03 juillet 2019

Espérance

    Il l’a tuée rue de l’Espérance ; un crime parfait. Hélas, il ne s’en est jamais remis, et depuis il erre sur les routes, le coeur en miettes et l'âme blafarde, avec pour seul compagnon un chien qu'il a appelé Espoir...   PS : Photo de Paul Day prise à la Gare de St Pancras, à Londres  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

27 juin 2019

Sa femme

      Sa femme partageait tout avec lui, sauf l’amour ; là, elle avait été catégorique. -          On partage la nourriture, on partage la voiture, on partage la salle de bain - même nus - on partage le même lit, mais l’amour non, impossible. Bien sûr, il ne lui avait pas posé de questions. Les questions n’étaient pas sa tasse de thé ; d’ailleurs il détestait le thé - tout comme les anglais - mais il ne savait pas pourquoi. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
09 juin 2019

Le bouquet

  La première fois qu’elle avait rencontré Dieu c’était  dans un bouquet de fleurs, dans le salon d’une amie. Elle lui avait demandé qui l’avait assigné à domicile, là, et il lui avait répondu : les fidèles. -          Mais je n’en fais pas partie des fidèles, avait-elle répondu. -           Non, pas encore, avait-il souri, mais qui sait de quoi demain sera fait ? Elle resta silencieuse, la fidélité n’était pas son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
05 juin 2019

Le rendez-vous

    Julien lui avait dit : « Rendez-vous à Memoranda à 10 h ». A 10 h, il n’était pas là, ni à 11 h, ni à 12 h. Elle est sortie de la librairie avec Freud et Jung sous les bras. Les jours ont passé. Des rêves sont arrivés avec leurs revenants et leurs pays lointains. Elle a aussi rencontré un enfant perdu qui l’a terrifiée et puis elle a quitté la porte des livres pour retrouver le pays des hommes. C’est là qu’elle a revu Julien. Il ne se serait pas arrêté si elle ne l’avait pas appelé. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
25 mai 2019

L’anniversaire de mariage

    La table était presque mise, il ne restait plus qu’à… Seulement, les cinq invités prévus ne vinrent pas. Chacun avait une raison, une bonne. La première se disait stressée et avait peur de gâcher la fête, le deuxième et le troisième signalèrent qu’ils se séparaient et ne pouvaient plus supporter leur présence respective, le quatrième ressassait le départ de sa compagne, quant à la cinquième, elle était malade, le rhume des foins, avait-elle dit. Juliette et Tristan se retrouvèrent donc face à face sous les arbres du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
27 avril 2019

La phrase

La première fois qu’il avait murmuré cette phrase – « J’aime beaucoup tes fesses et tes lèvres »  -  à la sortie du cours, Brigitte avait eu envie de le renvoyer.  Le gougeât, comment avait-il pu faire preuve d’une telle impertinence ! Certes, elle avait un corps mince et séduisant, mais tout de même. Finalement, elle n’avait rien dit. Elle se souvenait encore du jour où, à 16 ans à peine, il était arrivé avec un gilet jaune. A la fin de l’heure, elle lui avait demandé de rester. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

22 mars 2019

Le zèbre

  La première fois qu’elle avait vu le zèbre c’était à l’intérieur d’une boutique de meubles. Elle avait été séduite : quelle élégance, quel profil, quelle beauté. Il était si différent d’elle. Ils s’étaient rencontrés face à un lit deux places qui lui avait donné envie de s’allonger immédiatement. Elle avait ri quand il lui avait dit. -          C’est tentant, mais il vaut mieux ne pas fabuler. -          Mais vous, on croirait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
16 mars 2019

La statue

    A 80 ans passés, il était lourd et presque sourd. Son dos s’était courbé et il marchait à petits pas. La vie ne l’avait pas épargné ; lui non plus n’avait pas épargné la vie. C’est en entendant des pleurs qu’il se tourna vers l’homme nu. Etait-ce lui qui pleurait ou un autre ? Et cet homme immobile, les yeux  perdus, n’était-ce pas lui, jeune ? Mais n'était-ce pas l’autre ? Il est vrai que l’autre lui ressemblait tant, qu’il s’était parfois demandé si lui et l'autre était une seule et unique... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
31 janvier 2019

une photo et un texte

A nouveau la photo, croquis main gauche, de Mado. Aujourd'hui, voici mon texte.   Décor Ce nu, c’était celui d'un homme qu'elle avait aimé, mais  était-ce possible ? Un  nu est-il ce que l’on veut qu’il soit ou dessine-t-il une pure image de l’esprit qui sombre dans l’inconscient. Qui aurait pu lui répondre ? Elle a regardé à nouveau son dessin, le modèle, a fermé les yeux et les a rouverts quelques minutes plus tard. Toujours cette ébauche, celle d’un être qui, dans une pause que l’on aurait pu imaginer rêveuse,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
29 janvier 2019

une photo et un texte

Voici une photo, croquis main gauche, de Mado. Aujourd'hui vous pouvez lire son texte, le mien sera en ligne le 31 janvier.     Dessein contrarié   J’aime bien   passer  l’heure du déjeuner dans le square. Une trouée de soleil, des oiseaux bavards, les gens qui partagent le début du printemps… Depuis quelques jours,  je réveille  le vieux carnet à spirales qui hibernait  au fond de mon sac ; retenir de  fines  traces d’éphémère… griffonner  un nuage, un arbre, les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]