12 décembre 2013

Vous

Le soir tombait et vous buviez comme il pleuvait sur la ville. Les vitres dégoulinaient et vous aussi ; vous dégouliniez de cette mélancolie qui colle à la peau et au goulot. Vous  sanglotiez à perdre l’âme, assis sous un abribus, seul, et de temps à autre, vous maudissiez ces cons qui passaient sans vous voir, en brandissant votre litron. Moi non plus, je ne me suis pas arrêtée.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

10 décembre 2013

L’ami

Aujourd’hui, j’ai appelé un ami à son bureau. Cela faisait un an que je devais lui téléphoner et que je remettais toujours au lendemain. -           Pourriez-vous me passer Arthur Dumont s’il vous plaît ? Ai-je demandé au standard. La fille  a hésité un instant puis a fini par dire. -           Il est mort. Elle m’aurait planté un poignard en plein cœur que ce n’aurait pas été pire. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
08 décembre 2013

La rencontre

J’étais aux ressources humaines mais elles devenaient par trop inhumaines, alors j’ai quitté mon poste. Maintenant, je pointe à Pôle emploi. Parfois je fais des rencontres. Tiens, hier par exemple, j’ai rencontré un type qui travaillait dans la même boite que moi, sauf que lui, il faisait partie de l’équipe de nettoyage. D’ailleurs, il m’a dit avec un clin d’œil - sans doute pour me signifier que mon boulot était moins propre que le sien. -          Alors, fini le nettoyage ? Vous... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
06 décembre 2013

Duo

Pour ce nouveau Duo avec Caro, du blog « les heures de coton », voici les ingrédients : écrire sur "L'aquarium", de Saint SaënsSon texte est ci-dessous, le mien est sur son blog __________________________________   En eaux dormantes   -          C’est quoi ton signe ? Je lève la tête. Le regard de Catherine me scrute. -          Louise, c’est bon, dis-moi ton signe astrologique. Je la laisse digresser, clan des taureaux,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
04 décembre 2013

Le sens du travail

L’histoire se passe au moyen âge, sur le chantier d’une cathédrale. Un homme avise trois ouvriers tailleurs de pierre qui semblent effectuer la même tâche. Au premier il demande : « Que fais-tu ? » «  Je taille des pierres pour gagner ma vie », lui répond-il. S’écartant de quelques pas, il pose la même question au second « Je monte ce mur avec les ouvriers de mon équipe, ce qui consolidera l’édifice », assure-t-il. L’homme s’éloigne encore de quelques pas et repose la même question au troisième... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
02 décembre 2013

Le rêve

  Le collage est de Patrick Cassagnes                                                             ______________________________________   Le rêve Cette fois, ce n’était pas le réveil qui l’avait sortie de sa torpeur  de la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

30 novembre 2013

La poussette

Nous parcourions le rayon « homme » du printemps, quand soudain mon mari s’est immobilisé devant un enfant tétant tranquillement sa sucette dans sa poussette, étranger à l’agitation du monde. - Ah le bienheureux  - s’est-il extasié - parfois je me dis que j’aimerais bien être dans une poussette moi aussi ! Mais immédiatement il s’est repris, l’air inquiet, comme s’il avait oublié un détail important. - Ah non, que je suis con, parce que celle qui me pousserait, ça serait ma mère ! Et il a traversé le magasin d’un pas rapide,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
28 novembre 2013

Revirement

J’ai deux vies. Tout allait bien jusqu’à ce que  mon mari  téléphone à mon amant pour lui mettre cet étrange marché en main : “ Soit vous  habitez chez nous, soit je vous tue.”  Mon amant a eu l’air effrayé. Moi, j’étais sidérée : comment mon mari, d’habitude si résigné, avait-il pu lui téléphoner pour imposer cette alternative à mon amant ? Décidément, on ne connaît jamais les gens avec qui l’on vit. - Institutionnaliser mon amant, ça jamais ! Me suis-je emportée. Alors, je lui ai mis ce marché en main. - Si... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
26 novembre 2013

Le virage

Quand elle lui demanda de freiner, il était trop tard. Il savait pourtant que la route était glissante. Elle se souvint, l’espace d’une seconde,  que la veille elle avait fait un drôle de rêve : son mari, réduit à une taille infinitésimale, s’agitait dans une bouteille remplie d’eau ; il essayait de sortir du récipient par le goulot, en vain. Elle, elle le regardait se débattre un sourire aux lèvres, sans lever le petit doigt. Ne la punissait-il pas de son rêve en les envoyant dans un décor qu’elle n’avait pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
24 novembre 2013

Décapitation

En passant devant l'église de la Rédemption, il s'était dit qu'il allait se la faire et  il se l’était faite le lendemain soir, muni de sa lampe de poche et de son marteau. Il avait marché d'un pas décidé dans l'allée latérale droite, il s'était arrêté devant la vierge polychrome,  avait cassé d’un coup violent sa tête doucement inclinée, puis il était repartit d’un pas léger vers le centre-ville. - Ça lui apprendra ! avait-il marmonné tout le long du chemin.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]