06 janvier 2018

Le clystère

Lorsque le psychiatre constata le  symptôme dont son patient s’était doté, il lui dit admiratif. -          Une grande et belle oeuvre que vous vous êtes forgé là, mais je dois vous dire que plus une oeuvre est parfaite, plus il est difficile de s’en défaire ! Le patient ne répondit rien. Qu’aurait-il pu dire ? Il demanda juste au psychiatre s’il avait des clystères d’eau bénite car c’étaient les seuls qui le soulageaient de ses maux de tête récurrents.  Le psychiatre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

04 janvier 2018

Le bal perdu

Texte publié il y a fort longtemps en écoutant cette chanson que j'avais découverte sur l'un des anciens blogs de Patrick.   Bourvil & Elsa - Le petit bal perdu   A 65 ans, elle avait décidé de remonter sur les planches, en souvenir du temps où elle faisait des radios-crochets. Elle avait un peu forci – il faut dire qu’elle ne se privait de rien et surtout pas de charcuterie - et sa tenue de scène n’avait pas été facile à trouver. Elle se souvenait encore de sa robe  en lamé argenté ; quand elle la mettait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
02 janvier 2018

Comment supporter sa mère ?

Maintenant, quand elle va chez sa mère, elle prend des pilules antipulsionnelles, c'est une amie qui les lui a conseillées, ayant elle-même de gros problèmes avec sa mère vieillissante qui se prend pour ce qu'elle n'est pas. Son amie lui a certifié qu'il lui suffira de prendre une pilule deux heures avant la rencontre pour ne ressentir aucune irritation ni aucune volonté de l'assassiner. -          Tu ne le regretteras pas et c'est complètement inoffensif. La preuve, j'en prends depuis... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
31 décembre 2017

La photo de groupe

On était le 31 décembre, sur les hauteurs de Florence. Il faisait beau. Le photographe tentait, en vain, de nous faire tenir tranquille, mais pas moyen. Les jeunes riaient et les plus âgés pépiaient à qui mieux mieux. Le photographe, monté sur un escabeau, dut faire preuve d’autorité. -          On fait une place aux retardataires et surtout on ne bouge plus d’un poil ! C’était sans compter sur la mauvaise volonté d’Angelo qui, revenu après avoir assouvi une envie pressante, a... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
29 décembre 2017

le conte

L’homme sur son cheval noir avait fait irruption dans la clairière où elle se promenait. Il avait fait virevolter l’animal autour d’elle puis il lui avait demandé si elle voulait monter. Elle avait bien sûr refusé : pour qui se prenait-il ? Cependant, elle lui avait tout de même demandé de la part de qui il venait. Il lui avait répondu simplement : « Les fées ». -         Mais pourquoi ne sont-elles pas venues elles-mêmes ? Avait-elle rétorqué, méfiante. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
27 décembre 2017

Maladies

Il était devenu malade à force de prendre des médicaments qui le soignaient de maladies qu’il n’avait pas.    PS : à voir, ce documentaire édifiant  : « Cholestérol, le grand bluff »
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

25 décembre 2017

Noël

Ce Noël-là -  à dix ans révolus -,  elle avait voulu tuer ses parents avec une poudre de perlimpinpin  qu’elle avait versée dans les jolies petites tasses roses à fleurs bleues de leur service à thé. Ses parents avaient survécu, tant mieux, ou tant pis. En tout cas, cette mise en acte l’avait définitivement sauvée du naufrage. Cette famille-là  n’était plus la sienne et, enfin libre, elle avait pu renaître.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
23 décembre 2017

Le fleuve

Damien regardait avec elle les arbres qui se reflétaient dans l’eau du ciel. Elle repensait au dialogue qu’elle et Jean avaient eu dix ans plus tôt, alors qu'ils se tenaient tous deux au même endroit, face à l’étendue calme et plate du fleuve. -          C’est là que Damien l’a tuée, dans cette barque. -          Tu es sûr ? avait-elle dit. -          Oui, sûr et certain, j’y étais. Elle n’osa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 décembre 2017

Duo de décembre

Pour ce Duo de décembre, deux accroches, l'une étant le baise-en-ville, la deuxième étant ce site Après le texte de Caro, voici le mien.   Confusion   On était le 5 janvier et l’année commençait bien mal. Dans l’entrée, posés sur le guéridon, son sac d’écrivain  et son kit de survie, qu’elle répugnait à appeler baise-en-ville. -          Tu vas chez ton éditeur ou à l’hôpital ? a-t-elle demandé à son mari. Il a continué ses préparatifs sans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
19 décembre 2017

Duo de Décembre

  Pour ce Duo de décembre, deux accroches, l'une étant le baise-en-ville, la deuxième étant ce site. Aujourd'hui vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera en ligne le mercredi 21 décembre.   BAISENVILLE Depuis plus de 25 ans, il vient tous les ans à la même période, souvent le samedi avant Noël. Je venais d’être embauchée quand je l’ai servi pour la première fois. Il a demandé un baisenville. J’ai rougi ; il a sans doute cru, à raison, que j’étais une oie blanche. Surtout, je trouvais le mot tellement... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]