05 mai 2018

Observer

Elle aimait voir le monde derrière les motifs des rideaux crochetés. Lui ne la voyait pas. Rien ne lui plaisait tant que voyager sur  l’invisibilité des courbes de la pensée au hasard de plongées dans un océan vert que seul un mince filet de bitume traversait. Le pépiement des oiseaux, le ressac de la vie et l’appel des  couleurs à la prière de l’âme qui s’éveille…   PS : photo prise dans la Creuse. PS' :  prochain texte : samedi 12 mai.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]

03 mai 2018

Le principe de réalité

Elle essaya de lui expliquer : « Quand je n’étais pas morte, j’étais comme vous, je me croyais immortelle. Maintenant je sais l’effet que ça fait. » Il répondit l’air las : « Et alors ? » Elle tenta le tout pour le tout : « Alors ? Alors allez-y, dites-lui que vous l’aimez, sinon elle va vous laisser tomber et vous l'aurez bien cherché ! » Il s’énerva : « Mais qui vous êtes pour me dire ça ? » Elle s’étonna de sa naïveté : «  Je suis votre ange-gardien, mai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
01 mai 2018

Les cours de piano

Je me souviens de mes non-cours de piano. J’avais 9 ans et, le jeudi matin – jour des enfants – j’allais  chez mon professeur qui habitait une grande maison au fond d’un parc. Au milieu du parc,  un cèdre singulier étendait ses branches  jusqu’au deuxième étage de la maison. Je rêvais d’y élire domicile. J’aurais voulu savoir jouer sans travailler. Mon professeur - une dame  dotée d’un certain humour  - sans doute lassée de me répéter les mêmes choses, finit par se plier aux règles que ma « paresse » lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
26 avril 2018

La voyante

S’il y a de la lumière, je sonne, s’était-il dit. La lumière s’était allumée et il avait sonné. Il faisait confiance au hasard pour les rencontres. La femme qui lui avait ouvert avait au moins 80 ans, ses bigoudis laissaient apparaitre un crâne rose, et son menton s’ornait d’un long poil blanc. -          C’est pour quoi ? Lui dit-elle en en souriant, laissant apparaître une dentition jaunie par la cigarette. -          Euh, pour rien. Je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
24 avril 2018

Mesure de santé publique

Il allait nettement mieux depuis qu’il voyait un ami qui allait encore plus mal que lui. Conseil de la Sécurité sociale : Vous allez mal ?  Rendez visite à quelqu’un dont la pathologie est plus lourde que la vôtre et vous irez mieux. Ce geste citoyen réduira le déficit de la sécurité sociale.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
22 avril 2018

M la maudite

Elle sévissait dans les parcs et s’emparait de pétales de fleurs pour confectionner ses précieux parfums mais parfois, quand ses sens s’enflammaient, elle volait des enfants. Depuis l’ère des portables, l’opération était d'une simplicité enfantine ; nombre de parents préféraient consulter leur précieux téléphone plutôt que de surveiller la chair de leur chair. Son flacon de parfum  à la main, elle s’approchait de l’enfant convoité, lui faisait respirer des fragrances étranges, l’enfant s’évanouissait et elle l’emmenait loin,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

20 avril 2018

MOI

Elle venait de créer un spectacle intitulé « Moi » ;  l'idée de faire le tour de soi n'était il pas ennivrant ? Seulement,  après avoir vu le filage du spectacle, elle avait eu l'étrange impression de se trouver face à une inconnue...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
16 avril 2018

Le chien

Dans ce café tranquille du centre de Rouen, quand le chien est arrivé à la table de l’homme à moustache installé près de la fenêtre, il a tout de suite remué la queue, sans parler des larges coups de langue qu’il lui a prodigués. L’homme, loin de se montrer indisposé par ces « léchouilles » a dit aux dames qui accompagnaient le chien : «  Ah, c’est pas ma femme qui me manifesterait autant d’attentions. » L’une des dames, sans doute agacée par cette réplique, a ajouté. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2018

Retour

Le bateau revenait au port mais elle ne voyait pas sa silhouette sur le pont. Aussitôt, sa machine à questions se mit à tourner follement.  Avait-il disparu dans les flots ? Une sirène surgie du fond des mers l’avait-elle emprisonné dans ses filets ? Son associé – dont elle n’aimait pas le visage patibulaire – l’avait-il assassiné ? Inquiète, elle enfila sa veste noire et sortit sur le quai. Elle constata que, comme à chacun de ses retours au port, il était  sur le pont, la cigarette aux lèvres, prêt à la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
12 avril 2018

Le compteur

- Vous venez pour le gaz ? Lui cria la vieille dame alors qu’il faisait juste les cent pas devant chez elle. - Euh…oui. - Eh bien entrez ! Et il était entré chez elle alors qu’il n’était pas employé du gaz. Il avait refermé la porte derrière lui et observait l’intérieur modeste de cette petite maison aux murs fleuris où il était entré sans en avoir vraiment eu l’intention. - Tenez, mettez les patins, lui dit-elle, c’est mieux. Il chaussa deux patins gris qui lui rappelèrent ses folles glissades sur le parquet de sa grand-mère. -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [16] - Permalien [#]