21 août 2012

C’est là

Il avait mis le doigt au bon endroit, c’était là que ça coinçait. -    Tu vois, toujours au même endroit, lui a-t-il dit de sa voix un peu sèche. Elle lui en voulait de ne voir que les détails et jamais l’ensemble ; mais elle devait se rendre à l’évidence :  son rôle était de la corriger. Il lui fallait travailler, encore et toujours, soumettre son corps, l’assujettir presque, afin que la liberté surgisse dans son plus simple éclat. PS : Merci à R. B. pour sa photo.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2012

La cabine

Et si on louait une cabine ? Demanda Anémone à son mari. Une cabine sur cette plage hyper fréquentée de Châtelaillon ne lui disait rien de bon, mais à leur âge, pourquoi pas ? Et la cabine fut louée, les affaires entreposées et le parasol déployé chaque jour qu’il fasse beau ou mauvais. Elle était ravie, jusqu'à ce jeudi 16 aout, le jeudi fatal. Un incident, somme toute banal, avait altéré leur ronronnement estival. Depuis trois jours, une famille s’était installée dans la cabine du milieu. Et, ce qui chagrinait particulièrement... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2012

Le trapèze

Il lui avait bien dit qu’à force de se balancer dans les arbres elle finirait par s’envoler. Elle n’avait pas voulu le croire, comme souvent ; pourtant, en ce Mardi 10 juillet 2012, après s’être balancée plus que de coutume, elle s’était fondue dans le feuillage et elle avait disparu. Le trapèze, lui, était toujours à la même place, mais il avait  cet infime balancement qu'il ne pouvait s’empêcher de suivre des yeux…. PS : texte écrit à partir de cette photo prêtée par R. B.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
17 juin 2012

La vengeance du fleuve

Tu croyais que personne ne te verrait, allongé à plat ventre dans la barque, pourtant… Tu les as entendus rire, s’ébrouer, se dire des mots d’amour, s’embrasser, rire encore. Ils avaient l’air heureux. Combien de temps sont-ils restés dans l’eau ? Longtemps. Le temps t’a paru si long. Tu l’entendais rire comme elle n’avait jamais ri avec toi. Ils sont sortis de l’eau, et puis tu n’as plus rien entendu. Alors tu as levé la tête et tu les as vus debout sur la rive, juste devant la barque où tu étais allongé, tels Adam et Eve. Ils te... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
05 juin 2012

La surprise

- Comment tu le trouves ? Mal à l’aise dans sa mini-jupe qui la moulait un peu trop, elle ne savait pas quoi dire. Il lui avait promis une surprise et en fait de surprise, elle était devant une coque à la peinture écaillée qui, dos à la mer, attendait sa fin prochaine. Elle finit par balbutier. - Euh, c’est… enfin… c’est ça  la surprise ?- Oui, c’est ça, lui répondit-il les yeux brillants. Tu ne trouves pas qu’il est beau ? Elle se demandait ce qu’il trouvait de beau à ce truc échoué. Elle n’arrivait même pas à imaginer cette... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2012

La vitrine

- Putain, t’as vu toutes ces bières Bernard ! Bernard jeta un coup d’œil blasé à la vitrine et répondit à Albert. - Ouais, ça donne envie de se saouler la gueule, c’est sûr, mais comptes-y pas, et il lança un coup d’œil vers Arlette et Josiane qui continuaient à marcher bras dessus bras dessous.   Bernard laissa Albert  rêver devant la vitrine. C’est la voix de sa femme qui le sortit de son extase. - Bon, t’avances ou quoi, tu commences à nous emmerder à  toujours traîner les pieds ! Albert se demanda si ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2012

Le rideau

Je suis allongée sur le lit, les yeux ouverts, tu es endormi à mes côtés et je ne peux m’empêcher de fixer ce rideau blanc que le vent déplace imperceptiblement. Ce frémissement, c’est celui de mon amour, prêt à s’envoler à la moindre blessure. Et cette ombre projetée sur le mur, n’est-ce pas mon passé qui tend sa griffe pour me voler un présent si ténu ?  L’amour est un puzzle dont je n’ai jamais eu toutes les pièces. Tu reposes tranquillement à mes côtés, tu ne te doutes pas des tourments que mon esprit chagrin remue jour... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
22 avril 2012

Le heurtoir

Elle avait coulé sa main dans le bronze et elle en avait fait un heurtoir. Une belle fin, pour une main.  Personne ne s’était jamais douté de rien et tout le monde avait accepté sa version : il était parti vivre avec une autre femme. A chaque fois qu’elle rentrait chez elle, elle ne pouvait s’empêcher de sourire en regardant le heurtoir. Qui aurait pu imaginer qu’il finirait ainsi ? Ni lui, ni elle. Il lui avait toujours dit : « Toi, je ne pourrai jamais te faire de mal », et il avait tenu parole, jusqu’au jour où il avait voulu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2012

Le pari

Tous deux contemplaient la ville de l’autre côté du fleuve ; tout est toujours plus beau de l’autre côté se disait Pedro. Oui, tout renaissait parce que la lumière retirait à la ville la crasse qui d’habitude l’assombrissait. Soudain,  son ami lui annonça d’une voix froide. - Tu sautes du haut du pont, ce soir !- C’est tout ce que tu as trouvé ? Répondit Pedro. L’autre lui lança un regard courroucé. - De toute façon, on a parié et tu as perdu Pedro embrassa tendrement la ville du regard. Après tout, pourquoi pas ! Qui le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
08 mars 2012

Le rêve

Il apparaissait dans l’ombre de ses rêves et soit il voulait la dévorer, soit la violer. A chaque fois, elle réussissait à  lui échapper en se réveillant, sauf cette nuit-là. Ses bras l’enserrèrent, ses pieds d’écailles s’arrimèrent à ses jambes et ils roulèrent dans les flots d’une mer transparente.  Quand le coquillage se referma sur elle, elle ne savait plus ni qui elle était, ni où elle était. Le jour où elle donna naissance à son premier enfant, elle se souvint, mais il était trop tard... PS : texte... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :