01 mai 2016

Duo de mai

Duo de mai avec Caro du blog "les heures de coton". Comme point de départ, cette photo gentiment prêtée par Espiguette.  Aujourd’hui je vous propose mon texte. Mardi, vous pourrez lire celui de Caro.       La fuite   Elle n’arrête pas de lui dire de regarder dans le rétro pour voir si la police n’est pas à leurs trousses, mais il ne semble pas l’écouter. Il a tué une femme et elle est complice. Voilà pourquoi ils fuient. Tout a commencé il y a deux ans. Elle l’a rencontré à la terrasse d’un café.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

29 avril 2016

Les compères

Ils sont là tous les jours, de 10 h à 12 h, accoudés au comptoir des oublis. Ils ont pour ligne d’horizon, celle du rouge dans leur ballon. L’un est bavard, l’autre non. -          Fais chier, tu parles trop, dit le taciturne. Tous deux naviguent à vue, entre deux gorgées de rouge, avec pour tout gouvernail les aiguilles du temps qui n’en finit pas de passer. -          Bon, c’est l’heure, j’y vais, dit le bavard. L’autre émet un grognement... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 avril 2016

Performances

La vie de Grégoire était conçue sur le mode de la rivalité et de la compétition. Chaque « performance » donnait lieu à une exhibition des résultats obtenus avec force détails. J’en donne pour preuve le jour où Grégoire nous a montré ses « parfaites » analyses de sang, celui où il a énuméré ses performances sexuelles, celui où il a repassé un concours externe de la fonction publique car il n’avait eu que le concours interne, celui où il nous a annoncé que ses tests de QI – les dixièmes au moins – avaient été réussis... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
25 avril 2016

Elle

C’est là, derrière le nuage qu’il l’avait vue la première et unique fois, et son visage ne l’avait plus quitté. Une tocade avait pensé sa mère – toujours bien-pensante -  mais une tocade qui dure encore. Et le visage de l'inconnue se superpose sur le visage de toutes les femmes qu’il rencontre. Il cherche une parfaite symétrie. Il n’est pas pressé. Il a toute la vie devant lui, du moins le pense-t-il, car il est à un âge où la mort ne joue pas encore à cache-cache avec la vie. Et si elle arrive, que lui dira-t-il ? Doit-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:10 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
23 avril 2016

Le soutien-gorge

Quand elle lui a demandé ce qu’il en pensait, il n’a rien dit, comme d’habitude. Elle a insisté, mais il n’a en rien rompu son silence, une longue habitude le condamnait à observer plutôt qu’à parler. -          Très bien, a-t-elle conclu, je le mettrai pour aller chez Muriel. Léa a eu un franc succès en arrivant chez son amie. Jean Louis l’a accueillie d’un œil concupiscent en lui disant qu’elle n’avait pas grossi d’un poil. Michel, le mari de Martine, lui a fait des compliments sur le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
21 avril 2016

La ressemblance

Souvent on lui disait qu’elle ressemblait à quelqu’un de célèbre, mais avec 10 ans de moins. Et jamais on ne lui donnait  le nom de la personne en question. La semaine passée, un ami lui a fait la même réflexion. -          Tu sais que tu ressembles à quelqu’un de célèbre, mais en plus jeune. -          Qui ? Demanda-t-elle intéressée. -          Je ne sais pas si je dois te le dire. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

19 avril 2016

La boîte à mémoires

Son amie Juliette avait une boîte à mémoires qu’elle lui avait ainsi présentée : c’est une boîte qui te permet, quand tu la regardes, de voir les plus belles choses que tu as vécues. Chaque objet – ou catégorie d’objet – symbolise un souvenir. Quand je sens que je vais sombrer, je l’ouvre et je sais que la vie vaut la peine d’être vécue. Elle avait ajouté qu’elle la lui montrerait la semaine suivante. Et chose fut faite. Juliette l’encouragea à s’en fabriquer une bien que Marie lui ait dit qu’elle n’en avait nullement besoin.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 avril 2016

Le protocole

Maud est une grande et belle femme d’un formalisme étonnant. La terminologie qu’elle utilise dans ses relations quotidiennes la fait ressembler à un agent du corps diplomatique ou à un médecin cancérologue. Elle affectionne particulièrement le mot « protocole ». Je l’imagine, dans sa camisole verbale, évoquer le protocole numéro un, deux ou trois au moment de « l’acte sexuel » avec Georges, son mari. Cela pourrait donner : -          Bon Georges, aujourd’hui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 avril 2016

La porte

Dans son rêve, la porte noire est toujours fermée. Elle essaie de la pousser, mais jamais elle ne cède. Jusqu’au jour où la porte noire du rêve se transforme en une porte fleurie aux somptueux tournesols. Elle ne tente pas de pousser les deux battants, elle se contente d'admirer cette végétation qui envahit l'espace. Soudain la porte s'ouvre, une main gantée de blanc se tend et l'invite à entrer dans une cathédrale engloutie dont les vitraux reflètent des sirènes aux longues chevelures d'algues marines. Elle accepte la main tendue et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
13 avril 2016

Les tampons

Quand ils se disputent – ce qui arrive au moins une fois par jour  -  ils s’insultent en silence, à coup de tampons rageurs imprimés sur des feuilles qu’ils s’échangent. Lorsque les répliques sont vraiment fleuries, on peut lire. -          Ennemi du genre humain ! -          Parasite ! -          Ringard ! -          Charogne ! ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [21] - Permalien [#]