18 juillet 2014

Improvisation estivale

Les vacances c'est aussi improviser, et la compagnie  "World line" le fait avec enthousiasme.  Je vous laisse en sa compagnie. Je serai de retour  le 16 aout, pour de nouvelles aventures fictionnelles. A bientôt !                    
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 juillet 2014

Une histoire de classes

Quand il vit son employé qui l’attendait près du chantier, crotté des pieds à la tête, le patron fit la grimace. Pour l’occasion il avait pris sa voiture personnelle qui venait d’être astiquée et il n’était pas question de la salir. Il sortit de la voiture, salua Rachid sans lui tendre la main et attaqua. -  Je peux pas te faire entrer Rachid, j’ai nettoyé la voiture. Rachid resta silencieux. -  Il y aurait bien une solution : le coffre ! Rachid ne disait toujours rien. -  Seulement on le fermera... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
14 juillet 2014

Duo

Pour notre  duo de Juillet, avec Caro, une peinture de Henri Lebasque, exposée à  Roubaix, au musée d'art et d'industrie André-Diligent.   Vous pouvez lire, ci-dessous, le texte de Caro ; quant au mien, il est sur son blog : les heuresdecoton.     Jicky Je me suis réfugiée dans le jardin d’hiver. J’allume une cigarette. Trois jours avec les Marceau-Carmel et la bande et je me sens aussi molle que si j’étais à Juan, en train de bronzer sur la place privée de cousin Edmund. Longue bouffée,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
12 juillet 2014

La voix

Elle devait se marier dans quatre jours mais il y avait cette extinction de voix qui n’en finissait pas. Allait-elle seulement pouvoir dire OUI ? Le curé l’entendrait-il ? Sa voix cherchait-elle à lui dire quelque chose qu’elle ne pouvait entendre ? Pourtant, ce nouveau mari, elle l’avait  choisi avec soin ; pas comme le premier ni comme le deuxième ni même comme le troisième ou le quatrième. Avec celui-ci, ce serait du solide, elle le sentait. Mais il y avait la voix, ou plutôt son absence...    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
10 juillet 2014

Route 66

Elle marchait sur la route 66 depuis deux heures et l'ampoule sous son pied gauche la faisait souffrir à mourir ; deux heures avec pour toute perspective le bitume et les montagnes de nuages. Pas la moindre voiture ni le moindre camion. Elle désespérait. La nuit tombait, implacable. Son sac à dos lui lacérait les épaules et ses espoirs de dormir dans un vrai lit s’amenuisaient. Jamais elle n’aurait dû dire au dernier type qui l’avait prise en stop d’arrêter sa voiture pour qu’elle descende. Seulement,  il avait tenté de mettre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:11 - Commentaires [18] - Permalien [#]
08 juillet 2014

Maman

Aujourd’hui maman est morte* et je suis soulagée. Maman s’est suicidée en se jetant du troisième étage. Bizarre, parce que maman était presque parfaite. Papa, lui, dit que maman est tombée en faisant les carreaux. Papa a toujours vu la vie comme ça l’arrangeait. Comment peut-il croire que maman faisait les carreaux ? Elle  détestait les faire ! Inutile de discuter avec papa, papa vit dans le déni ; il m’écœure. J’ai toujours cru que maman avait droit de vie ou de mort sur moi, mais ce n’est pas moi qui suis morte, c’est elle.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

06 juillet 2014

Mort subite

Son physique de rêve lui avait permis de passer la barrière du casting pour le feuilleton « les fous de l’amour ». Il jouerait le rôle de « kevin », le bourreau des cœurs. Seulement, dès le premier jour de tournage, sa prestation fut si mauvaise qu’elle obligea les réalisateurs à remodeler le scénario : Kevin mourut au troisième épisode, dans un accident de la route.  
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
04 juillet 2014

L’immeuble des désordres ordinaires

  Je hais mes voisins. La folle du quatrième continue de jeter ses croûtons de pain aux oiseaux du haut de sa fenêtre en visant systématiquement les gens qui passent dans la cour intérieure ;  le vieux du rez-de-chaussée a recueilli un quatrième chien, il est vrai que les trois autres n’aboyaient pas assez fort ; le pachyderme du deuxième a remplacé les poteaux de l'étendage collectif par des perches gratuites en fer rouge qui n’ont  pas plu au parano du deuxième qui a voulu lui casser la figure en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
02 juillet 2014

Double vie

Le matin, il partait à 8 heures, sans faire de bruit, avant qu’elle ne finisse son petit déjeuner et il revenait le soir vers 18 heures comme si de rien n’était. Sa discrétion était telle qu’elle ne s’autorisait pas à lui faire de réflexion. Un jour, pourtant, elle le suivit ; non par jalousie, mais par curiosité. Et la vérité lui apparut, dans toute sa crudité : pendant la journée il se faisait appeler Boris chez les voisins du bout de la rue et le soir, chez elle, c’était Michel. Le goujat  avait une double vie ! Elle finit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
30 juin 2014

La robe de mariée

Il y a deux ans, elle avait exhumé sa robe de mariée d’une des malles du grenier. Elle avait longuement hésité : devait-elle se risquer à passer une robe d’un autre âge ? Depuis son mariage, vingt ans s’étaient écoulés et sa silhouette s’était alourdie. Une fois en slip et soutien-gorge, elle saisit la robe et commença l’essayage en l’enfilant par la tête. La robe se coinça irrémédiablement au niveau des hanches. Impossible de la faire descendre. Elle essaya  par les pieds. Problème ; la robe se bloquait en haut des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]