16 août 2018

Le couple

Elle avait gardé sa robe de mariée, mais pas son poids : 57 kilos trente-cinq ans plus tôt, 75 kilos trente-cinq ans plus tard. La vie n’épargnait personne, et surtout pas elle. Sa vie de couple l’avait épuisée, pourtant elle n’avait pas eu d’enfants. Dommage, peut-être lui auraient-ils permis de comprendre pourquoi elle était restée avec son mari jusqu’à ce qu’il meure. Souvent, elle avait l'habitude de dire à son amie d'enfance. - Maintenant qu’il est mort, je vais enfin pouvoir  vivre ! Et elle n'avait pas tort.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

14 août 2018

Madona

« Accrochez-vous les gars !»  Quand Gérard commençait ses phrases comme ça, ça voulait dire qu’il nous raconterait un gros craque et là, franchement, il n’y était pas allé de main morte ! Les langues allaient déjà bon train au bar PMU. -           Allez, arrête de déconner Gérard ! S’énervait Jean Luc. Mais Gérard était intarissable. -           Je te dis que Madonna,  quand elle m’a vu, elle m’a dit ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 août 2018

So what ?

    J'avais atterri dans ce bar parce qu’il fallait que je m’égoutte. la pluie n’en finissait pas de battre le pavé parisien. Je n'aimais pas le Jazz, en tout cas pas celui qui se jouait là, mais au moins j’étais à l’abri. La petite salle exhalait une vague odeur de transpiration et  les gens saluaient les improvisations des musiciens en sirotant leurs verres. L’homme à côté de moi, un américain aux dents blanches, n'arrêtait pas de ponctuer les phrases qu’il adressait à son voisin de " So what ? (1) " et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
05 août 2018

Les goélands

En passant devant cette maison, elle a observé la façade, sorti son appareil, et s’est demandée qui avait eu cette  idée étrange. Elle - qui jamais ne hurlait - détestait les goélands et leurs cris stridents. -          Propriété privée ! a aussitôt crié une voix mâle alors qu’elle terminait ses photos. Il était à la fenêtre. Polie, elle lui a répondu. -          Monsieur, je ne suis pas chez vous que je sache, mais dehors. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
03 août 2018

Le fleuve

Elle allait par les rues sous les lumières blafardes et, en son sein, elle portait la tristesse de celles qui ont perdu leur enfance. Les lumières clignotaient aux façades des immeubles et elle marchait vers le fleuve où les eaux sombres l’appelaient. Elle n’aurait qu’à nouer la corde à ses pieds et sauter. Elle avait déjà répété ces gestes maintes et maintes fois dans le terrain vague qui bordait le fleuve. Arrivée près de l’eau elle entendit des pleurs et ne sut que faire. Un bébé peut-être ? Elle finit par dénouer la corde et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
01 août 2018

Trapèze

Juste avant de faire l’amour avec elle, il lui avait dit qu’il s’appelait Trapèze Volant. -          Prouve-le-moi, avait-elle aussitôt demandé. -          Viens chez moi. Il n’y a que là que je pourrai te le prouver. Le lendemain, elle éprouva un étrange malaise devant ce lieu qui était le sien et ressemblait à un cirque minuscule. Malgré tout, elle l’appela à plusieurs reprises : « Trapèze, Trapèze, Trapèze ! » Ce n’est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]

27 juillet 2018

L’accident

C’était la quinzième fois qu’il se rendait à l’hôpital pour voir sa mère, et les 100 kilomètres aller et retour qu’il devait parcourir en voiture l’épuisaient. Tout en conduisant, il maugréait :  « Quinzième fois qu’elle est  à l’hôpital, quinzième fois qu’elle ressuscite, et deux ans que je me pastille des vacances de merde ! » C’est à ce moment-là, exactement, que sa voiture a heurté un poids-lourd. Et c’est ainsi qu’il s’est retrouvé dans le même hôpital que sa mère, dans un étage situé juste au-dessous... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
25 juillet 2018

Jack London ?

" Tout m’ennuie, je m'en vais ! ", c'est ce qu'elle leur avait dit avant son grand voyage en stop qui l'a conduite du Nord au Sud du pays. Dans une ville étudiante, choisie par hasard, elle s'est assise sur le trottoir, non loin d'une librairie. C'est là qu'elle a commencé sa lecture de Martin Eden et c’est à 15 h qu'elle l'a rencontré, au moment où elle entamait le chapitre numéro quatre. - Martin Eden, lui a-t-il dit  d'une voix  grave,  c’est mon nom ! Elle a observé ses yeux bleus, ses cheveux bruns et bouclés,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 juillet 2018

Désarroi

Il n’a rien fait pendant l’année, mais cette absence de travail date de plus loin encore. En fin de troisième on l’a orienté en seconde, pas de projet, et on ne voulait pas le garder au collège.  Il est donc arrivé au lycée avec son paquetage d’élève presque mauvais à tout. Un jour, le professeur  principal lui a demandé de rester à la fin du cours pour une petite mise au point. -          Qu’est-ce que tu veux faire plus tard Kevin ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
21 juillet 2018

Le père

Son fils le détestait, c’était aussi évident que deux et deux font quatre. Il y a un mois, il l’avait traité de “vieux con” et lui n’avait pas même protesté. Depuis ce jour-là, d’ailleurs, il prenait soin de fermer la porte de sa chambre à clef, qui sait ce que les fils peuvent faire aux pères une fois les ténèbres installées ? Lui-même, d’ailleurs, à quatorze ans, n’avait-il pas voulu tuer son père ?  
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]