09 septembre 2013

Duo

Une rentrée  en duo, avec caro-carito du blog les heures de coton. Nos textes se croisent  : son texte est sur Presquevoix, quant au mien, il  est sur son blog.La consigne était la suivante : Une musique de John cage « Dream »  et cette citation extraite «  des mots »  de Jean Paul Sartre : « J’étais un enfant, un monstre qu’ils fabriquaient avec leurs regrets »   L’héritage Ma mère m’a quitté juste avant mon cinquième anniversaire. J’avais été jusque-là un enfant. J’allais devenir un monstre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [8] - Permalien [#]

07 septembre 2013

Le tag

Il laissait un tag « SMK » sur tous les murs du quartier Ouest de la ville.  Un beau matin, elle découvrit le même tag sur la porte blanche de son garage. SMK, réfléchit-elle… ce type devait marquer son territoire selon une bonne vieille technique canine et SMK ne pouvait signifier que Super Méga Konnard.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
05 septembre 2013

Destin

Ils s’étaient mariés dans l’intimité : un mariage à l’église avec la famille proche et un repas dans une salle de restaurant banale, sans fleurs, où la nappe blanche préfigurait la page qu'il leur restait à écrire. Quand elle avait regardé les photos du mariage de ses parents, vingt ans plus tard, elle avait eu l’impression qu’il s’agissait d’un enterrement ; le visage compassé de sa tante, celui, fermé, de sa grand-mère, les traits assombris de son père et le sourire contraint de sa mère laissaient  présager le pire. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
03 septembre 2013

Famille

Il n’y a qu’un bruit que je ne supporte pas  - avait-elle déclaré à table en plantant ses yeux dans ceux de son gendre – celui de la mastication ! Lui continuait de mâcher,  imperturbable, mais  il finit par dire comme à regret.  - Excusez-moi belle-maman, mais on n’a pas tous été élevé dans le même milieu ! Sa belle-mère ne répondit pas, mais elle continua de le regarder, comme si elle attendait que quelque chose se produise…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
01 septembre 2013

La grosse dame

La grosse dame d’un mètre cinquante était entrée dans le métro avec ses deux enfants  de quatre et huit ans. Un monsieur, très maigre, s’était levé pour lui laisser sa place. Contre toute attente, la grosse dame y installa sa fille et resta elle-même debout. La voyageuse assise à côté de la petite fille ne put retenir une grimace qui enlaidit davantage son visage. Sans doute blâmait-elle la grosse dame de ne pas s’être assise elle-même. La même idée m’a traversé l’esprit puis, mon regard a été attiré par un homme au visage sévère... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
29 août 2013

Pause

Nouvelle pause !   Retour le dimanche premier septembre avec, afin de préserver ce qu'il me reste d'inspiration, une publication tous les deux jours.     PS : photo prise par C. V. à Strasbourg en juillet 2013.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

28 août 2013

La belle-sœur

Planté devant son rosé comme devant un gouvernail, avec le comptoir comme ligne d’horizon, il racontait l’histoire suivante : A l’enterrement de ma belle-sœur, on a passé trois heures au restau. On a tellement picolé qu’on n’était pas loin d’être bourré. Quand on est sorti, on a pris nos voitures ; pas de chance, mon beau-frère a eu un accident. Un mois plus tard, on se retrouvait dans le même restau pour son enterrement. Je peux dire que ce jour-là, on a moins picolé… personne voulait être le suivant !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
27 août 2013

Bord de mer

Depuis cinq ans, elle avait élu domicile en bordure de mer, dans une station balnéaire battue par les vents. Son rythme s’était calqué sur celui des  marées. Elle marchait sur des chemins d’embruns sans penser à ce qui l’attendait, bercée par le ressac et le vacarme des goélands argentés.  Elle avait parfois songé à s’installer ailleurs, en vain. Comment se résigner à abandonner la grève où les coquilles brisées de ses souvenirs secrétaient le goût d’un sel oublié ?   PS : photo de C. V. prise à Saint Valéry... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
25 août 2013

L’inconnu

« Je suis un homme vague »*, lui avait-il dit alors qu’ils conversaient agréablement dans un compartiment de première classe d’un train qui les menait vers Toulouse. Elle avait simplement hoché de la tête, comme elle savait si bien le faire depuis son enfance. Avant que le train n’arrive en gare, il lui avait demandé son numéro de téléphone et son adresse. Elle les lui avaient donnés, sûre de ne jamais le voir. Deux semaines après son retour de Paris, on sonna à l’interphone. Elle entendit distinctement une voix qui disait « Bonjour,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
23 août 2013

La transformiste

La première fois qu’elle l’avait rencontrée, dans une obscure salle de spectacle, elle lui avait dit qu’elle avait été danseuse pendant dix ans. Lors de leur deuxième rencontre – dans un bar éloigné du centre-ville - elle s’était déclarée postière, en reconversion, car elle en avait marre de pédaler depuis vingt ans. La troisième et la toute dernière fois où elle l’avait vue, elle lui avait assuré être magicienne mais, ayant fait le tour de ses tours, elle deviendrait peut-être romancière…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]