10 janvier 2010

Les boudoirs de la voisine (gballand)

Son mari lui dit que la voisine avait laissé des gâteaux pour eux. Ils étaient sur la table de la cuisine, une boîte de gâteaux assortis et une boîte de boudoirs. C’était gentil de sa part, elle avait certainement voulu la remercier de la boîte de chocolats achetée pour elle, à Noël, chez l’un des meilleurs chocolatiers de Rouen. Les gâteaux assortis ne firent pas long feu, son fils les engloutit rapidement, quant aux boudoirs, son mari en mangea quelques-uns au thé puis il déclara soudain, après avoir extirpé le dernier boudoir de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 janvier 2010

Le cirque invisible (gballand)

Oui, ce cirque invisible nous change du cirque visible et pathétique que les médias et leurs animaux - les hommes politiques – nous infligent.Quand l’invisible souffle la lumière, nos yeux enfin se dessillent.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
08 janvier 2010

Ça pue ! (gballand)

Quand, dans la cuisine, elle retira le film plastique qui recouvrait le plat de poisson, elle s’exclama, assez fort pour être entendue de tous :  « Qu’est-ce que ça pue ! »Ils étaient prévenus, le repas se ferait sur le même ton, celui du contre cœur et du haut le cœur.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
07 janvier 2010

Persécution (gballand)

Sur le blog je-double,  un photomontage de Patrick Cassagnes, illustré par un texte de gballand. « On la regardait. Elle le savait. Au début, une intuition. Maintenant une certitude… » Pour lire la suite, c’est ici
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 janvier 2010

Le vieil homme et la statue (gballand)

Elle lui avait souri. C’était bien la première fois depuis longtemps qu’une femme lui souriait ; certes elle était de pierre, mais il s’en contentait. Que de légèreté et de grâce … et cette inclinaison de la tête gentiment tournée vers lui ! L’endroit était désert et l’automne prenait les couleurs de son âme.  Il décida de s’asseoir non loin d’elle et de jouir encore du spectacle de la nature. Il s’endormit rapidement ; ces deux derniers mois passés à l’hôpital l’avaient épuisé. Il sentit alors sur sa joue ensoleillée le frais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2010

Carte de vœux, II (gballand)

Il  se trouvait sans doute drôle. Il lui avait envoyé la carte de vœux la plus ringarde possible et avait écrit de sa plus belle calligraphie le message suivant :« Que 2009 vous apporte tout ce que vous n'avez pas eu l'année prochaine ! »*Un an de vie commune, une rupture quelques mois plus tôt et il la vouvoyait en se moquant ouvertement d’elle. Elle avait eu raison de le quitter, sauf qu’elle n’aurait jamais dû le quitter pour un autre qui lui ressemblait en tout point ou presque. Elle décida de lui écrire en retour. Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:33 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2010

Les hommes et les chiens (gballand)

Sa mère l’avait adopté à sept mois, un magnifique chien noir aux muscles saillants et au pelage brillant. Sept mois plus tard,  il avait pris 14 kilos. Son pelage avait gardé le même éclat mais on ne voyait plus ses muscles sous la graisse qui l’enveloppait. S’il continuait à grossir ainsi, il passerait rapidement l’arme à gauche…Elle se dit avec effroi que les hommes arrivaient même à faire le malheur des chiens.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
03 janvier 2010

Le sapin (gballand)

C’était jour de grève, le quai était noir de monde et la foule commençait à s’impatienter quand elle  vit la tête d’un sapin émerger de la  marée humaine. L’arbre avançait envers et contre tout. Il fallait vraiment être givré pour circuler avec un sapin de Noël un jour pareil. Le sapin s’arrêta non loin d’elle ; il appartenait à un jeune homme, la trentaine environ, revêtu d’un pardessus gris. Elle entendit quelqu’un crier « Il manque plus que les boules et ce sera complet », un autre enchaîna « Les boules, il doit déjà les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
02 janvier 2010

Les cadeaux de l’année passée (gballand)

En regardant les DVD sur le rebord de la cheminée, elle remarqua que deux d’entre eux n’avaient pas été retirés de leur emballage transparent ; c’était justement les 2 DVD qu’elle lui avait offerts l’année passée. Des perles à des cochons, pensa-t-elle tout bas. Deux solutions s’offraient à elles : soit elle faisait disparaître les DVD, ni vu ni connu, et elle se les gardait pour elle ; soit elle choisissait de les ignorer et de les laisser moisir dans leur emballage jusqu’à ce que mort s’en suive. Elle choisit la première solution.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2010

Le réveillon (gballand)

On l’avait placé à côté d’elle pour le réveillon et c’était la première fois qu’elle le voyait ; un ami de son frère lui avait-on dit. Il était brun, plutôt beau garçon mais il avait passé la soirée à raconter des histoires salaces dont elle n’avait que faire. A minuit, passablement soûl, il lui avait dit : « On s’demande à quoi ça sert les réveillons… on bouffe, on bouffe et à la fin on a tellement bouffé qu’on sait même plus c’qu’on rote ! ». Il faudrait qu’elle pense à remercier son frère ; depuis ce réveillon, sa vie de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :