18 décembre 2018

L’émission

Le lendemain de l’émission, il avait presque honte d’avoir exprimé ses problèmes à la France entière. Pourquoi avoir participé à ce programme de TF1 ? La situation avait empiré quand  son boucher préféré, deux jours plus tard, lui avaient demandé de sa voix de stentor - entre la découpe de deux côtelettes de porc et d’une tranche de foie de veau : « Et alors, ça va mieux ces problèmes d'éjaculation précoce ? Vous y arrivez avec vot’p’tite dame ou c’est toujours pareil  ? »
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

16 décembre 2018

Se soumettre ou agir

Dans la famille on était subalterne de père en fils. Personne n’avait jamais failli à la règle, sauf lui. -          Subalterne, jamais ! avait-il dit à son père. -          Mais tu te prends pour qui ? -          Un homme. Son père était sorti de table en vociférant. Pas de dessert pour moi, avait-il dit, je ne mange pas avec des anarchistes. Et lui avait fini de manger avec sa mère qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
14 décembre 2018

Le malheur

Il avait fait son malheur à 4 heures 37, exactement, et il en avait ressenti un plaisir indicible. A 47 ans, faire le malheur qui lui tenait à cœur depuis longtemps ; un vrai  bonheur. Evidemment, un malheur n’arrive jamais seul, surtout lorsqu’il a cette opiniâtreté, cette fièvre, cette force. Maintenant, où qu’il allât, personne ne le reconnaissait, pourtant il avait la même voix, le même corps. Enfin, personne sauf une femme, Sybille, sa première et unique épouse dont il s’était séparé cinq ans plus tôt. Elle seule... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
12 décembre 2018

La remise à nouveau

Voici  un texte créé par Mado et gballand. Notre démarche : se lire, écrire, se relire, puis travailler à deux pour aboutir au texte final. Il me reste à ajouter  que Sénèque nous a influencées à travers la citation suivante : « Quand je repense à tout ce que j'ai dit, j'envie les muets."    La remise à nouveau Je l’avoue, je me suis  sentie libérée  en claquant la porte. En prenant  les autres à témoin au début, toute tremblante, j’ai bien lu la surprise et la consternation autour de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
10 décembre 2018

Mensonges

Une phrase écrite en anglais et qui, traduite, donnerait : "Les gens ne changent pas, ils ne trouvent que de nouvelles façons de vous mentir" Hélas, tout un chacun sait que les gens - ici je pense particulièrement aux hommes qui nous gouvernent et nous ont gouvernés -   commettent nombre de mensonges et d'atrocités, qu'ils les oublient et qu'ils les recommencent...  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
08 décembre 2018

Le paradis

Elle l’avait rencontré  sur le pont qui dominait la voie ferrée, juste après la manifestation qui avait tourné à l’émeute. Il lui avait demandé du feu, juste ça. Elle lui en avait donné et  il était resté immobile à ses côtés, à regarder les voies en tirant sur sa cigarette. Ni l’un ni l’autre ne parlaient ; elle parce qu’elle avait eu peur des échauffourées et lui par timidité. Soudain, en pointant la voie ferrée, il avait dit : « C’est ça le chemin pour le paradis ! » Elle avait souri et lui avait répondu. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]

06 décembre 2018

Les amies

    -          Tu ne crois pas qu'il a l'air fou, ce type à moitié nu ? Sophie me posait la même question à chaque fois qu’elle voyait une statue qui aurait pu représenter un homme. Je ne sais pas à qui lui faisait penser celle-ci ? A Jérôme peut-être. Mais la statue avait l’air bien plus effrayante que Jérôme. Certes Jérôme était un tantinet   pervers, mais jamais elle ne l’avait vu dans cet état de transe. Par contre, il avait une barbe et, étrangement,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
04 décembre 2018

Duo de décembre

Pour ce duo de décembre avec Caro, du blog " les heures de coton ", nous utiliserons comme nous le souhaitons cette citation de Annie Ernaux - « Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse… » extraite de « Mémoire de fille ». Aujourd'hui, voici mon texte :   Le récit Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse.  Non en bateau – je déteste les bateaux même si, parfois, je les invente – mais à pied, en France. Je n’aurais qu’un sac à dos léger, dans lequel je mettrais un livre –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
02 décembre 2018

Duo de décembre

Pour ce duo de décembre avec Caro, du blog " les heures de coton ", nous utiliserons comme nous le souhaitons cette citation de Annie Ernaux - « Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse… » extraite de « Mémoire de fille ». Voici aujourd'hui le texte de Caro, le mien sera mis en ligne mardi prochain.   Quelque part en Italie « Ce fils de chienne » Ma mère s’interrompit en me voyant derrière elle. Elle reprit d’un ton qui se voulait plus calme. « Ce fils de… a franchi le Rubicon... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 novembre 2018

Le lien

  C’est sur les quais qu’elle l’avait rencontré la première fois. Il était assis, immobile, les yeux fixés sur le fleuve ; c’est ainsi qu’elle l’a vu pendant un mois, sans jamais lui adresser la parole, jusqu’au jour où il s’est tourné vers elle. Son visage l’a troublée ; un visage qui ressemblait à un champ de bataille pouvait-il parler ? Elle s’est contentée d’un sourire et lui, d’un regard. Des années durant ils se sont vus longuement, ici ou là. Sa voix, elle ne l’a jamais connue, seuls son regard et ses mains... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]