15 mai 2019

L’empathie

Il n’avait jamais voulu être assassin mais on lui avait forcé la main. La première fois qu’il avait tué, sa chemise était à tordre, comme s’il avait perdu toute l’eau de son corps. La fois suivante, il avait mis du coton  pour absorber la sueur. Il avait une qualité peu commune pour un assassin : l’empathie. Il n’était pas rare qu’il se laissât aller à quelques attentions touchantes avec certaines victimes toujours choisies avec le plus grand soin. Les annonces passées dans Paris Normandie à la rubrique... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]

13 mai 2019

Le mari de la voisine

Moi, je plains le mari de ma voisine. Mardi dernier il s’est confié à moi au rayon boucherie d’Intermarché. Il m’a  dit qu’il regrettait de s’être marié avec une psychothérapeute. -          Si j’avais su ! a-t-il ajouté. Je ne peux rien dire sans que ce soit passé à la moulinette de l’analyse. Je ne sais pas si vous vous rendez compte ? Oui, je  me rendais  compte, mais je ne pouvais pas lui dire que mon mari  était psychothérapeute, comme sa femme. Lui, sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
11 mai 2019

la fuite

Souvent elle lui demandait s’il l’épouserait et jamais il ne répondait. Parfois il riait. Elle non. Un jour, il lui répondit avec une citation de Paul Leautaud : « Dans le mariage on fait l’amour par besoin, par devoir. Dans l’amour on fait l’amour par amour. » - Fadaise lui répondit-elle. Tu utilises une citation mais celle-ci ne te correspond pas. Car en ce qui te concerne, le besoin joue un grand rôle. Il ne dit rien, partant du principe que le silence apaise les maux. Amusée, elle conclut. - C’est étonnant comme... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
09 mai 2019

Mado

Mado, de passage sur Presque-voix. Petit(s) signe(s) de Mado (Photo et texte)     Signes particuliers   Elle s’était d’abord crue trop «  normale », terme péjoratif dans sa petite tête d’alors. Puis, elle comprit que c’était d’insignifiance qu’elle souffrait, dénuée de ces traits distinctifs qui  en  rendaient d’autres remarquables à ses yeux. Dès lors, elle s’évertua à  s’approprier le moindre signe jugé original, pour l‘expérimenter. Elle fut d’abord fascinée par une camarade au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
07 mai 2019

Le principe du plaisir

    Un jour, énervée, elle lui avait dit. -          Le principe du plaisir, tu connais, non ? Il l’avait regardé le visage grave, comme à son habitude, et s’était replongé dans sa lecture. Elle ne l’avait pas supporté et avait continué. -          Tu pourrais rentrer dans la catégorie des ours mal léchés ou je me trompe ? Il avait mis ses lunettes sur son nez, comme à son habitude, et avait fini par lui dire le plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
05 mai 2019

Vivre ?

J’épie, tu épies, il épie…Ça pourrait être une comptine, mais c’est ce que je fais à longueur de journée ; une règle de vie. J’épie sans montrer que j’épie, bien sûr. Je passe mon temps à épier mes semblables. J’épie pour le plaisir, pour mon plaisir. J’épie des vies qui pourraient être la mienne, pour vivre plusieurs fois, sans risque, comme au cinéma, mais avec l’émotion du voyeur actif en plus. Personne ne me connaît, mais je VOUS connais. J’ai l’air normal, une normalité de façade. Personne ne sait quel monde m’habite. Je mets un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

03 mai 2019

Question

Elle était restée dans la salle des professeurs pour travailler. Lui, était entré 10 minutes après elle et lui avait à peine dit bonjour, le regard noir. Elle l’avait observé, mi-figue mi-raisin, et avait fini par lui demander. -          Tu connais la baie du naufrage, en Grèce ? -          Non, pourquoi ? -          Figure-toi, qu’en te regardant, j’ai cru que tu y étais échoué, mais je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
01 mai 2019

Duo d'avril

 Duo de la fin avril avec Caro qui a décidé de choisir la photo ci-dessous qu'elle a prise à St Malo. La citation suivante, que j’ai choisie, doit   influencer notre texte : " J’ai en moi tous les rêves du monde " ( Fernando Pessoa ) Aujourd'hui, voici mon texte.       Rencontre D’une voix blanche, dans la chambre où ils se retrouvaient depuis un mois, elle avait dit à son amant. -          Je voudrais tuer les gens pour les protéger. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
29 avril 2019

Duo d'avril

Duo de la fin avril avec Caro qui a décidé de choisir la photo ci-dessous qu'elle a prise à St Malo. La citation suivante, que j’ai choisie, doit   influencer notre texte : " J’ai en moi tous les rêves du monde " ( Fernando Pessoa ) Aujourd’hui voici le texte de Caro. Le mien sera en ligne mercredi.       Papiers de soi  « A nos rêves ! » Le tintamarre des verres, le fracas des paroles qui s’écrasent contre les murs de L’intranquillité, rue du pourquoi-pas, le claquement des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
27 avril 2019

La phrase

La première fois qu’il avait murmuré cette phrase – « J’aime beaucoup tes fesses et tes lèvres »  -  à la sortie du cours, Brigitte avait eu envie de le renvoyer.  Le gougeât, comment avait-il pu faire preuve d’une telle impertinence ! Certes, elle avait un corps mince et séduisant, mais tout de même. Finalement, elle n’avait rien dit. Elle se souvenait encore du jour où, à 16 ans à peine, il était arrivé avec un gilet jaune. A la fin de l’heure, elle lui avait demandé de rester. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]