21 décembre 2014

"Je est un autre"

Il s’était inventé un personnage pour les besoins du blog, un autre je. Dépressif, solitaire, boulimique et en manque d’amour son nouveau je égrenait son intimité désenchantée et les visiteuses affluaient ; la noirceur n’excite-t-elle pas la compassion des femmes ? Mais au fil des billets et des réponses aux nombreux messages de sympathie de ses lectrices, il s’était pris au jeu et il sentait qu’il commençait à changer. Déjà, la veille, il s’était surpris à ne pas vouloir sortir de chez lui, comme l’autre...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

19 décembre 2014

L’adresse

Dire qu’elle vivait à  « Deux-Verges » n’avait jamais été simple,  d’autant plus ce jour-là. Elle avait fait le trajet Paris-Clermont Ferrand aux côtés d’un homme "civilisé", un homme qui, contrairement aux autres, ne s’était pas approprié l’accoudoir.  C’est sans doute pour cette raison – mais aussi  pour son profil parfait -  qu’elle avait engagé la conversation. Au bout d’une demi-heure, il lui posa une question qu’elle détestait : Vous habitez Clermont-Ferrand ? Elle marqua un temps... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
17 décembre 2014

Histoire

  -   Mais cette histoire est invraisemblable ! -   C’est justement là le problème*.  Elle  regardait l’inspecteur attendant qu’il manifeste un désir, une volonté, un ordre ; mais non, rien. Le livre laissé ouvert à la page 199, juste à côté du cadavre, laissait à penser que l’assassin avait suivi la voix du narrateur à la virgule près. La fiction rejoignait la réalité, et l’inspecteur était troublé. -    Un fou ? Suggéra-t-elle pour le faire sortir de son silence. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
15 décembre 2014

La mer

Elle n’aimait pas la mer, elle en avait peur, et elle savait pourquoi. A 10 ans, elle avait été réveillée par des éclats de voix. Quand elle était descendue, son père était dans la cuisine, en pleurs, et sa mère avait disparu. Elle n’avait su que dire ; lui non plus. Leur silence avait duré neuf mois. C’est lui qui avait fait le premier pas, un matin, alors qu’elle était devant son bol de céréales, absorbée par sa leçon d'anglais qu’elle se passait et repassait dans sa tête pour avoir une bonne note. Son père avait remarqué. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
12 décembre 2014

Education

Plus les années passaient, moins les élèves étudiaient, moins ils étudiaient, moins on leur donnait de travail à la maison et, implacablement, moins on leur donnait de travail à la maison, moins ils étudiaient. Cette année-là, le ministère de l’Education Nationale décida que, désormais, les élèves seraient notés avec des couleurs,  juste trois couleurs, car trop de couleurs tuent l’évaluation ! Tous les élèves étaient heureux – les parents aussi – quant aux professeurs, leur frustration croissante enfla de telle façon... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]
10 décembre 2014

Justine

Elle salua Madame Barrabé, propriétaire du salon, puis passa en cabine. Elle attendait avec impatience le moment privilégié, l’instant délicieux où, une fois son visage enduit d’un masque fleurant l’eucalyptus, elle pourrait se laisser aller au sommeil dans la demi-pénombre. Elle déchanta très vite, car lorsque l’esthéticienne arriva, elle découvrit  qu’en lieu et place de la jeune femme habituelle, elle aurait Justine, une ancienne élève que, deux ans plus  tôt, elle renvoyait en permanence un cours sur trois car soit elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

08 décembre 2014

Disparition

C’est derrière la croix qu’il l’avait enterrée. Personne n’avait jamais rien soupçonné. Pour tous elle avait disparu, un coup de tête, une folie, un amant peut-être…   Pour lui rendre visite, il attendait que  les nuages laissent leur traîne de nuit dans le ciel et, la bouche collée contre terre, il murmurait lamentations et demandes de pardon avant de   s’éclipser dans les ténèbres.  Le même rituel s’opérait chaque vendredi, sauf ce vendredi-là, celui où la terre s’ouvrit et le précipita dans l’abîme.   ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
06 décembre 2014

Duo de décembre

Toujours à partir de la même photo, après le texte de Caro, voici le mien.   La rencontre   Elle s’était assise sur le bord de la route et avait couché son vélo à côté d’elle. Avaler des kilomètres en ligne droite sans autre perspective qu’un ciel aux couleurs grisâtres l’avait épuisée. C’est alors qu’elle le vit, perché sur sa monture, comme échappé du roman de Cervantès. Elle se frotta les yeux. Mais oui, il existait,  et il avait planté son ridicule canasson juste devant elle. -     Gente... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 décembre 2014

Duo de décembre

Nous poursuivons, avec Caro, nos duos d'écriture. Pour le mois de décembre, place à l'aventure avec Don quichotte. La photo qui nous inspire a été vue sur facebook. Le texte de ce jour est de Caro, le mien paraîtra samedi, sur presquevoix.       Toute ressemblance avec la situation actuelle d’une ville de province moyenne relativement endormie n’est pas fortuite. Une guignolade. Il régla ses jumelles. Parfait. La fière silhouette semblait être à deux pas ; rien encore ne dérangeait l’après-midi paisible. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
02 décembre 2014

Voir ou pas

Il était assis au fond de la classe, comme à son habitude, son grand corps avachi sur sa chaise. Le week-end avait dû être difficile ! Au moment où le professeur commença à écrire au tableau l’élève leva le doigt. -          Monsieur, je vois rien. Le professeur lui répondit. -          Viens devant, Charles, il y a de la place au premier rang. Charles réfléchit un instant puis conclut. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]