06 janvier 2016

L’ascension

Il lui avait dit. -          Tu prends l’escalier à ta droite et il suffit de monter, c’est tout en haut. -          Et une fois en haut ? -          Une fois en haut, tu m’attends. C’est donc ce qu’elle fit le jour J. Une fois dans la rue du destin, elle prit l’escalier à sa droite et elle monta et monta encore jusqu’à sentir de fines gouttes perler le long de son dos. Je me souviens très... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

21 décembre 2015

Noël

Depuis 10 jours, tout le monde lui demandait ce qu'elle ferait à Noël. Mais qu'est-ce que ça pouvait  bien leur faire à tous ? Pourquoi lui demandaient-ils ça alors qu'ils s'en fichaient complètement, que la seule chose dont ils se souciaient, c'était d'eux ? A la quinzième question identique - avait-elle choisi inconsciemment sa victime ? -  elle répondit énervée. - Ecoute, à Noël, comme tous les ans, je vais rester chez moi. Pas de  famille, pas d'amis, pas de sortie, télé et au lit. Tu vois,  si c’est ça que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
11 décembre 2015

Le banc

Elle était restée 15 minutes sur le banc, 15 minutes de trop et on ne l’y reprendrait plus. Pourquoi attendre les retardataires de la vie ? Elle se leva à 12 h 30, exactement, et elle disparut au coin de la rue des martyrs. Seulement, au fur et à mesure qu’elle marchait, une petite musique tournoyait dans sa tête jusqu’à l’obsession : « Avec le temps, avec le temps va tout s'en va, on oublie le visage et l'on oublie la voix… » Arriverait-elle à oublier son visage et sa voix ? Non, impossible. Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
01 décembre 2015

Le père Noel

Il s’est arrêté devant la petite cabane du cerf dans le centre commercial. Il s’en serait bien passé mais Martin, le fils de la femme avec qui il sortait, voulait absolument s’approcher de cette cabane ridicule. Et les questions ont commencé à fuser, comme d’habitude. Pourquoi ce gamin parlait-il toujours pour ne rien dire ? Il a répondu de mauvaise grâce aux premières questions et quand l'enfant lui a demandé. -  Et le Père Noël, il est où ? Il n’a pu se retenir de lui dire. -  Le Père Noël ? Eh bien  il a... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
23 novembre 2015

L’attente

Il fait le pied de grue depuis une heure et sa patience a des limites. Ne tardera pas le moment où il s’envolera à tire d’ailes. La dernière fois qu’elle lui a fait subir le mêmes sort, c’était dans le square de l’église de la Trinité. Cherche-t-elle à mettre son amour à l’épreuve ? Veut-elle lui signifier que l'aimer c'est se soumettre ? Les humains n'ont-ils pas l’habitude de dire « jamais deux sans trois » ? Mais chez les pigeons, le dicton n’existe pas, tout au moins pas encore. Une chose est sûre, se dit-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
19 novembre 2015

Le sosie

Travailler lui paraissait si pénible qu’elle avait passé cette annonce dans Libération – " cherche sosie qui veut bien aller au boulot à ma place " -  suivie d’une photo d’elle, la plus « réaliste » possible. Si trouver un sosie n’avait pas été une mince affaire, le fait qu’elle soit professeur n’avait pas arrangé les choses. Rares étaient celles qui, par ces temps troublés, souhaitaient entrer dans la fosse aux lions ; surtout pour un salaire de 1400 euros par mois. Son choix avait fini par se porter sur une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2015

En finir !

Rien à foutre de rien, tous pourris. Ça allait faire mal quand il allait frapper ! Quand il avait reçu le matériel,  il l’avait rangé au fond du placard, sous ses vêtements. Pas de risque que sa mère le voie, elle ne rentrait plus dans sa chambre depuis qu’elle savait qu’il faisait cinq prières par jour. Pauvre naze ! Il avait fini par la détester, elle et sa petite vie de merde ! Ils ne se parlaient plus, chacun enfermé dans sa tanière : elle dans sa cuisine, lui dans sa chambre. Et quand il leur arrivait de se croiser,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
07 novembre 2015

Barbe bleue

Il l’avait enterrée sous la vasque fleurie, deux ans plus tôt, et il se félicitait du choix qui avait été le sien. Jamais il ne s’était excusé, mais qu’aurait-il pu lui dire ? Qu’il avait perdu son sang-froid et qu’il le regrettait ? Non, ce n’était pas raisonnable. La grande maison blanche avait alors retrouvé sa tranquillité et lui avait repris goût à la vie. C’est alors qu’une deuxième femme était arrivée. Elle ressemblait étrangement à la première mais  ses cheveux étaient aussi noirs que ceux de la précédente... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
30 octobre 2015

changement

Enfant, il n’était pas raciste, mais à sa majorité il le devint. Il prit sa carte du FN et se transforma en admirateur de Marine Lepen. Il ne manquait jamais aucun de ses  discours  et  les écoutait assis devant la télé, le pouce dans la bouche...   PS : photo "volée", prise à Bruxelles en juillet dernier
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
26 octobre 2015

Les amis

Dès qu’elle s’était assise à ses côtés sur le banc gris, elle avait compris qu’ils seraient amis à vie. Jamais il ne l’avait critiqué, jamais il n’avait eu un mot déplacé. Elle non plus. Aucun n’abandonna la vie qu’il menait,  lui continua sur son banc gris dont jamais il ne bougeait, elle sur son étoile qui naviguait dans le ciel changeant de ses désirs. Quand ils se retrouvaient, le dialogue interrompu la fois précédente se renouait, comme s’ils venaient  de se quitter…     PS : photo prise dans le jardin... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]