27 mars 2018

A toi de jouer

Il était sorti du jeu de cartes sans crier gare et lui avait dit : « pique, cœur, trèfle ou carreau, choisis, mais vite, sinon ton tour va passer et tu vas encore jouer à la victime. » Elle le regarda courroucée. C’en était trop. Comment ce valet que le roi et la reine foulaient aux pieds – sans parler de l’As -  se permettait-il de lui donner des conseils ! Elle se radoucit pourtant. Elle venait de remarquer ses yeux fardés et son anneau à l’oreille droite. N'était-ce pas  le pirate qui apparaissait dans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - Commentaires [14] - Permalien [#]

25 mars 2018

A chaque âge...

A 20 ans, on la disait laide ; à 30 ans on lui trouva une ressemblance avec Alice Sapritch ; à 50 ans, on clama qu'elle ne faisait pas son âge ; à 60 ans on lui trouva soudain du charme et à 80 ans, tout le monde s'accorda à dire que c'était une charmante vieille dame.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
23 mars 2018

l'apparition

  L’apparition   Elle avait choisi Lisbonne comme refuge. « Lisboa » - disait-on dans ce pays presque oublié de l'Europe -  une cité inconnue qu’un  poème, abandonné sur un banc de la ville où elle vivait alors, lui avait esquissée devant ses yeux lassés de pleurer. Elle se rappela les premiers vers du poème tandis qu’elle traversait « o terreiro do paço » faisant rouler derrière elle son énorme valise noire.   Je dis : “Lisbonne” Quand je traverse – venant du sud – le fleuve ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
21 mars 2018

Le coq

Il y a deux semaines, j’ai entendu le cri d’un coq. Un coq ? Ici ? En centre ville ? Incroyable ! Mais comment il est arrivé ce coq ? J’ai demandé à mon mari s’il l’entendait. Peine perdue, il devient sourd. Alors j’ai ouvert la fenêtre en grand et je lui ai dit. - Et maintenant, tu l’entends le coq ? Il l’a entendu. - Tu crois que c’est un vrai ? Lui ai-je fait- Pourquoi voudrais-tu que ce soit un faux ? Je n’ai pas aimé le ton léger avec lequel il a dit cette dernière phrase. Comme si ce coq n’avait aucune importance ! Il ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
19 mars 2018

X

En rentrant de vacances, il avait trouvé une chaussure de femme sur sa boîte aux lettres.  Qu’attendait l’esseulée ?  Il se demandait si ce n’était pas un « coup de théâtre » de X,  l’inconnue rencontrée un an plus tôt lors d’une soirée chez des amis. Que lui voulait-elle et que devait-il lire dans ce symbole phallique ?  Sans doute X se vengeait-elle car il avait eu l’audace de s’évader de la geôle qu’elle lui avait construite sur mesure. Ne lui signifiait-elle pas aussi qu’elle aurait eu plaisir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
17 mars 2018

Le bulletin

Voilà, il l’avait bien mérité, elle lui mettrait exactement ça sur son bulletin scolaire, même si elle savait parfaitement que cela ne ferait nullement avancer les choses : « Ne fait rien avec conscience et régularité et contribue grandement à être acteur de son ignorance ! »
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]

15 mars 2018

Le voilier fantôme

      C’est un bateau qu’elle voyait souvent sur l’océan de ses rêves. Quand la brume était épaisse, sa corne puissante effrayait les goélands qui hantaient son inconscient. Le capitaine du voilier avait une barbe d’un siècle et s’appelait John Thompson. Il aimait le rhum et les femmes, une dans chaque port, bien sûr ; son inconscient n’avait pas peur des clichés.   Le peuple de ses rêves l’appelait le voilier-fantôme parce qu’il apparaissait et disparaissait sans que l'on sût pourquoi. Quant à ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
13 mars 2018

La perle rare

Il cherchait le slip idéal, la perle rare, celui qui vous donne envie de le garder jour et nuit, mais aucun slip ne trouvait grâce à ses yeux. Pour lui le slip devait remplir trois grandes fonctions : suspendre, camoufler et maintenir ; sans doute était-il trop exigeant. Il attendait toujours trop des objets. Il avait parcouru tous les magasins possibles et imaginables, avait passé commande dans tous les catalogues de vente par correspondance, mais toujours rien. L’ampleur de son désespoir n’avait d’égal que la hauteur de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]
11 mars 2018

Rendez-vous

Midi. La température extérieure était de – 3 degrés à Coursseules et il n’était toujours pas là. Il avait bien choisi l’endroit pour lui poser un lapin. Elle avait toujours couru seule, loin devant, et lui avait toujours suivi, loin derrière. La raison en était simple : il ne l’aimait pas ou plus. Elle aurait pu partir, très vite, et abandonner Coursseules pour aller vers des villes aux noms plus riants, mais non, elle restait là, plantée au pied du réverbère où les aiguilles de l’ horloge avançaient au rythme des... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
09 mars 2018

la place

Ils erraient désespérés dans les rues de cette ville de bord de mer sans trouver aucune place pour se garer. Soudain, sa mère s’est écrié de sa voix autoritaire. - Non mais regarde-moi ça ! Il y a plein de places pour les handicapés et ils occupent même pas leur place ! T'as qu’à t’y mettre, comme ça, ça les fera réfléchir les handicapés !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]