18 juillet 2016

Il y a quelqu’un…

Ce matin, j'ai téléphoné chez moi par erreur et au moment où j'allais raccrocher quelqu'un a décroché et a dit - Allô ! Sur le moment je n'ai rien répondu, l'effet de surprise, sans doute. Puis j'ai fini par dire. - Qui êtes-vous ? - C’est plutôt à moi de vous le demander ! A enchaîné cette voix que je ne connaissais pas. - Qu’est-ce que vous faites chez moi ? - Ecoutez, j’ai autre chose à faire qu’écouter des hystériques… J'ai raccroché le combiné d’une main tremblante. Puis, j'ai appelé mon mari, au comble de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

15 juillet 2016

L’arbre

L’arbre avait toujours été là  mais  il les encombrait. C’était surtout un témoin gênant : comment se donner l’illusion qu’il ne s’était rien passé sous son regard ? Il fallait prendre une décision, mais comme à chaque fois qu’une décision était à prendre, ils ne la prenaient pas. S’il n’y avait pas eu l’enfant, rien ne serait arrivé. C’est l’enfant qui avait tout gâché. L’enfant avec ses rires et ses pleurs ; surtout ses pleurs qui surgissaient à tout moment sans que personne ne pût les tarir. Il les avait usés... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
13 juillet 2016

Duo de juillet

Sur une photo proposée par Corinne - du blog les heures de coton -  voici la deuxième partie de notre Duo de juillet avec la publication de mon texte.                 Comment les idées viennent aux filles    Sa mère aimait les petites filles modèles, celles qui ne se salissent pas, celles qui ne bougent pas,  celles dont les yeux papillons rêvent de contes de fées, celles qui jamais ne butineraient le moindre pollen défendu. Seulement sa mère n’était plus et les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
11 juillet 2016

Duo de juillet

Sur une photo proposée par Corinne - du blog les heures de coton -  voici notre Duo de juillet. Aujourd'hui vous pouvez lire le texte de Corinne, le mien sera publié mercredi 13 juillet.                 Une photographie Elsa posa les deux cadres qu’elle venait d’acheter à la brocante : la photographie de l’enfant aux papillons et son encadrement en plastique rose fluo et la gouache d’un artiste de famille. « Une grand-tante », avait précisé la femme du stand. Artiste ratée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
09 juillet 2016

Une vie de chien

Hier, ma mère a encadré une photo de son chien et elle l’a mise sur la cheminée ; ça m’a fait un choc,  parce que sur la cheminée, il n’y a aucune photo de moi. Moi, son chien, je ne peux pas l’encadrer. Enfin si je ne peux pas l’encadrer, ce n’est pas à cause de lui – pauvre bête ! - c’est à cause d’elle. Si j’étais le chien de ma mère, je l’aurais déjà mordue jusqu'au sang et elle m’aurait collé une muselière ou elle m’aurait renvoyée à la case SPA, sans état d’âme. Enfin, un à qui le chien a rendu service, c’est ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
07 juillet 2016

L’espoir

Elle était tombée sur ce "couple" par hasard et ce spectacle lui avait redonné foi en l’humanité. L’entraide n’était pas un vain mot chez le peuple des singes ; il suffisait sans doute de suivre leur exemple pour atteindre une civilisation supérieure…   PS : photo prise au parc de la pépinière à Nancy
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]

05 juillet 2016

L’entretien

Il allait accueillir un nouveau « client » et la nouveauté le mettait toujours dans un certain état de fébrilité. Comment était-il ? Pourquoi venait-il ? Pourrait-il le conduire vers une issue positive ? Quand il ouvrit la porte de la salle d’attente, il vit un homme d’une trentaine d’année au physique banal mais à l’apparence soignée. Il le fit entrer dans son cabinet et lui posa la question habituelle : Qu’est-ce qui vous amène… ? Le jeune homme répondit aussitôt. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 juin 2016

Etrangeté

J'ai un « ami » que je n'aime pas beaucoup. Vous me direz certainement : mais pourquoi en faire votre « ami » ? Je répondrai : Par goût. J'aime avoir des « amis » que je n'aime pas beaucoup, pour la simple raison que lorsque nous décidons - d'un commun accord ou non - de ne plus être « amis », je ne ressens aucune douleur. Ce que je veux m'éviter à tout prix, c'est la souffrance des séparations…   PS : Le blog sera en pause jusqu'à mardi prochain.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
27 juin 2016

Le départ

Des goélands affolés tournoyaient dans ses rêves diurnes et rien ne la consolait, pas même le sifflement de merles qui conversaient sur la branche de cerisier que, de son lit, elle pouvait entrevoir. Elle se cognait à l’Impossible. La porte de l’avenir lui était fermée ; elle avait beau frapper chaque jour, personne,   jamais, ne répondait. Elle s’en retournait alors dans le couloir désert,  puis elle se  recouchait dans son lit de solitude. Des voix persécutrices lui avaient laissé entendre qu’elle aurait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 juin 2016

L'acte

Un jour où elle avait bu plus que de coutume, Marie avait confié à son amie qu’à chaque fois qu’elle faisait l’amour avec Samuel, elle mettait des boules Quiès. Son amie n’avait pas osé lui poser la question  qui lui brûlait la langue, et bien lui en avait pris. Marie avait aussitôt ajouté. -          Tu te demandes certainement pourquoi ? C’est simple, quand Samuel commence à prendre son pied, il hurle tellement qu’on dirait que toutes les bêtes  de la forêt vierge se sont... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]