05 mars 2020

Deux

Tous deux étaient délirants - de fidèles habitués de l'hôpital de jour -  et chacun disait de l'autre qu'il était fou, complètement fou.  Le jour où ils se rencontrèrent dans l'unique restaurant végétarien de la ville où ils habitaient, ils s'assirent à la même table - il n'y en avait pas d'autre de libre - et entamèrent une  conversation incompréhensible  que je préfère ne pas vous raconter car vous ne me croiriez pas. Ils restèrent deux heures assis face à face. Deux heures où la nature végétale du repas provoqua... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]

03 mars 2020

Extinction

Elle devait se marier samedi mais il y avait cette extinction de voix qui n’en finissait pas. Au début, elle avait cru qu’il s’agissait du coronavirus dont on parlait temps. Mais non, le médecin lui avait dit NON, pas de coronavirus. Dommage, elle aurait pu réfléchir un peu… Le problème était le suivant : sa voix cherchait-elle à lui dire quelque chose qu’elle ne pouvait entendre ? Pourtant, ce mari-là, elle l’avait choisi avec soin ; pas comme le premier ni comme le deuxième ni même comme le troisième ou le quatrième. Avec... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 février 2020

L’ours

Quand la petite fille avait vu l’ours sur la branche, elle avait demandé à son père. -          Et pourquoi il a pas de bras et pas de bouche l’ours ? -          Parce qu’un ours n’a jamais de bras, avait répondu son père en souriant. La petite fille était restée quelques secondes silencieuses face à l’ours, puis elle lui avait dit, en le regardant droit dans les yeux. -          Tu vois... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 février 2020

Changer de vie

Qu’est-ce qui fait une ruine ? C’est ce qu’il m’a demandé en me regardant avec insistance. D’accord, j’avais passé 49 ans et lui en avait trente, mais cela justifiait-il de me parler ainsi ? Je le lui ai fait remarquer. Moqueur, il  m’a traité de « parano ». Puis il a rajouté, l’air ironique. -          Les ruines ont aussi leur charme ! Là, je l’ai tué, il n’aurait pas dû continuer ; d’autant plus que c’est moi qui subvenais à ses besoins. Et question... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
24 février 2020

L’exaspération

Quand elle lui avait demandé comment il allait après le décès de sa mère, il avait répondu énervé. -          Putain, il y a des morts exaspérants, je t’assure ! Elle n’avait pas compris. Lui si attentif, si gentil avec sa mère. -          Mais pourquoi tu dis ça ? Il avait hésité puis avait fini par lâcher le morceau. -          Quand elle était vivante je n’en venais pas à bout et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
22 février 2020

La marelle

    Oui, c’était la cour de l’école où elle avait passé son enfance et il y avait toujours une marelle, pas la même, mais une autre qui lui ressemblait. La cour aussi avait changé, plus de terre, dommage, les enfants ne pouvaient plus jouer aux billes comme avant, mais jouait-on encore aux billes dans les cours d’école ? Elle s’amusa à grimper jusqu’au ciel de la marelle en chantant ce « jogo d’Amarelinha » qu’elle avait tant aimé mais, une fois arrivée au ciel, Saint Pierre lui dit. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]

20 février 2020

Duo de février

 Voici notre Duo de février avec Caro du blog les heures de coton. Voici  les deux "pistes" que Caro a choisies : "Presque tous nos souvenirs sont faux." de Julian Barnes puis, cette rue des Cascades,  de Yan Tiersen.   Après le texte de Caro, voici mon texe. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 février 2020

Duo de février

Voici notre Duo de février avec Caro du blog les heures de coton. Voici  les deux "pistes" que Caro a choisies : "Presque tous nos souvenirs sont faux." de Julian Barnes puis, cette rue des Cascades,  de Yan Tiersen. Aujourd'hui vous pouvez lire son texte, le mien sera publié jeudi 20 février.   ___________________________ « Presque tous les souvenirs sont faux. » J’éprouve soudain une irrésistible envie de le gifler. Ce ton péremptoire. Avec une pointe de suffisance. Sa façon définitive d’assener ses idées... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
16 février 2020

La pierre tombale

    Il contempla les 30 % avec un intérêt extrême. Merveilleux, pensa-t-il, il faut en profiter. Aussitôt il entra. L’employée du magasin de pompes funèbres – une jeune femme rousse, au fessier aussi avenant que son sourire, lui dit. -          Je peux quelque chose pour vous ? Du haut de ses 75 ans, il en sourit de bonheur. -          Oui mademoiselle. Votre modèle Romain m’a tapé dans l’œil. Je souhaiterais le voir de plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
14 février 2020

La voix

Hier, et pourtant j’ai très peu d’élèves, je ne comprenais strictement rien à ce que disait l’adolescent qui était juste assis à ma gauche, non loin du bureau. J’ai fini par lui dire que, vu mon grand âge, j’étais sourde. J'ai donc conseillé à la classe d’articuler et de parler plus fort car ils risquaient de tomber sur une personne de mon âge – voire plus - à l’oral du Baccalauréat. L’élève a souri et a augmenté d’un cran son niveau sonore. Pourvu que les autres suivent le même élan vocal...  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]