25 octobre 2013

Reconversion

Après avoir été professeur de français - 25 ans de loyaux et fastidieux services dans un lycée public de la banlieue parisienne – elle était devenue « Maîtresse ». Sur le blog qu’elle avait créé, elle se décrivait ainsi : «  Maîtresse-femme -  mûre -  vous reçoit en son Donjon du lundi au vendredi, de 14 h à 17 h. Soyez le bienvenu au jardin des supplices !  ». S’en suivaient un mail, quelques photos, ainsi qu’une liste impressionnante d’instruments qu’elle avait placés dans son ancien bureau transformé pour... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

23 octobre 2013

Le gentil

Il était gentil, c’est ce qu’on disait de lui parce qu’on ne savait pas quoi dire d’autre. Souvent, il répétait en écho ce que les autres énonçaient, comme s’il avait peur d’exprimer une opinion quelconque. Et parfois, il se donnait même la peine d’achever leurs phrases avant qu'ils ne le fassent eux-mêmes.Oui, il était vraiment gentil, sauf le jour où il tua le chat de sa voisine en lui tordant le cou. Nul ne comprit pourquoi…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
21 octobre 2013

Trazos sueltos

Une fois n'est pas coutume, un petit coup de pub pour un projet cirque/danse/théâtre - trazos sueltos - de la compagnie Wild Lines". Il s'agit d'un parcours itinérant en Equateur, au Pérou et en Bolivie. Voici ce qu'en disent les membres de la compagnie  : " Si la ligne droite se définit comme « la façon la plus courte d’aller d’un point à un autre », cela n’implique pas nécessairement qu’elle soit la plus intéressante ! Tel est le parti pris du projet de spectacle vivant TRAZOS SUELTOS, parcours itinérant entre l’Equateur, le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
19 octobre 2013

Le mât

- Chiche, si tu montes, je monte ! Il n’était pas monté, elle non plus, et tous deux contemplaient le mât sur le quai que la foule avait déserté. Terminés les défis, pensa-t-elle déçue. Elle le laissa seul  et ne lui dit pas même au revoir. Comment  avait-elle pu l’aimer ? PS : Photo de C. V. prise durant l'Armada, à Rouen.
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
17 octobre 2013

Le retour

Rentré plus tôt de son déplacement à l’étranger, il eut la désagréable surprise de trouver – scénario ô combien classique – sa femme dans les bras d’un inconnu. Décidé à ne pas se départir de son calme, il ferma la porte de la chambre – la sienne, en l’occurrence -  il mit ses boules quiès et il vaqua à ses occupations comme si de rien n’était…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
15 octobre 2013

Le tricot

Elle tricotait devant la télévision, une bonne façon de diminuer ses angoisses, surtout lorsque la nuit tombait. Elle distribuait ensuite généreusement le fruit de son travail. Elle avait déjà donné 20 pulls et s’étonnait de n’avoir jamais vu quiconque en porter un seul. Il faut dire que, trop étroits ou trop larges, avec leurs mailles trop lâches et leurs manches trop longues ou trop courtes, ils n’allaient jamais à personne. Mais qui aurait pu le lui dire ?
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

13 octobre 2013

Le virage

Quand je lui ai dit « J’ai viré de bord ! », Christophe a cru que je votais FN ! L’imbécile ! Comme si on pouvait passer de l’extrême gauche au FN ! Comme il me connaît mal ! Rien que ça, ça m’a découragé d’aller plus loin. Ma confidence, je la ferais à quelqu’un d’autre. L’après midi, j’ai téléphoné à Juliette, peut-être qu’avec elle, j’aurais une chance... J’ai commencé de la même façon « J’ai viré de bord ! ». Et elle s’est exclamée d’un ton désinvolte. - Oh, ça arrive à tout le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
11 octobre 2013

Ecriture

Afin de  dépouiller  son écriture de tout ornement, elle  supprima les adverbes, les adjectifs, les verbes, les substantifs... jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Et le rien la rendit presque  heureuse.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
09 octobre 2013

La fée

Elle se prenait pour une fée et  disait à qui voulait l’entendre que ses mots étaient plus forts qu’une baguette magique. Souvent  elle tournait sur elle-même, comme un derviche tourneur, et les mots formaient autour d’elle des farandoles de pensées que l’on pouvait saisir au vol. Moi je l'enviais, je n'avais jamais pu dominer les mots.Aujourd’hui, d'où je suis,  je la regarde encore tourner mais elle, elle ne me voit plus. Il faut dire que je suis partie  loin, très loin, si loin qu’ aucun être humain ne pourra... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
07 octobre 2013

Le poisson

Le nez collé à l’aquarium, elle observait  son petit poisson rouge, comme tous les soirs. Il était comme elle, tout seul, mais lui paraissait perdu dans sa grande maison d’eau. Sa maman  avait dit. -   Je vais  lui mettre de l’eau chaude parce que l’hiver approche et que les petits poissons rouges aiment bien avoir chaud l’hiver. Le lendemain, quand elle voulut voir son petit poisson rouge, elle constata que l’aquarium avait disparu. Bien plus tard, on lui apprit que le petit poisson rouge était mort, mais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]