22 mai 2018

Duo de mai

Voici un nouveau Duo avec Caro, qui a souhaité que nous écrivions à partir d'une photo qu'elle a choisie sur ce blog. Aujourd'hui, vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera publié le 24 mai.       Jeux de moi–s Aujourd’hui, j’ai retrouvé mon visage. Je me suis levée un matin et, en voulant mettre ce soupçon de rouge à lèvres sans lequel je me sens nue, je n’ai pas retrouvé mon visage dans la glace. C’était une autre, un moi-même qui semblait s’être déplacé de quelques centimètres. Mes cheveux... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

20 mai 2018

Révélation

Elle avait rendez-vous avec sa mère à 15 h, dans un salon de thé du centre ville.  Il ne lui restait  que 40 minutes pour savoir comment lui annoncer "la chose". Elle pouvait déjà énoncer comment se déroulerait la rencontre : sa mère lui parlerait d’elle et il  lui faudrait adroitement la faire dévier d’un pouce, juste un, pour lui dire qu’elle était amoureuse, non d’un homme, mais d’une femme. Là, ce serait l’explosion, raison pour laquelle elle avait choisi " The Orchad tea garden ". Sa mère, soucieuse des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 mai 2018

Evidence

Un matin, au petit déjeuner, elle lui avait dit, comme si c’était une évidence. -  Ce qui nous sépare, tu vois, c’est nous. Et j’ajouterais même : si nous n’étions pas nous, nous pourrions parfaitement vivre ensemble, sans ressentiments. Il en avait noyé sa tartine dans son immense bol de café au lait.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
16 mai 2018

La vue

Tous les jours, elle montait en haut de la tour Sainte Mary, non pour la vue – qui pourtant avait un charme certain – mais pour se souvenir que la perspective devait être et rester le maître mot de sa vie. Les jours de marché, les toiles tendues donnaient au paysage des  rayures colorées dont elle s’amusait à suivre le dessin imparfait de gauche à droite et, quand elle arrivait à l’extrémité droite de la place, ses yeux s’arrêtaient sur la boutique « Optical express ». C’est là qu’il travaillait. La première fois... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
14 mai 2018

La quête

A tout hasard, elle était entrée dans cette boutique nommée « Au P’tit Bonheur » et elle avait présenté sa requête au vendeur qui lui avait répondu.   -          Non, désolé, je n’ai pas l’outil qu’il faut pour votre bonheur. -          Vous n’avez même pas cherché, se plaignit-elle. -          Pas besoin, je connais le catalogue par cœur. Et croyez-moi, personne n’aura ça ici. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 mai 2018

Pragmatisme

Bon, lui dit-elle, on a suffisamment parlé maintenant. Alors, on couche ou pas ? Sa question eut sur lui l'effet d'une douche glacée. Toute l'excitation qu'il avait senti monter  retomba d'un seul coup. Il sentit son sexe se recroqueviller, misérable, dans son slip et il eut l’impression de se vider de son sang. Non, il ne pouvait plus rien imaginer avec elle, l'affaire était classée.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

05 mai 2018

Observer

Elle aimait voir le monde derrière les motifs des rideaux crochetés. Lui ne la voyait pas. Rien ne lui plaisait tant que voyager sur  l’invisibilité des courbes de la pensée au hasard de plongées dans un océan vert que seul un mince filet de bitume traversait. Le pépiement des oiseaux, le ressac de la vie et l’appel des  couleurs à la prière de l’âme qui s’éveille…   PS : photo prise dans la Creuse. PS' :  prochain texte : samedi 12 mai.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
03 mai 2018

Le principe de réalité

Elle essaya de lui expliquer : « Quand je n’étais pas morte, j’étais comme vous, je me croyais immortelle. Maintenant je sais l’effet que ça fait. » Il répondit l’air las : « Et alors ? » Elle tenta le tout pour le tout : « Alors ? Alors allez-y, dites-lui que vous l’aimez, sinon elle va vous laisser tomber et vous l'aurez bien cherché ! » Il s’énerva : « Mais qui vous êtes pour me dire ça ? » Elle s’étonna de sa naïveté : «  Je suis votre ange-gardien, mai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
01 mai 2018

Les cours de piano

Je me souviens de mes non-cours de piano. J’avais 9 ans et, le jeudi matin – jour des enfants – j’allais  chez mon professeur qui habitait une grande maison au fond d’un parc. Au milieu du parc,  un cèdre singulier étendait ses branches  jusqu’au deuxième étage de la maison. Je rêvais d’y élire domicile. J’aurais voulu savoir jouer sans travailler. Mon professeur - une dame  dotée d’un certain humour  - sans doute lassée de me répéter les mêmes choses, finit par se plier aux règles que ma « paresse » lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
26 avril 2018

La voyante

S’il y a de la lumière, je sonne, s’était-il dit. La lumière s’était allumée et il avait sonné. Il faisait confiance au hasard pour les rencontres. La femme qui lui avait ouvert avait au moins 80 ans, ses bigoudis laissaient apparaitre un crâne rose, et son menton s’ornait d’un long poil blanc. -          C’est pour quoi ? Lui dit-elle en en souriant, laissant apparaître une dentition jaunie par la cigarette. -          Euh, pour rien. Je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [22] - Permalien [#]