11 septembre 2014

Désirs croisés

Je pourrai  te tuer, c’est ce qu’avait hurlé Michel  quand Robert  lui avait confessé qu’il couchait avec sa femme. Robert avait laissé passer cette colère  qu’il jugeait fort naturelle. Comment aurait-il réagi, lui, si Michel lui avait dit qu’il couchait avec la sienne, de femme ? Une fois sa bouffée délirante apaisée, Michel se tourna vers Robert et lui dit. -          Et tu ne t’es jamais senti gêné par rapport à moi ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

09 septembre 2014

Le dîner

Il avait rencontré Sylvia chez des amis d’amis et elle avait produit sur lui une telle impression qu’il l’avait invitée aussitôt. Sylvia avait accepté sans se faire prier. Quand elle sonna chez lui, la table était déjà dressée : une nappe jaune pâle, deux chandeliers, des assiettes bleues et de magnifiques verres à pied. Il la salua chaleureusement et lui proposa d’entrée un verre de champagne qu’elle ne refusa pas. La conversation fut agréable mais l’heure était venue de passer à table. Elle le regardait vaquer aux préparatifs... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :
07 septembre 2014

Le caddy

Sœur Angélique n’était pas peu fière de son caddy léopard. Elle le traînait partout, même à la messe. M. le Curé lui avait pourtant fait remarquer, en y mettant les formes, que son caddy tranchait avec sa tenue blanche, si pure et que peut-être… Sœur Angélique n’avait  pas apprécié sa remarque et elle lui avait sèchement répondu que si son caddy n’avait pas droit de cité à l’Eglise, il pouvait dire adieu à sa présence dominicale. Le curé n’avait pas insisté. Il s’était contenté, la semaine suivante, de lui poser une question,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
05 septembre 2014

La morsure

Samedi, j’étais aux urgences du CHU, une entorse ; non pas moi, mon fils. Moi, les seules entorses que je fais, c’est au régime. En trois heures, j’ai eu le temps d’assouvir ma curiosité : défilé de blouses blanches, ballets de brancards, pompiers en uniforme, policiers, SDF etc. Et puis une femme est arrivée, la main enveloppée dans un mouchoir. Questions traditionnelles à l’accueil, on lui demande ce qui lui est arrivé. Elle dit qu’elle s’est fait mordre par son mari. On la regarde d’un drôle d’air. Votre mari est-il atteint d’une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
03 septembre 2014

Promiscuité

Elle était allée chercher des places au théâtre des Arts, haut lieu de la culture rouennaise quand, sur le parvis, son regard a été attiré par un jeune « SDF » qui essayait, en vain, de « déloger » l’un de ses chiens monté sur l’autre… Il accompagnait ses gestes de hurlements pathétiques «  Pas de pédés chez mes chiens ! Je veux pas de pédés chez mes chiens !!! »…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
01 septembre 2014

La rentrée

Deux jours avant la rentrée, c’était toujours la même chose, les rêves succédaient aux rêves. La veille, dans son premier rêve, elle était redevenue élève et séchait sur un problème de maths que le professeur – une femme à l’impeccable blouse blanche - avait donné en anglais afin de vérifier leur niveau de compétence dans les deux disciplines. Quant au rêve suivant, redevenue professeur, elle essayait de se présenter à la classe mais aucun son ne sortait et les élèves finissaient par se lasser de ce rôle muet. Elle se réveilla en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

30 août 2014

Les travaux d’Hercule

Elle lui avait demandé de ranger sa chambre.  Une hérésie. Demande-t-on à un adolescent de mettre de l’ordre dans sa chambre ? Le  rangement dura une semaine. Le premier jour, il mit ses chaussettes au sale, le deuxième jour  il changea la housse de couette, le troisième jour le drap du dessous, le quatrième jour  il ramassa ses livres et les fourra dans son bureau, le cinquième jour il s’attaqua aux feuilles qui traînaient par terre et il les jeta en vrac dans un tiroir, le sixième jour  il mit ses caleçons... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
28 août 2014

Mères

Un jour, son amie Muriel lui avait dit sur un ton de confidence. -          Ma mère, je ne sais pas comment je pourrais la remercier  de tout ce qu’elle a fait pour moi : je lui dois tout ! Pour ne pas être en reste, Marie avait enchaîné sur le même ton : moi aussi, je lui dois tout à ma mère, même - et surtout - ma dépression !   Muriel n’avait rien répondu.  
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]
26 août 2014

Le parloir

Ça faisait 1 mois qu’il était dans la 129. Un mois à tourner en rond, à refuser les promenades et à maudire celle par la faute de qui il était en prison. Il n’en pouvait plus des coups tapés contre les portes, des insultes et des télés qui gueulaient. « La salope, la salope, la salope… » ressassait-il comme un mantra. Soudain, l’œilleton se leva et il entendit le surveillant dire « parloir ! ». La première fois qu’il l’entendait, ce mot, depuis son incarcération. Parloir ? Qui pouvait bien venir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
24 août 2014

La panne

Il avait griffonné plusieurs débuts d’histoire - celle de la femme qui se prenait pour un chien, celle du type qui racontait compulsivement des histoires drôles qui ne faisaient rire personne, celle de l’homme qui se faisait mettre à la porte de chez lui et qui se retrouvait nez à nez avec son voisin qui lui souhaitait de bonnes vacances, celle d’une femme qui faisait l’amour avec des dizaines d’hommes sauf son mari… - puis il les avait toutes fait disparaître les unes après les autres. Non, ce jour-là rien ne trouvait grâce à ses... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]