27 novembre 2015

Duo de Novembre

Sur cette même photo de Lola Alvarez Bravo, voici mon texte :   Impuissance   " Assise dans son fauteuil roulant, Madame Delaitre les regardait passer. Des journées à épier ces hommes qui montaient et descendaient les escaliers aux heures les plus lumineuses comme aux heures les plus sombres. Elle imaginait leur histoire. Des histoires d’amour, de haine  ou d’indifférence qu’elle consignait dans un « livre ». Elle avait parlé de ce « livre » à sa voisine qui elle-même  rapporta son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

25 novembre 2015

Duo de Novembre

Voici notre duo de novembre avec Caro. Nous devions nous inspirer de cette photo de Lola Alvarez Bravo. Aujourd'hui, vous pouvez lire le texte de Caro. Le mien paraîtra vendredi.     Medianoche « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant » * Je dévisage l’homme qui a prononcé ces paroles. Son esprit s’est envolé. Où ? Femme, regrets, espoir ? Un lieu étranger ? Une sonnerie, fin du cours. « N’oubliez pas ! Une page et demie minimum, quatre au maximum. Ayez pitié de moi : évite... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 novembre 2015

L’attente

Il fait le pied de grue depuis une heure et sa patience a des limites. Ne tardera pas le moment où il s’envolera à tire d’ailes. La dernière fois qu’elle lui a fait subir le mêmes sort, c’était dans le square de l’église de la Trinité. Cherche-t-elle à mettre son amour à l’épreuve ? Veut-elle lui signifier que l'aimer c'est se soumettre ? Les humains n'ont-ils pas l’habitude de dire « jamais deux sans trois » ? Mais chez les pigeons, le dicton n’existe pas, tout au moins pas encore. Une chose est sûre, se dit-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Les ossements

Mardi dernier, dans l’église  Notre Dame du St sacrement, elle a volé des ossements de saints dans deux reliquaires du XVIIIème. Pourquoi ? C’est la question que lui pose et repose le commissaire qui l’interroge depuis maintenant une heure. -          Je ne sais pas, répond-elle invariablement. -          Cherchez ! Répond le commissaire impitoyable. Soudain, elle a une révélation. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
19 novembre 2015

Le sosie

Travailler lui paraissait si pénible qu’elle avait passé cette annonce dans Libération – " cherche sosie qui veut bien aller au boulot à ma place " -  suivie d’une photo d’elle, la plus « réaliste » possible. Si trouver un sosie n’avait pas été une mince affaire, le fait qu’elle soit professeur n’avait pas arrangé les choses. Rares étaient celles qui, par ces temps troublés, souhaitaient entrer dans la fosse aux lions ; surtout pour un salaire de 1400 euros par mois. Son choix avait fini par se porter sur une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2015

Le professeur

Elle avait décidé d’arrêter ses cours de zen  le jour où elle avait vu son professeur traiter de « connard » un type qui l’avait malencontreusement bousculé à la sortie du supermarché. Un professeur incapable de mettre en pratique, pour lui-même, une « philosophie » qu’il enseignait aux autres était-il crédible ?  
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

15 novembre 2015

En finir !

Rien à foutre de rien, tous pourris. Ça allait faire mal quand il allait frapper ! Quand il avait reçu le matériel,  il l’avait rangé au fond du placard, sous ses vêtements. Pas de risque que sa mère le voie, elle ne rentrait plus dans sa chambre depuis qu’elle savait qu’il faisait cinq prières par jour. Pauvre naze ! Il avait fini par la détester, elle et sa petite vie de merde ! Ils ne se parlaient plus, chacun enfermé dans sa tanière : elle dans sa cuisine, lui dans sa chambre. Et quand il leur arrivait de se croiser,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
13 novembre 2015

Les mains

On lui avait dit que les bouchers avaient  les mains douces parce qu’ils avaient tout le temps les mains dans le gras. Elle s'était donc échinée à donner dans le boucher. Elle en était à son cinquième et, si elle aimait leurs mains,  elle détestait leurs conversations où la chair était si présente qu’elle finissait par en être dégoutée…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
11 novembre 2015

Mort aux cons

Il s’était arrêté devant la vitrine, avait hésité un instant, puis l’intimité du lieu – que se passait-il derrière ce rideau rouge ? –  l’avait conduit à pousser la porte. Ce « cru » paressait prometteur et le regard  de la jeune femme dans la vitrine ne laissait aucun doute sur l’impureté de ses intentions. Une sonnette aigue marqua son entrée. A peine la porte fut-elle refermée que deux robustes gardes du corps se présentèrent et  le conduisirent sans ménagement au fond du magasin. On le fouilla, on... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]
09 novembre 2015

L’amanite

Il comparait souvent sa mère à une amanite phalloïde mais il ajoutait toujours, non sans humour,  qu'elle n'avait pas le teint verdâtre  et que ses lames étaient invisibles.    
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :