07 octobre 2018

T’as vu ta chambre ?

-          Non, mais t’as vu ta chambre ? Elle commençait toujours ses phrases comme ça quand elle entrait dans ma chambre, c’était plus fort qu’elle. Moi, je répondais invariablement. -          Ben quoi, qu’est-ce qu’elle a ma chambre ? Je jetais un coup d’œil rapide aux vêtements qui jonchaient le sol, aux livres éparpillés, au lit défait, et je souriais intérieurement. Après, elle démarrait  au quart de tour. Sa collection... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

05 octobre 2018

Souvenir

Sa fille lui demanda. -          Et c'est là que tu l'as rencontré ? Il ne répondit pas. Oui, c'était là, exactement, mais il  ne se souvenait pas même de son visage quand il  était sorti  de l'eau, le temps l'avait effacé. La seule chose qu'il avait gardée en mémoire, c'était  ses yeux bleus qui traçaient  un chemin vers un royaume perdu. Sa fille insista. - Et c'était vraiment un vampire ? Il la regarda et, les yeux fermés, il évoqua les mots du vampire -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
03 octobre 2018

L’aigle

Quand il lui avait dit, au creux des draps, qu’il pouvait se métamorphoser en aigle, Lise ne l’avait pas cru et elle avait eu tort.  Ils prenaient un petit déjeuner tardif sur la terrasse qui donnait plein sud, lui tout en noir, elle dans un déshabillé bleu ciel. Leur première nuit  s’était passée entre gémissements et assoupissements. Elle ne se lassait pas de  regarder ses yeux sombres soulignés de cernes bleus  qui l’inquiétaient un peu. Mais elle aimait à se faire peur. Cette nuit-là, le sexe de cet homme... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
01 octobre 2018

Le livre

Après avoir lu ce livre, elle eut l'impression de rencontrer des pervers partout, notamment au travail. Elle finit par  éviter ses collègues les uns après les autres, refusant l'ascenseur, la machine à café et la cantine. Le 18 septembre, le patron lui demanda de venir dans son bureau et il termina leur entretien par la question suivante : Puisqu'il vous reste une semaine à prendre, Catherine, souhaiteriez-vous la prendre tout de suite ? Elle refusa immédiatement : pour qui me prenez-vous ? Elle rentra dans le bureau... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]
29 septembre 2018

Duo de septembre

Voici notre Duo de Septembre. Aujourd’hui voici mon texte, suite à celui de Caro. L’inducteur est « Elle fait la liste de tout ce qui aurait pu être pire » de Catherine Enjolet dans son livre « Sous silence ».                                               ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
27 septembre 2018

Duo de septembre

Voici notre Duo de Septembre. Aujourd’hui vous pourrez lire le texte de Caro du blog les heures de coton. L’inducteur est « Elle fait la liste de tout ce qui aurait pu être pire » de Catherine Enjolet dans son livre « Sous silence ». Mon texte paraîtra le 29 septembre.   ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

25 septembre 2018

L’amant de ma femme

Hélène m’avait apporté des fleurs de tournesol mais moi, je déteste les fleurs, surtout les jaunes. Je ne peux pas passer devant un fleuriste sans pleurer. Je lui avais pourtant dit qu’à chaque fois que je voyais des fleurs, je pensais à l’amant de ma femme. Ma femme et moi étions mariés depuis un an, quand un inconnu a commencé à la couvrir de fleurs, nos vases n’y suffisaient plus. Il les envoyait par brassées, rouges, roses ou jaunes. Moi je m’étonnais - toutes ces fleurs, pour toi ? Lui disais-je - mais ma femme me répondait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
23 septembre 2018

Je suis...

  Je suis une ombrelle. Chaque jour je me protège du soleil et du sommeil dans l’ombre de ma vie. Les tissus, quels qu’ils soient, rendent mon être invisible à la pluie du temps. Celui qui suit mon âme dans l’étincelle d’un soupçon d’amour,  aura le vert et le noir comme cantique du jour. Ces deux couleurs, parfois griffées  de blanc ou de rose,  donneront aux  mots des amoureux la sensibilité des rêves du soir. Leur vie voyagera ainsi sur la barque des poèmes du temps…   PS :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Les chiens

Plus je connais les Hommes, plus j'adore les chiens. Les humains me dépriment, surtout ceux qui se réjouissent de la vie, avec leur bonne conscience poisseuse. Franchement, merde, donnez-moi une bonne raison d’être heureux dans la vie, une seule ? Je déteste ceux qui insistent avec leurs « Et puis toi, tu peux décemment pas te plaindre, t’as un travail ! » C’est vrai que j’ai un travail et qu’est-ce qu’il me rapporte mon travail, à part des problèmes ! Le matin, quand mon réveil sonne, je n'ai qu’une envie, ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
19 septembre 2018

La lettre

Violente, cette lettre qu’il lui avait laissée à cet endroit précis. Lettre que tout le monde avait peut-être lue, qui sait ? Il annonçait : « Chère Adeline ou Chère Anne ou Chère Agnès ? Combien de prénoms pour une même fille ? Je ne comprends pas cette variation en A. J’avoue que je préfère Anne entre les trois, ce prénom te va mieux au visage. Alors tu vis ici. Drôle d’endroit pour une vie, mais la peinture de la porte verte semble aussi fragile que ta peinture intérieure. Drôle de rencontre que la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]