05 juin 2015

Le septet

Sammy Price Septet   Tu me préviendras par SMS, lui avait-elle dit avant de partir au travail. Mais à 14 h il ne l’avait toujours pas prévenue. Se doutant du désastre, elle avait donc envoyé un SMS synthétique : « Alors ? ». Comme elle avait insisté, il avait décliné la triste vérité : 7 UV à repasser sur 7. L’intégrale donc. Il lui restait jusqu’au 16 juin exactement pour revoir l’ensemble du programme :  12 jours pour couvrir deux semestres. Mais comment avait-il pu en arriver là ? Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]

03 juin 2015

Duo de Juin

Aujourd'hui, voici mon texte, toujours sur  le rondeau de l’opéra-ballet les indes galantes de Rameau. Ce rondeau fait partie de la quatrième entrée : les sauvages.        L’homme sauvage  A 40 ans, il avait décidé de renouer  avec l’homme sauvage, vomissant cette courtoisie qui avait fait de lui un homme civilisé aux émotions ternies par le temps. Pour que le sauvage entre en lui, il s’était fabriqué un mantra  qu'il répétait dans le métro, au travail, en marchant, en déjeunant, en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
01 juin 2015

Duo de juin

Voici notre Duo de juin avec Caro. Nous avons laissé libre court à notre imagination en écoutant  le rondeau de l’opéra-ballet les indes galantes de Rameau. Ce rondeau fait partie de la quatrième entrée : les sauvages. Aujourd’hui, vous pouvez lire le texte de Caro. Le mien paraîtra mercredi.     Trac Je me réveille ce matin au moment où le chœur entre dans mon rêve. Non pas vêtu de noir et de blanc mais avec les vêtements de ville de la répétition de 17 h. Une goutte de sueur glisse le long de ma tempe, trace... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
30 mai 2015

Sweet little angel

  Parfois il lui disait « Sweet little angel » ou « Rock me baby », mais souvent, il lui cognait dessus.  « Pour me soulager » s’excusait-il, mais ça ne durait jamais très longtemps. Un jour elle est morte, plus de sweet little angel, plus personne pour le bercer, plus rien, juste lui et le déni dans l’enfer d’une cellule de trois mètres sur trois.      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
28 mai 2015

L’homme du 9 ter

Depuis quatre jours, quand elle passait devant le 9 ter, le chat attendait à la porte, inquiet, sans bouger. Elle connaissait mal l’homme du 9 ter. Elle l’avait souvent vu chez le boucher ou chez le boulanger, mais jamais elle ne lui avait parlé. Il faisait partie de ces hommes dont l’étrangeté était plus repoussante qu’attirante. Ne ferait-il pas un possible candidat au suicide ? C’est sans doute pour cette raison qu’elle sonna, on ne pourrait pas l’accuser de non-assistance à personne en danger. L’homme ouvrit la porte et la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
26 mai 2015

Censure

Dans ce pays, toute œuvre artistique, avant d’être exposée dans le seul et unique musée de la capitale, doit être soumise à une commission de censure. Sont interdites de musée les œuvres faisant l’apologie de toute religion ou parti non officiels, du corps, de la joie, de la liberté, de la solidarité, de la réflexion, de la paix, etc. Confronté à l’imaginaire déviant des artistes nationaux et internationaux, le gouvernement a pris l’initiative de transformer ce musée, vide depuis 5 ans, en un centre de rééducation pour artistes.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

24 mai 2015

Le lecteur

    La petite histoire disait qu’il avait commencé sa lecture de A la recherche du temps perdu en 1925, à l’âge de 20 ans, et que depuis il ne s’était jamais arrêté. Si l’auteur s’était épuisé à écrire son œuvre, lui s’était épuisé à lire et relire les tomes I, II, III et IV, cherchant certainement dans le déroulé de l’écriture majestueuse de Proust, la réponse à une énigme. Cet homme avait plus lu que vécu et j’étais intimement persuadée qu’il connaissait mieux les personnages du roman qu’aucun de ses proches. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
22 mai 2015

La confession

Elle ne s’était jamais confessée mais elle en rêvait. Elle s’imaginait agenouillée, déversant dans un murmure toute la noirceur de son âme à travers un grillage dont les jours lui permettraient de voir l’homme de Dieu agenouillé lui-même. Le jour où elle sauta le pas, le curé fut si surpris de la teneur de ses confessions qu’il s’évanouit. Affolée, elle rentra dans sa loge, lui bascula la tête en arrière et lui souffla dans la bouche à plusieurs reprises. Cette expérience lui laissa une culpabilité  telle que jamais plus elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 mai 2015

Hommage anthume

    En passant devant le mur, elle avait freiné et s’était dit : je vais faire du Patrick Cassagnes. Le résultat ne serait sans doute pas à la hauteur de ses espérances, mais ce petit clin d’œil au « maître en décrépitudes » l’amusait. Devant le mur aux teintes douces, elle avait contemplé les lettres qui s’effaçaient peu à peu. Oui, les branches donnaient l’exacte sensation d’une nature qui reprend ses droits, reléguant  le désir d’emprise  dans la catégorie : « Vanité tout est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:26 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
18 mai 2015

L’ange gardien

En contemplant Antoine - l’homme dont il avait la responsabilité -  l’ange se disait que le déni avait du bon. En tout cas, c’était tout ce qu’il avait trouvé d’efficace pour son protégé et il n’en était pas peu fier quand il en parlait au GPA  -  Groupe de Parole des Anges -  du dimanche soir.  « L'illusion » renouvelée du déni  permettait à Antoine de vivre en aveugle. Si par malheur il avait ouvert les yeux, il aurait remarqué que la plupart de ses élèves  étaient plus "chiants" qu’ «... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]