07 février 2016

Les maris d’Hélène

Lorsque le mari d’Hélène était mort, tous ses amis s’étaient cotisés, mais Hélène n’avait jamais remercié personne. La bienséance ne l’étouffait pas, pensa Pénélope. Enervée, elle s’était fait la réflexion suivante : la prochaine fois que son mari meurt, qu’elle ne compte pas sur moi ! Et elle avait tenu parole. Quand le deuxième mari d’Hélène était mort – arrêt cardiaque avait on dit, mais était-ce vraiment ça ? – elle n’avait pas déboursé un centime…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

05 février 2016

Rencontre

Cela faisait une demi-heure qu’elle était en contemplation devant les cartes quand il est arrivé. Toujours discret, comme à son habitude, il a murmuré. -           Alors, tu vas où cette année ? -          Nulle part. -          Alors pourquoi tu restes ici ? -          Pour me rendre compte de tout ce que je vais rater. Il ne lui a pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
03 février 2016

Le comportementaliste

Alors ? Lui avait-il dit. Elle s’était penchée au-dessus de la rampe et avait répondu. -          J’ai le vertige ! -          Normal, rien que de très normal car on vient de commencer, il faudra vous entraîner au minimum 7 fois par semaine. Elle s’éloigna de la rampe, rouge écarlate, et n’osa pas lui dire que sa méthode lui paraissait d’un crétinisme absolu. Comment allait-elle se guérir de ses vertiges en se penchant une fois par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
01 février 2016

Je suis…

Je suis comme je suis, disait le poète, mais qui suis-je ? Suis-je en minuscules, en majuscules, entre parenthèses, en pointillés ou en suspens ? Et comment être plus ? J’ai trouvé, je provoque des rencontres. Avec qui ? Avec toute sorte de gens : des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes, des grandes et des grands, des grosses et des gros, des maigres et des moins maigres, des belles ou non, des beaux et des laids, des ouvriers, des employés, des cadres, des chômeurs... Je ne cesse de rencontrer - et pour en avoir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
30 janvier 2016

Tango

C’est le dernier tango qu’il avait dansé avec elle. Ensuite, il l’avait assassinée sur la piste, sous les yeux du public avide de sensations, comme s’il s’était agi d’une mise à mort lors d’une corrida.   Pourquoi cette mort se demanderont certains. Il n'en avait nullement tenu la raison secrète. A qui voulait l'entendre, il se justifiait : elle l'avait provoqué en le trompant avec une femme.         PS : photo prise par GB à Avignon, sur une façade, en aout 2015
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [23] - Permalien [#]
28 janvier 2016

La personnalité

Elle disait à qui voulait l’entendre qu’elle avait de la personnalité et qu’on devait l’accepter comme elle était, en bloc. Ce qu’elle ignorait c’est que  « sa personnalité » n’était en fait qu’un monstrueux égocentrisme. A ses côtés – dommages collatéraux obligent  -  il ne restait plus personne, à part son chien, mais un chien est-il libre ?
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

26 janvier 2016

Le regard

Si le regard est franc, lui avait dit son ami, le reste suit. Ah oui ? Et comment jugeait-il si un regard était franc ou non ? Il y avait un test ? La naïveté de ce type était déconcertante. Il se souvenait encore de cette fille dont les yeux avaient la couleur troublante des vitraux de Georges Braque. Ne lui disait-elle pas qu’elle l’aimait, les yeux dans les yeux, avec des accents de sincérité à nuls autres pareils ? Cela ne l’avait pas empêchée de partir avec son meilleur ami sans explication aucune. Ou plutôt... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
24 janvier 2016

« Ensaigner »

8 heures, il est affalé sur la table, sa capuche sur la tête. Le cours commence. Premier remarque. Je passe quelques photos sur Lisbonne, il est toujours affalé sur la table, sa capuche sur la tête. Deuxième remarque. Il daigne lever la tête et émettre un borborygme. Je lui redis le plus aimablement du monde d’enlever sa capuche – ce qu’il fait – et de regarder les documents visionnés car nous sommes en cours, non dans sa chambre à coucher où d’ailleurs il aurait avantageusement pu  rester. Il garde sa tête levée une minute et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
22 janvier 2016

Les chauves

Elle avait une tendresse particulière pour les chauves, elle les voyait si nus, si démunis face aux intempéries de la vie. Alors quand ces deux chauves s’assirent juste devant elle au théâtre des arts, elle ne put s’empêcher de les photographier. Encore une fois le proverbe se vérifiait : qui se ressemble, s’assemble. Mais qui étaient-ils ? Lui serait-il possible, en n’observant que leur crâne dégarni, d’imaginer leur histoire ? En tout cas, s’ils étaient ensemble, ils se parlaient peu. S’étaient-ils disputés juste... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 janvier 2016

Le zoo

Mais pourquoi tu t’énerves comme ça ? Lui disait-il souvent. Fais  comme si tu étais au  zoo en train d’observer des animaux dans leur élément naturel. Une fois que la visite sera terminée,  tu rentreras chez toi, dans ta petite cage à toi, là où personne ne viendra te déranger, à part peut-être quelques visiteurs…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]