09 mars 2017

Emploi fictif

Elle aussi, elle voulait un emploi fictif. Ras le bol de se lever à 6 h 30 cinq jours sur sept pour faire les mêmes tâches quotidiennes et entendre les mêmes « conneries ». Elle estimait qu’au bout de 30 ans de bons et loyaux services, elle le méritait ! D’accord, elle  s’appelait Pillon, et non  Fillon, mais on n'en était tout de même pas à une lettre près !    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

07 mars 2017

La maison

La mort émiette les corps comme les biens. La maison avait été démembrée. Marie, à la différence de ses deux frères, n’aimait pas cet endroit. Elle en était partie le jour de ses 18 ans et n’y était revenue que pour  l’enterrement. Elle a dormi dans la chambre qu’elle occupait enfant, mais une fois la lumière éteinte, elle a senti un  souffle glacé sur son visage : il était toujours là. -          Maintenant, c’est ma chambre, lui a-t-il dit d’une voix assurée. Elle n’a... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 mars 2017

L’orgasme

- Maman, c'est quoi un orgasme ? Sa mère la regarda surprise. Comment pouvait-on poser une telle question à son âge, tout juste 10 ans ? Elle essaya de tâter le terrain. - Mais où as-tu entendu parler d’orgasme ? Sa fille ignora sa question et continua. - Alors, c’est quoi ? Troublée, Madame Dupont, botta en touche. - Je ne sais pas, tu demanderas à ton père. Marion regarda sa mère d’une façon bizarre et conclut. -          Bon, puisque c’est comme ça, je vais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
03 mars 2017

L’excuse

Pourquoi lui avait-elle dit « Je m’excuse de ne pas être venue demain » ?  Il s’en était montré profondément vexé. Pourtant, elle était là, devant lui, en chair et en os, ponctuelle au rendez-vous, que voulait-il de plus ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
01 mars 2017

La question

Il lui avait dit je compte jusqu’à 100 et si au bout de cent  tu ne trouves pas la réponse à cette question, je te plante mon trident dans le cœur : « Le coup de foudre est-il un effet d’optique ? » Que pouvait-elle lui répondre pour qu’il ne l’embroche pas ? Est-ce qu’un dieu agit ainsi ? L’imbécile se faisait passer pour Poséidon alors que ce n’était de toute évidence qu’un sous-dieu. En attendant il lui fallait trouver une réponse parce qu’ il en était déjà à 50… Elle eut une inspiration... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 février 2017

Journée noire

Ce jour-là, il partit au travail de mauvaise humeur ; sa fille lui avait dit qu’il se comportait comme un dictateur. La journée commençait mal. Pendant sa première heure de cours,  il se mit dans une colère noire pour une banale histoire de tricherie à un contrôle. L’élève avait fini par lui dire : « Monsieur, si vous parliez allemand,  on pourrait vous prendre pour Hitler. » Il manqua de s’étouffer. Comment ce crétin osait-il ? Une fois rentré chez lui, après quatre heures de cours qui l’avaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

25 février 2017

Les yeux

Elle voyait des yeux partout. Ils la suivaient, l’épiaient mais surtout,  ils lui voulaient du mal. Qu’elle se promène dans les rues, en forêt ou reste chez elle, ils étaient là. Dès qu’elle tournait le dos, ils chuchotaient, car ces yeux avaient aussi des bouches. Ils tissaient autour d’elle une toile qui l’enserrait à tel point que parfois elle ne pouvait plus bouger. Si elle sortait de chez elle,  le bouche à oreille commençait afin de prévenir la brigade d’ennemis que la place était libre. Lorsqu’elle rentrait,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
23 février 2017

Représenter

Somerset Maugham, dans l’Art de la Nouvelle nous dit : « Un jour Matisse montra à une dame une de ses toiles, qui était un nu et la dame s’écria : « Mais les femmes ne sont pas comme ça ! » ; sur quoi il répliqua : « Ce n’est pas une femme, madame, c’est un tableau ». Je pense que, de la même manière, si quelqu’un s’était aventuré à suggérer qu’une nouvelle d’Henri James était différente de l’existence, celui-ci aurait répondu : « Ce n’est pas l’existence, c’est une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 février 2017

La poupée

Elle était presque aussi vieille qu’elle et elle en avait tant vu que maintenant, elle préférait garder les yeux fermés. La nuit passée, elle avait fait irruption dans son rêve. Ses yeux étaient ouverts et elle l’avait regardée fixement. De sa voix d’enfant - n’était-ce d’ailleurs pas sa voix à elle, 50 ans plus tôt ? – elle lui avait dit. -          Ton père… -          Ton père quoi ? S’était-elle empressée de répondre. Mais la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
19 février 2017

Du coup

 L'expression « Du coup » est servie à toutes les sauces conversationnelles. Voici un petit texte « noir », en « hommage » à cette expression invasive : " Il a voulu divorcer, du coup elle a fait une dépression. Craignant d’être déprimé par sa dépression, il a décidé de partir plus vite que prévu ; du coup, le lendemain de son départ, elle faisait une tentative de suicide ! Supputant une mort prochaine, il l’a forcée à prendre une convention obsèques, du coup, il s’est senti soulagé."
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]