22 mars 2019

Le zèbre

  La première fois qu’elle avait vu le zèbre c’était à l’intérieur d’une boutique de meubles. Elle avait été séduite : quelle élégance, quel profil, quelle beauté. Il était si différent d’elle. Ils s’étaient rencontrés face à un lit deux places qui lui avait donné envie de s’allonger immédiatement. Elle avait ri quand il lui avait dit. -          C’est tentant, mais il vaut mieux ne pas fabuler. -          Mais vous, on croirait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

16 mars 2019

La statue

    A 80 ans passés, il était lourd et presque sourd. Son dos s’était courbé et il marchait à petits pas. La vie ne l’avait pas épargné ; lui non plus n’avait pas épargné la vie. C’est en entendant des pleurs qu’il se tourna vers l’homme nu. Etait-ce lui qui pleurait ou un autre ? Et cet homme immobile, les yeux  perdus, n’était-ce pas lui, jeune ? Mais n'était-ce pas l’autre ? Il est vrai que l’autre lui ressemblait tant, qu’il s’était parfois demandé si lui et l'autre était une seule et unique... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
31 janvier 2019

une photo et un texte

A nouveau la photo, croquis main gauche, de Mado. Aujourd'hui, voici mon texte.   Décor Ce nu, c’était celui d'un homme qu'elle avait aimé, mais  était-ce possible ? Un  nu est-il ce que l’on veut qu’il soit ou dessine-t-il une pure image de l’esprit qui sombre dans l’inconscient. Qui aurait pu lui répondre ? Elle a regardé à nouveau son dessin, le modèle, a fermé les yeux et les a rouverts quelques minutes plus tard. Toujours cette ébauche, celle d’un être qui, dans une pause que l’on aurait pu imaginer rêveuse,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
29 janvier 2019

une photo et un texte

Voici une photo, croquis main gauche, de Mado. Aujourd'hui vous pouvez lire son texte, le mien sera en ligne le 31 janvier.     Dessein contrarié   J’aime bien   passer  l’heure du déjeuner dans le square. Une trouée de soleil, des oiseaux bavards, les gens qui partagent le début du printemps… Depuis quelques jours,  je réveille  le vieux carnet à spirales qui hibernait  au fond de mon sac ; retenir de  fines  traces d’éphémère… griffonner  un nuage, un arbre, les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
17 janvier 2019

Où sont les pommes d'amour ?

A défaut de pommes d'amour, "je" se repose sans chichis.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
01 janvier 2019

Les pingouins

Elle lui avait raconté son repas du nouvel an avec des pingouins. « Pas si  facile que ça au départ », avait-elle ajouté. - Ne me dis pas que tu as passé ton réveillon avec des pingouins ? A  immédiatement répliqué son amie. Décidément, tu es folle. Vraiment n’importe quoi ! Elle l'a immédiatement rassuré en lui disant qu'on pouvait être pingouin et avoir bon goût. - Par exemple ? Insista son amie - Eh bien ils sont tous tombés amoureux de moi. - Tu ne crois pas que tu vas un peu loin ? - Pas du tout, à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

14 décembre 2018

Le malheur

Il avait fait son malheur à 4 heures 37, exactement, et il en avait ressenti un plaisir indicible. A 47 ans, faire le malheur qui lui tenait à cœur depuis longtemps ; un vrai  bonheur. Evidemment, un malheur n’arrive jamais seul, surtout lorsqu’il a cette opiniâtreté, cette fièvre, cette force. Maintenant, où qu’il allât, personne ne le reconnaissait, pourtant il avait la même voix, le même corps. Enfin, personne sauf une femme, Sybille, sa première et unique épouse dont il s’était séparé cinq ans plus tôt. Elle seule... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
30 novembre 2018

Le lien

  C’est sur les quais qu’elle l’avait rencontré la première fois. Il était assis, immobile, les yeux fixés sur le fleuve ; c’est ainsi qu’elle l’a vu pendant un mois, sans jamais lui adresser la parole, jusqu’au jour où il s’est tourné vers elle. Son visage l’a troublée ; un visage qui ressemblait à un champ de bataille pouvait-il parler ? Elle s’est contentée d’un sourire et lui, d’un regard. Des années durant ils se sont vus longuement, ici ou là. Sa voix, elle ne l’a jamais connue, seuls son regard et ses mains... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 novembre 2018

le piano

  Chers voisins,   Je me permets de vous envoyer ce courrier car, entre le 24 et le 25 novembre,  j’ai passé une nuit épouvantable. Je dois dire que votre pratique du piano, de minuit à 3 heures du matin, m’a « percé » les tympans. Au cas où vous l’auriez oublié, nous sommes en mitoyenneté. J’entends donc  ce qui se passe chez vous - sauf vos conversations, n’ayez crainte. J’espère que dans les jours, mois et années à venir, vous aurez l’extrême obligeance de mettre la pédale douce après 22 heures.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
24 novembre 2018

L'art

  " L'art ne représente pas le visible, il le rend visible* ", voilà ce qu'il lui  dit en regardant les nuages dont le voyage innondait la plage d'étranges nuances. - Et  comment te représentes-tu l'art de vivre ? Le visage de son compagnon se troubla et donna au paysage l'intensité d'une vérité première. - Pour moi, l'art de vivre, c'est l'art tout simplement. Je ne pourrais pas vivre sans lui. - Et moi ? Où est ma place ? - Tu es l'art, toi aussi. - Mais je ne suis pas une artiste. - Oui, mais mon regard sur... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]