14 décembre 2006

La folie d'Odette. 2

- Ca va Madame, je vous ai fait mal ? demande la jeune fille - Ca va, ça va, mais j’ai eu si peur de tomber, vous savez à mon âge, une chute cela ne pardonne pas. Elle lève les yeux et rencontre deux billes noires qui la scrutent de façon intense. - Vous vous sentez bien, vous voulez que je vous raccompagne, vous habitez loin ? Alors qu’elle songe à refuser cette aide, elle se met à regarder d’un peu plus près cette jeune personne qui lui fait face. Seize ans, dix-huit, difficile à dire, grande, les cheveux frisés de... [Lire la suite]
Posté par MBBS à 10:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 décembre 2006

Sommes-nous égaux ?

En tant que professeur, lorsque je participe à des formations loin de chez moi, mes frais d’hôtel me sont remboursés sur la base de 38 euros par nuit. Pour quoi ne pas adopter la même rigueur  - signe fort qui illustrerait le mot « Egalité » de notre belle devise républicaine -  pour nos ministres ? Ainsi, Monsieur Douste Blazy et son aréopage de 30 personnes, en visite à New Dehli, au lieu de dépenser  - aux frais du contribuable français – 350 euros* par chambre au Taj Mahal, aurait pu être avantageusement logé... [Lire la suite]
Posté par gballand à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2006

Et si je tombais sur moi ?

Et si je tombais sur moi ? Je crois que je me dirais « Merde, pas moi ! Encore ! » Evidemment je ne suis pas tout à fait sûre de ce que je dirais, parce que je ne suis encore jamais tombée sur moi. Il faut dire que je pars du présupposé que, si je tombais sur moi, je me reconnaîtrais ! Ça pourrait donner quelque chose comme : - Ah, c’est moi ! - Oui c’est moi !  - Quoi de neuf ! - Ben… rien, tu le sais bien ! etc… etc… etc… Le genre de dialogue qui donne surtout envie de se fuir ! Il y en a peut-être qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 12:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 décembre 2006

méditation pour la nuit

"J’écris non pour dire ce que je pense , mais pour le savoir." (Emmanuel Berl)
Posté par gballand à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 décembre 2006

Tu fais quoi pour les fêtes ?

« Et toi, qu’est-ce que tu fais pour les fêtes ? » Question banale, mais dangereuse, surtout quand on ne fait rien ! Alors, on s’invente des fêtes qui nourrissent  notre désespoir…
Posté par gballand à 13:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 décembre 2006

Ma seule réponse fut le claquement dont j'accompagnai mon départ

« Ma seule réponse fut le claquement de porte dont j'accompagnai mon départ… » Elle se dit que cette petite phrase était intéressante, mais que le passé simple ligotait désespérément son inspiration. Et il n’y avait  pas moyen de le contourner... un temps qui faisait tout pour vous empêcher de vous exprimer… mais pourquoi le professeur leur avait-elle donné cette phrase ? Prise d’une soudaine fièvre revendicative, elle décida de se libérer de la contrainte ! Ce qu’elle voulait, elle, c’était se raconter, mais avec ce passé... [Lire la suite]
Posté par gballand à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2006

Intervalle

Excusez-moi, je vais prendre soin de la virgule des rêves derrière le courant d’air de la vie.
Posté par gballand à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2006

Le sel...

La vie manque de sel Quand on la regarde  par le trou de la serrure… L’œil du témoin reste toujours à la porte du désir !
Posté par gballand à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2006

Une vie réussie

L’autre jour, sur mon vélo, je me demandais quel était le secret d’une vie réussie ; c’est le genre de réflexion thématique qui m’occupe quand je pédale. Il faut dire que je pédale tous les jours pour aller travailler. Parfois, je pédale même au travail, souvent à contre-courant… Donc, à chaque trajet, une nouvelle thématique, et à chaque tour de pédale, un remue-neurones. J’en suis arrivée, après vingt minutes de pédalage - temps habituel du parcours - à la conclusion qu’il n’y avait aucun secret, sinon pédaler, toujours et encore,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2006

Se connait-on un jour ?

« Je commence à me connaître. Je n’existe pas. Je suis l’intervalle entre ce que je veux être et ce que les autres ont fait de moi… » Ces vers de Fernando Pessoa, poète portugais (1888 – 1935), suivent le long cheminement de l’homme qui avance sur des fils de « soie » tendus et perd ses regards entre son désir et le désir des autres…
Posté par gballand à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]