16 novembre 2014

Le médaillon

A sa mort, elle avait voulu que l’on mette quelques-unes de ses cendres dans un médaillon qu’elle portait à son cou jour et nuit. Certains avaient qualifié son choix de morbide. Elles les avaient laissé dire. Ses enfants eux-mêmes ne l’avaient  pas comprise. -  Franchement, à quoi ça rime ? lui avait dit sa fille. Elle avait préféré garder ses raisons pour elle. Inutile de les alarmer…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

14 novembre 2014

Duo de Novembre

A nouveau Barbara et sa solitude comme source d'inspiration :    Partir « J’avais poussé la porte. Tu étais assis au piano dans le salon aux murs  blancs. Tu m’attendais, silencieux comme souvent, et ton visage dessinait l’ovale d’une profonde tristesse. J’avais une robe noire, un collier de perles blanches et mon visage était  dévoré de larges cernes bleus que tu avais aussitôt oubliés car ma bouche écarlate te rappelait ces fraises  que nous gardions pour étancher notre soif… » Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
12 novembre 2014

Duo de Novembre

Nouveau duo d'écriture avec Caro. Cette fois-ci, notre source d'inspiration est Barbara avec : " La solitude ". Sous la vidéo, vous pourrez lire le texte de Caro. Le mien paraîtra vendredi 14 novembre.    Au Jean Bart Je crois que ce jour-là, il venait de pleuvoir. César venait de me larguer. Il ne s’appelait pas César, c’est le nom que je donne à mes ex, les conquérants. Après eux, après le saccage, ne restaient que des lieux dévastés où plus rien ne pouvait repousser. Les pavés étaient luisants. Si vous êtes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
10 novembre 2014

La corde

Le quincailler avait une blouse blanche impeccable et sa boutique était rangée au cordeau. Une odeur de peinture et de térébenthine flottait dans l’air et elle ressentit un vague étourdissement. Il s’adressa à elle d’une voix légèrement flûtée, on eut dit une voix de femme. -  Vous désirez ? -  Une corde solide de deux mètres cinquante de long s’il vous plaît. L’homme la regarda longuement et lui dit que non, qu’il avait bien une corde de cette longueur mais qu’il la trouvait bien trop triste pour la lui vendre. Et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
08 novembre 2014

Le respect

Elle s’appelait Cindy et elle voulait qu’on la respecte – louable désir -  mais elle, qui respectait-elle quand elle parlait à qui mieux mieux alors que l’un de ses camarades s’escrimait à faire une phrase cohérente en anglais. C’est en bref ce qu’elle lui dit à la fin du cours, une fois les autres élèves envolés. Et quelle ne fut pas sa surprise lorsque Cindy répondit. -  Mais vous madame, vous avez vu comment vous nous parlez ! -  Et comment je vous parle ? -  Ben vous nous parlez comme à des chiens... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 novembre 2014

Le 18 bis

 Il lui avait dit. - Tu ne pourras pas la manquer, c’est une porte bleue. - Donne-moi le numéro quand-même. - Le 18 bis Le 18 était un numéro qui ne lui avait jamais porté chance. Son père était mort un 18 décembre, son frère avait eu un accident un 18 mars et sa sœur s’était mariée un 18 mai ; un mariage qui s’était vite transformé en cauchemar. Elle s’était engagée dans la rue des Capucines, avait tourné à gauche rue de l’hôpital et elle était rue des soupirs, la rue où il habitait. Effectivement le 18 bis était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]

04 novembre 2014

La caissière

A la caisse du supermarché,  elle ne pouvait s’empêcher de bavarder avec les « hôtesses », même les jours où la queue s’allongeait et où la tension montait. Il faut dire qu’elle était retraitée et, à part son chien, elle ne parlait pas à grand monde. Ce jour-là, elle n’avait pu s’empêcher de dire à la caissière. -          Je ne vous vois jamais à la caisse le dimanche. La caissière lui répondit qu’elle ne travaillait pas parce qu’elle voulait déjeuner  avec son mari.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
02 novembre 2014

La maladie

Depuis qu’on lui avait découvert cette maladie, tout le monde – pensant bien faire -  s’était empressé de lui donner des livres sur elle : comment vivre avec la maladie, que manger pour ralentir ses effets, quels exercices pratiquer pour la tenir à distance, quelles couleurs porter, quel rythme de vie etc. Quant à elle, son seul désir était qu’on lui fiche la paix. Comment ne comprenaient-ils pas qu'elle voulait juste  mettre « cette chose » à distance  le plus longtemps possible parce que, dès le début... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :
31 octobre 2014

Le génie

Cinq ans plus tôt, ses parents lui avaient acheté le jeu « little Einstein » et l’enfant  se devait d'y jouer une fois par semaine. Les parents s’étonnèrent donc quand l’institutrice de CM2 leur demanda de venir afin de parler du parcours scolaire de leur fils chéri. -  Une année de plus en CM2 serait peut-être nécessaire, leur dit-elle, votre fils n’a pas acquis la maturité nécessaire pour passer en sixième. Je pense qu’il sera très vite en difficulté. Les parents se regardèrent le visage défait. Leur rêve... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 octobre 2014

L’éloge funèbre

Au moment où le curé faisait l'éloge de la défunte, son fils se leva spontanément et cria : " Ce n’est pas vrai ! ». L’assistance se tourna vers lui et le curé interrompit son discours. Le fils resta debout, le regard perdu, puis il se rassit l’air accablé. Le curé revint à son éloge et l’assistance reprit son écoute attentive, comme si rien ne s'était passé…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]