31 mars 2015

Surdité

Depuis qu’il s’était fait appareiller, les bruits lui étaient devenus odieux : la voix de sa femme, une simple page tournée ou un papier froissé le faisaient sursauter. Une chose était sûre, il ne mettrait pas son appareil auditif au lycée, sinon il ne supporterait plus ni  les crayons  tapotant sur les tables, ni  les vibreurs,ni  les bavardages,ni  les pieds des chaises traînés sur le sol. La surdité avait décidément ses avantages...
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]

29 mars 2015

La brigade orthographique

A la nuit tombée, armés d’une bombe et revêtus d’un tee-shirt rouge où l’on pouvait lire l’inscription « brigade orthographique »,  ils arpentaient la ville d’Est en Ouest. Leur objectif : libérer les graffitis d’erreurs qui bafouaient la langue française !   PS : voir le blog langue sauce piquante au sujet du pluriel du mot graffiti.    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
27 mars 2015

La tête

Elle n’avait pas rêvé, juste au moment où elle allait prendre la photo une tête ensanglantée était apparue, à moitié cachée par la verdure. Elle en était d’autant plus sûre qu’une énorme main était passée au travers des barreaux pour jeter un papier qu’elle s’était empressée de ramasser. Elle l’avait déplié, fébrile. Un stylo mal assuré avait tracé ces mots  : « Sauvez-moi. On me retient là-haut depuis quinze jours. Je ne sais pas qui ils sont mais ils vont me tuer, ils me l’ont dit. » Son amoureux piétinait,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
25 mars 2015

Le pantalon

Quand elle s’est assise, le pantalon a légèrement craqué  et sa peau noire est apparue.  Il faut dire qu’elle met  des pantalons  si près du corps qu’ils se transforment en seconde peau. Sait-elle que lorsque son mètre quatre-vingt déambule dans les couloirs, des paires d’yeux suivent le balancement de ses fesses rebondies ? Dans la classe, bien sûr, tout le monde doit être au courant de et elle  claironne en boucle des « trop grave, moi j'suis pudique, trop grave, qu'est-ce que j'vais faire ! ». Je me... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
23 mars 2015

Si tu veux

Le premier lui avait dit : " Si tu veux je t’offrirai des bonbons, des fleurs et des oiseaux." Elle l’avait cru, mais ses bonbons étaient amers, ses fleurs se flétrissaient aussitôt disposées dans les vases et ses oiseaux – des bêtes voraces aux ailes noires – avaient déchiqueté son âme en lui volant son enfance. Le deuxième aussi lui avait dit  « Si tu veux je t’offrirai… », mais elle l’avait interrompu en lui mettant un doigt sur la bouche. «  Je  veux juste que tu m’aimes. » Effrayé, il était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
21 mars 2015

Le deal

Par des milieux peu orthodoxes, elle avait fini par trouver quelqu’un capable de tuer. Quand elle rencontra le type - il s’appelait Jeff - elle lui dit tout de suite qu’elle ne supportait pas son divorce et que les choses allaient de mal en pis. Jeff pensa aussitôt qu’elle voulait envoyer son mari ad patres. Mais non, cette folle voulait qu’il la tue, elle, et elle lui proposait 10 000 euros pour le faire. C’était encore une belle femme qui ne méritait certes pas cette fin tragique. Mais après tout, son éthique ne le lui interdisait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

19 mars 2015

Moi

Souvent elle se demandait quelle impression elle se ferait  si elle se rencontrait par hasard. Aurait-elle envie de lier connaissance ou préfèrerait-elle  prendre la tangente  ? Ces deux questions trouvèrent une réponse immédiate quand elle  s'en ouvrit à son frère qui, sans nul doute, en profita pour régler quelques comptes avec elle. - Tu te trouverais  égoiste et dépourvue d'empathie.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 mars 2015

Le patron

Quand j’ai dit à mon patron que j’étais en retard à cause du décalage horaire,  il m’a asséné un  « Vous vous fichez de moi madame Dupont, vous étiez dans la Creuse !» Je lui ai expliqué que si la Creuse était sur le même fuseau horaire que Paris, je devais néanmoins me réadapter au rythme parisien. Et j’ai conclu énervée. - C’est pas parce que j’arrive avec une malheureuse demi-heure  de retard que la terre va s’arrêter de tourner ! Bien sûr il n’a rien voulu entendre. Mon patron fait partie de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
15 mars 2015

La question

A la fin du cours, trois élèves étaient restées pour lui poser une question. Elle avait bien vu, à leur mine, que la question semblait difficile, de celle qui relève certainement de l’intimité. Bienveillante, elle les avait encouragées à s’ouvrir. L’une d’entre elle prit alors la parole au nom des autres. -          Madame, on se demandait si vous étiez enceinte. Ce fut comme si le ciel lui tombait sur la tête. Elle ? Enceinte ? Certes, elle n’avait que 35 ans mais comment... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
13 mars 2015

Le prénom

Elle avait appelé sa chienne « Pubis », et elle n’était pas mécontente du  petit effet que cela produisait quand elle l’appelait dans les lieux publics…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]