17 novembre 2016

Le Fürher

Sa mère exerçait sur lui un pouvoir impitoyable. Elle lui dictait tout, même ses souvenirs. Le jour où, à 15 ans, dans un accès d’humour improbable il lui a répondu  «  Ya vol  mein Führer ! », elle l’a giflé aussitôt. Il en est resté sidéré.  Etait-elle la seule à ne pas savoir qu’elle se comportait comme un dictateur ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

15 novembre 2016

Deux vies

Tous les matins, il était là à la même heure, enveloppé dans sa gabardine. Prenait-il la même photo tous les jours ? Elle a décidé de le suivre aussi bien par désœuvrement que par curiosité. Au début, elle n’y a consacré que peu de temps mais, de jour en jour, sa filature s’est faite plus longue. Elle finissait par s’attacher à lui, non pour son physique – très banal – mais pour autre chose qu’elle n’aurait su nommer. Quand il s’asseyait au café des trois maillets, elle faisait de même, jusqu’au jour où il l’a rejointe à sa table. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
13 novembre 2016

L’association

Leur association culturelle s’était peu à peu éloignée de l’objectif initial. Il est vrai qu’après chaque cours ils terminaient par un apéro ; la convivialité y avait beaucoup gagné, la culture un peu moins. Au bout de deux ans,  l’hymne de l’association n’était plus « Vive la culture ! », mais : « Vive le pinard ! ». La culture, elle,  n’était plus qu’un prétexte qui permettait d’avoir quelques maigres subventions de la mairie…    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
11 novembre 2016

duo de novembre

Après le texte de Caro, voici le mien pour ce duo de novembre. MA-A-A-RIE La première fois qu’il l’avait vue, 15 ans plus tôt, elle faisait le tour de la place à cloche pieds en riant à perdre haleine. Aujourd’hui, elle est assise en face de lui, dans ce métro qui va de la porte de Clignancourt à la Mairie de Montrouge. Elle ne semble pas le reconnaitre. Il a voulu lui adresser la parole, impossible,  pourtant son prénom lui brûle les lèvres. Marie, c’est pourtant simple à dire Marie, deux syllabes qu’il transformait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
09 novembre 2016

duo de novembre

Pour notre duo de novembre, Caro a choisi cette photo comme amorce. Novembre sera peut-être le mois de l'amour, qui sait ? Aujourd'hui vous pouvez lire son texte, le mien paraîtra vendredi 11 novembre. Les faux serments « C’est quoi ça ! » Incrédule, je regarde Antoine qui agite devant moi une photo, ma photo. Il n’a pas eu à fouiller mon sac. Un geste maladroit et elle a glissé avec tout le fourbi que je trimballe. Je distingue un léger sourire sur ses lèvres. Parce que c’est Antoine, je n’ai pas la force de la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
07 novembre 2016

Le prénom

Ils l’avaient appelée Harmonie mais l’opération avait  lamentablement échoué : c’était la fille la plus "chiante" que le monde ait jamais connue. Tout le monde s’accordait à le dire, même ses parents, surtout ses parents…
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2016

Hallucination

Il venait de passer, Marie en était sûre. Elle s’est précipitée hors du restaurant mais il avait disparu. Où ? Mystère. Il était coutumier du fait. Sa présence fantomatique était  ce qui l’avait fascinée chez lui. Quand elle est revenue s’asseoir à la table, Isabelle lui a dit. -          Alors ? -          Alors rien. Il a disparu, comme d’habitude. -          Tu ne crois pas que tu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
03 novembre 2016

La salle de bain

Ils se brossent les dents tous les deux dans la salle de bain   -          Tu ne trouves pas que c’est bien cette petite armoire à glaces qui permet de voir son profil droit et son profil gauche. -          Bof ! -          Tu dis ça parce que  tu n’aimes aucun de tes profils. -          Non ! ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
01 novembre 2016

La porte

Un jour sa femme lui avait dit. « Prends la porte, je n’en peux plus ! » Il avait obéi. La porte avait été prise et il l’avait installée dans un parc. C’est comme ça que lui était venu sa vocation pour l’art, exactement comme ça. Et des portes, il était passé à toutes sortes d’objets que son imaginaire détournait avec facétie.     PS : photo prise dans le parc du lycée. Réalisation des élèves de l’atelier de pratiques artistiques.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2016

Trop vieille

Elle cherchait du travail depuis six mois et à chaque entretien on lui faisait comprendre, à mots couverts, qu'elle était trop vieille et à mettre au rebut. Ce jour-là, avant d’aller à Pôle Emploi, elle fit une halte dans un petit restaurant qui donnait sur une rue calme bordée d’arbres. Quand elle demanda au patron si elle pouvait  s’asseoir à côté de la baie vitrée, elle comprit qu' il ne souhaitait pas qu'une personne de son âge se mette "en vitrine", ce n'était pas une bonne pub pour son établissement. Il ajouta ensuite,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:05 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :