05 août 2018

Les goélands

En passant devant cette maison, elle a observé la façade, sorti son appareil, et s’est demandée qui avait eu cette  idée étrange. Elle - qui jamais ne hurlait - détestait les goélands et leurs cris stridents. -          Propriété privée ! a aussitôt crié une voix mâle alors qu’elle terminait ses photos. Il était à la fenêtre. Polie, elle lui a répondu. -          Monsieur, je ne suis pas chez vous que je sache, mais dehors. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

25 juillet 2018

Jack London ?

" Tout m’ennuie, je m'en vais ! ", c'est ce qu'elle leur avait dit avant son grand voyage en stop qui l'a conduite du Nord au Sud du pays. Dans une ville étudiante, choisie par hasard, elle s'est assise sur le trottoir, non loin d'une librairie. C'est là qu'elle a commencé sa lecture de Martin Eden et c’est à 15 h qu'elle l'a rencontré, au moment où elle entamait le chapitre numéro quatre. - Martin Eden, lui a-t-il dit  d'une voix  grave,  c’est mon nom ! Elle a observé ses yeux bleus, ses cheveux bruns et bouclés,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
20 mai 2018

Révélation

Elle avait rendez-vous avec sa mère à 15 h, dans un salon de thé du centre ville.  Il ne lui restait  que 40 minutes pour savoir comment lui annoncer "la chose". Elle pouvait déjà énoncer comment se déroulerait la rencontre : sa mère lui parlerait d’elle et il  lui faudrait adroitement la faire dévier d’un pouce, juste un, pour lui dire qu’elle était amoureuse, non d’un homme, mais d’une femme. Là, ce serait l’explosion, raison pour laquelle elle avait choisi " The Orchad tea garden ". Sa mère, soucieuse des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
16 mai 2018

La vue

Tous les jours, elle montait en haut de la tour Sainte Mary, non pour la vue – qui pourtant avait un charme certain – mais pour se souvenir que la perspective devait être et rester le maître mot de sa vie. Les jours de marché, les toiles tendues donnaient au paysage des  rayures colorées dont elle s’amusait à suivre le dessin imparfait de gauche à droite et, quand elle arrivait à l’extrémité droite de la place, ses yeux s’arrêtaient sur la boutique « Optical express ». C’est là qu’il travaillait. La première fois... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 avril 2018

M la maudite

Elle sévissait dans les parcs et s’emparait de pétales de fleurs pour confectionner ses précieux parfums mais parfois, quand ses sens s’enflammaient, elle volait des enfants. Depuis l’ère des portables, l’opération était d'une simplicité enfantine ; nombre de parents préféraient consulter leur précieux téléphone plutôt que de surveiller la chair de leur chair. Son flacon de parfum  à la main, elle s’approchait de l’enfant convoité, lui faisait respirer des fragrances étranges, l’enfant s’évanouissait et elle l’emmenait loin,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
14 avril 2018

Retour

Le bateau revenait au port mais elle ne voyait pas sa silhouette sur le pont. Aussitôt, sa machine à questions se mit à tourner follement.  Avait-il disparu dans les flots ? Une sirène surgie du fond des mers l’avait-elle emprisonné dans ses filets ? Son associé – dont elle n’aimait pas le visage patibulaire – l’avait-il assassiné ? Inquiète, elle enfila sa veste noire et sortit sur le quai. Elle constata que, comme à chacun de ses retours au port, il était  sur le pont, la cigarette aux lèvres, prêt à la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

06 avril 2018

Lire ou bricoler ?

Si encore il avait aimé lire, mais non, jamais elle ne l’avait vu un livre à la main. Il préférait la truelle ou la pioche ; ce n’était pas avec ça qu’il allait lui faire la conversation. Elle, elle adorait lire, tout, vraiment tout, de Flaubert à Marc Levy ; elle était bibliophage, c’était une maladie. Et lui ne disait pas autre chose. -          Arrête de lire, tu vas avoir mal  à la tête ! Jamais elle ne l’écoutait, bien sûr, et elle continuait, des heures durant, au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2018

l'apparition

  L’apparition   Elle avait choisi Lisbonne comme refuge. « Lisboa » - disait-on dans ce pays presque oublié de l'Europe -  une cité inconnue qu’un  poème, abandonné sur un banc de la ville où elle vivait alors, lui avait esquissée devant ses yeux lassés de pleurer. Elle se rappela les premiers vers du poème tandis qu’elle traversait « o terreiro do paço » faisant rouler derrière elle son énorme valise noire.   Je dis : “Lisbonne” Quand je traverse – venant du sud – le fleuve ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
19 mars 2018

X

En rentrant de vacances, il avait trouvé une chaussure de femme sur sa boîte aux lettres.  Qu’attendait l’esseulée ?  Il se demandait si ce n’était pas un « coup de théâtre » de X,  l’inconnue rencontrée un an plus tôt lors d’une soirée chez des amis. Que lui voulait-elle et que devait-il lire dans ce symbole phallique ?  Sans doute X se vengeait-elle car il avait eu l’audace de s’évader de la geôle qu’elle lui avait construite sur mesure. Ne lui signifiait-elle pas aussi qu’elle aurait eu plaisir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
15 mars 2018

Le voilier fantôme

      C’est un bateau qu’elle voyait souvent sur l’océan de ses rêves. Quand la brume était épaisse, sa corne puissante effrayait les goélands qui hantaient son inconscient. Le capitaine du voilier avait une barbe d’un siècle et s’appelait John Thompson. Il aimait le rhum et les femmes, une dans chaque port, bien sûr ; son inconscient n’avait pas peur des clichés.   Le peuple de ses rêves l’appelait le voilier-fantôme parce qu’il apparaissait et disparaissait sans que l'on sût pourquoi. Quant à ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [22] - Permalien [#]