11 décembre 2019

Citation

  Quand cette visiteuse parisienne  lui avait dit en se mettant  face à lui   “Soyez donc résolu à ne plus servir, et vous serez libre.”,  il lui avait immédiatement répondu. “ Ta gueule, on n'a pas tout à fait le même problème. Moi, je suis coincé pour des siècles et des siècles dans ce putain de musée  ! ” Elle n’avait pas insisté et était partie. La prochaine fois, elle ne dirait cette citation de la Boétie qu’à ces collègues de travail, et encore…          
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

09 décembre 2019

Routine

Le « Bonjour, ça va ? » appelle souvent un « oui, ça va et toi ? » ; ça ne peut qu’aller bien de toutes les façons, même si ça va mal, où l’autre à qui nous nous adressons, et qui ne va peut-être pas bien lui-même, ira encore plus mal, qui sait ? D’ailleurs si vous allez mal et que vous le dites, vous ennuyez l’autre, même s’il va bien, et il finira par  vous fuir systématiquement ! Dans ce monde qui nous use, nous préférons fermer les yeux, souvent, bien souvent. Parce que le problème du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
07 décembre 2019

S’ouvrir

L’autre jour, dans le bus, les yeux fermés, centrée sur ma respiration, je me demandais quel était le secret d’une vie réussie. A l’arrêt final,  j’en étais arrivée à la conclusion qu’une vie ne se réussissait pas, elle était, tout simplement, entre vents et marées, ouverte à soi et aux autres…    
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
04 décembre 2019

Les forces de l’ordre

Il y a bien longtemps – et cela n’a pas dû changer, bien au contraire -  j’avais entendu deux policiers dire  que lorsqu’ils voyaient des jeunes de banlieue qui détalaient à leur approche, c’était certainement parce qu’ils avaient quelque chose à se reprocher… Mouais, je veux bien ! Mais qu’est-ce qu’ils voudraient qu’ils fassent les jeunes de banlieue ? Qu’ils les attendent pour leur donner l’accolade et leur parler de leurs problèmes avec leurs parents ? Je dois dire que moi-même  – alors que je pense... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
02 décembre 2019

Une autre vie

    Il lui avait fallu attendre 43 ans pour que cette révélation - vécue le jour de ces 19 ans - en Grèce, refasse surface. L’inconscient a d’étranges chemins qu’il parcourt au rythme de la mémoire intemporelle des choses. Sans doute fut-ce aussi la souffrance surgie de ce Stabat mater de Vivaldi qui, dans un éblouissement, l’avait fait voyager dans le temps. Cette “Mater dolorosa” n’était-ce pas elle, aussi, elle qui marchait au rythme des violons du ciel ? Son mari, voyant la tournure que prenaient les choses lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
30 novembre 2019

Le Â

Dans sa vie, comme si elle n’ avait pas assez de sujets d'énervement, elle avait décidé de mener une croisade pour les accents circonflexes. Comment se faisait-il que journalistes, présentateurs, hommes politiques même,  prononcaient tache comme tâche ? Et puis tous ces blâmes, bâtards, bâillons, bâtons, bellâtres… à qui on faisait perdre  la profondeur de leur A qui était, parfois, la seule profondeur qu’ils avaient. Elle ne pouvait plus supporter les massacreurs de la langue française, sans se rendre compte qu’elle même –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

28 novembre 2019

Les élèves

Face à ses élèves de terminales dont l’attention, parfois, se dispersait étrangement, sans parler du travail – ce vilain mot  - elle déclara calmement. -           Comme je vous l’ai déjà dit, une langue - étrangère ou non - s' entretient au fil des jours. Notamment  en notant des mots que l’on ne connaît pas, en les utilisant dans de petites phrases qui permettent, peu à peu, d'en créer de plus grandes qui  rendront compte de vos pensées et de vos réflexions. Si... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 novembre 2019

Changement

  Je me souviens qu’avant, elle voyait tout en noir et blanc, maintenant elle voit tout en noir. Pourquoi ? Je ne le sais pas. Elle ne me dit plus rien. Est-ce Soulage qui l’a tranformée ? Moi, sa peinture m’ est étrangère. Mais peut-être qu’elle voyage dans un monde d’ “Eau - Forte” et d’ ”Antagonismes” ? Hier, je lui ai demandé  s’il fallait venir de l’”Outrenoir” – comme dit Soulage -  pour  voyager en elle ? Elle m’a souri et m’a longuement regardée, comme si elle voyait des lumières qui n’existaient plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
24 novembre 2019

Echange non standard

Quand il avait volé le sac de la vieille, il avait couru aussi vite que sa grande taille le lui permettait. Hélas, sous l’effet de la panique, il avait ouvert la bouche et son dentier était tombé. Pas le temps de le ramasser, on était déjà à ses trousses. Une semaine plus tard, la police lui rapportait son dentier mais, en échange, il dut mettre des menottes...
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
22 novembre 2019

La couturière de Montmartre

    La couturière avait disparu du jour au lendemain. Le quartier ne s’était pas posé de questions. Elle, oui. Où était-elle, cette jeune-femme souriante qui donnait aux vêtements anciens la légèreté du présent ? Cette petite main qui façonnait et confectionnait à merveille avait-elle été enlevée ? Était-elle partie ailleurs, accrochant de longs fils colorés qui lui avaient servi de corde pour voyager au pays des tissus heureux ? Peut-être. Elle se souvenait encore de l’ourlet classique piqué qu’elle lui avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - Commentaires [16] - Permalien [#]