05 mai 2013

L'urne

Dans l’urne, il y avait les cendres de son père. L’incinération – qui avait eu lieu deux jours plus tôt -  l’avait fortement éprouvé : c’était sa première crémation. Il n’avait jamais été proche de son père, il passait d’ailleurs le plus clair de son temps à l’éviter. Ce n’était pas  par hasard qu’il avait choisi d’habiter  Nice alors que son père habitait  Lille. Quarante années d’exaspération silencieuse, de non-dits, quarante années de faux-semblants… et cette punition supplémentaire que son père lui infligeait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

04 mai 2013

Danser

Il était cul de jatte, un accident de la vie - comme on dit - qui l’obligea à taire son rêve de devenir danseur. Enfant, il observait par la fenêtre les petites filles qui faisaient leurs exercices d’assouplissement aux barres asymétriques de l’école de danse. Avec application, elles s’astreignaient aux pliés-tendus-jetés puis, avant la fin du cours, elles s’élançaient sur le sol brillant qui accueillait leurs ébauches chorégraphiques. Leurs frêles jambes couleur chair l’émouvaient bien plus qu’il ne l’aurait pensé. Lui aussi voulait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 2013

Pas avec elle !

A chaque fois il lui opposait un non, pas avec elle, jamais avec elle ! Pourtant, avec les autres il ne se gênait pas. Il fallait voir comme il les entreprenait,  les serrait,  les pressait même. Il leur parlait souvent au creux de l’oreille,  à croire qu’il aurait voulu… Mais avec elle, non, jamais ; avec toutes, sauf elle ! Quand elle le lui reprochait, il lui disait juste qu’il ne l’avait pas épousée pour la danse ; et aussitôt, il en invitait une autre et leurs corps s’éloignaient dans une valse folle…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2013

Le quadrupède

Sur son devoir de Mathématiques, l’élève X  avait parlé du « quadrupède » à quatre côtés  ABCD. Le professeur avait préféré en sourire. Il s’était contenté d’inscrire en rouge, sous la figure  en question : est-ce que ce quadrupède ABCD court vite ?
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
01 mai 2013

La cage dorée, vous connaissez ?

Cette comédie de Rubem Alves, cinéaste d’origine portugaise, est une révélation. Rires, clichés tournés en dérision et lutte des classes sont au rendez-vous, même si tout se termine en conte de fée plutôt qu’en révolution. Les comédiens sont parfaits, les personnages attachants à souhait, et l’émotion m’a souvent serré la gorge. Ce film est une excellente occasion de connaître la communauté portugaise vivant en France, mais pas seulement... Pour compléter ce tour du Portugal, voici deux chanteuses qui méritent plus qu’un clic :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
30 avril 2013

Duo

Aujourd’hui, avec caro-carito, nos textes se croisent en un  duo stimulant : son texte est sur Presquevoix, quant à mon texte, il  est sur son blog. La consigne était la suivante : écrire  à partir de la photo ci-dessous, de Dominique Hasselmann. Hé toi ! L’ancêtre ! « Non, mais regarde sa tête… » Il suffirait que No s’approche d’un demi-millimètre pour que son visage s’écrase contre la vitre. « Tu ne trouves pas qu’il ressemble à ce connard d’orientateur, celui qui m’a presque traitée de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

29 avril 2013

C’est qui le roi des cons ?

Dans leur petit local, ils avaient créé un mur des cons, histoire de se faire plaisir. Et sur le mur, une phrase – un petit clin d’œil aux gens de passage qui souhaiteraient ajouter une pierre à l’édifice – « Avant d’ajouter un con, vérifiez qu’il n’y est pas déjà ! ».Entre eux, ils avaient un rituel, à chaque fois qu’un « con » était ajouté, tout le monde entonnait en cœur « Le roi des cons » de Brassens. Jusqu’au jour où la rumeur avait tellement enflé qu’elle était arrivée au bureau du patron. Et si on l’avait élu « roi des cons »... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2013

L'inconnu

Tous les jours, même le dimanche, il se promenait avec son cartable rongé par le temps. Pourtant, il ne travaillait plus ; j’en étais sûre, parce que je l’avais déjà suivi plusieurs fois. Oui, parfois je suis les hommes, ceux que le temps a usés. J’aime m’émouvoir. Avait-il été fonctionnaire des impôts ? Enseignant ? Agent d’une compagnie d’assurance ? Peut-être n’avait-il jamais travaillé ? Il avançait à pas précautionneux, s’arrêtait en pleine rue pour consulter le ciel ou bien il regardait la foule de l’air de celui qui ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 avril 2013

Les yeux-parapluies

Elle lui avait dit. - On dirait deux yeux aux corolles ouvertes. - C’est la minute de poésie ? se contenta-t-il de répondre, d’un ton rogue. Elle se demandait bien pourquoi il était de mauvaise humeur. Que lui avait-elle fait ? Et pourquoi se sentait-elle toujours responsable de son humeur ? Elle lui sourit pourtant et ajouta. - Aujourd’hui, personne ne m’empêchera d’être heureuse, même pas toi ! Et elle accéléra le pas afin de préserver sa fragile bulle de bonheur. Le visage de son compagnon se crispa légèrement, mais il ne dit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2013

La manif

Leur égérie se proclamait porte-parole de Jésus et, revêtue de sa robe vichy ultra-courte, elle haranguait les foules lors des manifestations anti-mariage gay. Parmi les passants qui regardaient le défilé, une mamie avec un caddie cria à son intention. - Si Jésus a deux sous de bon sens, c’est pas toi qu’il  choisira comme porte-parole ! Elle allait continuer son discours mais deux types au crâne rasé  s’approchèrent d’elle, menaçants, et lui dirent de la boucler. Il ajoutèrent même. - Les pédés et les vieux comme toi,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]