16 octobre 2017

Le message

Sur la feuille ce message mystérieux « Je tue il » qu’on avait glissé dans sa boîte aux lettres. Avant ou après avoir déposé le pigeon mort ? Cette question lui avait trotté dans la tête toute la journée. Qui lui en voulait à ce point ? Elle ? Non, pas elle quand même, mais alors qui ? Retirer le pigeon avec du papier journal l’avait fait vomir. Il n’avait pu que constater combien il était fragile, son estomac se retournait pour un rien.  Si c’était elle, elle avait la rancune tenace. Un an plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

14 octobre 2017

La question

Quand il lui avait demandé « Qu’aurais-tu aimé être si tu n’étais pas devenu ce que tu es ? », elle  s’était effondré en pleurant. Il ne sut que faire sinon la prendre dans ses bras. Et ce fut le début d’une histoire d’amour qui est allée de mal en pis jusqu’à la chute que je vous épargnerai, de peur de vous effrayer...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 octobre 2017

Méditation

- Oui, la vie c'est ça, pause, on profite, on offre son visage au soleil, on se détend, on est soi et on regarde le soleil qui est en soi, sa part d'ombre aussi, sinon le paysage ne serait pas complet.Elle le regarda un peu surprise par cette logorrhée - qu'il appelait "diarrhée verbale" chez les autres. Il était d'ordinaire si mesuré en toute chose. Que lui était-il arrivé ? Une rencontre ? Sa rencontre ?Elle le sut la minute qui suivit : il avait décidé de faire de la méditation en pleine conscience. Une façon radicale de panser... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
10 octobre 2017

Duo d'octobre

En ce mois d'octobre fleurit notre nouveau Duo. Caro propose comme inducteur le "le gondola no uta" qu'elle a connu en lisant ce livre. Après le texte de Caro, voici le mien.   Piano contre contralto   « Gondola no uta » avait-elle répondu agacée. Il avait fait la sourde oreille et elle avait répété mot pour mot la même chose en détachant chaque syllabe : « Gon-do-la no u-ta » Cette simple répétition l’avait empli d’une colère absurde, aussitôt oubliée quand, de sa désarmante voix de contralto,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
08 octobre 2017

Duo d'octobre

En ce mois d'octobre fleurit notre nouveau Duo. Caro propose comme inducteur le "le gondola no uta" qu'elle a connu en lisant ce livre. Voici son texte, le mien sera posté mardi prochain.   Gondola no uta   Il était sorti du cinéma en chantonnant une mélodie japonaise. Je me souvenais d’elle car je l’avais entendu en découvrant Vivre de Kurosawa dans une de ces salles. Oui, l’affiche aurait pu se trouver là, aujourd’hui, coincée entre le documentaire sur le réchauffement de la planète et l’annonce alléchante de la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 octobre 2017

L’élève

Mercredi. Cours de 8 h à 9 h, les têtes ont tendance à piquer du nez et le regard est vague. 10 élèves présents, 10 fantômes. Une question est posée et un élève tire au sort l'étiquette Bryan dans le petit sac à prénoms. Bryan lève des yeux ensommeillés et dit. -          Madame il est trop tôt,  je suis fatigué. Elle en reste muette de surprise. Une fois remise, elle enchaîne. -          Le problème Bryan c’est que lorsque je vous... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

04 octobre 2017

Ophélie

Souvent elle se rêvait en Ophélie, sa longue chevelure blonde balayant les eaux où se reflétait le visage des fées qui s’étaient penchées sur son berceau à la naissance. Maintenant, elle n’était plus une enfant, à 20 ans passés elle était en âge de se marier, comme toute jeune fille de bonne famille. Vierge et pure, elle attendait son prince, confiante, le cœur empli de toutes les légendes contés dans son enfance. Quelle ne fut pas sa surprise, par une belle journée d’été, de voir un jeune homme arriver dans leur propriété sur son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
02 octobre 2017

La consultation

Souvent, il se consultait lui-même. Il fermait alors la porte de son bureau et déclarait qu’il était en rendez-vous en mettant sa pancarte " Ne pas déranger ! ". Ses proches craignaient pour sa santé mentale, mais n’était-ce pas eux – qui jamais ne se consultaient  – qui auraient dû craindre pour la leur ?
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]
30 septembre 2017

La pancarte

Quand elle vit la pancarte  "toilettes sèches", ni une ni deux, elle changea de direction et pédala aussi vite qu’elle le put afin d’éviter la catastrophe ; cette omelette aux cèpes prise dans ce restaurant routier lui avait retourné les intestins. En forçant sur les pédales, lui revinrent en mémoire les rires tonitruants de ses voisins de table, et leurs propos graveleux qui avaient redoublé au moment où elle avait mis sa bible sur la table. " Merde, quels cons ! " se dit-elle, en  regrettant aussitôt  la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
28 septembre 2017

Le nom

Il ne donnait jamais son vrai nom. Il en choisissait toujours un différent, de peur qu’on ne l’ensorcelle et qu’on installe en lui – à son insu – une caméra vidéo  qui pourrait donner à tout un chacun les moindres informations sur sa vie intérieure. Il savait confusément que cela arriverait un jour où l'autre car le pouvoir néfaste de l’humanité était arrivé à son comble. Sans doute était-ce la raison de sa présence dans l'unité 3 du Centre Hospitalier de Sainte Anne où un psychiatre, à bout d'arguments devant ses... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]