30 octobre 2015

changement

Enfant, il n’était pas raciste, mais à sa majorité il le devint. Il prit sa carte du FN et se transforma en admirateur de Marine Lepen. Il ne manquait jamais aucun de ses  discours  et  les écoutait assis devant la télé, le pouce dans la bouche...   PS : photo "volée", prise à Bruxelles en juillet dernier
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

26 octobre 2015

Les amis

Dès qu’elle s’était assise à ses côtés sur le banc gris, elle avait compris qu’ils seraient amis à vie. Jamais il ne l’avait critiqué, jamais il n’avait eu un mot déplacé. Elle non plus. Aucun n’abandonna la vie qu’il menait,  lui continua sur son banc gris dont jamais il ne bougeait, elle sur son étoile qui naviguait dans le ciel changeant de ses désirs. Quand ils se retrouvaient, le dialogue interrompu la fois précédente se renouait, comme s’ils venaient  de se quitter…     PS : photo prise dans le jardin... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
22 octobre 2015

Les canards

Pourquoi tous ces canards ? Lui avait-on demandé plus d’une fois alors qu’il servait ses consommations au bar,  déguisé en canard jaune. Il répondait invariablement qu’il préférait être chassé que chasseur ; puis, plus sérieusement, il ajoutait qu’un homme doit s’accepter tel qu’il est et  savoir à quel groupe il appartient pour devenir réellement lui-même…   PS : photo prise par moi-même lors d'un voyage à Lille.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
18 octobre 2015

Le curieux

Il se mêlait  de tout, et surtout de ce qui ne le regardait pas. Rare chez un homme ? Peut-être.  « Il a toujours été curieux comme un lavement », avait un jour déclaré sa mère, qui n’avait pas peur d’oser les images les plus fleuries. Avait-il été satisfait de son observation ? Non. Dès le lendemain matin, un lumbago sévère l’avait empêché de faire les choses les plus « élémentaires ». Quant à ce qu’il avait vu, une frustration sans nom, car un caleçon blanc l’avait empêché d’accéder à la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
14 octobre 2015

La chute

Il lui avait dit : « quand j’ouvrirai les volets, ce sera le moment. » Et effectivement : il avait ouvert les volets, la balustrade avait cédé et il avait chuté sur un tas d’immondices qui n’avaient pas amorti sa chute. Son amie avait fait inscrire sur sa tombe l’épitaphe suivante : « Tombé sur le champ d’horreur ! »     PS : photo prise par mes bons soins.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
10 octobre 2015

Les chaussures

Muriel s’étonna du choix de Léa. -          Tu ne trouves pas que ça fait un peu travelo ? Léa l’avait regardée d’un air méprisant. -          Tu me fais de la peine avec tes clichés. Elle faillit sourire. Sans doute avait-elle des clichés plein la tête, mais qui n’en avait pas ? -          Après tout, ce n’est pas moi qui les mettrai, tu as raison. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2015

Le vélo

Elle aurait voulu l’enfourcher et partir le plus loin possible ; jamais elle ne l’avait  fait. Le vélo était là, chaque matin, comme une tentation, avec son panier fleuri promettant mille merveilles et son antivol rose qu’elle aurait pu accrocher a un nuage. Elle aurait pu… chez elle, le conditionnel passé était une seconde nature, la nature de ceux qui ont peur de la vie, peur du monde insolent, peur d’être, tout simplement…   PS : photo prise à Lille, par mes bons soins.
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
08 septembre 2015

Le pied

Elle prenait son pied partout – mais dans la  plus grande discrétion - quel mal y avait-il à ça ?     PS : photo prise par moi-même, à Orange.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
04 septembre 2015

Le voyage

Quand elle monta sur la barque, personne ne soupçonnait qu’on ne la reverrait plus. De la rive son mari lui cria « Attention à toi, tu ne sais pas nager ! » Elle lui fit un petit signe de la main comme pour lui dire que bien sûr elle ferait attention. Comment pouvait-il imaginer le contraire ? Dès qu’elle fut à quelques mètres de la rive les goélands suivirent le bateau. Elle se montra surprise mais cette escorte lui sembla de bon augure, après tout, n’était-il pas mieux d’être accompagnée pour se rendre là où... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
29 août 2015

Face à face

Elle observait la scène de loin et elle commençait à s’impatienter. Que lui disait-il ? Cela faisait dix minutes qu’ils étaient face à face. Lui était-il déjà arrivé, à elle, de mettre dix minutes pour prendre une photo ? Elle s’imagina alors qu’il lui parlait. Mais que pouvait-il lui dire ? Les choses les plus folles lui traversèrent l’esprit. Non, pas ça, tout de même ! Mais pourquoi pas ? Il en était bien capable ! Mais à une statue ? Elle essayait de se raisonner mais maintenant elle en était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :