23 novembre 2016

La madeleine

« J’ai reconnu sur la digue de Cabourg » Etienne Dumont, un ancien élève du lycée Henri IV. Son pardessus  s’accordait aux couleurs  du ciel qui, ce jour, avait décidé de se fondre dans la mer en une fusion de gris. Je suis restée longtemps à le regarder s’éloigner parmi les promeneurs  aux allures rythmées par le mouvement des nuages. Il ne m’a pas reconnu, mais aurais-je souhaité qu’il vît en la digne bourgeoise qui s’avançait sur la digue la frêle jeune fille qu’il avait un temps aimé ? Lui n’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

19 novembre 2016

L’auto stoppeuse

Quand la voiture s’était arrêtée, elle en était restée bouche bée. D’abord à cause de la Rolls, et ensuite à cause de l’âge du conducteur : 25 ans, tout au plus. Elle s’est calée sur les fauteuils et après les préliminaires d’usage, elle s’est tue. Il écoutait Edith Piaf. -          J’aime bien Piaf, c’est pas prise de tête, s’est-il justifié. Il avait de drôles de façon de s’exprimer et elle a remarqué que ses mains étaient maculées de tâches de  cambouis. Quand il a vu que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
15 novembre 2016

Deux vies

Tous les matins, il était là à la même heure, enveloppé dans sa gabardine. Prenait-il la même photo tous les jours ? Elle a décidé de le suivre aussi bien par désœuvrement que par curiosité. Au début, elle n’y a consacré que peu de temps mais, de jour en jour, sa filature s’est faite plus longue. Elle finissait par s’attacher à lui, non pour son physique – très banal – mais pour autre chose qu’elle n’aurait su nommer. Quand il s’asseyait au café des trois maillets, elle faisait de même, jusqu’au jour où il l’a rejointe à sa table. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
11 novembre 2016

duo de novembre

Après le texte de Caro, voici le mien pour ce duo de novembre. MA-A-A-RIE La première fois qu’il l’avait vue, 15 ans plus tôt, elle faisait le tour de la place à cloche pieds en riant à perdre haleine. Aujourd’hui, elle est assise en face de lui, dans ce métro qui va de la porte de Clignancourt à la Mairie de Montrouge. Elle ne semble pas le reconnaitre. Il a voulu lui adresser la parole, impossible,  pourtant son prénom lui brûle les lèvres. Marie, c’est pourtant simple à dire Marie, deux syllabes qu’il transformait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
09 novembre 2016

duo de novembre

Pour notre duo de novembre, Caro a choisi cette photo comme amorce. Novembre sera peut-être le mois de l'amour, qui sait ? Aujourd'hui vous pouvez lire son texte, le mien paraîtra vendredi 11 novembre. Les faux serments « C’est quoi ça ! » Incrédule, je regarde Antoine qui agite devant moi une photo, ma photo. Il n’a pas eu à fouiller mon sac. Un geste maladroit et elle a glissé avec tout le fourbi que je trimballe. Je distingue un léger sourire sur ses lèvres. Parce que c’est Antoine, je n’ai pas la force de la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
05 novembre 2016

Hallucination

Il venait de passer, Marie en était sûre. Elle s’est précipitée hors du restaurant mais il avait disparu. Où ? Mystère. Il était coutumier du fait. Sa présence fantomatique était  ce qui l’avait fascinée chez lui. Quand elle est revenue s’asseoir à la table, Isabelle lui a dit. -          Alors ? -          Alors rien. Il a disparu, comme d’habitude. -          Tu ne crois pas que tu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

01 novembre 2016

La porte

Un jour sa femme lui avait dit. « Prends la porte, je n’en peux plus ! » Il avait obéi. La porte avait été prise et il l’avait installée dans un parc. C’est comme ça que lui était venu sa vocation pour l’art, exactement comme ça. Et des portes, il était passé à toutes sortes d’objets que son imaginaire détournait avec facétie.     PS : photo prise dans le parc du lycée. Réalisation des élèves de l’atelier de pratiques artistiques.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
28 octobre 2016

Le lion

Un jour, il sortirait de son tombeau de pierre. Il avait bien essayé de savoir quand, mais le Destin n’avait pas daigné lui donner de date. Il s’était contenté de répéter de sa voix caverneuse : « Un jour, un jour peut-être. » Et il s’était résigné, comme d' habitude. La délivrance arriva le jour où des enfants, telle une bande de moineaux étourdis de liberté, le montrèrent du doigt en criant. Croyant qu'ils se moquaient de lui, sa rage fut telle qu’un rugissement  sortit de l’enfer de ses entrailles. La statue... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
19 octobre 2016

L’air de rien

Il avait l’air de rien, le genre passe-partout sur lequel personne ne s’arrête, même pas lui. Le jour où sa voisine, une fervente de rock aux tenues extravagantes, lui a demandé  " C’est vous mon voisin ? ", il aurait mieux valu dire non, parce qu’elle a enchaîné aussitôt : « Vous êtes presque invisible, je dirais même inexistant ! » Elle avait raison. Il n’avait aucune consistance, aucune épaisseur, il était aussi lisse qu’une feuille de papier prête à  imprimer mais qu’on n’imprimerait jamais. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2016

La pause

Il n’en a rien à faire de rien depuis qu’il a emballé obligations familiales et salariales dans un paquet qu’il a jeté dans la Saône. En ce mois de septembre, profitant du doux soleil de cette fin d’été, il erre dans le quartier de la Croix Rousse entre manches et pauses sur des places tranquilles. Souvent, on le voit lire un journal déniché dans une poubelle. Certains disent qu’il ne regarde que les images, mais moi je sais qu’il y a  quatre ans, il lisait encore Shakespeare dans le texte. Oui, ce clochard aux pieds nus est un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]