06 janvier 2015

Duo de janvier

Pour notre nouveau duo avec Caro, il s’agissait d’utiliser à notre gré « Nostalgico swing », une musique de Nino Rota, extraite du film Huit et demi de Fellini.   Place au texte de Caro, quant au mien, il paraîtra jeudi prochain.     Otto e mezzo – una storia di Natale ‘ Milan – 28 novembre 2004 Train en retard, départ prévu à 20 h. Si tout va bien. Ai gardé trois-quatre euros au cas où, fini le pain qui me restait avec un peu de fromage et  ce qui restait d’eau dans ma bouteille. J’ai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

04 janvier 2015

Le cireur

En arpentant les rues du marché de Noël, quelle ne fut pas sa surprise de voir un cireur de chaussures.  Elle s’arrêta, demanda combien il prenait puis, conquise par l'homme, elle lui abandonna ses chaussures noires.  Au fil de la conversation elle lui confia qu’à son âge, elle avait hâte de vieillir puis, confortée par sa présence rassurante, elle osa ajouter. -  Moi, vous savez, jamais aucun homme ne s’est mis à mes pieds. C’était l’occasion ou jamais. C’est pour ça que je vous ai confié mes chaussures. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
02 janvier 2015

l'absence

Quelqu’un l’avait oublié sur ce banc et il en profita pour se protéger de la pluie. Derrière la noirceur de l’horizon, il devinait l’infini, celui qu’il rejoindrait bientôt, lorsque les gouttes de  pluies, de leur trames lumineuses, tisseraient un tapis qui l’emmènerait de l’autre côté. Il se plut à imaginer que ce parapluie avait été placé sur le banc par sa mère. Le voyant assis, dans ces vêtements qui suintaient la misère, s’arrêterait-elle pour lui dire de rentrer à la maison ? Non, bien sûr que non, sa mère n’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
31 décembre 2014

L’infirmier

Quand elle allait au laboratoire – une fois par mois – elle était  piquée par le même infirmier qui lui disait systématiquement. -          Avec vous, j’ai de la veine, vos vaisseaux sont superbes ! Elle acquiesçait gentiment en hochant la tête. Sauf que la dernière fois, il ne s’était pas contenté de cette phrase, il avait aussi parlé de l’indescriptible beauté  de son sang. Là, elle s’était inquiétée : et s’il la prenait en otage  pour faire des transfusions... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
29 décembre 2014

Disparition en forme de conte

Quand elle leur fit signe, ils ne daignèrent  pas même  tourner la tête et arrêter leur conversation oiseuse. Jamais personne ne s’était intéressé à elle dans cette ville anesthésiée  où elle avait moisi toute son enfance. Pourquoi n’était-elle pas née à Paris, à New York ou à Londres ? Et pourquoi cette famille-là ? Non, elle ne serait pas comme eux, elle ne passerait pas son temps entre RSA et formations qui ne menaient nulle part. Elle jeta un dernier coup d’œil autour d’elle. Au loin, la ville endormie,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
27 décembre 2014

Dieu

A chaque anniversaire, depuis ses 18 ans, son  ami – le seul qu’il se connaissait - lui offrait une boite de préservatifs en ajoutant : on ne sait jamais… Finalement il sut, un 25 décembre, et il en conçut une telle déception qu’il eut préféré ne jamais savoir. Il se décida à en parler à son ami. -    Alors c’est ça faire l’amour ? -    Ca ne s’est pas bien passé ? -    Ça s’est passé et j’aurais préféré mille fois que ça ne se passe pas. -    Il te... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

25 décembre 2014

Le père Noël est-il une ordure ?

Cet extrait me fait toujours autant rire, allez savoir pourquoi…  Depuis le temps que le père Noël nous « en-tube » avec sa fausse bonhomie ! Il faut dire que côté pub, il s’y connaît le père Noël ; plus capitaliste, tu meurs ! On le voit s’afficher dans toutes les grandes surfaces pour nous débiter ses guimauves de Noël sous des guirlandes clignotantes qui rendent hommage à la fée consommation, même le dimanche, le tout adoubé par le Saint Patron Macron. Quand je vois tous ces pauvres enfants s’asseoir sans méfiance sur ses... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 décembre 2014

La mort d’Orphée

-   Tu ne voudrais pas  jouer ce morceau pour moi ? -    Mais pourquoi je jouerais ce morceau-là pour toi ? -    Pour le plaisir de faire quelque chose pour moi. Les autres ont droit à tant d’attentions de ta part et moi, jamais. Il lui fallait des preuves, encore et toujours. Elle l’assommait. Quand en finirait-elle avec ce jeu morbide ? Il n’avait qu’une envie, l’envoyer en enfer le plus vite possible, mais lui, il ne lèverait  pas le petit doigt pour aller la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 décembre 2014

"Je est un autre"

Il s’était inventé un personnage pour les besoins du blog, un autre je. Dépressif, solitaire, boulimique et en manque d’amour son nouveau je égrenait son intimité désenchantée et les visiteuses affluaient ; la noirceur n’excite-t-elle pas la compassion des femmes ? Mais au fil des billets et des réponses aux nombreux messages de sympathie de ses lectrices, il s’était pris au jeu et il sentait qu’il commençait à changer. Déjà, la veille, il s’était surpris à ne pas vouloir sortir de chez lui, comme l’autre...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
19 décembre 2014

L’adresse

Dire qu’elle vivait à  « Deux-Verges » n’avait jamais été simple,  d’autant plus ce jour-là. Elle avait fait le trajet Paris-Clermont Ferrand aux côtés d’un homme "civilisé", un homme qui, contrairement aux autres, ne s’était pas approprié l’accoudoir.  C’est sans doute pour cette raison – mais aussi  pour son profil parfait -  qu’elle avait engagé la conversation. Au bout d’une demi-heure, il lui posa une question qu’elle détestait : Vous habitez Clermont-Ferrand ? Elle marqua un temps... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]