22 juillet 2010

Le masque

Enfant, quand il allait chez sa grand-mère, il n’y avait pas de vraies toilettes, juste un trou, un broc, et du papier journal qui  laissait des caractères énigmatiques sur ses fesses blanches. Il détestait  aller aux « cabinets » à cause des odeurs et des mouches. Un jour, il trouva un moyen pour rendre l’opération supportable : il mit son masque de plongée, son tuba et il y entra d’un pas résolu. La chose s’était mieux passée qu’à l’habitude mais quand il en sortit, il tomba sur sa grand-mère dont la vue baissait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

21 juillet 2010

Le secret

Le matin, il partait à 8 heures, sans faire de bruit, avant qu’elle ne finisse son petit déjeuner et il revenait le soir vers 18 heures comme si de rien n’était. Sa discrétion était telle qu’elle ne s’autorisait pas à lui faire de réflexion. Un jour, pourtant, elle le suivit ; non par jalousie, mais par curiosité. Et la vérité lui apparut, toute crue : pendant la journée il se faisait appeler Boris chez les voisins du bout de la rue et le soir, chez elle, c’était Etienne. Le goujat  avait une double vie !Elle finit par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 juillet 2010

Les minutes sont bleues (texte de caro-carito)*

C’est l’absence qui m’a fait sursauter. L’absence du carillon, l’horloge silencieuse. Qui avait eu le réflexe de faire taire le temps alors que le corps de ma mère avait déjà déserté la maison. Mon frère aîné? Non. En bon mécréant, il avait bien gardé quelques traditions séculaires, mais pas celle-là. La mort ne l’intéressait pas, juste l’argent qui pouvait surgir inopinément et qui épongeait le train de son luxe tapageur qui lui tenait lieu de raison de vivre. Tu n’es plus là, maman. Et soudain, dans cette cuisine inchangée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
19 juillet 2010

Le mousseux

Le visage rouge, la mèche grasse collée sur le front et le pantalon noir de crasse, il faisait la manche pour manger. Un alcoolique, pensa-t-elle, c’était sûr. Elle fouilla malgré tout dans son sac et lui donna ce qui traînait : un euro. Elle eut la vague sensation que c’était trop, mais elle n’allait pas chipoter tout de même. Une heure plus tard, assise à la terrasse d’un café en train de lire son journal, elle le vit qui revenait vers le manège, titubant, la bouteille de mousseux à la main. Ah c’est trop fort se dit-elle, le toupet... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 juillet 2010

La courte échelle

Les garçons ne savent pas toujours ce qui les attend quand ils font la courte échelle aux filles...Pour lire le texte, c’est ici.Le texte est de gballand et le montage de Patrick Cassagnes
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
17 juillet 2010

Les seins

Il l’avait rencontrée le jour de ses 82 ans, elle en avait 32. Il avait alors un compte en banque aussi rebondi que la paire de seins qu’elle mettait en valeur dans des toilettes affriolantes. Deux ans plus tard, elle s’était envolée et son compte s’était considérablement dégonflé.Il n’avait plus pour se consoler que le souvenir de ses deux seins gorgés de sève où s’étaient parfois attardées ses mains tremblantes...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

16 juillet 2010

Au suivant* !

Il était 10 heures au café de la poste et la journée promettait d’être chaude. Tous sur leur starting block, alignés au comptoir, ils étaient prêts à avaler leur verre de bière ou de pastis. A midi pile, la course se terminerait et ils rentreraient manger chez eux, avant les boules de l’après-midi et le journal de 20 heures. Quand un verre se vidait, le client disait immuablement  au patron : - Quand t’auras cinq minutes Michel, tu m’en remettras un !Et le patron avait toujours cinq minutes... * pour l’émotion et le plaisir,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
15 juillet 2010

La danse western

Quand il enfilait ses bottes western et sa chemise à carreaux, il avait l’impression d’être quelqu’un d’autre. D’ailleurs, dans le groupe de danse, ils avaient tous pris un prénom d’emprunt : lui, c’était Gordon, mais il y avait aussi Prissy, Marilyn, Lou, Dylan, Jack, Chris, Tess, Joan... Son seul problème c’était le chapeau obligatoire ; Il transpirait énormément de la tête et au bout de la deuxième danse, il était en nage ; c’est ce que lui avait fait remarquer Marilyn qui dansait sur la même ligne que lui. Il aurait pu lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
14 juillet 2010

Le cygne

Le cygne blanc du square Verdrel la narguait. Son long cou gracile ondulait en glissant sur l’eau vert-sombre, il passait et repassait devant elle et à chaque passage elle avait l’impression qu’il riait de son cou en agitant ses plumes.  En rentrant dans son studio, au quatrième étage du numéro 11 de la rue massacre, elle se posta immédiatement devant le miroir de sa chambre et observa son cou gras et court, engoncé dans un col qu’elle ne pouvait même plus boutonner. C’est à ce moment-là qu’elle prit sa décision. Deux jours plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
13 juillet 2010

Patron et ouvrier

Quand il vit son employé qui l’attendait près du chantier, crotté des pieds à la tête, le patron fit une grimace. Pour l’occasion il avait pris sa voiture personnelle qui venait d’être astiquée et il n’était pas question de la salir. Il sortit de la voiture, salua Mouloud sans lui tendre la main et attaqua :- Je peux pas te faire entrer Mouloud, j’ai nettoyé la voiture.Mouloud resta silencieux.- Il y aurait bien une solution : le coffre !Mouloud ne disait toujours rien.- Seulement on le fermera pas ! Mouloud hocha la tête.- Tu montes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :