27 novembre 2012

La frange

Alors que la coiffeuse se saisissait des ciseaux, elle avait eu le sursaut du désespoir.- Ah non, pas de frange, je vais ressembler à ma mère !La coiffeuse a juste répondu.- Pourtant vous m’aviez dit...- Je sais, mais je m’étais trompée, l’a-t-elle interrompue.En se regardant dans la glace immense, sous la lumière blafarde, elle se disait qu’à 50 ans bien sonnés, elle avait de plus en plus l’impression d’être un clone de sa mère. Elle a  fermé les yeux et ne les a pas rouvert, même lorsque la coiffeuse a dit " c’est fini "...
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

26 novembre 2012

L’opéra

C’était elle qui faisait le ménage de la salle et de la scène. Certains pensaient qu’il n’y avait aucun mérite à faire le ménage, pourtant personne ne le faisait mieux qu’elle et avec autant de passion. Quand elle époussetait les dorures ou  passait l’aspirateur, elle ne pouvait s’empêcher de fredonner les airs d’opéra qu’elle écoutait à longueur de soirées dans sa chambre louée à prix modique dans le quartier “ Canareggio ”. Le morceau qu’elle préférait, c’était Vissi d’arte. Une telle délicatesse, comment était-ce possible ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
25 novembre 2012

Péremption

Avant-hier, sa voisine de 86 ans lui a aimablement donné une boîte de chocolat pour la remercier de l’avoir aidée à résoudre deux petits problèmes.  En rentrant, elle a vérifié la date de validité des chocolats et elle a lu : février 2010. Elle savait que sa voisine vivait dans le passé, mais à ce point ! La boîte a fini à la poubelle. Quand sa voisine lui demanderait s’ils étaient bons, elle lui dirait : vous savez, ils n’ont pas traîné !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
24 novembre 2012

FIN

Il  disait qu’il la trouvait merveilleuse, intelligente, drôle, aimante, mais il avait décidé de la quitter. Quand elle lui a posé le fatal   Pourquoi ?, il a juste répondu : je ne sais pas, ou peut-être si, tu es trop parfaite !Hors d’elle, elle lui a décoché un coup de poing dans le nez. Il s’est aussitôt mis à saigner abondamment. - Mais pourquoi ? a-t-il balbutié le visage en sang.- Comme ça j’aurai au moins l’impression qu’il  y a un motif à ton départ.Et elle a tourné les talons.
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
23 novembre 2012

L’installation

Il était sorti très tôt pour mettre l’installation en place et il en était  satisfait. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à attendre : mais comment serait-elle comprise ? Il s’était assis sur l’escalier à mi-hauteur, en plongée et il observait la réaction des gens. Quand le type en bleu est arrivé, il a tout de suite remarqué quelque chose de bizarre. Mais ce n’était rien à côté de ce qui allait suivre. L’homme s’est adressé à lui.- C’est vous le préposé au confessional ?Il n’a pas osé répondre que non et il a descendu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
22 novembre 2012

Dépression

Depuis que le médecin lui avait annoncé qu’il faisait une dépression – ce dont il se doutait depuis plusieurs mois – il se répétait en boucle, de nuit comme  de jour : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?Mercredi, en s’asseyant dans le square des papillons, non loin de l’hôpital Beauséjour, il eut LA réponse, celle d’une enfant qui sautait à la corde. Comme elle l’entendait marmonner sa question, elle s’approcha de lui tout en sautant et dit : « Parce que tu es vivant monsieur. »D’abord il  la regarda sans la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2012

Le heurtoir

Il était revenu immédiatement sur ses pas pour reprendre la lettre qu’il avait glissée sous le heurtoir, mais trop tard, elle avait disparu. Il s’en voulut. Marie avait dû rentrer plut tôt chez elle. Etrange tout de même, car les publicités étaient encore là.Il regarda attentivement le heurtoir et se sentit aussi nu que les deux angelots. Marie lui pardonnerait-elle de se dévoiler ainsi ?PS : photo prise par C. P. à Venise en novembre 2012.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 novembre 2012

Le train

On lui a demandé pourquoi il avait dégradé plusieurs voitures du train, pourquoi les accoudoirs avaient été arrachés et les sièges tagués et il avait répondu qu’il ne savait pas. Enfin, reprit le juge vous avez aussi brisé des vitres, vidé des extincteurs, tagués des grossièretés à l’extérieur des voitures, pourquoi ? Finalement, l’homme a consenti à répondre.- Je suis contre la privatisation du réseau ferré français.Le juge n’a pu se retenir de sourire.- C’est tout ce que vous trouvez pour vous justifier.Alors, l’homme a poursuivi... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
19 novembre 2012

Liberté ?

Il faisait la queue chez le marchand de journaux et il commençait à s’impatienter. Pour comble de malchance, la femme devant lui a demandé un bingo, un joker +, un keno, un rapido, un astro, un solitaire, un black jack et elle a terminé sa longue liste par Liberté dimanche.La liberté de s’enchaîner ! a-t-il maugréé en soupirant bruyamment à plusieurs reprises...
Posté par gballand à 06:50 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2012

Le paparazzo

C’était un étrange paparazzo. Il ne traquait ni les actrices, ni les chanteuses, ni les grands de ce monde, il traquait juste les détails du quotidien.Il lui arrivait, dans cette quête, de prendre ses photos dans les positions les plus improbables. Mais que lui importait le ridicule au regard de sa quête ? Certains l’appelaient humoristiquement le James Bond de la photo et il s’en amusait.- Moi ? James Bond ? J’ai bien une montre bracelet, mais certainement pas une rolex submariner ! PS : texte écrit à partir de cette photo prise à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :