20 novembre 2019

Fin programmée

Par des milieux peu orthodoxes, elle avait fini par trouver quelqu’un qui serait capable de tuer. Quand elle rencontra l’homme - il disait s’appeler Walter - elle lui dit tout de suite qu’elle ne supportait pas son divorce et que les choses allaient de mal en pis. Il pensa aussitôt qu’elle voulait qu’il tue son mari. Mais non, elle voulait qu’il la tue, elle, et elle lui proposait 5000 euros. Il resta interdit, la tuer, elle ? C’était encore une belle femme qui ne méritait certes pas cette fin tragique. Mais la morale n’était pas son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]

18 novembre 2019

Prison

Pendant six ans, j’ai été visiteuse de prison, à Bonne Nouvelle ; étrange nom pour une prison. Il y a trois ans, j’ai arrêté ; la lassitude sans doute. Je me demande, aujourd’hui, si je n’ai pas souhaité être visiteuse car j’avais connu moi-même une prison ; la mienne, la volontaire, celle que l’on crée de toutes pièces. Cette expérience m’a certes appris à écouter sans juger, mais elle m’a aussi confrontée à l’impuissance qui nous taraude lors d’entretiens où, parfois, le ressassement de l’autre nous conduit dans une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
16 novembre 2019

Le tapage

Il lui a téléphoné pour lui demander si elle pouvait passer chez lui tout de suite. -           Tout de suite, mais pour quoi ? -           A cause du bruit. Il faut dire que depuis des mois, il se plaignait de ses voisins. Elle arriva presque instantanément, sa maison était au bout de la rue. Quand il lui a ouvert la porte, son visage était triomphant. -   Cette fois-ci, avec ton témoignage, ils va l’avoir dans l’os le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
14 novembre 2019

Un monde sans pitié

Après le travail, la journée n’était pas finie, il lui fallait assister à un débriefing sur  le chiffre d’affaires, le nombre de clients servis, la fréquence et le nombre de produits vendus.  Et tout ça, pour un salaire qui ne dépassait pas le SMIC.Un jour,  elle a dit au chef.-    Ecoutez, vos réunions gratuites obligatoires après le travail, c’est plus possible, mes enfants ont besoin de moi, je suis seule pour les élever.Le chef l’a à peine regardée et lui a répondu.-    Que voulez-vous... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
12 novembre 2019

Le temps

    Au début, il avait cru qu’elle était d'origine anglaise parce qu’elle parlait souvent de la pluie et du beau temps ; d’elle, très peu. Mais non, comment aurait-elle pu être anglaise, avec de tels yeux ? Sans doute voulait-elle juste être agréable en n’abordant aucun sujet à risque ? Ou peut-être avait-elle un irrésistible désir de le séduire ? Lors de leur quatrième rencontre, il finit par lui demander pourquoi le temps avait autant d'importance dans sa vie. Et, à sa plus grande surprise, elle lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
10 novembre 2019

Il y a deux semaines, j’ai entendu le cri d’un coq. Un coq ? Ici ? En centre ville ? Mais comment il est arrivé ce coq ? J’ai demandé à mon mari s’il l’entendait, mais peine perdue, il devient sourd. Alors, j’ai ouvert la fenêtre en grand et je lui ai dit. - Et maintenant, tu l’entends le coq ? Il l’a entendu. - Tu crois que c’est un vrai ? Lui ai-je dit - Pourquoi tu voudrais que ce soit un faux ? Je n’ai pas aimé le ton léger avec lequel il a dit cette dernière phrase, comme  si ce coq... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]

08 novembre 2019

Isabela

Tous les jours, elle avait l’angoisse d’être angoissée, surtout depuis qu'elle avait quitté son pays natal, le Mexique. Il aurait fallu qu’elle apprenne à se désangoisser. Mais elle n’avait jamais trouvé de stage pour ça. Un de ses amis français lui avait dit. -          Tu sais, Isabela, ces stages là, ça n’existe pas. Il n’y a qu’un truc à faire : changer d’ennemi. -          Tu te moques de moi ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 novembre 2019

L’échelle

      Difficile de grimper à l’échelle après tant de mois d’arrêt de travail. Les barreaux succèdent aux barreaux et la lumière est si loin. Toujours cette petite obsession : et si les mots me manquaient, qui viendrait me sauver ? A vrai dire, peu importent les oublis puisque j’ai mis en place des dictionnaires vivants prêts à intervenir, si problème il y a. Ce retour dans le monde du travail exige un autre rythme et une faculté de concentration différente. Finis les siestes, les lectures, l’écriture,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
04 novembre 2019

Revirement

On l'avait trouvée nue sur la voie ferrée, avec un morceau de tissu déchiré qui cachait à peine ses seins. Elle avait assuré qu’on l’avait violée. Une semaine plus tard, elle revenait sur sa déposition et disait que tout était faux. Le policier s’étonna de ce revirement. -           Alors vous avez menti ? -           Oui. -           Mais quand même, nue ou presque à cette heure, sur... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
02 novembre 2019

Le crépuscule

    Esther se demandait encore pourquoi sa tante avait appelé sa maison « Le Crépuscule ». Sans doute une de ses chimères ou, peut-être, le reflet de sa foi  qui l’avait conduite, à la fin de sa vie, sur le chemin d’un couvent où, entre mai et juillet, elle faisait  « une retraite bien méritée ». Sa tante y retrouvait l’une des bénédictines – sœur Marie-Ange - son amie d’enfance devenue nonne à 30 ans. Celle-ci lui avait confié les raisons de ses voeux le jour de ses 85 ans, alors qu’elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]