22 novembre 2013

La décision

La veille, il lui avait dit que son sperme était précieux et que dorénavant, seules de nobles causes le feraient jaillir. Elle pensa qu’il délirait, mais non, il avait l’air sérieux. - Et quelles nobles causes ? s’enquit-elle. - La banque du sperme ! Plus jamais ils ne refirent l’amour.
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

20 novembre 2013

Le chien

Il avait grandi trop vite et ce n'était plus cette  boule de poils qui les avaient séduits. En cinq mois, l'animal avait fini par avoir tous les défauts du monde. Au début, lui et sa femme avaient  bien essayé " Couché ! Assis ! Debout ! La patte ! Pas sauter ! " ; et puis ils en avaient eu marre, le chien était trop bête. Sa femme avait même dit. - Il m'emmerde ce chien. Si c'est comme ça, il vaudrait mieux… et elle avait laissé sa phrase en suspens. Maintenant, dès que la bête arrivait dans la pièce, les enfants... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
18 novembre 2013

Le geignard

Je le croise tous les jours - ou presque. Il  suffit que je lui serre la main pour qu’il s’épanche et me fasse part de l’état catastrophique du monde. A croire qu’une simple pression des doigts met sa machine à plaintes en route : la gauche – incapable ; la droite – à côté de la plaque ;  les chômeurs - feignants ; le respect – inexistant ; les transports – catastrophiques ; ses voisins - épouvantables ; sa famille – ingrate ; son médecin – incompétent ; sa femme – une emmerdeuse ; ses collègues de travail – des laxatifs ;... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 novembre 2013

Testament

Dans son testament, elle avait demandé à être incinérée, exprès ; son mari détestait les crémations. Elle avait aussi exigé qu’il immerge lui-même ses cendres en pleine mer, exprès ; il avait le mal de mer. S’il avait su, il ne l’aurait pas tuée. PS : photo prise par C.V. à Dieppe. Je vous conseille d'agrandir la photo pour voir ce qui est inscrit sur le bateau.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
14 novembre 2013

Avoir raison

Elle ne voulait jamais avoir tort, c’était plus fort qu’elle. Le monde pouvait s’écrouler, la terre s’arrêter de tourner mais il était hors de question qu’elle ait tort un jour. Aussi, quand il lui démontra par A + B – forcément il était professeur de mathématiques – qu’elle avait tort, elle eut l’élégance de lui faire la réponse suivante : « D’accord, t’as raison mais j’ai pas tort ! »  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
12 novembre 2013

Duo

Pour notre  échange de textes Caro, qui dirige la collection " automne "  de notre nouveau duo, a certainement pensé qu'un peu de glamour ne pourrait pas nous faire de mal. Notre texte devait revêtir une robe Fortuny et porter un parfum de notre choix dont nous devions inscrire le nom dans le texte. Le texte de Caro est sur presquevoix. Quant au mien, il est sur son blog, lesheuresdecoton. Pour en savoir plus sur Mariano Fortuny y Madrazo, c’est ici ! ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

10 novembre 2013

Professeur...

Je voudrais être professeur de silence et transformer la salle de classe en aquarium où les bulles remplaceraient les mots. Je voudrais m’émerveiller de phrases qui ne s’entendraient pas et les imaginer flotter entre les élèves et moi. Je voudrais réveiller des répliques qui ne se diraient pas, rêver à des choses mystérieuses, bayer aux corneilles. Je voudrais que, suspendus aux branches d'arbres imaginaires, nous nous balancions au gré de minutes soufflées aux heures dans la presqu’immobilité d’un  livre sous-marin...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
08 novembre 2013

Le conseil

Je savais que cette année la rentrée serait difficile, c’était écrit, mes intestins ne me trompent jamais. La liste de récriminations était longue, comme à l’habitude : Le boulot, les cons, les embouteillages, les factures, le stress de l’école – c’est mon fils qui y va mais c’est moi qui en ressens les symptômes – les voisins dont la connerie mitoyenne me donne des allergies, et j’en passe. Hier, j’ai eu le malheur de parler de tout ça à mon nouveau collègue de bureau qui a cru bon de me donner la solution à tous mes problèmes : «... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 novembre 2013

Les timbres

Dix ans qu’elle ne collectionnait plus les timbres et 10 que ses grands-parents lui en envoyaient toujours, patiemment décolés sur des gants de toilettes mouillés qu’ils alignaient sur la commode de la  salle de bain. Sans doute aurait-elle dû leur dire la vérité, mais ils semblaient les décoller avec un tel amour...  
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
04 novembre 2013

Le peintre

Il  faisait des cadres mais à l’intérieur  il ne peignait rien. Quand je  lui ai demandé pourquoi, il m’a répondu que le vide était un réceptacle à fantasmes. Je n’ai rien osé ajouter…  
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [14] - Permalien [#]