27 août 2013

Bord de mer

Depuis cinq ans, elle avait élu domicile en bordure de mer, dans une station balnéaire battue par les vents. Son rythme s’était calqué sur celui des  marées. Elle marchait sur des chemins d’embruns sans penser à ce qui l’attendait, bercée par le ressac et le vacarme des goélands argentés.  Elle avait parfois songé à s’installer ailleurs, en vain. Comment se résigner à abandonner la grève où les coquilles brisées de ses souvenirs secrétaient le goût d’un sel oublié ?   PS : photo de C. V. prise à Saint Valéry... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

06 août 2013

L’apparition

Quand il l’avait vue  surgir devant sa voiture, au feu rouge, il avait sursauté. Sans doute l’avait-il prise pour un ange descendu du ciel, mais un ange met-il des collants noirs avec une jupette ? Une minute plus tard, elle frappa à sa vitre.-    Pour la danse, lui fit-elle Il chercha rapidement quelques pièces dans son vide-poche afin de les lui donner. Peut-être qu’on  se reverra au paradis, murmura-t-il en son for intérieur…  PS : Photo prêtée par R. B. et prise à Santiago du Chili en 2013
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
29 juin 2013

Maternité

Elle était restée de longues minutes devant le tableau et il l’avait observée, de loin. Lui, les vierges à l’enfant lui donnaient le cafard, et dès qu’il en voyait une, il avait une furieuse envie de lui découper son auréole avec un cutter. Il essaya d’imaginer les sentiments qui animaient cette femme, en vain. Il finit par prendre une photo. L’histoire de celui qui regarde celle qui regarde qui elle-même regarde… ; les mises  en abyme le fascinaient toujours.   Il allait partir quand il la vit fouiller dans son sac.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2013

Le Christ

Elle avait pris l’habitude de venir le voir tous les après-midis. La paix et le silence qui régnaient en ce lieu avait le don d’atténuer ses angoisses. Le Christ l’écoutait comme aucun homme ne l’avait jamais écoutée. L’empathie exceptionnelle dont il faisait preuve l’étonnait, mais n’était-ce pas normal vu les souffrances qui avaient été les siennes ? La veille, quand elle s’était entretenue avec lui, elle lui avait parlé de son mari. Le Christ n’avait rien répondu ; il avait juste baissé les yeux, sans doute par pudeur. Elle eut... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2013

Les cheveux

- Bon, alors, ces cheveux, quand est-ce que tu vas te les faire couper ?- ...- Tu  réponds rien ?- ...- Tu  veux pas répondre ? Mais on dirait que  tu t'enlaidis à plaisir !- ...- Tu serais tellement plus mignonne avec tes cheveux comme avant !- ...- Tu  veux rien dire ?- ...- Franchement, tu veux que je te dise, avec tes cheveux comme ça, tu es moche… Enfin si  tu veux être moche, c'est réussi !!!- Merde !- Quoi, Merde ? Tu me dis rien pendant un quart d'heure et quand tu me parles c'est pour me dire merde ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
15 mai 2013

Le vide

Elle s’est  penchée une seconde et les souvenirs ont surgi. Elle entendait encore son cri – MAMAN ! - qui s'était répercuté de pallier en palier. C’était il y a quinze ans. Son père l’avait alors brutalement prise par le bras pour la faire rentrer dans l’appartement et il lui avait asséné. - C’est fini. Ta salope de mère ne reviendra plus ! Et elle n’était jamais revenue. A l’époque, elle avait voulu se jeter dans le vide. Quand elle s’en était ouverte à sa meilleure amie, celle-ci lui avait dit. - Tu te rends compte ? Et si... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

12 mai 2013

Venise

Il était 20 h, la nuit était tombée. Elle marchait dans les rues  de Venise en chantonnant « Que c’est triste Venise au temps des amours mortes » quand elle  vit de jolies loupiottes accrochées aux grilles d’un jardin qu’elle avait à peine remarqué de jour. Elle s’arrêta pour observer les motifs dessinés par la lumière. Sans doute n’avait-elle pas arrêté de chantonner car quelqu’un derrière elle siffla la même ritournelle. Elle se retourna et vit un type sans âge, en tongs, le cheveu hirsute et en retard de mille... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
09 mai 2013

La patte

Il était tombé dessus par hasard et il avait poussé un cri d’effroi. Remis de sa surprise, il s’était approché précautionneusement. La patte était là depuis longtemps, aucun doute. Mais de quel animal venait-elle ? Etait-il  le premier à l’avoir vue ? Il prit une photo puis il l’examina attentivement. Soudain, il entendit des pas derrière lui et il se retourna vivement. C’était une femme plutôt âgée avec un chien en laisse. - Bel arbre, hein ? lui dit-elle d’une voix forte. Il ne répondit rien et se contenta de la toiser de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
27 avril 2013

Les yeux-parapluies

Elle lui avait dit. - On dirait deux yeux aux corolles ouvertes. - C’est la minute de poésie ? se contenta-t-il de répondre, d’un ton rogue. Elle se demandait bien pourquoi il était de mauvaise humeur. Que lui avait-elle fait ? Et pourquoi se sentait-elle toujours responsable de son humeur ? Elle lui sourit pourtant et ajouta. - Aujourd’hui, personne ne m’empêchera d’être heureuse, même pas toi ! Et elle accéléra le pas afin de préserver sa fragile bulle de bonheur. Le visage de son compagnon se crispa légèrement, mais il ne dit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2013

Le poète

Deux minutes plus tôt, il était assis dans ce fauteuil, elle l’avait vu, elle en était sûre. C’était lui. Et il avait même laissé son journal qui portait la date de 1935, l’année de sa mort. Elle ne l’avait pas rêvé, ça ! Bien sûr elle aurait pu lui parler, lui dire combien elle admirait  son œuvre, combien elle avait lu et relu certains de ses poèmes quand elle désespérait de savoir qui elle était, combien il l’avait touchée dans son livre de l’intranquillité. Seulement elle n’avait pas eu le temps, son compagnon l’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :