26 mars 2020

La boucle

    Elle était en boucle comme jamais elle ne l'avait été. Et lui était en colère, comme toujours il l'avait été. Elle parlait beaucoup trop et répétait en permanence. - Tu te souviens quand on marchait sur les chemins dans la campagne ? ou - Tu te souviens quand on se promenait sur la côte ? ou - Tu te souviens de nos vacances à vélo sur les routes de Bretagne ou d'Alsace ? Oui, il se souvenait, mais il en avait marre. « Qu’elle la boucle », pensait-il. Et plus elle parlait, plus sa colère montait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

26 février 2020

Changer de vie

Qu’est-ce qui fait une ruine ? C’est ce qu’il m’a demandé en me regardant avec insistance. D’accord, j’avais passé 49 ans et lui en avait trente, mais cela justifiait-il de me parler ainsi ? Je le lui ai fait remarquer. Moqueur, il  m’a traité de « parano ». Puis il a rajouté, l’air ironique. -          Les ruines ont aussi leur charme ! Là, je l’ai tué, il n’aurait pas dû continuer ; d’autant plus que c’est moi qui subvenais à ses besoins. Et question... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
24 février 2020

L’exaspération

Quand elle lui avait demandé comment il allait après le décès de sa mère, il avait répondu énervé. -          Putain, il y a des morts exaspérants, je t’assure ! Elle n’avait pas compris. Lui si attentif, si gentil avec sa mère. -          Mais pourquoi tu dis ça ? Il avait hésité puis avait fini par lâcher le morceau. -          Quand elle était vivante je n’en venais pas à bout et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
26 janvier 2020

voyage

    Promenons-nous dans les jardins du ciel Avec, pour mémoire, Des presque-rien, Des exercices d’admiration, Et des mensonges de bonheur…   PS : photo prise à Rouen à lors de l’Armada 2019
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
22 janvier 2020

Je t’aime

  Elle lui avait dit « je t’aime » dans toutes les langues possible et imaginables, et il avait adoré ça car il ne connaissait qu’une langue étrangère, le français. Lui était américain. Seulement l’opération langue – la fameuse, celle qui, selon lui, était une spécialité française – ne dura que sept jours. A la fin de la première semaine, elle s’envola, comme l’hirondelle à laquelle il l’avait comparée dans un élan pseudo-poétique. Chaque nuit il rêvait d’elle et se réveillait en hurlant Marie, le prénom qu’elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
12 janvier 2020

Le voyage

    Elle était dans un minuscule voilier, prête pour la course, pourtant elle ne connaissait rien, strictement rien à la voile. Le temps était clément, son esprit aussi. On lui avait dit qu’elle en aurait pour un an ; une année, c’est court pour ceux qui savent que ce sera la dernière. L’eau était bleue à souhait, le ciel presque blanc laiteux, et son âme voguait déjà sur l'océan qui la mènerait vers une île lointaine, non encore identifiée mais qui, déjà, serait sienne, ou presque. Elle imaginait que le nom de l’île... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2020

Retour sur Noël

    Le Père Noël n’avait pas trouvé sa lettre dans sa boîte aux lettres, elle en était sûre et certaine. Sinon, au lieu de lui offrir d’abominables poupées, un casse-tête, un atelier de bracelets, des puzzles qu’elle détestait, sans parler de ces livres dont les histoires ne lui permettaient aucunement de rêver, il aurait tué sa mère, comme elle le lui demandait. "Ce n'était pas si difficile que ça quand même, et ça coûtait bien moins cher !" était la phrase qui tournait en boucle dans son cerveau de petite-fille de huit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
27 décembre 2019

Le silence

Elle l'interrogea en souriant. - De quoi ils parlent tous les deux ? Tu dois le savoir, toi qui as presque atteint l'âge de la sagesse. Il se contenta de répondre. - Ils crient leur silence. Elle se demanda de quel silence il parlait. Il est vrai que lui-même parlait peu et, quand il franchissait le cap d'une phrase, elle était courte, et cynique de préférence. En fait, il la fatiguait, parce qu'elle se demandait ce qui se cachait derrière ce presque silence où le sourire était absent... PS : photo prise à Nancy en juillet 2017
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
16 décembre 2019

Présence

      Enervé, assis près de la voiture qu'ils avaient arrêtée au bord d'une route minuscule qui les avait conduits dans cet étrange désert, il avait crié. - Alors, ça y'est, t'as fini de mettre tes jambes en l'air ? Elle n'avait pas répondu, habituée à ses rodomontades. Il avait insisté. - Bon, moi j'en ai marre de ton spectacle. Je pars. Rien à faire ici. Toujours le silence. Seuls quelques cris d'oiseaux inconnus et un léger vent qui annonçait peut-être un orage à venir. Il ouvrit la porte de la voiture, la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
11 décembre 2019

Citation

  Quand cette visiteuse parisienne  lui avait dit en se mettant  face à lui   “Soyez donc résolu à ne plus servir, et vous serez libre.”,  il lui avait immédiatement répondu. “ Ta gueule, on n'a pas tout à fait le même problème. Moi, je suis coincé pour des siècles et des siècles dans ce putain de musée  ! ” Elle n’avait pas insisté et était partie. La prochaine fois, elle ne dirait cette citation de la Boétie qu’à ces collègues de travail, et encore…          
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]