14 février 2014

Le cabinet

Il lui demanda de s’asseoir sur le divan. Face à elle, sur un chevalet, le buste aux couleurs criardes d’une femme nue l’empêchait de se concentrer. Elle jeta un coup d’œil rapide sur les côtés : des masques africains, tous plus hideux les uns que les autres, semblaient la regarder sans compassion. L’homme qui lui faisait face avait une voix grave, sûrement un timbre de basse, mais cette voix – plutôt agréable -  ne correspondait pas à  son physique. Quand il ferma les yeux – moins de 5 minutes après qu'elle eut pris la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

12 février 2014

La réplique qui tue

Comme d'habitude, elle ne pouvait jamais vraiment obtenir le silence ; la classe de STMG2 ressemblait à une mer agitée par la houle. Soudain, un élève prit la parole sans y être autorisé et lui dit agressif. -          Ouais, ça sert à rien vot’ cours ! Elle lui répondit du tac au tac. -          Mais c’est toi qui sert à rien ! Et elle continua son exposé sous le regard interloqué de l’élève.
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [26] - Permalien [#]
10 février 2014

La conjecture de Syracuse

Il y a quinze jours, mon mari a invité un ami d’enfance. J’avoue que quand je l’ai vu, ça m’a fait un choc : c’est le SDF qui fait la manche à la sortie de la boulangerie. Je lui ai dit bonjour, poliment, en interrogeant mon mari du regard. Il m’a dit. - Bernard restera quelque temps chez nous. Il ne sait pas où aller et comme on a la chambre du bas... tu sais que Bernard et moi on était à l’école primaire ensemble ? J’ai acquiescé avec une certaine répugnance. Grande était  mon envie d’expédier Bernard sous la douche, mais je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
08 février 2014

Vous avez dit misanthropie ?

Depuis quelques temps, elle s’inquiétait : n’y avait-il pas chez elle des signes flagrants de  misanthropie ? Premier signe : elle aimait son semblable, mais elle l’aimait beaucoup plus lorsqu’elle n’était pas avec lui. Deuxième signe : lorsqu’elle était avec lui, elle avait parfois envie de se retrouver seule. Troisième signe : elle préférait penser à son semblable, écrire sur son semblable ou écrire à son semblable qu’être avec lui. Quatrième signe : elle préférait oublier que son semblable était son semblable. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
06 février 2014

Imaginer

A chaque fois qu’elle leur demandait d’imaginer quoi que ce soit, elle était sûre d’entendre la même ritournelle : « J’peux pas, j’ai pas d’imagination ! » Aussi, ce jour-là,  quand elle leur expliqua l’activité qui mettrait fin à la séquence, elle prit ses précautions et  ajouta : ça va être dur, je sais, parce que vous n’avez aucune imagination ! Elle n’avait pas plus tôt terminé sa phrase qu’ils se récrièrent et assurèrent  que c’était même pas vrai, qu’elle allait voir ce qu’elle allait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
04 février 2014

Le rôle

On lui avait dit que sa prestation à cheval avait été parfaite et qu’on l’embauchait dans l’équipe pour la saison. Par contre, avait ajouté le Directeur, pour le rôle de « blanche neige » ce sera un peu compliqué. - Pourquoi ? avait-elle rétorqué pour la forme. L’homme finit par lui avouer qu’une fille « bronzée » - il n’avait pas voulu  dire noire, cela aurait sans doute heurté  sa sensibilité d’homme blanc -  pour faire "blanche neige" c’était impossible, le public n’y croirait pas. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

02 février 2014

La conférencière

Quand elle l’avait vue arriver, maigre, les omoplates saillantes, la jupe droite et neutre, le visage mangé par de larges lunettes, elle s’était dit : pourvu que son discours ne lui ressemble pas. Dix minutes plus tard, épuisée par la mélodie soporifique de ses mots, elle s’était impoliment vautrée sur une table  recouverte de verre poli,  et elle s’était presque endormie…
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
31 janvier 2014

La librairie

Chaque jour, après son travail, elle allait à la librairie Lello. Pedro s’en plaignait, il lui disait qu’elle le trompait avec une femme, parce que pour lui la librairie était le ventre – le sexe ? - d’une femme dont les livres tapissaient toutes les largeurs. Ils  riaient ensemble de cette plaisanterie. C’est en haut de l’escalier rouge de la librairie Lello que son étourdissement l’avait prise. Avant de descendre, comme à son habitude, elle avait regardé les marches qui défilaient dans leur drapé rouge et le vertige l’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 janvier 2014

Les deux gélules

Depuis six mois, à chaque fois qu’elle allait chez sa belle-mère, elle prenait deux gélules – aux effets anti-stress -  recommandées par une amie qui prenaient exactement les mêmes avant d’aller chez sa sœur. Cette même amie lui avait d’ailleurs confié avoir été conseillée par une autre amie qui les prenait systématiquement avant d’aller chez sa mère…  
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [18] - Permalien [#]
27 janvier 2014

Ça va ?

A chaque fois qu’il me demandait  de mes nouvelles, il n’attendait jamais ma réponse et  me donnait des siennes. Souvent elles étaient mauvaises, forcément.  Un jour, je n’ai pu m’empêcher de le lui faire remarquer. Il m’a regardée,  étonné. -   Tu veux dire que depuis deux ans que je te connais je ne sais toujours pas comment tu vas ? -   Eh oui, ai-je soupiré fataliste. Il m’a observé longuement, a hoché la tête et m’a dit tristement. -   Ma foi, tu as l’air d’aller plutôt bien,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [25] - Permalien [#]