30 juillet 2017

Impasse

C’est à cette fenêtre qu’il l’avait vue apparaître pour la première fois, trente ans plus tôt. Et,  même si elle l’avait quitté depuis 27 ans trois semaines et deux jours, il passait chaque jour devant cette fenêtre, attendant qu’elle l’ouvre et l’appelle pour lui dire qu’elle s’était trompée, que c’était lui qu’elle aimait et non  l’autre, ce salopard qui se disait son ami et lui avait  volé sa vie.     PS : photo prise à Lyon en mai 2017
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 juin 2017

Les fées

La  voix au téléphone lui avait dit “Descendez à l’arrêt  «  Les Fées » et au stop, tournez à droite. C’est au numéro 7.” Une semaine plus tard, à l’heure dite, elle s’arrêtait devant le numéro 7, une maison aux volets bleus  que la vigne vierge envahissait dangereusement. Elle sonna. Une femme ouvrit et lui dit qu’on l’attendait à l’étage, la troisième porte à droite. Elle monta les marches. Une odeur d’encens flottait dans l’air et, accrochés  aux murs  jaunes pâles, plusieurs toiles... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
24 juin 2017

L’effet papillon

 Cette robe bleue à pois rouges, c’était celle qu’Hélène portait le jour de l’enterrement de son père. Il y avait eu l’église, la messe,  le cimetière, et le déjeuner où elle  avait rencontré un vague cousin avec qui elle jouait, enfant. Il lui avait raconté des souvenirs qu’elle avait rangés dans des tiroirs fermés à clef. Quand elle s’était étonnée de sa mémoire il lui avait répondu qu’à cette époque il était fou amoureux d’elle. Le rouge lui était monté aux joues et seule une pirouette l’avait sauvée de son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
20 juin 2017

Le bac

Tremplin vers les études supérieures, le bac donne du fil à retordre aux candidats. Déjà, il faut remplir l’en-tête ! Malgré les consignes répétées à plusieurs reprises, nombre d’entre eux la remplissent mal. Et, pour le bac philo, cette perle vue sur une copie : « le bac à lauréat » ! Mais avec un seul lauréat pour toute la France. Le système serait-il devenu hyper sélectif ? Merci au candidat qui a égayé notre surveillance !
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
16 juin 2017

Le pari

A l’époque, elle aurait déjà dû s’en douter, un rien peut changer le cours du destin. -          Pas cap ! lui avait dit Mathieu l’air rigolard. -          Pas cap ? Moi ? Tu me connais mal. Et elle avait accepté ce pari absurde qui ne lui rapportait rien, si ce n’est l’estime d’un amoureux stupide. Il lui fallait aller jusqu’au bout et tenir une semaine entière. Dans quelque position qu’elle se trouvât – même la tête en bas -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
05 juin 2017

Père et fils

Le père et le fils travaillaient dans le même garage. Souvent, on voyait leur tenue de travail sécher à la porte. La mère tenait le linge propre, comme elle l’avait toujours vu faire par sa propre mère. C’était son rôle. Elle était la gardienne du linge et des estomacs. Père et fils s’entendaient bien. Ils partaient le matin en sifflotant, et le soir, ils revenaient toujours ensemble. A table, la mère les écoutait ; le déroulé des événements de la journée ressemblait à s’y méprendre au déroulé des événements de la journée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

28 mai 2017

Le plongeon

Elle était trop près du bord, bien trop près. Ne tentait-elle pas le diable ? Etait-ce un test ? Il fut réussi : un petit coup et hop, la Seine accueillit le fauteuil et son occupante qui ne savait pas nager. Un lamentable accident, conclut la famille un peu tôt. Qui aurait pu penser que cet homme si altruiste, si dévoué à sa compagne, avait commis cet acte barbare ? Et qui plus est, par un si beau jour de printemps !   PS : photo prise sur les quais de Rouen
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
22 mai 2017

Les têtes

La nuit, tous les visages s’animaient et les conversations allaient bon train. La plus perfide, c’était Maeva, à l’extrême gauche et sa tête de turc préférée, c’était Madame Julia, la propriétaire du magasin. Elle adorait l’imiter, surtout quand elle flattait les clientes en quête d’une chevelure de substitution. Elle disait souvent « Cela vous va à ravir », « On ne pourrait pas mieux choisir » ou « C’est exactement le ton qu’il vous faut », et Maeva n’avait pas son pareil pour colorer chaque mot de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 mai 2017

Les jambes

Les jambes de femmes le fascinaient. La dernière en date, il l’avait volée à la devanture d’une boutique de mode, passage de l’horloge. Maintenant sa collection totalisait 30 jambes, toutes aussi colorées les unes que les autres. Vous me direz : «  A quoi servaient toutes ces jambes ? » Lui l’ignorait – il n’obéissait qu’à une pulsion -  mais son inconscient avait déjà archivé un dossier conséquent sur le sujet…  
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 mai 2017

Le heurtoir

Elle avait hésité à frapper -  les portes provoquaient toujours chez elle le même effroi - et cette main lui semblait de mauvaise augure. Le battant s’ouvrit. Dans la cour intérieure – classique en apparence  - elle vit un puits dont la  margelle usée était rongée par la mousse. Elle s’approcha, se pencha et du fond de l’obscurité surgit une voix : Si tu veux te jeter dans le puits, mes bras t’accueilleront avec douceur. Elle s’éloigna d’un bond. Elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir et un géant – ou ce qui en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]