28 avril 2013

L'inconnu

Tous les jours, même le dimanche, il se promenait avec son cartable rongé par le temps. Pourtant, il ne travaillait plus ; j’en étais sûre, parce que je l’avais déjà suivi plusieurs fois. Oui, parfois je suis les hommes, ceux que le temps a usés. J’aime m’émouvoir. Avait-il été fonctionnaire des impôts ? Enseignant ? Agent d’une compagnie d’assurance ? Peut-être n’avait-il jamais travaillé ? Il avançait à pas précautionneux, s’arrêtait en pleine rue pour consulter le ciel ou bien il regardait la foule de l’air de celui qui ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

27 avril 2013

Les yeux-parapluies

Elle lui avait dit. - On dirait deux yeux aux corolles ouvertes. - C’est la minute de poésie ? se contenta-t-il de répondre, d’un ton rogue. Elle se demandait bien pourquoi il était de mauvaise humeur. Que lui avait-elle fait ? Et pourquoi se sentait-elle toujours responsable de son humeur ? Elle lui sourit pourtant et ajouta. - Aujourd’hui, personne ne m’empêchera d’être heureuse, même pas toi ! Et elle accéléra le pas afin de préserver sa fragile bulle de bonheur. Le visage de son compagnon se crispa légèrement, mais il ne dit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2013

La manif

Leur égérie se proclamait porte-parole de Jésus et, revêtue de sa robe vichy ultra-courte, elle haranguait les foules lors des manifestations anti-mariage gay. Parmi les passants qui regardaient le défilé, une mamie avec un caddie cria à son intention. - Si Jésus a deux sous de bon sens, c’est pas toi qu’il  choisira comme porte-parole ! Elle allait continuer son discours mais deux types au crâne rasé  s’approchèrent d’elle, menaçants, et lui dirent de la boucler. Il ajoutèrent même. - Les pédés et les vieux comme toi,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
25 avril 2013

Liberté

Il sortait de prison après une peine de deux ans. Pour tout bagage, il avait un sac de sport kaki sur le dos et pour toute fortune, deux billets de vingt euros qu'il tâtait au fond de sa poche. Le surveillant lui dit " Bonne chance ! ", comme il le disait à tous les sortants,  et le jeune homme, enfin libre,  le regarda  fermer  la lourde grille en fer. C'est à ce moment-là que le coup de feu éclata. Quand le surveillant se retourna, il vit l’ex-détenu à terre, la tête explosée.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
24 avril 2013

Le forfait

Son téléphone portable étant bloqué depuis deux semaines – deux numéros erronés tapés à la suite sans ses lunettes   – elle alla donc dans une boutique orange pour le faire débloquer.Elle donna son nom et le vendeur vit sur son ordinateur « forfait classique ». Il poussa un cri et appela son collègue.- C’est quoi ce truc de forfait classique ?Le collègue réfléchit un instant et dit.- ça se fait plus depuis longtemps !Elle ajouta en souriant.- C’est un forfait préhistorique !Le jeune homme rétorqua poliment.- Tout de même... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2013

Le poète

Deux minutes plus tôt, il était assis dans ce fauteuil, elle l’avait vu, elle en était sûre. C’était lui. Et il avait même laissé son journal qui portait la date de 1935, l’année de sa mort. Elle ne l’avait pas rêvé, ça ! Bien sûr elle aurait pu lui parler, lui dire combien elle admirait  son œuvre, combien elle avait lu et relu certains de ses poèmes quand elle désespérait de savoir qui elle était, combien il l’avait touchée dans son livre de l’intranquillité. Seulement elle n’avait pas eu le temps, son compagnon l’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2013

Le motif

Comme elle demandait à un élève de seconde son justificatif d’absence pour le cours précédent, celui-ci ouvrit son carnet de correspondance et montra un billet avec juste une signature, sans motif. - Pas de motif ? s'enquit-elle. - Ma mère l'a laissé en blanc pour que je le remplisse. Et l'élève de prendre un stylo et d’écrire : panne de réveil.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2013

Faire semblant

Sa vie se passait à faire semblant du  matin au soir : avec son patron, ses collègues, ses amis, sa femme, ses enfants et lui-même. Le jour où, à 45 ans, il vit sa propre mort, il oublia de faire semblant et hurla de terreur. La mort en fut tellement étonnée qu' elle lui dit. - Je te laisse encore une chance, mais à une condition : tu ne feras plus semblant ! Il la regarda implorant, mais la mort ne faisait pas semblant...
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
20 avril 2013

Parrainage

Quand elle avait vu la petite annonce elle s’était précipitée. Elle pensait que cette prestation lui permettrait de se débarrasser de ses problèmes de bourse récurrents. Elle avait rendez-vous à 9 heures dans un grand hôtel parisien. Le recruteur la reconnut sans peine, elle lui avait envoyé sa photo. La conversation roula sur différents sujets – culture générale, loisirs, féminité – et, pour finir, il lui demanda jusqu’où elle pouvait aller pour une  somme de 12 000 euros, à raison d’une rencontre par mois sur une période de 12... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
19 avril 2013

Le tramway

Elle l’avait rencontré dans le tramway numéro 18 et elle l’avait quitté deux mois plus tard dans le tramway numéro 28. Depuis quelques mois, elle prenait le tramway 12 E, au cas où… peut-être lui porterait-il bonheur ? PS1 : photo prise par C. V. à Lisbonne en 2010   PS2 : pour voir les tramways de Lisbonne en service, c’est ici.   PS3 : Pour manger portugais à Paris, il faut absolument aller au Marché St Quentin, chez Silvana C'est bon, l'accueil est sympathique et les prix aussi...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :