07 janvier 2007

Misanthropie ?

Voilà l’origine de tous mes problèmes : L’AUTRE ! Moi, non ! Mais L’AUTRE, toujours lui, avec son entêtement à rester comme il est. Pourtant je vois bien, moi, qu’il devrait changer l’autre, avec ses défauts gros comme des bubons ; mais non, il s’obstine à manquer de discernement, il s’obstine à rester  comme il est, sûr de lui, sûr de son bon droit, sûr de son choix, même s’il est mauvais ! Et encore, s’il n’y en avait qu’un, AUTRE ! Mais non, ils sont plusieurs, ils se reproduisent implacablement, et tout ça pour m’obliger à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2007

Les sapins de Noël ont-ils une âme ?

Je me sens comme un sapin de Noël après les fêtes, abandonné à son triste sort sur le trottoir anonyme d’une ville dépouillée de ses guirlandes d’espoir.  Qui a jamais pensé à la solitude du sapin au lendemain des fêtes ? Renversé, desséché, ses branches nues désespérément tendues vers des passants qui l’ignorent, il sanglote sur son lit de bitume… Combien de milliers de sapins esseulés sur les trottoirs et combien d’âmes nostalgiques se remémorant les éclats de rires des bouchons de champagne en liberté provisoire ! Je sais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2007

Au fait, à quoi il joue M. Chirac ?

Monsieur Chirac a attendu 11 ans avant de se rendre compte qu’au lieu de lutter contre la Fracture sociale  - comme il assurait vouloir le faire en 1995 - il luttait contre la Facture sociale. Et personne, au gouvernement, n’a été assez attentif pour lui faire remarquer qu’il avait oublié un R en cours de route et qu’il n’appliquait pas du tout son programme ! Mais peut-être que les membres de son gouvernement n’avaient pas lu son programme? Heureusement, pendant les vacances de Noël 2006 - certainement dans un accès de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2007

En avoir ou pas !

Ah les enfants, c’est tellement mignon, c’est tellement touchant… Et puis avec un enfant, on se prolonge, on se projette, on se reflète. Oui, c’est mignon un enfant… mais ça grandit ! Alors ça devient moins mignon et beaucoup moins touchant ! Leurs pieds chaussent du 40, leurs mains se transforment en battoirs, leur taille s’allonge démesurément, ils commencent à avoir des poils, ils ont un avis sur tout –   mais surtout pas le même que le vôtre – et leur grande bouche – parce que leur bouche aussi grandit – se charge de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2007

On a beau ne jamais sortir de sa peau...

On a beau ne jamais sortir de sa peau, où qu’on aille, un changement de décor est toujours salutaire. C’est pour ça qu’il partait de sa ville natale, l’air y  était devenu irrespirable ; et surtout il y avait ce type qui lui collait à la peau comme un maillot trempé de sueur dont on ne peut plus se débarrasser. Pourquoi s’était-il laissé aller à coucher avec lui ? Au moins, maintenant, il savait qu’il pouvait encore « bander » - comme disait son père - mais il avait aussi la preuve que jusqu’alors il s’était menti, les femmes ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2007

L’Année 2007 en questions

Pourquoi on a peur de tout changer quand tout va mal ? Pourquoi on voit toujours les mêmes à la télévision ? Pourquoi on a peur des vieux ? Pourquoi on répète les mêmes erreurs jusqu’à en mourir ? Pourquoi on pense toujours que c’est l’autre qui a tort  ? Pourquoi les hommes politiques qui ont atteint leur seuil d’incompétence continuent à exercer leur incompétence alors qu’ils se feraient virer ailleurs ? Pourquoi les hommes et femmes politiques ont  la manie de l’écriture jusqu’à s’en rendre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2006

J'écoute donc je suis !

Dans notre société, on se met à poil, on éructe, on sort ses tripes, mais personne n’écoute personne… ceci explique peut-être cela. Je me demande d’ailleurs  si les moyens de communication dont chacun dispose ne sont pas inversement proportionnels à l’écoute que chacun propose… Et si nous écoutions l’autre comme nous aimerions être écoutés nous-même ? Parce qu’à force de loucher sur son nombril, on finit par se casser la gueule, normal ! L’illustration parfaite du Nombril Proéminent, on l’a à la télé – où les animateurs... [Lire la suite]
Posté par gballand à 12:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 décembre 2006

Œil pour œil, dent pour dent ?

Saddam Hussein a été pendu juste avant la fête de l'Aïd al-Adha ( ou fête du Sacrifice) – l’a-t-on donc sacrifié ? - et deux autres accusés seront pendus après les fêtes. On peut dire que la nouvelle année a déjà du plomb dans l’aile de sa colombe… De quoi nous rassurer pour l’année 2007 ! On est désormais sûr et certain que les soldats auront tous la fleur au fusil – en Irak, au Liban, en Somalie, en Palestine, en Israël ou ailleurs - et que les  terroristes – s’ils en restent – feront leur autocritique et  se... [Lire la suite]
Posté par gballand à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2006

langue et empathie

L'autre jour, j'observais des "malentendants" qui parlaient en utilisant la langue des signes, et je me suis dit qu'il était dommage que celle-ci ne soit pas apprise à l'école au même titre qu'une autre langue étrangère. Parce qu'apprendre une langue, c'est un peu "renoncer à soi-même" - comme le disait la linguiste Henriette Walter - et faire comme si on était sourd, italien, allemand, espagnol, portugais, chinois, arabe, anglais... N'est-ce pas là le moyen le plus sûr de pouvoir vivre nos ressemblances et nos... [Lire la suite]
Posté par gballand à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2006

"Intranquillité"

"Quand je suis seul / Je ne veux plus l'être / Mais quand je ne le suis pas / Je veux être seul / Finalement, je veux toujours être comme je ne suis pas..." Chacun se sera peut-être retrouvé dans ces vers de Fernando Pessoa traduits à la hâte. Serait-ce inexact de dire que l'homme est infiniment au coeur de l'"intranquillité" ?
Posté par gballand à 17:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]