15 janvier 2007

Peut-on être une caricature de soi-même ?

Guy Bedos disait de M. Chirac qu’il « s’autoguignolisait » tout seul et n’avait donc pas besoin des Guignols. On pourrait dire la même chose de M . Sarkozy - qui lui ressemble comme un frère ennemi - avec ses tics de langages, ses rigidités faciales et son prêt à penser, à la seule différence que M. Sarkozy, lui,  ne fait pas rire du tout ! D’ailleurs, quand je le vois à la télé, j’ai l’impression d’être au jardin zoologique, vous savez à quel animal il me fait penser... ? Je le vois tourner en rond et s'agiter dans sa cage de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2007

Dis-moi les peurs qui te hantent et je te dirai qui tu es…

A chaque fois que je dois ouvrir une porte j’ai peur. Je sais, c’est idiot, mais je marque toujours un temps d’arrêt devant une porte. Je me demande d’abord s’il faut la pousser ou la tirer, et pour finir, quand je crois avoir deviné  dans quel sens il faut l’ouvrir, j’ai peur de ne pas pouvoir l’ouvrir et de rester à la porte. Quand on  pense à toutes les portes inconnues qu’on doit ouvrir dans une journée, on se rend compte de l’étendue du drame ! Évidemment, il doit y avoir une explication à tout ça… mais je préfère... [Lire la suite]
Posté par gballand à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2007

Les ministres sont-ils bien informés des dossiers qu’ils traitent ?

Malgré tous ses titres  - Ministre délégué au Budget et à la Réforme de l’Etat, Porte-parole du Gouvernement – Monsieur Copé ne connaît pas le salaire d’un prof certifié en fin de carrière : salaire qu’il juge de 4500 euros alors qu’un professeur certifié après 30 ans de carrière peut gagner entre 2454 euros et 2921 euros. On essaiera de ne pas lui en vouloir… Sans doute cette erreur  trahit-elle chez lui un désir de revaloriser cette profession ? Je me demande juste pourquoi les ministres ne savent pas se taire, cela leur... [Lire la suite]
Posté par gballand à 15:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 janvier 2007

Donc je me lève et je pars et nous ne nous verrons ni ne nous parlerons pendant deux ans et demi

- Donc je me lève et je pars et nous ne nous verrons ni ne nous parlerons pendant deux ans et demi, c’est bien ce que tu veux ?  Elle hoche la tête, la bouche crispée, le regard mouillé mais résolu, les mains serrées sur son tablier. Petite femme en noir, courbée par des années de labeur, desséchée par le travail sous le soleil de ce pays où l’eau est aussi rare qu’une rose sur un caillou, elle hoche la tête. L’homme se lève donc, prend le baluchon qu’elle lui a préparé, jette un dernier regard dans la pièce où il a vécu... [Lire la suite]
Posté par MBBS à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2007

Pour son anniversaire, il avait décidé de l'étrangler.

C’était il y a deux ans, les anniversaires s’étaient succédé et pourtant elle était toujours là ! Ernest se rongeait les ongles, il se recroquevillait, se ratatinait car il savait que demain il n’aurait pas le choix, pas cette fois. Il se souvenait du jour exact de cette résolution et maudissait sa grande gueule qu’il aurait dû garder fermée pour une fois. Pourquoi vouloir toujours faire le malin en compagnie des copains ? Pour exister face à eux, pour prouver qu’il était un dur, qu’il était capable de forfaits abominables lui... [Lire la suite]
Posté par MBBS à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2007

« Il faut avoir le courage de… »

« Il faut avoir le courage de… ». Cette phrase incantatoire utilisée par de nombreux candidats à la Présidence, et qui finit par tenir du procédé rhétorique, a le don de m’exaspérer ! Il me semble qu’à elle seule, elle symbolise ce qu’est la course « Paris-Elysée 2007 » : une grande pièce de théâtre dont les metteurs en scènes – les différents « communicants » de nos candidats – règlent les plus infimes détails. Je remarquais dernièrement que M. Sarkozy  arrivait même à contrôler la rigidité de sa mâchoire inférieure qui, à elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2007

Vive les soldes !!!

Lu dans le monde du 9 janvier : « Les syndicats se plaignent, année après année, de l'extension des horaires d'ouverture des magasins pendant la période des soldes… » C’est étrange ce « besoin » d’acheter le dimanche et le soir après 19 heures, alors qu’il y a tellement d’autres moments où l’on peut acheter ! Les consommateurs du dimanche ou de la tranche 19 h-22 h souhaitent-ils secrètement que la flexibilité des horaires  s’étende  à tous les secteurs professionnels par voie de contamination ? Allez, encore un petit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2007

Le Train de 7 heures

Le train de 7 heures est bondé. Personne ne regarde personne. Critique et Vérité de Barthes dans les mains, mes yeux s’agrippent à  mon livre, mais la promiscuité est plus forte que la  concentration. Un homme est assis en face de moi, raide comme un I, seules ses deux mains, presque à la hauteur de mon livre, sont mobiles. Je remarque que le pouce de sa main droite caresse compulsionnellement    le dos de sa main gauche à un rythme régulier. Je suis gênée. Ce mouvement répétitif ressemble bizarrement à un acte... [Lire la suite]
Posté par gballand à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2007

Misanthropie ?

Voilà l’origine de tous mes problèmes : L’AUTRE ! Moi, non ! Mais L’AUTRE, toujours lui, avec son entêtement à rester comme il est. Pourtant je vois bien, moi, qu’il devrait changer l’autre, avec ses défauts gros comme des bubons ; mais non, il s’obstine à manquer de discernement, il s’obstine à rester  comme il est, sûr de lui, sûr de son bon droit, sûr de son choix, même s’il est mauvais ! Et encore, s’il n’y en avait qu’un, AUTRE ! Mais non, ils sont plusieurs, ils se reproduisent implacablement, et tout ça pour m’obliger à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2007

Les sapins de Noël ont-ils une âme ?

Je me sens comme un sapin de Noël après les fêtes, abandonné à son triste sort sur le trottoir anonyme d’une ville dépouillée de ses guirlandes d’espoir.  Qui a jamais pensé à la solitude du sapin au lendemain des fêtes ? Renversé, desséché, ses branches nues désespérément tendues vers des passants qui l’ignorent, il sanglote sur son lit de bitume… Combien de milliers de sapins esseulés sur les trottoirs et combien d’âmes nostalgiques se remémorant les éclats de rires des bouchons de champagne en liberté provisoire ! Je sais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]