14 décembre 2018

Le malheur

Il avait fait son malheur à 4 heures 37, exactement, et il en avait ressenti un plaisir indicible. A 47 ans, faire le malheur qui lui tenait à cœur depuis longtemps ; un vrai  bonheur. Evidemment, un malheur n’arrive jamais seul, surtout lorsqu’il a cette opiniâtreté, cette fièvre, cette force. Maintenant, où qu’il allât, personne ne le reconnaissait, pourtant il avait la même voix, le même corps. Enfin, personne sauf une femme, Sybille, sa première et unique épouse dont il s’était séparé cinq ans plus tôt. Elle seule... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

30 novembre 2018

Le lien

  C’est sur les quais qu’elle l’avait rencontré la première fois. Il était assis, immobile, les yeux fixés sur le fleuve ; c’est ainsi qu’elle l’a vu pendant un mois, sans jamais lui adresser la parole, jusqu’au jour où il s’est tourné vers elle. Son visage l’a troublée ; un visage qui ressemblait à un champ de bataille pouvait-il parler ? Elle s’est contentée d’un sourire et lui, d’un regard. Des années durant ils se sont vus longuement, ici ou là. Sa voix, elle ne l’a jamais connue, seuls son regard et ses mains... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 novembre 2018

le piano

  Chers voisins,   Je me permets de vous envoyer ce courrier car, entre le 24 et le 25 novembre,  j’ai passé une nuit épouvantable. Je dois dire que votre pratique du piano, de minuit à 3 heures du matin, m’a « percé » les tympans. Au cas où vous l’auriez oublié, nous sommes en mitoyenneté. J’entends donc  ce qui se passe chez vous - sauf vos conversations, n’ayez crainte. J’espère que dans les jours, mois et années à venir, vous aurez l’extrême obligeance de mettre la pédale douce après 22 heures.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
24 novembre 2018

L'art

  " L'art ne représente pas le visible, il le rend visible* ", voilà ce qu'il lui  dit en regardant les nuages dont le voyage innondait la plage d'étranges nuances. - Et  comment te représentes-tu l'art de vivre ? Le visage de son compagnon se troubla et donna au paysage l'intensité d'une vérité première. - Pour moi, l'art de vivre, c'est l'art tout simplement. Je ne pourrais pas vivre sans lui. - Et moi ? Où est ma place ? - Tu es l'art, toi aussi. - Mais je ne suis pas une artiste. - Oui, mais mon regard sur... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 novembre 2018

La girafe

“ Je te dis qu’il a une girafe chez lui ! ” avait insisté sa femme. Il n’en croyait pas un mot. Comment ce pauvre type aurait pu avoir une girafe chez lui ! Il n’y avait qu’elle pour imaginer des choses pareilles. « Je l’ai vue ! » a-t-elle ajouté. Lui ne l’avait pas aperçue et il ne se laisserait pas influencer. Il s'est contenté de lui répondre. -          Quelle chance que la sienne : pouvoir coucher avec une girafe ! Elle n'a rien dit  mais en observant... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
10 novembre 2018

L’Endurance

Elle avait terminé son dialogue avec son amie par l’exclamation suivante : « T’es vraiment cinglée ! ». Celle-ci lui avait assuré, "endurance" oblige, que cette nuit-là elle atteindrait le sommet du mât. En regardant le bateau, elle se demanda comment les choses allaient tourner, mais pourquoi s'inquiéter, ce n’était pas elle qui ferait l’ascension.  Elle se demanda tout de même si son amie ne perdait pas la tête. Que comprendre dans son désir d’aller à l’assaut nocturne d’un lieu inconnu ? Et puis, elle qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

06 novembre 2018

Les gargouilles

Le jour où les gargouilles étaient tombées dans les parapluies, la ville avait compris que tout changerait. Et tout avait changé. Les enfants avaient quitté leur famille, les maisons avaient fermé leurs volets et la ville s’était endormie dans une longue torpeur. Ce que les enfants étaient devenus, nul ne l’avait jamais  su. Pourtant, au fond d’elles-mêmes, les mères avaient compris que les monstres  avaient conduit leurs petits au pays des rêves qui n'existent plus…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
13 octobre 2018

Vous avez dit Schubert ?

Ils s’étaient rencontrés dans la cafeteria de l’hôpital psychiatrique. A voix basse – il croyait que le monde l’épiait - il lui avait assuré que pour suivre le chemin, il lui suffirait, quand elle serait prête,  d'écouter le trio numéro deux de Schubert ; piano et cordes entameraient alors un andante sur une sonate qui la conduirait vers l'autre vie. Elle n’avait jamais oublié leur rencontre – c’était pourtant il y a bien longtemps -  et, le jour où l’arc en ciel apparut, elle suivit ses mots sans hésiter…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
09 octobre 2018

Les tapis persans

                              -          Très jolie salle que la vôtre, lui a-t-il dit en s’installant. Vous habitez seule dans cette maison ? -          Non, avec maman, lui a-t-elle répondu le visage blanc. Il l’a regardée en souriant. -          Oui, avec une maison aussi grande, il vaut mieux ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
05 octobre 2018

Souvenir

Sa fille lui demanda. -          Et c'est là que tu l'as rencontré ? Il ne répondit pas. Oui, c'était là, exactement, mais il  ne se souvenait pas même de son visage quand il  était sorti  de l'eau, le temps l'avait effacé. La seule chose qu'il avait gardée en mémoire, c'était  ses yeux bleus qui traçaient  un chemin vers un royaume perdu. Sa fille insista. - Et c'était vraiment un vampire ? Il la regarda et, les yeux fermés, il évoqua les mots du vampire -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]