19 avril 2019

Solveig

    Il savait qu’elle le regardait derrière la fenêtre, mais elle avait décidé de ne pas sortir. Pourquoi attendait-elle dans le clair-obscur de la maison ? Lui aussi attendait, mais dehors. Il suivait un visage, des couleurs et la forme des choses. Et elle, que faisait-elle ? A vrai dire il ne la connaissait pas. Juste un visage aperçu derrière cette fenêtre décorée par des branches d’arbres que le ciel bleu de l’hiver éclairait. Il avait donné à ce visage une forme inattendue, séduisante presque, et il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]

13 avril 2019

En finir

Chaque jour elle déposait un mot – ou deux - dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle le désossait. Comme il ne lui avait écrit que 4 lettres, elle en aurait assez vite fini avec lui. Le précédent, par contre, il lui avait fallu douze longs mois pour le faire mourir. C’était un amoureux des mots, mais pas d’elle. Quant à l’avant avant dernier - un imbécile - la seule missive qu’il lui avait écrite, c’était ces trois phrases... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
11 avril 2019

La boutique aux soutiens-gorges

Tous les jours il restait en arrêt devant la boutique aux soutiens-gorges. Il ne faisait de mal à personne, et surtout pas à elles, puisqu’il leur épargnait sa présence en chair et en os. Elle aussi restait en arrêt devant la boutique aux soutiens-gorges. Elle le faisait pour se choisir l’objet qu’un jour elle aurait le courage d’acheter. Elle se trouvait grosse et moche, et ces "joyaux" n’étaient pas pour elle. Ils se regardèrent l’un l’autre un mardi en début d’après-midi, et ils se sourirent, allez savoir pourquoi. Sans doute... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
09 avril 2019

Ecrire

Il l’avait reçue rapidement, suite au livre qu’elle lui avait envoyé. Elle ne le connaissait pas, ou peu, c’était l’ami d’un ami qu’elle avait rencontré lors d’un dîner. On l’avait assise – elle,  l’âme seule -  à côté de lui et ils avaient parlé littérature. Il était éditeur, elle souhaitait publier afin de fuir un travail qui l’épuisait. Lorsqu’il l’avait reçue dans son bureau, un mois plus tard, il lui avait dit. -          Pour faire rire, il me semble qu’il faut être... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
07 avril 2019

Le professeur

A la fin du spectacle, le professeur avait constaté.-  A chaque fois que vous disiez une réplique, je me demandais qui était ce putain de prof qui obtenait un résultat aussi nul avec ses élèves.Et, à l’intention de Josiane il ajouta.-  Quant à toi, je pense qu’un rôle muet te conviendra mieux pour l'année prochaine, parce que là, putain, j'avais l'impression que tu souffrais d'aphasie ! 
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
05 avril 2019

La traversée

Il vivait dans un monde englouti, naufragé volontaire d’un bateau qui avait perdu son équipage. Devait-il survivre ? Et s’il survivait, quel morceau jouerait-il en solo ? Il l’ignorait. I WISH YOU WERE HERE *, n’arrêtait il pas de fredonner, mais l’entendait-elle, celle qui l’avait épuisé ? Cette femme dont l’esprit  hésitait entre je, je et moi-même. L’autre chez elle n’existait pas car elle n’avait jamais vu qu’elle, dans ce miroir où elle se regardait jour et nuit. Quant à lui, être au jeune corps usé,  il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

03 avril 2019

Pierre

Il voulait toujours que tout soit vrai, pas de mensonges, pas de problèmes, pas de colère ; alors un jour je lui ai dit que ça suffisait. Il a très mal réagi et ses cris ont envahi la maison. Bien sûr, je ne me suis pas énervée. On m’avait dit que les hommes dans son genre n’aimaient pas être contrariés et que je devais attendre. J’ai attendu, dix minutes, après je l’ai tué, ça suffisait. Certains penseront que je suis folle et qu’on devrait m’interner. Peut-être, mais personne n’a jamais su qu’il était mort. Même moi,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
01 avril 2019

Méditer

Sonia l’exaspérait quand elle  lui parlait – et avec le sourire bien-sûr -  de l'importance de la  méditation. Quand une pensée arrive, disait-elle, une émotion s'exprime et c’est dans le corps qu’elle s’exprime.  Mais pour qui se prenait-elle, Sonia,  installée sur son nuage  qui semblait voguer sur un ciel bleu. Elle avait inévitablement envie de lui répondre. -          Mes émotions m’emmerdent, quant à mes pensées je préfère ne pas en parler. Bien sûr... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
30 mars 2019

Fernando Pessoa

      Fernando Pessoa fut consul de première classe à la Havane, mais cela n'a duré que 15 mois. le climat et la solitude l'ont peut-être contraint à partir, qui sait ?Sans doute est-ce à ce moment précis que lui est venu à l'esprit cette phrase qu'il n'a jamais écrite - bien sûr -  car trop banal :" Être loin pour être prêt " Phrase imaginaire qui aura pu le conduire sur le chemin du livre de l'intranquillité, qui sait ?   PS : photo prêtée par "Mado" et prise à Cuba lors de son dernier voyage. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
28 mars 2019

Duo de mars

 Cette fois-ci, Caro propose pour notre duo un extrait de poème de Guillevic et un extrait de roman de Carla Guelfenbein, « Le reste est silence », chacune s’en servira comme elle le souhaitera. Après le texte de Caro, il y a deux jours, voici le mien. Les deux extraits sont les suivants :  « Je t’ai cherchée  dans tous les regards Et dans l’absence de regards… »  Guillevic   Quand vient le temps de la séduction, c'est incroyable de voir jusqu'à quel point notre capacité d'analyse... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]