30 mars 2014

La question

Ils étaient assis l’un en face de l’autre dans un café bruyant du centre-ville. Elle lui parlait de choses et d’autres, mais elle voyait bien qu’il écoutait peu. Elle finit par lui demander. - A quoi tu penses ? - A la même chose que toi. Elle rougit instantanément. Ils se quittèrent sans déroger aux habitudes – une bise chaste sur chaque joue -  mais dorénavant,  l’un comme l’autre savaient…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

28 mars 2014

Le pullover

Hier, une élève a remarqué – et elle en a fait profiter toute la classe -  que la couleur de mon pullover était assortie à couleur de la poubelle que je brandissais afin qu’une « mastiqueuse » y dépose son chewing-gum. Je crois que je suis la seule à n’avoir pas participé à la liesse générale…
Posté par gballand à 05:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
26 mars 2014

L’ombre

J’ai dû lui dire qu’elle me faisait de l’ombre. Il n’a pas eu l’air de comprendre. Je le lui ai répété et il a répondu. -          Mais je ne peux tout de même  pas l’arracher ! -          Et pourquoi pas ? Elle est si importante que ça pour toi ? Il s’est résigné. -          Très bien, tu l’auras voulu. Et il a passé son dimanche après-midi à arracher la vigne vierge. Quinze... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
24 mars 2014

Le chat

Elle l’avait fait entrer un sourire aux lèvres et lui avait dit de s’asseoir. Le jeune homme avait rapidement regardé autour de lui et avait choisi le fauteuil fleuri, à droite de la cheminée. Une fois assis, il avait remarqué que le visage de la jeune femme avait perdu sa bienveillance première ; elle ne souriait plus et semblait hypnotisée par un gros chat roux qui menaçait de sauter sur le fauteuil qu'il occupait. Elle lui signala d'une voix impatiente.  -    Vous vous êtes assis sur le fauteuil de Robert et il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 mars 2014

La panne

  - Ça vous déçoit ? Allongée sur le lit à moitié défait d’une chambre d’hôtel tristement banale, elle restait silencieuse alors qu’il attendait une réponse de sa part. Pourquoi  persistait-il à la vouvoyer ? Elle en ressentait une certaine  irritation. Sans doute souhaitait-il être rassuré, s’entendre dire que ce n’était pas grave, que tout vient à point à qui sait attendre, que demain serait un nouveau jour, qu’il n’y avait quand même pas que « ça » dans la vie… mais elle n’y arriva pas et articula  :  Je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 mars 2014

8 mars

Samedi 8 mars, quand  j’ai dit à mon fils que c’était la journée de la femme, il m’a dit : Bonne journée maman ! Et il est parti.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

18 mars 2014

Survie

La sanction était tombée, on l’avait isolé dans un placard : un bureau, une chaise, un vieux clou d'ordinateur et pas de fenêtre. L'humanité n'avait jamais été ce qui les étouffait au ministère. Qu’ils aillent se faire voir ! Après avoir fouiné à tous les étages, il avait fini par se trouver une salle de sieste dans les archives. Toutes les conditions étaient réunies pour qu’il y soit au calme ; le passé n’intéressait plus personne, seul le futur avait de l’avenir. Tous les jours, de deux à quatre, il dépliait son tapis de sol... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
16 mars 2014

Je me souviens…

Je me souviens de mes non-cours de piano. J’avais 9 ans et, le jeudi matin – jour des enfants – j’allais  chez mon professeur qui habitait une grande maison au fond d’un parc. Au milieu du parc,  un cèdre singulier étendait ses branches  jusqu’au deuxième étage de la maison. Je rêvais d’y élire domicile. J’aimais pianoter, mais j’aurais voulu pouvoir  progresser sans travailler. Mon professeur - une dame sympathique et dotée d’un certain humour  - sans doute lassée de me répéter les mêmes choses, finit par se... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
14 mars 2014

Les vacances

Il faut que j’arrête, se dit-il. Il chercha résolument un sparadrap dans son sac à dos, il n’y en avait pas. Ses doigts exposaient leur souffrance au premier venu. S’il ne trouvait pas de sparadrap,  son index serait bientôt un charnier. Il pensa à sa femme, partie depuis un an, à ses enfants qui ne venaient jamais le voir, à sa mère, morte deux ans plus tôt, à son frère qui ne voulait plus entendre parler de lui… Il fallait qu’il arrête de se ronger les ongles sur le champ, question de survie. Maintenant qu’il était en vacances,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
12 mars 2014

Le miroir grossissant

Le jour de son anniversaire – elle portait un âge qu’elle ne disait plus – elle s’était jurée de se regarder sans complaisance. A 10 heures exactement – l’heure de sa naissance -  chaussée de ses lunettes de presbyte, elle s’observa à la lumière du jour dans le miroir grossissant. Fortement éprouvée, elle tomba dans un état cataleptique dont elle ne sortit qu’à l’arrivée de son mari, quand celui-ci lui demanda si le repas d'anniversaire était prêt...    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]