07 mars 2013

L’hôtel canin

Week-end du 15 aout. Ils étaient partis sur les routes de France sans rien réserver. Après dix appels infructueux, où on leur avait systématiquement répondu  que tout était plein, ils virent l’hôtel canin. En désespoir de cause, ils tentèrent leur chance. Ce fut lui qui rentra le premier, à quatre pattes, en aboyant. Elle suivait avec les valises. La réceptionniste n’y vit que du feu. Ils eurent leur chambre à dix euros la nuit, petit déjeuner compris, avec croquettes, comme il se doit.PS : photo prise par C. V.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

06 mars 2013

Les bras des sorcières

Il faisait beau ce jour-là. Il s’était arrêté au bord de la rivière et, une minute plus tard, il se jetait dans l’eau. Hélas, il ne savait pas nager. ¨Pourquoi avait-il fait ça ? Ce pourquoi les avait obsédés pendant un an, jusqu’à ce qu’une même scène se reproduise le même jour, le même mois, au même endroit. Heureusement, on avait réussi à repêcher l’imprudent. Quand on lui avait demandé pourquoi il s'était jeté dans l'eau, il avait répondu.- Ils m’appelaient.- Ils, mais qui « ils » ? lui avait demandé son père.- Les bras des trois... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
05 mars 2013

Le choix

Ses parents lui avaient dit :   " tu n’as que deux choix possibles : réussir ou réussir ! "
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
04 mars 2013

La troïka

Les hommes en noir étaient arrivés dans ce minuscule pays d'Europe pour étudier la façon dont le gouvernement mettait en place les potions amères de la Troïka*. Avant ce voyage, les hommes en noir n’ étaient jamais venus dans ce pays. Ils le jugeaient insignifiant. Son histoire, son économie, sa langue, tout leur était inconnu. Ces corbeaux avait pourtant un mot qu’ils coassaient à longueur de temps : je comprends ! Ils disaient tout comprendre : les difficultés du gouvernement, la colère du peuple et son sentiment d’injustice, la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2013

La rencontre

Elle l’avait rencontré par hasard, à la sortie du cinéma, et elle avait pris un pot avec lui. Ce n’était pas un coup de foudre mais presque. Il était grand, brun, le cheveu court et les sourcils parfaits. Sa bouche s’ouvrait sur des dents magnifiquement alignées et son sourire avait un charme certain. Quand elle lui  demanda s’il voulait manger chez elle, sur le pouce, il lui répondit l’air désolé.- Impossible ce soir, je dois faire le nettoyage de mon ordi.C’était le troisième garçon, en un mois, qui lui donnait ce prétexte-là :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
02 mars 2013

Le pape

Bien encadré entre les Dieux du stade, il clamait : « L’espérance restera toujours la plus forte ». Pourtant, il décida de se retirer en compagnie de son fidèle secrétaire qui savait allier discrétion, élégance et courtoisie. Pour ne pas se morfondre, il écrivit la suite de Joseph et Chico,   donnant  sa voix à un chat. Le livre commençait ainsi : « L'histoire de mon ami Joseph Aloisius Ratzinger prend un tournant inattendu en février 2013 quand il décide de renoncer à sa fonction de pape pour fuir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2013

Sans peau

Il allait la voir chanter tous les soirs et il pensait naïvement   qu’elle chantait pour lui, parce que tous les soirs elle le regardait. Ce qu’il ne savait pas c’est qu’elle les regardait tous avec la même intensité. « Sin piel » était sa chanson préférée. Lui, le malade, l’écorché vif, pensait chaque soir qu’elle lui faisait une déclaration. Il n’avait pas encore compris qu’elle n’était qu'une semeuse d’illusions…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
28 février 2013

Duo

Aujourd’hui, avec caro-carito, nos textes se croisent pour ce duo où les histoires d'amour finissent mal, en général : son texte est sur Presquevoix, quant à mon texte, il  est sur son blog.   Papillons de nuit Jusqu’au moment où la porte d’entrée s’est ouverte, je me demandais si c’était le pote d’une pote d’un pote – enfin le dernier pote est optionnel – de Armand ou de moi qui nous avais invité. Spots flashy. Les uniformes blancs lustrés des convives. Des copains d’Armand, aucun doute. Mes amis préfèrent les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
27 février 2013

L’enfant

Sa première réaction, quand elle avait vu le bébé de son amie, fut : Mon dieu qu’il est moche ! Aussi, quand son amie - extasiée devant cet être laid et vulnérable qui avait mis tellement de temps à être conçu  - lui demanda comment elle le trouvait, elle ne put que répondre : Je ne vois vraiment pas à qui il ressemble ! Et elle ne rajouta rien. Elle se demanda tout de même si elle n’avait pas fait une grimace. - Il est quand même mignon, tu ne trouves pas ? Insista son amie. Et elle concéda. - C’est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2013

Crime passionnel ?

Il l’avait tuée et il avait voulu plaider le crime passionnel. Son avocat l’en avait dissuadé en soulignant que personne ne se reconnaîtrait dans son crime. -  Pourquoi ? demanda-t-il énervé. -  Parce qu’aucun juré ne verra de passion là-dedans ! Il ne répondit rien et revit la scène. Sans doute n’aurait-il pas dû s’acharner à ce point…   PS : Cette émission de France Inter « Amour à mort : peut-on expliquer le crime passionel ? » est particulièrement intéressante. On y apprend que 80 % des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]