16 octobre 2017

Le message

Sur la feuille ce message mystérieux « Je tue il » qu’on avait glissé dans sa boîte aux lettres. Avant ou après avoir déposé le pigeon mort ? Cette question lui avait trotté dans la tête toute la journée. Qui lui en voulait à ce point ? Elle ? Non, pas elle quand même, mais alors qui ? Retirer le pigeon avec du papier journal l’avait fait vomir. Il n’avait pu que constater combien il était fragile, son estomac se retournait pour un rien.  Si c’était elle, elle avait la rancune tenace. Un an plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

12 octobre 2017

Méditation

- Oui, la vie c'est ça, pause, on profite, on offre son visage au soleil, on se détend, on est soi et on regarde le soleil qui est en soi, sa part d'ombre aussi, sinon le paysage ne serait pas complet.Elle le regarda un peu surprise par cette logorrhée - qu'il appelait "diarrhée verbale" chez les autres. Il était d'ordinaire si mesuré en toute chose. Que lui était-il arrivé ? Une rencontre ? Sa rencontre ?Elle le sut la minute qui suivit : il avait décidé de faire de la méditation en pleine conscience. Une façon radicale de panser... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
04 octobre 2017

Ophélie

Souvent elle se rêvait en Ophélie, sa longue chevelure blonde balayant les eaux où se reflétait le visage des fées qui s’étaient penchées sur son berceau à la naissance. Maintenant, elle n’était plus une enfant, à 20 ans passés elle était en âge de se marier, comme toute jeune fille de bonne famille. Vierge et pure, elle attendait son prince, confiante, le cœur empli de toutes les légendes contés dans son enfance. Quelle ne fut pas sa surprise, par une belle journée d’été, de voir un jeune homme arriver dans leur propriété sur son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
26 septembre 2017

Le signe

C’est dans le sixième tiroir qu’elle l’avait trouvé. Un mot jauni, oublié de tous, peut-être même de celle qui l’avait reçu. L’homme lui donnait rendez-vous derrière le court de tennis, dans la remise où le bois attendait les grands feux qui brûlaient dans l’âtre dès le mois de novembre. Mais qui était cet homme ? Son mari ? Un amant ? Le soir-même, alors que sa grand-mère tricotait et qu’elle-même lisait un livre dont l’histoire lui échappait, elle lui avait glissé l’air de rien. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
22 septembre 2017

les chaises-longues

C’est là qu’ils s’asseyaient il y a bien longtemps. Les chaises longues sont restées, témoignages de leur présence. Aurait-on pu appeler amour ce qui les unissait ? Sans doute pas, mais peu importe le nom que l’on donne aux sentiments qui unissent les êtres, le plus important n’est-il pas que quelque chose les unisse ?   PS : photo prise à Bonnemare, en Seine Maritime.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
18 septembre 2017

Vocation

Le Christ l’avait regardé avec commisération d’un air de dire : « Mon pauvre gars, t’es pas au bout de tes peines ! ». Il n’avait pas supporté ce regard annonceur de cent ans de solitude et il avait détourné  les yeux. Dans le journal où, quarante ans plus tard, il raconta sa rencontre avec Dieu, il ne parla jamais de ce moment-là, comme s’il ne voulait pas que le Christ sût à quel point la solitude lui faisait peur… PS : photo prise dans une collégiale du Val de Loire  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

14 septembre 2017

Le p’tit vélo

On lui avait souvent dit qu’elle avait un « p’tit vélo qui  tournait dans sa tête ». De là venait-il son amour pour le vélo ? Peut-être. Le vélo était chez elle une seconde nature. Certains auraient pu parler d’addiction, mais y avait-il addiction plus saine ? Quant au « p’tit vélo qui tournait dans sa tête », il était toujours là mais, plus elle vieillissait, plus elle s’observait et observait les autres, et plus elle comprenait que tout un chacun avait « un p’tit vélo qui lui tournait dans la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
10 septembre 2017

Le fil à linge

Quand  il avait vu le linge étendu sur le fil, il n’avait pu s’empêcher de s’arrêter. A qui appartenaient ces  sous-vêtements ? Son esprit vagabonda et, à défaut de voir la propriétaire, il prit une photo. Soudain quelqu’un l’interpela. -          Hep, vous là-bas, vous faites quoi ? -          Je prends une photo, c’est interdit ? -          C’est du voyeurisme, dit la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
04 septembre 2017

La boîte aux lettres

Il y avait tellement longtemps qu’il ne recevait plus de courrier ! Mêmes les factures ne lui parvenaient pas. Rien, le vide, le néant, mais dans cette vie de rien, il avait tissé sa toile obstinée qui le menait à petits pas vers la mort…   PS : photo gentiment prêtée par Patrick.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
29 août 2017

Les guetteurs

Afin de réduire le nombre de vols, la municipalité avait mis en place des chiens guetteurs. Le maire avait su convaincre ses concitoyens avec des arguments de poids : les chiens travaillaient sans être rémunérés et, avantage non négligeable, ils dispensaient de l’affection. Les volontaires avaient donc eu droit à un chien dont la pension était payée par la mairie. Si le nombre de vols avait légèrement baissé, l’atmosphère dans la ville était beaucoup  plus conviviale et ce, pour une raison très simple : chaque... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]