchait dans son lit de solitude. Des voix persécutrices lui avaient laissé entendre qu’elle aurait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

23 juin 2016

La corde

Le nœud coulant avait certainement été placé sur son chemin par un Dieu bienveillant. Il lui suffisait de peu de choses, grimper sur ce qui pourrait faire office de support, placer sa tête au bon endroit et donner un coup de pied énergique pour envoyer balader ce sur quoi il était monté.  S’il faisait le bilan de sa courte vie, la colonne « passif » débordait, alors que la colonne « actif » restait désespérément vide. Il y a deux jours, il aurait pu noter le nom de Béatrice dans la colonne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
19 juin 2016

La gifle

La dernière fois que j’ai vu mon père, c’était le jour de mes dix ans, le jour où il a giflé ma mère parce qu’elle lui a dit que c’était  un enculé qui ne pensait qu’à bouffer son fric pour ses tiercés de merde. Quand j’ai demandé à ma mère s’il reviendrait un jour, elle m’a juste répliqué. - T’occupe pas de lui, on n’a pas besoin de ce salaud ! Et d’abord, c’est même pas ton père ! Seulement, hier, la sœur de ma mère m’a appris que ce « salaud », c’était bien mon père.  Quand j’en ai parlé à ma... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
11 juin 2016

Le paradis

La rouille de la culpabilité rongeait chaque grain de sa peau et elle devait en finir. Qui était-elle finalement ? Ce jour-là, elle avait mis sa robe mauve, à peine égayée par quelques touches de vert et un décolleté effronté. Arrivée sur la place, elle s’est fondue dans la foule, sans peur, contrairement aux jours précédents. Dans son sac, la bombe, celle qu’elle devait déposer dans une poubelle, juste à l’entrée de la station de métro. Cette fois-ci, sa main serait ferme car maintenant, elle était sûre que cet acte purificatoire... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
07 juin 2016

L’erreur

Il l’avait invitée au « train bleu » et elle avait accepté. Elle le connaissait à peine – Il s'étaient rencontrés la semaine passée dans le TGV  – et cette invitation lui semblait un peu prématurée. Lorsqu’elle arriva, la décoration du restaurant  lui parut un peu chargée mais elle fut séduite par les lustres dont les dorures lui rappelaient des histoires de princesses.  Rendez-vous avait été fixé à 20 heures, mais à 20 heures 15 elle l’attendait encore et, à force de lire le menu, elle le connaissait par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:09 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
02 juin 2016

Vivre...

Quand elle est passée devant les grilles du parc de son ancien  lycée, elle a cru voir un éléphant rose. Etait-ce les effets de l’alcool ?  Elle avait commencé à boire cinq ans plus tôt, pour des raisons toutes aussi louables les unes que les autres : supporter son mari, ses enfants adolescents et une profession qui la minait. Aujourd’hui, toutes ces bonnes raisons avaient disparu - elle n’avait plus ni travail, ni mari, ni enfants – mais elle ne pouvait se décider à abandonner  ce breuvage auquel elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

21 mai 2016

L’éventail

  « D’où il vient cet éventail, maman ? », lui demandait souvent son fils, intrigué par la présence de l’objet sur le buffet. Elle répondait toujours de façon évasive, mais il faudrait bien  lui dire un jour. Pourquoi n’avait-elle pas jeté ce témoin de sa vie passée ? Elle aurait tout aussi bien pu le cacher au fond d’un coffre, au grenier, mais il était si délicat avec ses broderies noires que la lumière matinale caressait. Un ouvrage parfait. Il y a 15 ans, son partenaire de danse et amant lui avait dit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
13 mai 2016

Le miroir brisé

  A la fin de repas bien arrosés, elle faisait un petit numéro que tout le monde connaissait par coeur : « Je suis un miroir brisé et chaque éclat manquant est une facette de moi que je cherche de par le monde. » Ceux qui la voyaient pour la première fois la prenaient pour une folle, les autres attendaient avec impatience car ils savaient que les étapes suivantes seraient beaucoup plus exaltantes : elle se levait, montait sur la table, prenait des poses de nuages excentriques et racontaient de supposés épisodes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
11 mai 2016

Le masque

      Il y a des jours où elle n’a qu’une envie, mettre son masque de mauvaise humeur, mais elle hésite,  toujours ce fond de « bonne éducation » qui l’empêche de montrer ses états d’âme. Il n’y a eu qu’un jour, un seul, où elle s’est laissée aller, mais elle s’en mord encore les doigts, du fond de sa cellule 9B  de la prison de Fleury-Mérogis…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
03 mai 2016

Duo de mai

Duo de mai avec Caro du blog "les heures de coton". Comme point de départ, cette photo gentiment prêtée par Espiguette.  Aujourd’hui je vous propose le texte de Caro.                                               ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]