07 octobre 2012

La charpente

Mon voisin, professeur et charpentier amateur, s’escrime depuis un mois à mettre des tuiles sur le toit de son nouveau garage. Hier matin, en sortant,  je lui ai souhaité bon courage. Et il lui en fallait : il pleuvait des cordes et, perché sur son échelle,  il était trempé. Il m’a répondu.-    Maintenant, je ne sens plus rien, c’est comme avec les élèves !Il en a bien de la chance, lui, parce que moi, en dépit de mes exercices divers et variés pour me « blinder », je sens toujours quelque chose…
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

06 octobre 2012

Normalité

C’était une famille normale, dans une maison normale qui menait une vie normale avec des professions normales. Pour communiquer, ils s’envoyaient des mails normaux et des SMS normaux, même lorsqu’ils étaient à table.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
05 octobre 2012

Les fesses

Le Docteur X, chirurgien esthétique et présentateur expert de l’émission " Miss Bumbum ", en était à l’analyse de son vingtième fessier et il sentait une certaine saturation. Toutes ces fesses finissaient par lui donner la nausée. Il touchait, palpait, auscultait, analysait et le soir, quand il rentrait chez lui, il s’installait épuisé dans le canapé où sa femme lui apportait son plateau repas. A chaque fois, elle lui posait la même question. - Alors, lesquelles tu as préférées ? Et il répondait imperturbablement. -  Tu sais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
04 octobre 2012

Les excuses

Elle s’excusait à tort et à travers. La dernière fois, dans le métro, il faisait si chaud qu’elle n’avait rien trouvé de mieux à dire à voix haute que : Excusez-moi de prendre votre air !  
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2012

Le dragueur

Il l’avait vue de dos, dans le ferry, et il s’était dit : « Tiens, pourquoi pas une cycliste ? ». En 15 ans de drague – il avait commencé à l’âge de 17 ans -  il ne s’était pas encore attaqué à une cycliste. L’air de rien, il s’est approché.  Son discours était rôdé, toujours le même, quelque femme que ce soit. Il a d’abord fait claquer un bonjour sonore et réjouissant. Seulement, lorsque la cycliste s’est retournée, ce qu’il a vu l’a atterré : elle avait au moins 50 ans !   PS : photo prise par C.V. dans le ferry qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
02 octobre 2012

La lettre au président

Il se prenait pour Mitterrand et voulait remettre de l’ordre à l’Elysée. Hollande en prenait bien à son aise, marmonnait-il dans la chambre 18 de l’hôpital psychiatrique où il séjournait depuis trois mois. Il envoya une première lettre au président, mais il ne reçut aucune réponse. Elle fut suivie d’une deuxième, qui resta également sans réponse. Alors il prit son baluchon et parcourut à pieds les 80 kilomètres qui le séparaient de l’Elysée. Quand il arriva devant les deux plantons, il se présenta. -    M. Mitterrand.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2012

Le miroir

Un jour, par lassitude ou par distraction, il lui tendit le mauvais miroir. Blessée, elle le jeta à terre.Il n’est jamais de meilleur miroir que celui que l’on se tend soi-même.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
30 septembre 2012

Les babouches

Alors ? lui dit-il en faisant claquer une bulle du chewing-gum qu’il gardait en bouche depuis le début de la matinée. Elle le regarda contrariée et grogna. - Alors je choisis et ça prend du temps ! Il la contemplait incrédule. Tout ce temps pour acheter de misérables babouches. Il s’arma de patience en prenant des photos sous un angle, puis sous un autre ; il prit aussi une photo du vendeur, un  homme au visage assez laid qui lui rappelait quelqu’un, mais qui ? -Viens, on part, déclara-t-elle soudain. -Tu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 septembre 2012

Le tricot

Telle Pénélope, elle faisait et défaisait ses pulls ; non pour attendre le retour de son Ulysse qui  faisait les trois huit dans une usine de pièces détachées,  mais parce qu’elle grossissait de jour en jour…
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 septembre 2012

La chatte et la souris

Plus il la regardait, plus il se disait qu’elle ressemblait à une chatte. Quand elle  tenait la souris entre ses pattes, elle lui donnait d’abord un petit coup de griffe inoffensif puis, après avoir longtemps joué avec elle, venait l’estocade.  Le problème, c’est que la souris… c’était lui !
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]