09 octobre 2016

Révélation

Quand Nathalie lui avait dit qu’elle avait dépendu deux fois son compagnon, Marie avait eu du mal à la croire sachant que son métier – Nathalie était psychiatre -  déteignait fortement sur sa vie personnelle qu’elle « pimentait » d’histoires aussi sordides les unes que les autres. Marie lui a tout de même répondu. -          Dépendre, ça doit être dur. -          Ça dépend, avait dit Nathalie en souriant. Comment pouvait-elle faire de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]

07 octobre 2016

L’ange gardien

Il la suivait partout et parfois, pour conjurer son impuissance, il la regardait d’un œil narquois. Leur relation datait du 13 mars 2015, le jour de ses quarante ans. Qui avait jugé bon de lui offrir une protection rapprochée ? Elle ne l’avait jamais su, mais depuis cette date, l’ange était de toutes les fêtes et défaites. Il parlait peu mais ses regards valaient de longs discours. Ses conseils, pourtant, était rarement suivis. Le pauvre ange finissait par  perdre patience. La dernière fois qu’elle l’avait photographié,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
05 octobre 2016

La retraite

Depuis quelque temps, on n’arrêtait pas de lui demander : " Alors ? Bientôt la retraite ? "  Ce qu’elle trouvait fort désobligeant. « Vous trouvez  que j’ai une si sale gueule que ça ? » se retenait-elle de leur dire. D’autant plus que pour elle, la retraite se laisserait désirer.  Elle savait qu’ayant commencé à travailler tardivement, elle devrait attendre jusqu’à 67 ans pour toucher le « pactole ». Quand cette question émanait de retraités – voulaient-ils la narguer ? –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
03 octobre 2016

La valise rouge

Elle l’a suivi discrètement. Il faut dire que voyager avec une valise rouge à roulettes quand on est noir n’est pas banal. Cette volonté ostensible d’attirer le regard sur l’objet cachait quelque chose. Dans le train, elle s’est assise à côté de lui, heureusement la place n’était réservée qu’à l’arrêt suivant. Juste après le départ, elle a engagé la conversation sous un prétexte futile, le temps peut-être, ou autre chose. Et, de fil en aiguille, elle en est arrivée à la valise rouge. Elle lui a livré son interprétation. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
01 octobre 2016

Maladie ?

Depuis qu’elle était séparée de son mari, ses amies mariées s’ éloignaient d’elle, comme si la séparation était une maladie contagieuse…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
29 septembre 2016

L’interdit

Elle n’avait pu faire autrement que de s’arrêter ; les robes de mariée avaient toujours aimanté son regard. Une seule chose l'étonna ; en prenant la photo, elle n’avait pas « vu » le sens interdit, pièce maîtresse de la composition. Son ami Freud aurait certainement une explication à lui livrer, mais il était tellement occupé par des névroses en tout genre qu' elle ne le verrait pas avant deux semaines...          
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2016

L’avocat

Avocat, 40 ans, grand, plutôt bel homme, sportif, doux, prévenant, cultivé, cherche  femme pour partager… ça, c’était le texte de l’annonce parue dans le Nouvel Observateur. Quand elle était entrée dans le café, il l’avait reconnue tout de suite et l'avait hélée. -          Déçue ? Lui dit-il. Elle resta sans voix. -          Vous imaginiez quelqu’un d’autre ? insista-t-il. Elle était dépitée. Il avait la quarantaine enrobée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :
25 septembre 2016

Les seins

Il voyait des seins partout. Deviendrait-il obsédé ? Ça  l’inquiétait tout de même un peu car il ne travaillait qu’avec des femmes. Et en cette période d’été,  les décolletés étaient plus fréquents que les ras du cou. Immanquablement, à chaque fois qu’il rencontrait Marie, Dorothée, Isabelle, Marine, Leila, Léa, Juliette, Monique, Sophie ou Awa, ses yeux se portaient sur leurs seins. Quand il était avec elles, son imagination l’emmenait parfois un peu plus loin qu’il ne l’aurait voulu, sauf peut-être avec Monique, car... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2016

La photo

Quand elle avait vu sa photo dans le journal, elle s’était exclamée. -  Quelle horreur, on dirait une catcheuse ! Voulant être sympathique avec son amie, Léa lui avait dit. -  T’inquiète pas, on  te reconnaît absolument pas ! Par contre, le lendemain, Clémentine lui avait asséné. -  Pour une fois qu’un journaliste prend une photo ressemblante !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
21 septembre 2016

La chaise

Tous les après-midi il s’installe au pied de l’escalier, la chaise tournée vers la Seine et il attend. Il a passé sa vie à attendre un signe qui n’est jamais venu. Mais  à 65 ans, il sait maintenant ce qu’il attend : la mort. Non pas cette mort effrayante qui vous  oblige à rester les yeux ouverts toute une nuit au détour d’un cauchemar, mais celle qui vous enveloppe dans un linceul de douceur, celle qui vous berce en vous promettant que jamais plus ce ne sera comme avant. Ce jour-là, assis sur sa chaise, il fredonne une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:50 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :