13 octobre 2018

Vous avez dit Schubert ?

Ils s’étaient rencontrés dans la cafeteria de l’hôpital psychiatrique. A voix basse – il croyait que le monde l’épiait - il lui avait assuré que pour suivre le chemin, il lui suffirait, quand elle serait prête,  d'écouter le trio numéro deux de Schubert ; piano et cordes entameraient alors un andante sur une sonate qui la conduirait vers l'autre vie. Elle n’avait jamais oublié leur rencontre – c’était pourtant il y a bien longtemps -  et, le jour où l’arc en ciel apparut, elle suivit ses mots sans hésiter…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

09 octobre 2018

Les tapis persans

                              -          Très jolie salle que la vôtre, lui a-t-il dit en s’installant. Vous habitez seule dans cette maison ? -          Non, avec maman, lui a-t-elle répondu le visage blanc. Il l’a regardée en souriant. -          Oui, avec une maison aussi grande, il vaut mieux ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
05 octobre 2018

Souvenir

Sa fille lui demanda. -          Et c'est là que tu l'as rencontré ? Il ne répondit pas. Oui, c'était là, exactement, mais il  ne se souvenait pas même de son visage quand il  était sorti  de l'eau, le temps l'avait effacé. La seule chose qu'il avait gardée en mémoire, c'était  ses yeux bleus qui traçaient  un chemin vers un royaume perdu. Sa fille insista. - Et c'était vraiment un vampire ? Il la regarda et, les yeux fermés, il évoqua les mots du vampire -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
13 septembre 2018

Monsieur Augustin

Elle voyait M. Augustin à 17 heures, tous les mardi, depuis deux ans. Il  lui disait bonjour le regard sombre, s'allongeait avec lenteur sur le divan, puis il restait silencieux pendant deux minutes. La vie de Monsieur Augustin était d'une terrible morosité et ses répétitions permanentes la plongeait parfois dans un endormissement léger.  Quand allait-il en finir avec ses ressassements ? Cette photo, elle l'a prise discrètement le mardi 11 septembre pour une étrange raison : Monsieur Augustin avait réussi à dire qu'un jour... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
09 septembre 2018

La vie est-elle un étrange palais ?

C'est là qu'il la séduite de son  regard simiesque. Depuis combien de siècles vit-elle dans le parc de cet étrange palais où le présent envahit le passé? Elle ne le sait même plus. Ici, vivre  ne consiste en rien, sinon écouter les conversations d'êtres aux langues singulières qui pensent que la vie est faite de délicieuses photos dont ils ne connaissent pas même l’histoire…     PS : photo prise à Lisbonne, au "Palacio da Fronteira", il y a bien longtemps...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
05 septembre 2018

Magritte ?

Il lui avait dit qu'il s'appelait Magritte mais elle n'en avait rien cru. Elle était persuadée que cet homme se présentait ainsi  parce qu'il souhaitait se moquer d'elle. N'était-elle pas qu'une simple caissière ? Pourtant il avait insisté. - Les affinités électives sont le portrait des amants qui n'ont pas de lunettes d'approche. Vous savez, je suis aussi "therapist".  Elle avait rougi, incapable de répondre quoi que ce soit à cet homme qui transformait la vie en une suite de représentations. Elle avait tout de même... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

28 août 2018

Souvenir

La boutique Vaudran, à droite et au coin de la rue, a été  photographiée cet été dans la rue du village qui était le mien, enfant et adolescente. Robert Vaudran, tel était le nom du boucher. Un homme farceur et bon vivant - mort bien sûr -  qui choyait les enfants et faisait rire les parents.Un  séducteur, à sa façon. Je me suis toujours demandée comment il avait pu épouser la femme qui était la sienne, aussi ennuyeuse et bien-pensante qu'il était drôle et facétieux. Mais, qui sait comment ces choix se font ?Tant de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
05 août 2018

Les goélands

En passant devant cette maison, elle a observé la façade, sorti son appareil, et s’est demandée qui avait eu cette  idée étrange. Elle - qui jamais ne hurlait - détestait les goélands et leurs cris stridents. -          Propriété privée ! a aussitôt crié une voix mâle alors qu’elle terminait ses photos. Il était à la fenêtre. Polie, elle lui a répondu. -          Monsieur, je ne suis pas chez vous que je sache, mais dehors. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
25 juillet 2018

Jack London ?

" Tout m’ennuie, je m'en vais ! ", c'est ce qu'elle leur avait dit avant son grand voyage en stop qui l'a conduite du Nord au Sud du pays. Dans une ville étudiante, choisie par hasard, elle s'est assise sur le trottoir, non loin d'une librairie. C'est là qu'elle a commencé sa lecture de Martin Eden et c’est à 15 h qu'elle l'a rencontré, au moment où elle entamait le chapitre numéro quatre. - Martin Eden, lui a-t-il dit  d'une voix  grave,  c’est mon nom ! Elle a observé ses yeux bleus, ses cheveux bruns et bouclés,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
20 mai 2018

Révélation

Elle avait rendez-vous avec sa mère à 15 h, dans un salon de thé du centre ville.  Il ne lui restait  que 40 minutes pour savoir comment lui annoncer "la chose". Elle pouvait déjà énoncer comment se déroulerait la rencontre : sa mère lui parlerait d’elle et il  lui faudrait adroitement la faire dévier d’un pouce, juste un, pour lui dire qu’elle était amoureuse, non d’un homme, mais d’une femme. Là, ce serait l’explosion, raison pour laquelle elle avait choisi " The Orchad tea garden ". Sa mère, soucieuse des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]